Étudier l’exil

ppnuseloviciPosition paper d’Alexis Nuselovici (Nouss) est professeur de littérature générale et comparée à l’Université d’Aix-Marseille, FMSH-PP-2013-09, septembre 2013.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

L’auteur

Alexis Nuselovici (Nouss) est professeur de littérature générale et comparée à l’Université d’Aix-Marseille. Il a jusque récemment occupé le poste de Chair of Modern Cultural Studies à l’Université de Cardiff (Royaume-Uni) et a enseigné auparavant à l’Université de Montréal. Il a été professeur invité au Brésil, en Turquie, en Espagne et en France. Directeur ou membre de plusieurs équipes de recherche internationales, il est responsable du séminaire « L’expérience de l’exil » au Collège d’études mondiales. Il a publié une dizaine de livres dont Plaidoyer pour un monde métis (2005) et Paul Celan. Les lieux d’un déplacement (2010).

Résumé

L’expérience « exilique », à la fois condition et conscience, déploie une potentialité heuristique unique, et pourtant négligée, face aux nouvelles réalités migratoires incluant des catégories aussi variées que, entre autres, le migrant, le réfugié, le clandestin, catégories qu’il importerait toutefois de penser ensemble. Étudier les manifestations de l’exil en tant qu’expérience recentre sur l’humain les discours traitant de la migration et permet de réfléchir à une société plus inclusive dans une perspective tant éthique que politique. Ces constats invitent à créer un champ scientifique interdisciplinaire à nommer « études exiliques », représenté dans le domaine anglo-saxon mais inexistant dans la francophonie.

Mots-clefs

exil, migration, expérience, territoire, études exiliques

Studying Exile

Abstract

Exile, the concept and the experience, conveys a significant although neglected heuristic force in our contemporary world in which new migratory movements include such diverse categories as migrant, refugee or undocumented person, types of experiences that need to be examined together. To study exile as an experience brings back the human dimension into discourses on migration and invites to conceive of a more ethically and politically inclusive society. These considerations have called forth the attempt to create a multi-disciplinary research field called “études exiliques” [exile studies] present in the Anglo-Saxon domain but inexistent in the francophone one.

Keywords

exile, migration, experience, territory. exile studies

Pour télécharger ce document sur HALSHS


2 réflexions au sujet de « Étudier l’exil »

  1. Exiliance…
    « Personne ne témoigne pour le témoin » fin du poème de Paul Celan « Aschenglorie »donne en un éclair le tourbillon des trois impossibles de Kafka.
    J’avais demandé à Jacques Derrida devant public : qui est « personne » ? Personne? personne?
    « Conditions ou/et conscience de l’exil »inscrit les bords du concept d’exiliance posé par Alexis Nucelovici.

    Un jour, Jacques Derrida était venu au Centre Medem avec moi pour présenter notre livre « Le Shibboleth pour Paul Celan de Jacques Derrida, monotypes et lithographies de Michèle Katz ».
    Je lui demandais qui était « Personne ».Il répondit que cela dépendait si on l’écrivait avec un p ou un P majuscule.

    Nous disons tous à notre manière nos trois impossibilités : celle de ne pas écrire ,celle d’écrire, celle d’écrire en Allemand (en Chinois..etc), celle d’écrire autrement. Kafka, Celan, Derrida, Nucelovici..
    Aujourd’hui je pense à Alexis et à ses impossibles d’un autre ordre, vital. Etre soudain au bord du monde.

    Je m’étais sauvée, croyais-je, en évitant les mots.
    Les figures picturales m’ont rattrapée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *