Tous les articles par Penser global

Cartographie des échanges

CC0 by LoggaWiggler | Public domainPhilippe Steiner, Cartographie des échanges, FMSH-WP-2014-66, GeWoP-7, mai 2014.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Ce texte examine d’abord les principales tentatives faites, d’Auguste Comte à Karl Polanyi, en passant par Marcel Mauss et Philippe Descola, de cartographier les divers modes d’échanges dans les sociétés. Dans un deuxième temps, l’article propose d’amender la cartographie proposée par Polanyi, sans doute la plus utilisée de nos jours, en réduisant l’ampleur — des sociétés archaïques, aux sociétés modernes — que ce dernier lui avait donnée de façon à approfondir sa pertinence pour les transactions qui ont cours dans les sociétés contemporaines. La dernière partie présente quelques réflexions sur l’intérêt politique d’une telle cartographie des échanges dans le contexte néo-libéral qui est le nôtre. Continuer la lecture de Cartographie des échanges

Risk, class, crisis, hazards and cosmopolitan solidarity/risk community – conceptual and methodological clarifications

Beck risk crisis By Arianselmani
Photo par Arianselmani

Working paper d’Ulrich Beck de l’Université de Munich et titulaire de la chaire « Cosmopolitan risk communities » du Collège d’Etudes Mondiales, Risk, class, crisis, hazards and cosmopolitan solidarity/risk community – conceptual and methodological clarifications. FMSH-WP-2013-31, avril 2013.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

The author

Professor Ulrich Beck is Professor for Sociology at the University of Munich, and has been the British Journal of Sociology LSE Centennial Professor in the Department of Sociology since 1997. He has received Honorary Doctorates from several European universities. Professor Beck is editor of Soziale Welt, editor of the Edition Second Modernity at Suhrkamp. He is founding director of the research centre at the University of Munich (in cooperation with three other universities in the area), Sonderforschungsbereich – Reflexive Modernisation financed since 1999 y the DFG (German Research Society). Among his recent works : Power in the Global Age (Cambridge: Polity Press, 2005); Cosmopolitan Vision (Cambridge: Polity Press, 2006); & Edgar, G., Cosmopolitan Europe (Cambridge: Polity Press, 2007); World at Risk (Cambridge: Polity Press, 2009).

Abstract

This paper discusses four problems. (1) Risk and class: why ‘class’ is too soft a category to capture the explosiveness of social inequality in World Risk Society? (2) Risk and crisis: how do these two concepts relate to each other? (3) Risk and hazards: by hazards I mean material substances that are sources of threat. (4) Risk and cosmopolitan community/solidarity: how do climate risks liberate politics from given rules and enemy images and/or produce new ones ?

Keywords

classe, cosmopolitanism, risk society, climate risks, crisis

Risque, classe, crise, dangers et solidarité cosmopolitaine/communauté de risque. Clarifications conceptuelles et méthodologiques

Résumé

Ce papier discute quatre problèmes. (1) Risque et classe : pourquoi la catégorie de « classe » est-elle une catégorie trop molle pour capturer l’explosion des inégalités sociales dans la société mondiale du risque ? (2) Risque et crise : comment ces deux concepts sont-ils liés l’un à l’autre ? (3) Risque et dangers : par dangers [hazards] je vise des éléments matériels qui sont sources de menaces. (4) Risque et communauté/solidarité cosmopolitaine : comment les risques climatiques affranchissent-ils les politiques des règles données et des représentations de l’ennemi et/ou en produisent de nouvelles ?

Mots-clefs

cosmopolitisme, classe, société du risque, risque climatique, crise

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Cosmopolitanized Nations: Reimagining collectivity in world risk society

cosmopolitanizedUlrich Beck et Daniel Levy, Cosmopolitanized Nations: Reimagining collectivity in world risk society, FMSH-WP-2013-26, Février 2013.

To download the paper from HALSHS

The authors/Les auteurs

Ulrich Beck, since 1992, has been professor for sociology and director of the Institute for Sociology of Munich University. He is also the British Journal of Sociology Professor at the London School of Economics and holds the Chaire Re-mapping inequality and power in an age of climate change : the emergence of «cosmopolitan» risk communities at the Collège d’études mondiales. Beck currently studies modernization, ecological problems, individualization and  globalization. Recently he has also embarked on exploring the changing conditions of work in a world of increasing global capitalism, declining influence of unions and flexibilisation of the labour process, a new theory rooted in the concept of cosmopolitanism. Among his recent works : Power in the Global Age (Cambridge: Polity Press, 2005); Cosmopolitan Vision (Cambridge: Polity Press, 2006); & Edgar, G., Cosmopolitan Europe (Cambridge: Polity Press, 2007); World at Risk (Cambridge: Polity Press, 2009).

Daniel Levy is an Associate Professor of Sociology at the State University of New York at Stony Brook. He is a specialist on issues relating to globalization, collective memory studies, and comparative historical sociology. Among his recent books : Human Rights and Memory (Pennsylvania State  University Press, 2010) with Natan Sznaider; The Collective Memory Reader  (Oxford University Press, 2011) with Jeffrey K. Olick and Vered Vinitzky-Seroussi.

Abstract

Cosmopolitan sociology has tackled broad themes like risk, family, religion, power, war, inequality memory, and civil society movements exploring their reconfiguration in the global age. Tellingly, the concept of the national is often perceived, both in public and scientific discourse as the central obstacle for the realization of  cosmopolitan orientations. Consequently, debates about the nation tend to revolve around its persistence or its demise. We depart from this either-or perspective by  investigating the formation of the ‘cosmopolitanized nations’ as a facet of world  risk society. This re-imagination of nationhood evolves, among other things, in the context of global norms (e.g. human rights), globalized markets, transnational  migrations and embeddedness in international organizations. Here we focus on a mechanism involving the promulgation of ‘risk societies’. Modern collectivities are  increasingly preoccupied with debating, preventing and managing risks. However, unlike earlier manifestations of risk characterized by daring actions or predictability models, global risks cannot be calculated or forecast anymore. Accordingly, more influence accrues to the perception of risk, largely constructed by media representations of disasters.

In a first step we distinguish between a normative cosmopolitanism and analytic cosmopolitization processes. The cosmopolitanized nations, we argue, reflect a new mode of collective identification, whereby we differentiate between  presumptions of thick belonging and the actual proliferation of cosmopolitan affiliations. This leads to a gradual distinction between a conventional (and  naturalized) view of the national and an emerging figuration of cosmopolitan  nationhood. In a second step we overcome the territorial fixation of the social  sciences by shifting our attention to temporal dimensions, with a particular focus on competing conceptions of the future. Our findings suggest that cosmopolitanized nations are reimagined through the anticipation of endangered futures. In a third step we demonstrate how these cosmopolitan transformations of nationhood are taking place in the context of the emergence of a world risk society regime that marshalls a set of cosmopolitan imperatives situating the global other in our midst. In a fourth step we illustrate these developments by exploring how the mediatization of risk, and concomitant notions of the future contribute to the re-imagination of cosmopolitan risk collectivities.

Résumé

La sociologie du cosmopolitisme a abordé de nombreuses thématiques, telles que le risque, la religion, la famille, le pouvoir, l’inégalité, la mémoire et les mouvements citoyens, explorant leur reconfiguration dans un monde global. De manière  révélatrice, le concept de nation/national est souvent perçu, dans le discours  public comme dans le discours scientifique, comme l’obstacle majeur à la mise en oeuvre d’orientations cosmopolites. Par conséquent, les débats portant sur la nation questionnent invariablement sa survivance ou sa disparition. Nous nous écartons de cette approche binaire en étudiant la formation de « nations cosmopolitanisées » en tant qu’une des facettes de la société mondiale du risque. Cette réinvention de la notion de nation évolue, entre autres choses, dans le contexte des normes globales (par exemple les droits humains), des marchés mondialisés, des migrations transnationales et de l’imbrication au sein d’organisations internationales. Ici, nous nous intéressons à un processus qui prend en considération la propagation de « sociétés du risque ». Les collectivités modernes se soucient de plus en plus de débattre autour de la notion de risque, de le prévenir et de le gérer. Néanmoins, et contrairement à des manifestations antérieures de risques résultant d’actions hasardeuses ou relevant de schémas prévisibles, les risques globaux ne peuvent plus être désormais ni calculés ni prévus. De ce fait, c’est la perception du risque qui accroit son influence, celle-ci étant largement construite par la couverture médiatique des catastrophes.

Dans un premier temps, nous établissons une distinction entre des processus de cosmopolitisme normatif et de cosmopolitisation analytique. Les nations cosmopolitanisées, selon nous, renvoient à un nouveau mode d’identification collective, dans lequel nous faisons la différence entre des présomptions d’appartenance forte et la prolifération avérée d’affiliations cosmopolites. Cela mène à une distinction progressive entre une approche conventionnelle (et naturalisée) du fait national et une représentation émergente de la nationalité cosmopolite. Dans un deuxième temps, nous dépassons l’ancrage territorial des sciences sociales en déplaçant la focale sur leur dimension temporelle, et plus particulièrement sur les représentations concurrentes du futur. Nos conclusions suggèrent que les nations cosmopolitanisées sont réimaginées par l’anticipation de futurs dangereusement incertains. Dans un troisième temps, nous démontrons comment ces transformations cosmopolitaines de la nation prennent place dans un contexte où émerge un régime de la société du risque qui mobilise une série d’impératifs de nature cosmopolite qui situe l’autre global en notre sein. Dans un quatrième temps, nous illustrons ces conclusions en explorant la façon dont la médiatisation du risque, et les représentations du futur qui en résultent, contribuent à la réinvention des collectivités cosmopolites du risque.

To download the paper from HALSHS

Le féminisme critique de Pasolini

Pier_Paolo_PasoliniAlain Naze et Stefania Tarantino, Le féminisme critique de Pasolini. Avec un commentaire de Stefania Tarantino, FMSH-WP-2013-28, février 2013.

Pour télécharger le document sur HALSHS

L’auteur

Alain Naze, Docteur en philosophie, est professeur de philosophie au Lycée de Cornouaille à Quimper et chargé de cours auprès de l’Université de Quimper en Esthétique. Il codirige à la Maison des Sciences de l’Homme – Paris Nord, avec Jean-Louis Déotte, professeur à l’Université Paris 8, le séminaire « Actualité de Walter Benjamin » ; consacré cette année au thème « Politiques de l’image », ce séminaire est organisé dans le cadre du Laboratoire Architecture Ville Urbanisme Environnement du GERPHAU (CNRS).
Il a publié plusieurs ouvrages : Temps, récit et transmission chez Walter Benjamin et Pier Paolo Pasolini, en 2 volumes : Walter Benjamin et l’histoire des vaincus, Paris, L’Harmattan, Collection Esthétiques, 2011 ; Portrait de Pier Paolo Pasolini en chiffonnier de l’histoire, Paris, L’Harmattan, Collection Esthétiques, 2011. Parmi ses articles récents : « Vers une nouvelle théorie du partisan », Outis ! Revue de philosophie (post) européenne, n°2, Milano –Udine, Mimesis Edizioni, 2012 ; « Un cinéma des passages – les fantasmagories du cinéma de Jacques Demy », Appareil (revue en ligne de la MSH Paris-Nord), 2013 ; « Soudain, le 3 juin dernier », in Philippe Roy & Alain Brossat (dirs), Tombeau pour Pierre Rivière, Paris, L’Harmattan, Collection Esthétiques, à paraître en 2013.

Résumé

Si Pasolini se reconnaissait un allié des féministes, il précisait pourtant aussitôt que sa proximité à leur égard était de nature critique. Par là il voulait signifier qu’il  considérait avoir à batailler fréquemment contre elles, non pas contre le féminisme en tant que tel, mais contre les choix qu’elles pouvaient effectuer et qui lui paraissaient destructeurs pour l’idée d’une libération réelle (et pas seulement nominale) des femmes. Pour le dire de façon rapide, Pasolini voulait éviter aux valeurs du féminisme de se résorber dans celles de la modernité entendue comme triomphe du consumérisme. Or, selon lui, c’est bien un tel danger qui menace, si l’on confond l’émancipation féminine avec l’idéologie progressiste de l’histoire. En effet, si notre époque consumériste tend à récupérer les mouvements de libération en leur faisant adopter son idéologie (par exemple à travers l’adoption d’une démarche consistant en une demande de droits supplémentaires, quel qu’en soit le contenu), une résistance effective ne peut que s’originer dans une résistance au présent – au nom, précisément, de la « scandaleuse force révolutionnaire du passé ». Sous ce rapport, ce sont les débats très contemporains relatifs à l’attitude des mouvements féministes à propos du port du voile, ou de la burqa, qui  demanderaient à être interrogés.
Suit un commentaire de Stefania Tarantino, qui souligne combien la clairvoyance de Pasolini peut faire écho avec la pensée radicale des femmes philosophes du XXe siècle : Simone Weil, Maria Zambrano, Jeanne Hersch et Hannah Arendt.

Pour télécharger le document sur HALSHS

Redefining Progress in Light of the Ecological Crisis

"Damien Lawson speaking on climate emergency action", par Takver, licence CC (http://www.flickr.com/photos/takver/3622618796/)Dominique Méda, Redefining Progress in Light of the Ecological Crisis, FMSH-WP-2012-25, décembre 2012.

English translation of : Dominique Méda, Redéfinir le progrès à la lumière de la crise écologique, FMSH-WP-2012-22, octobre 2012.

To download the paper from HALSHS.

Abstract

This paper presents the main arguments from the inaugural lecture delivered at the opening of the chair « Ecological Reconversion, Work, Employment and Social Policies », established at the Collège d’Etudes Mondiales set up by the Foundation Maison des Sciences de l’Homme, Paris, in cooperation with the University Paris-Dauphine. Though they do not like being dependent on the hypotheses or results of research in the natural sciences, the humanities and social sciences now face the challenge of addressing the radical changes that the former have revealed to us: first, to understand how human beings turned themselves into veritable geological agents capable of destroying the planet’s habitable character; second, to measure the extent to which we can trust traditional disciplines to define the contours of the world in which we aspire to live; and finally, to shed light on possible solutions to what we can now see is far greater than a mere crisis. Dominique Méda examines here the reasons why production has become the primary context in which expression occurs in modern society and why gross domestic product has become main criterion for measuring achievement, before reflecting on what the stakes are of developing new ways of representing « what matters. »

The author

A former student of the École Normale Supérieure and the École Nationale d’Administration, an agrégée of philosophy, and accredited to direct research in sociology, Dominique Méda is currently a professor of sociology at the University of Paris-Dauphine. She is notably the author of Le Travail. Une valeur en voie de disparition?, Qu’est-ce que la richesse?, Le Temps des femmes. Pour un nouveau partage des rôles. She also participated in several volumes on social policy.

To download the paper from HALSHS.

Race, ethnicity and religion: social actors and policies

LONDON - JULY 11: Women pass through a timeline of Islamic history at the Islam Expo on July 11, 2008 in London, England. People have travelled from all over the world to attend the Islam Expo at Olympia, which is the largest Islamic exhibition in Europe and runs from July 11 - July 14, 2008. (Photo by Cate Gillon)Danièle Joly, Race, ethnicity and religion: social actors and policies, FMSH-WP-2012-24, novembre 2012.

To download this text from HALSHS.

L’auteur/The author

Professor Joly is professor at the University of Warwick and Marie Curie Fellow at the École des hautes études en sciences sociales (CADIS) conducting research on Muslim women political participation in Europe and she is developing research on Business and migration policy in France at the Institut français des relations internationales (IFRI). In 2011-2012, she was chercheure residente at the Institut d’études avancées de Paris (FMSH). Prior to this, she was director of the Centre for Research in Ethnic Relations at the University of Warwick. She obtained a Licence es Lettres from the University of Nanterre and a Master’s degree in Industrial relations from the University of La Sorbonne. She gained a PhD from the University of Aston and a D. Litt from the University of Warwick. She has published on Muslim populations in Britain and France, on ethnic relations and on refugees in Europe. Her publications include L’Emeute (2007), Muslims in Prison (2005), Blacks and Britannity (2001), Haven or Hell: Asylum Policy and Refugees in Europe (1996), Britannia’s Crescent: Making a Place for Muslims in British Society (1995), Refugees: Asylum in Europe (1992) and The French Communist Party and the Algerian War (1991). She is editor of International Migration in the new Millenium (2004), Global Convergence in Asylum Regimes (2001). She is an active member of various European networks of researchers on refugees and asylum and on Muslims in Europe. Her areas of expertise include Muslims in Europe, refugees and asylum policy in Europe, ethnic relations and integration.

Le texte/The text

This text is published in the Working Papers Series of the Fondation Maison des sciences de l’homme in conjunction with the Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (CADIS) de l’École des hautes études en sciences sociales, centre hosted by the Fondation Maison des sciences de l’homme. A shorter version of this article was published in Patterns of Prejudice: Danièle Joly ‘Race, ethnicity and religion: emerging policies in Britain’ in National Models of Integration and the Crisis of Multiculturalism:A Critical Comparative Perspective Christophe Bertossi et Jan Willem Duyvendak (eds) Patterns of Prejudice, Vol. 46, no. 5, December 2012. The author wishes to thank the FMSH, the IFRI, the IAE-Paris and the CADIS.

Résumé

Le modèle d’intégration britannique est le plus souvent cité comme l’archétype du modèle multiculturaliste en Europe. De plus, il est régulièrement présenté comme un paramètre pérenne de la société britannique, intrinsèque à cette dernière. En réalité, le modèle d’intégration britannique est le fruit de l’interaction entre les minorités ethniques d’origine immigrée installées en Grande-Bretagne après la Seconde Guerre mondiale et la société britannique, une intégration qui a traversé les phases successives d’une évolution toujours en cours. Après une brève période assimilationniste, un paradigme de relations raciales fondé sur les classes sociales fut introduit auquel a succédé la mise en place d’une politique multiculturaliste. Par la suite, le modèle multiculturaliste a fait l’objet d’une série de critiques émanant de sources variées. Cependant, cet article défend la thèse d’une métamorphose plutôt que celle d’une élimination pure et simple, le multiculturalisme s’étant transformé en un paradigme musulman. Il examine les différentes étapes et les modes d’élaboration de la politique d’intégration s’adressant aux immigrés. Ces politiques se sont formulées à partir de la catégorisation des immigrés par la société environnante et par la mobilisation de ces derniers dans leur interaction avec la société britannique. L’article dresse un tableau de chacune des étapes, examine les lignes de fracture et les zones de tension. Il explore les lignes de force qui en sous-tendent l’évolution. Il souligne que l’action des immigrés a été décisive dans la constitution de ces politiques. Il s’agit d’un processus qui a commencé au niveau local à l’initiative des immigrés par la mise en oeuvre de leur capacité d’action, pour ensuite s’étendre à l’échelle nationale. Les programmes de financement considérables qui en ont résulté ont été développés par le gouvernement central mais les artisans de ces politiques et de leur application n’en demeurent pas moins les immigrés et les autorités locales.

Mots-clés

Islam, multiculturalisme, musulmans, relations raciales

Abstract

Britain’s integration model is recurrently held up as the epitome of the multiculturalist model in Europe. Moreover, it tends to be presented as though it was intrinsic to British society and had always existed. This is not the case. In reality the model has passed through successive phases of an ongoing evolution and was constructed through the interaction between British society and the ethnic minorities of immigrant origin who settled in Britain after the Second World War. After a brief period of assimilationism, a race relations paradigm was formulated, followed by the establishment of a multicultural policy. It is often assumed that multicultural policy is a simple continuation of a race relations approach under another name. But this paper argues that this is inaccurate and that each corresponds to distinct policy parameters and to different stages. Moreover, this was not the end of the line. The multiculturalist model has come under a barrage of criticism emanating from various sources and different viewpoints. Nevertheless, this paper maintains that it has not been eliminated but has metamorphosed into a Muslim paradigm. It explores the different stages of integration policies directed at immigrants and how those were constructed. The paradigms were developed through the categorisation of immigrants by majority society and the mobilisation of immigrants as a result of their interaction with British society. The paper draws the contours of each of these stages, examines the fault lines and areas of tension, and explores the underpinnings of the evolution. It argues that policies were forged through and beyond discourses largely by the immigrants themselves. In the main it can be posited that the process started with action that began at local level at the initiative of the immigrants and through immigrants/ethnic minority agency; it subsequently progressed to the national level. This prompted responses and funding programmes from central government. Nonetheless the artisans of those policies in their implementation were the immigrants and local authorities.

Keywords

Islam, multiculturalism, Muslims, race relations

To download this text from HALSHS.

Stigmates et mémoires de l’esclavage en Afrique de l’Ouest : le sang et la couleur de peau comme lignes de fracture

Ibrahima Thioub, Stigmates et mémoires de l’esclavage en Afrique de l’Ouest : le sang et la couleur de peau comme lignes de fracture, FMSH-WP-2012-23, octobre 2012.

Pour télécharger ce texte sur HALSHS.

L’auteur

Ibrahima Thioub est Professeur d’Histoire à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Ses recherches actuelles portent sur les esclavages en Afrique, sans se limiter au cas de la traite transatlantique. Une triple originalité oriente sa démarche : elle envisage ensemble les aspects économiques, sociaux, culturels et juridiques des esclavages ; elle situe l’histoire des traites dans l’histoire urbaine et environnementale du continent ; et enfin elle porte une attention particulière aux enjeux de mémoire – sur le mode de la commémoration, de l’historiographie et de l’oubli.

Depuis 2007, Ibrahima Thioub est le directeur de l’IVHEET, l’Institut Interdisciplinaire Virtuel des Hautes Études sur les Esclavages et les Traites. Il est le directeur du CARTE, Centre Africain de Recherches sur les Traites et les Esclavages du Département d’Histoire de l’UCAD. Il est l’auteur de plus 40 articles scientifiques, et a notamment dirigé le numéro spécial de la Revue d’Histoire d’Outre Mer, « Pour l’histoire du contrôle social dans les mondes coloniaux » (1999). Il a été Professeur invité à l’EHESS, à l’Université de Marne la Vallée, à la Michigan State University et à l’University of Michigan. Il a été résident au Wissenschaftskolleg de Berlin (2009) et est présentement chercheur associé à l’Institut d’Études Avancées de Nantes.

Ibrahima Thioub donne une conférence « Traite atlantique des esclaves et transformations des cultures africaines » jeudi 8 novembre à la Fondation Calouste Gulbekian à Paris. Renseignements : desfeux@msh-paris.fr.

Le texte

Ce texte a été écrit dans le cadre de la Chaire « Traite atlantique des esclaves et esclavages : historiographie et mémoires dans une perspectives globales » du Collège d’études mondiales de la FMSH. Pour en savoir plus : http://www.college-etudesmondiales.org/fr/content/traite-atlantique-et-esclavage

 

Résumé

L’administration coloniale française a été confrontée à de sérieux obstacles pour la mise en oeuvre du décret du 27 avril 1848 abolissant l’esclavage dans les colonies. La profession de foi antiesclavagiste des puissances impériales européennes ne s’est nulle part en Afrique traduite en positions fermes de répression des pratiques esclavagistes. Des textes législatifs ont certes été votés, des décisions s’attaquant aux trafics esclavagistes prises suivant les conjonctures mais très souvent, des arrêtés locaux et les pratiques administratives locales ont annihilé les engagements politiques pris en métropole sous la pression des activistes du mouvement abolitionniste. Il n’est dès lors pas étonnant que les pratiques esclavagistes aient perduré et survécu sous diverses formes en Afrique de l’ouest. Aujourd’hui encore, l’héritage et la réalité des pratiques esclavagistes se manifestent sous des formes multiples dans nombre de sociétés de la sous-région.

La défaite politique et militaire des États autochtones n’a pas supprimé la force sociale et idéologique des groupes dominants des États vaincus. Les administrations coloniales ont eu un impérieux besoin de leur collaboration pour assurer la stabilité de leurs régimes en mal de légitimité autochtone. En conséquence, elles n’ont point été favorables à une révolution sociale remettant en cause l’hégémonie sociale des aristocraties vaincues qui ont réussi, suivant les régions, à préserver l’idéologie de la pureté de sang et celle de l’assignation identitaire chromatique, pour perpétuer les légitimités de l’esclavage domestique.

Niant systématiquement l’existence de pratiques esclavagistes ou estimant sa réalité résiduelle et négligeable, les États ont favorisé la production de mémoires victimaires ciblant les traites exportatrices qui a servi à mettre un voile efficace sur les réalités contemporaines.

Mots-clés

esclavage, abolition, stigmates, idéologie du sang, identité chromatique

Stigmas and Memory of Slavery in West Africa: Skin Color and Blood as Social Fracture Lines

Abstract

The French colonial administration was confronted with severe obstacles for the implementation of the decree of April 27th, 1848 abolishing the slavery in colonies. But despite their proclaimed anti-slavery ideals, the arrival of these European powers in Africa never resulted in serious repression of the practices of slavery. Of course, laws were passed aiming at stopping the slave trade, but very often local decisions and administrative practices cancelled out the decisions taken in the metropole, made under pressure from abolitionist movement activists. It is not surprising that the practices of slavery have endured, surviving under various forms in West Africa. Even today, the practices of slavery, both as legacy and reality, are still present in diverse ways in the sub-region.

The political and military defeats of the indigenous African states did not, however, break the social and ideological power of the groups that had been dominant in these conquered states. Colonial governments had an overarching need for the support of these dominant groups in order to ensure the stability of the regime, given its lack of indigenous legitimacy. For this reason, colonial administrators were little inclined to support a social revolution that would have put in question the social hegemony of the defeated African aristocrats who succeeded in preserving, depending on the region, the ideology of blood purity and identity defined by skin color, as well as in perpetuating the legitimacy of domestic slavery.
Governments have systematically denied the existence of slave practices or have presented them as negligible and archaic. By advancing a historical account of slavery that is one of victimhood and the trans-Atlantic trade, governments have been able to effectively cover up the contemporary realities of slavery.

Keywords

slavery, abolition, stigmas, ideology of blood purity, chromatic identity

Pour télécharger ce texte sur HALSHS.

Redéfinir le progrès à la lumière de la crise écologique

Dominique Méda, Redéfinir le progrès à la lumière de la crise écologique, FMSH-WP-2012-22, octobre 2012.

Télécharger le Working Paper depuis HALSHS (pdf)

English translation here : Dominique Méda, Redefining Progress in Light of the Ecological Crisis, FMSH-WP-2012-25, décembre 2012.

L’auteur

Ancienne élève de l’École Normale Supérieure et de l’École Nationale d’Administration, agrégée de philosophie. Elle est actuellement Professeure de sociologie à l’Université Paris Dauphine et auteur notamment de Le Travail. Une valeur en voie de disparition ? ; Qu’est-ce que la richesse ? ; Le Temps des femmes. Pour un nouveau partage des rôles. Elle a collaboré à plusieurs ouvrages sur les politiques sociales.

Le texte

"Damien Lawson speaking on climate emergency action", par Takver, licence CC (http://www.flickr.com/photos/takver/3622618796/)

Ce texte est un extrait de la conférence prononcée le 2 octobre à l’occasion de l’ouverture de la chaire « Reconversion écologique, travail, emploi, politiques sociales » du Collège d’études Mondiales, en lien avec l’Université Paris-Dauphine. Il s’agit d’une première version du texte qui sera publié sous forme d’ouvrage au premier trimestre 2013. L’auteur remercie Michel Wieviorka, les membres du Forum pour d’autres indicateurs de richesse et du séminaire « Politiques de la prospérité durable » ainsi que l’Institut Veblen qui a assuré entre autres, la traduction en anglais de ce document, qui est aussi publié sous la forme d’une note de l’Institut.

Résumé

Le texte constitue un extrait de la conférence inaugurale de la Chaire  » Reconversion écologique, travail, emploi, politiques sociales  » du Collège d’études mondiales, mise en place par la Fondation Maison des sciences de l’homme en coopération avec l’Université Paris Dauphine. Même si elles n’aiment pas dépendre des hypothèses ou des résultats de recherche des sciences de la Nature, les sciences humaines et sociales sont aujourd’hui mises au défi de penser les transformations radicales que nous révèlent celles-ci : d’abord pour comprendre comment l’homme a pu se muer en véritable agent géologique capable de détruire le caractère habitable de la planète, ensuite pour savoir dans quelle mesure nous pouvons faire confiance aux disciplines traditionnelles pour dessiner les contours du monde que nous voulons, enfin pour éclairer les voies de résolution de ce qui est bien plus qu’une crise. Le texte revient sur les raisons qui ont fait de la production le principal lieu d’expression de nos sociétés et du Produit Intérieur Brut leur principal critère de performance avant de s’interroger sur les enjeux du développement d’autres manières de représenter  » ce qui compte « .

Mots-Clés

écologie, comptabilité environnementale, Produit intérieur brut, progrès, richesse

Télécharger le Working Paper depuis HALSHS (pdf)

Inaccessible Normative Pluralism and Human Rights in Afghanistan

Antonio De Lauri, Inaccessible Normative Pluralism and Human Rights in Afghanistan, FMSHWP-2012-21, september 2012.

Download the Paper/Télécharger le Working Paper depuis HALSHS (pdf)

L’auteur

Antonio De Lauri a obtenu un doctorat en anthropologie en 2010 à l’université Milano Bicocca. Il a été visiting scholar à la Columbia University (New York) et postodoctoral Fellow à la Fondation Maison des sciences de l’homme dans le programme Fernand Braudel International Fellowships for Experienced Researchers (2012).

Récemment il a été nommé Rechtskulturen Fellow auprès du Forum Transregionale Studien (Institute for Advanced Studies et Université Humboldt, Berlin). Depuis 2005, dans le cadre de ses études doctorales et postdoctorales, il conduit de longues périodes de recherche en Afghanistan au cours desquelles il observe le travail des juges et des procureurs dans les institutions judiciaires de Kaboul. La recherche ethnographique l’a conduit dans les tribunaux, dans les bureaux des procureurs, dans ceux du Ministère de la Justice et au siège des organisations internationales à Kaboul ainsi qu’au domicile des membres des jirga et shura. Les thématiques sur lesquelles il travaille comprennent le  pluralisme juridique, l’intervention humanitaire, les conflits, les droits de l’homme, la pratique judiciaire.

Le texte

Ce texte a été écrit dans le cadre d’une bourse Fernand Braudel IFER, dont a bénéficié l’auteur entre le 1er  février et le 31 octobre 2012. L’auteur a été hébergé à la Maison Suger. Il a en outre été affilié au Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative (LESC) et à l’Institute des Sciences Sociales du Politique (ISP), Nanterre.

Abstract

In anthropological and legal literature, the phenomenon termed ‘legal pluralism’ has been interpreted as a co-presence of legal orders which act in relation to their own ‘levels’ of referring ‘fields’. The Afghan normative network is generally described in terms of pluralism, where different normative systems coexist: such as customs, shari’a (Islamic law), state laws and principles deriving from international standard of rights (e.g., human rights). In this article I abandon the neutral category of legal pluralism in order to bring forward a hypothesis of an inaccessible normative pluralism as a key concept in order to capture the structural injustices, of which Afghans are victims. Globally, the debates concerning the diffusion and application of human rights develop at the same time ideologically, politically and  pragmatically. Today in Afghanistan these levels are expressed in all their complexity and ambivalence; it is therefore particularly significant to closely observe the work done by the Afghanistan Independent Human Rights Commission. Starting with my research fieldwork in Afghanistan (2005-2012) – where I studied judicial practices in the courts of Kabul, developing a reflection which weaves the spread of human rights with the themes of injustice and inaccessibility – I argue in this article the urgency and the necessity to concentrate on the contingent dimension of (in)justice.

Keywords

Afghanistan; normative pluralism; human rights; access to justice

L’inaccessible pluralisme normatif et les droits de l’homme en Afghanistan

Résumé

Dans la littérature anthropologique et juridique le phénomène appelé « pluralisme juridique » est interprété comme une co-présence des ordres juridique qui agissent dans le même contexte social. Le système  juridique afghan est généralement décrit comme un pluralisme juridique dans lequel différents systèmes de réglementation cohabitent : les pratiques coutumières, la charia (loi islamique), les lois de l’état et les principes dérivés à partir de normes internationales du droit (par exemple les droits de l’homme). Dans cet article, je renonce à la catégorie neutre de « pluralisme juridique » en faveur de l’hypothèse d’un pluralisme normatif inaccessible comme concept clé pour la compréhension des injustices structurelles dont les Afghans sont victimes. De mon travail de recherche sur le terrain en Afghanistan (2005-2012) – au cours duquel j’ai étudié les pratiques judicaires dans les tribunaux de Kaboul, en développant une réflexion qui relie les thèmes des droits de l’homme avec ceux des injustices et de l’inaccessibilité – je soutiens, dans cet article, l’urgence et la nécessité de mettre l’accent sur la dimension contingente de l’(in)justice.

Mots-clés

Afghanistan, pluralisme normatif, droits de l’homme, accès à la justice

Download the Paper/Télécharger le Working Paper depuis HALSHS (pdf)

La politique au-delà des frontières : la sociologie politique de l’émigration

Roger Waldinger,  La politique au-delà des frontières  : la sociologie politique de l’émigration, FMSHWP-2012-20, septembre 2012.

Télécharger ce document depuis HALSHS (pdf)/Download this Paper (pdf)

L’auteur/The author

Roger Waldinger is Distinguished Professor of Sociology at UCLA, where he served as Interim Associate Vice-Provost for International Studies from 2010-2012, Chair of the Department of Sociology from 1999 to 2004 and Director of the Lewis Center for Regional Policy from 1995 to 1998. A 2008 Guggenheim Fellow, his research has been supported by grants from the Ford, Haines, Mellon, National Science, Sloan and Russell Sage Foundations. Waldinger has worked on international migration throughout his career, writing on a broad set of topics, including immigrant entrepreneurship, labor markets, assimilation, the second generation, high-skilled immigration, immigration policy, and public opinion. The author of six books, most recently, How the Other Half Works: Immigration and the Social Organization of Labor (University of California Press, 2003), Waldinger is now writing a new book, Foreign Detachment: America’s Immigrants and Their Homeland Connections.

Le texte/The text

Ce papier a été préparé lors du séjour comme Directeur d’Études Associé qu’a effectué Roger Waldinger du 15 mai au 15 juin 2012 à Paris, dans le cadre du programme « TIC-Migrations » de la FMSH.

Résumé

Cet article vise à développer un cadre d’analyse de la sociologie politique de l’émigration. L’article met l’accent sur les dualités logées au cœur du phénomène migratoire : les immigrants sont aussi des émigrants, les étrangers au sens juridique sont aussi des citoyens, les étrangers au sens social sont aussi des nationaux, les exclus des sociétés de réception sont aussi les membres des sociétés d’origine. De la société émettrice, mais n’étant plus dans cette société, les migrants sont des membres dont les connexions transfrontalières et les besoins d’adaptation poussent l’État émetteur à s’élargir au-delà des frontières ; cependant, le fait de résider à l’étranger affaiblit leurs revendications d’appartenance. Dans la société de réception, mais n’étant pas de cette société, ils ont accès à des ressources économiques et politiques qui leur permettent d’exercer de l’influence chez eux ; en revanche, en tant qu’étrangers, leurs droits sont limités et leur acceptation incertaine, une vulnérabilité qui peut s’aggraver lorsqu’un engagement continué à l’égard du pays d’origine suscite la suspicion des nationaux de l’État récepteur. Cette variété de conditions déclenche des interventions des États émetteurs qui cherchent à protéger et à influencer les nationaux résidant à l’étranger, mais également à répondre aux revendications de ces citoyens à l’extérieur du pays et à les canaliser afin de mieux les récupérer. Cependant, l’extension au territoire d’un pays étranger barre la route à l’exercice du pouvoir, qu’il soit despotique ou infrastructurel, ne permettant que l’exercice d’une influence. De plus, même des engagements limités courent le risque d’enflammer les passions des nationaux, déjà inquiets par la présence d’une population étrangère parmi eux.

Mots-clés

émigration ; immigration ; diaspora ; transnationalisme ; politique d’émigration

Abstract

This paper seeks to develop a framework for analyzing the political sociology of emigration. The paper emphasizes the dualities at the heart of the migration phenomenon: immigrants are also emigrants, aliens are also citizens, foreigners are also nationals, non-members are also members. At once of the sending state, but not in it, the migrants are members whose everyday cross-border connections and ongoing needs draw the sending state across the borders; residing abroad, however, their claims to belonging are undermined by their presence on foreign soil. At once in the receiving state but not of it, the migrants can access the economic and political resources available in their new home, using them to gain leverage in the home left behind; yet as outsiders, their rights are circumscribed and their acceptance is uncertain, vulnerabilities that can be aggravated if continuing homeland involvement triggers the suspicion of receiving state nationals. Both conditions activate interventions by home states seeking to influence and protect nationals abroad. While extension to the territory of another state keeps options inherently limited, even limited engagements can inflame the passions of receiving state nationals, already anxious about the foreigners in their midst.

Keywords

emigration; immigration; diaspora; transnationalism; emigration policy

Télécharger ce document depuis HALSHS (pdf)

Climate policies deserve a negative discount rate

Ponds on the Ocean photo by NASA Goddard Photo and Video on Flickr - Jul 14, 2011Marc Fleurbaey & Stéphane Zuber, Climate policies deserve a negative discount rate, FMSH-WP-2012-19, september 2012.

Télécharger le working paper sur HALSHS/Download the working Paper.

Résumé

Nous défendons une méthodologie de l’actualisation, pour l’évaluation des effets à long terme des politiques climatiques, qui repose sur un objectif de bien-être social, contre l’idée que le taux de rendement du marché doit être utilisé à cette fin. Nous montrons aussi que dans le long terme, le taux d’actualisation pour de telles politiques devrait se concentrer sur le scénario le plus défavorable pour les populations les plus défavorisées. En conséquence, il est probable que le taux d’actualisation approprié pour les politiques climatiques doive être négatif, ce qui implique une grande priorité pour le futur.

Mots-clés

taux d’escompte, politique climatique, équité intergénérationnelle

Abstract

We defend a methodology of discounting, for the evaluation of the long-term effects of climate policies, which relies on a social welfare objective, against the view that the market rate of return should be used for that purpose. We also show that in the long run, the discount rate for such policies should focus on the worst-case scenario for the most disadvantaged populations. As a consequence, it is likely that the appropriate discount rate for climate policies should be negative, implying a high priority for the future.

Keywords

discounting, climate policy, intergenerational equity

The authors

Marc Fleurbaey is Robert E. Kuenne Professor at the University of Princeton (USA) and holds the Chaire “Welfare Economics and Social Justice” at the Collège d’études mondiales (Fondation Maison des sciences de l’homme, Paris). His research in economics and philosophy has been devoted to normative economics, distributive justice, and the evaluation of public policy. The main areas of application are the measurement of social welfare, climate policies, health prioritizing, and optimal taxation. He has been professor of economics and CNRS researcher in France. He is the coordinating editor of Social Choice and Welfare and a former editor of Economics and Philosophy. He is a Coordinating Lead Author for the Fifth Assessment Report (2014) of the Intergovernmental Panel on Climate Change. He has been a member of the Stiglitz-Sen-Fitoussi Commission on the Measurement of Economic Performance and Social Progress. He has published Fairness, Responsibility, and Welfare (Oxford 2008) and A Theory of Fairness and Social Welfare (Cambridge 2011, with F. Maniquet), as well as many articles in welfare economics, public economics, and political philosophy.

Stéphane Zuber is an economist at Centre de Recherche Sens, Ethique et Societe (CERSES) in Paris and coordinator of the Chaire “Welfare Economics and Social Justice” at the Collège d’études mondiales (Fondation Maison des sciences de l’homme, Paris). He got his PhD in Economics at Toulouse School of Economics. He works on issues of intergenerational equity and climate policy with a focus on the problem of climate related risks: how to design equitable climate policies in an uncertain world and how to deal with catastrophic and correlated risks. His current research is how to change standard ex ante evaluations of risk, taking into account fairness issues of intra- and intergenerational equity. He also works on rank-discounted utilitarianism and its implications for climate policy and population ethics. He has published several research papers in journals such as the Journal of Economic Theory, the International Economic Review and Social Choice and Welfare.

The text

This paper was written for the workshop on “Climate Change Justice”, Chicago, May 2012.
The authors have benefited from comments by G. Asheim, D. Weisbach (who in particular encouraged us to examine risky returns to investment), and the participants at the workshop on “Climate Change Justice”.

Télécharger le working paper sur HALSHS/Download the working Paper.

Can society be commodities all the way down? Polanyian reflections on capitalist crisis

Karl Polanyi, The Great Transformation, revisited by Nancy FraserNancy Fraser, Can society be commodities all the way down? Polanyian reflections on capitalist crisis, FMSH-WP-2012-18, august 2012.

Pour télécharger ce working-paper/To download this working paper

The author

Nancy Fraser is Henry A. and Louise Loeb Professor of Philosophy and Politics and at the New School for Social Research in New York. Currently Einstein Visiting Fellow at the Free University of Berlin, she holds the Chair «Rethinking social justice in a globalizing world» at the Collège d’études mondiales, Fondation Maison des sciences de l’homme.

She has published two books in French: Qu’est-ce que la justice sociale? Reconnaissance et redistribution (La Découverte 2005; 2nd edition 2011) and Le féminisme en mouvements. De l’insurrection des années 1960 au néolibéralisme (forthcoming from La Découverte in October 2012). Her English-language publications include Scales of Justice: Reimagining Political Space for a Globalizing World (2008); Adding Insult to Injury: Nancy Fraser Debates her Critics, ed. Kevin Olson (2008);Redistribution or Recognition? A Political-Philosophical Exchange (2003) with Axel Honneth; Justice Interruptus: Critical Reflections on the “Postsocialist” Condition (1997); and Unruly Practices: Power, Discourse, and Gender in Contemporary Social Theory (1989).

Abstract

In his classic 1944 book, The Great Transformation, Karl Polanyi traced the roots of capitalist crisis to efforts to create “self-regulating markets” in land, labor, and money. The effect was to turn those three fundamental bases of social life into “fictitious commodities”.The inevitable result, Polanyi claimed, was to despoil nature, rupture communities, and destroy livelihoods. This diagnosis has strong echoes in the 21st century: witness the burgeoning markets in carbon emissions and biotechnology; in child-care, schooling, and the care of the old; and in financial derivatives. In this situation, Polanyi’s idea of fictitious commodification affords a promising basis for an integrated structural analysis that connects three dimensions of the present crisis, the ecological, the social, and the financial. This paper explores the strengths and weaknesses of Polanyi’s idea.

Keywords

Polanyi, crisis, commodification, capitalism, neolioberalism, critique

La société est-elle totalement marchandisable ? Réflexions polanyiennes sur la crise du capitalisme

Résumé

Dans La Grande Transformation, son ouvrage classique publié en 1944, Karl Polanyi a lié les origines de la crise capitaliste aux efforts pour créer des « marchés autorégulés » de la terre, du travail et de l’argent. En conséquence, ces trois fondements de la vie sociale ont été transformés en « marchandises fictives ». Le résultat inévitable, affirme Polanyi, a été de dépouiller la nature, rompre les communautés et détruire les moyens de subsistance. Ce diagnostic résonne fortement au XXIe siècle : en témoignent les marchés émergents concernant le carbone et les biothechnologies, les soins aux enfants et aux personnes âgées, l’enseignement, les produits financiers dérivés. Dans cette situation, l’idée de Polanyi de marchandisation fictive procure un fondement prometteur à une analyse structurale intégrée qui connecte les trois dimensions de la crise actuelle, écologique, sociale et financière. Ce papier explore les forces et faiblesses de l’idée de Polanyi.

Mots-clés

Polanyi, crise, marchandisation, capitalisme, néolibéralisme, critique

Pour télécharger ce working-paper/To download this working paper

Feminism, Capitalism, and the Cunning of History. An Introduction

Photo : EduardoLuzzatti, Valencia, Spain, June 11th 2011. ProtesterNancy Fraser, Feminism, Capitalism, and the Cunning of History: An Introduction, FMSH-WP-2012-17, august 2012.

To download the working paper/Pour télécharger le working paper

The author

Nancy Fraser is Henry A. and Louise Loeb Professor of Philosophy and Politics and at the New School for Social Research in New York. Currently Einstein Visiting Fellow at the Free University of Berlin, she holds the Chair «Rethinking social justice in a globalizing world» at the Collège d’études mondiales, Fondation Maison des sciences de l’homme.
She has published two books in French: Qu’est-ce que la justice sociale? Reconnaissance et redistribution (La Découverte 2005; 2nd edition 2011) and Le féminisme en mouvements. De l’insurrection des années 60 au néolibéralisme (forthcoming from La Découverte in October 2012). Her English-language publications include Scales of Justice: Reimagining Political Space for a Globalizing World (2008); Adding Insult to Injury: Nancy Fraser Debates her Critics, ed. Kevin Olson (2008); Redistribution or Recognition? A Political-Philosophical Exchange (2003) with Axel Honneth; Justice Interruptus: Critical Reflections on the “Postsocialist” Condition (1997); and Unruly Practices: Power, Discourse, and Gender in Contemporary Social Theory (1989).

The text

This essay is the introduction to the forthcoming book under the direction of Nancy Fraser, entitled Le féminisme en mouvements : De l’insurrection des années 60 au néolibéralisme, to be published in French in October 2012 by La Découverte (Paris).

Abstract

An introduction to my forthcoming book, this essay takes a broad, sweeping look at second-wave feminism, situating the movement’s unfolding in relation to three moments in the history of capitalism. In the first moment, feminism posed a radical challenge to the pervasive androcentrism of “state-organized capitalism”. In the second, the movement unwittingly supplied a key ingredient of what Luc Boltanski and Eve Chiapello call the “new spirit” of neoliberal capitalism. In the third (present) moment, of capitalist crisis, feminists have the chance to reactivate the movement’s emancipatory promise.

Keywords

feminism, capitalism, neoliberalism

Le féminisme en mouvements : De l’insurrection des années 60 au néolibéralisme. Une introduction

Résumé

Une introduction au livre à paraître sous la direction de l’auteur, cet essai offre un large balayage de la seconde vague du féminisme, et situe l’éclosion de ce mouvement en relation avec trois moments de l’histoire du capitalisme. Dans un premier moment, le féminisme pose un défi radical à l’androcentrisme du « capitalisme stato-organisé ». Dans un second moment, le mouvement fournit à son insu un ingrédient indispensable à ce que Luc Boltanski et Eve Chiapello appellent le « nouvel esprit du capitalisme ». Dans un troisième moment – actuel – de crise du capitalisme, les féministes ont une opportunité de réactiver la promesse émancipatrice du mouvement.

Mots-clés

féminisme, capitalisme, néolibéralisme

To download the working paper/Pour télécharger le working paper

The ‘Social’ and the ‘Cognitive’ in Language. A Reading of Saussure, and Beyond

Franson Manjali, The ‘Social’ and the ‘Cognitive’ in Language. A Reading of Saussure, and Beyond, FMSH-WP-2012-15, july 2012.

Pour télécharger ce Working Paper depuis HALSHS

Ferdinand de SaussureThe author

Professor at School of Language, Literature, and Cultural Studies, Jawaharlal Nehru University (JNU), New Delhi. Teaching at JNU since 1989. Prior to that, two years of post-doctoral research in Paris (Université Paris-4 Sorbonne and EHESS). Doctorate from Jawaharlal Nehru University in 1986.

Franson Manjali was invited by the Fondation Maison des sciences de l’homme in Paris from April 19 to 26, 2011, in the frame of the Indo-French Programme. He has been associated with different programmes of the FMSH since 1992.

The text

This is the text of a talk at Department of Philosophy, University of Essex, U.K., held on 28th April, 2011. It was written in New Delhi and Paris, and completed in Wivenhoe village, Essex. My Special thanks to Martin Henson and Patrice Maniglier at Essex and Max Zins in Paris.

Abstract

The paper explores in depth the intertwining of the social and the cognitive aspects of language in Ferdinand de Saussure’s classic Course in General Linguistics. This text has been put to new use recently by philosopher Patrice Maniglier, La Vie énigmatique des signes. The central problem for Maniglier is the resuscitation of the Saussure’s central notion of the ‘sign’ in the context of AI [artificial intelligence] / Cognitive Science. The main question is whether a naturally and mechanically arising linguistic ‘sign’ can remain indefinitely open-ended in the sense of the poststructuralists, and whether new cognitive ‘cultural milieus’ are continuously created on the basis of human contacts. Saussure seems to have much to say on this.

Keywords

linguistic sign, social and cognitive aspects of language, Saussure, cultural milieu

Le « social » et le « cognitif » dans le langage : une lecture de Saussure et au-delà

Résumé

Ce papier analyse en profondeur l’imbrication entre les aspects sociaux et les aspects cognitifs du langage dans le classique Cours de linguistique générale de Ferdinand de Saussure. Ce texte a récemment fait l’objet d’une nouvelle lecture par le philosophe Patrice Maniglier dans La Vie énigmatique des signes. Le problème principal pour Maniglier est la résurrection de la notion centrale de « signe » de Saussure dans le contexte de l’intelligence artificielle et des sciences cognitives. Les questions décisives sont les suivantes : est-ce qu’un « signe » linguistique émergeant naturellement et mécaniquement peut rester indéfiniment indéterminé dans le sens des poststructuralistes ? Est-ce que les nouveaux « milieux culturels » cognitifs sont continuellement créés sur la base des contacts humains ? Saussure semble avoir beaucoup à dire à ce sujet.

Mots-clés

signe linguistique, aspects sociaux et cognitifs du langage, Saussure, milieu culturel

Pour télécharger ce Working Paper depuis HALSHS

Du concept de sujet à celui de subjectivation/dé-subjectivation

Michel Wieviorka, Du concept de sujet à celui de subjectivation/dé-subjectivation, FMSH-WP-2012-16, juillet 2012.

Pour télécharger ce Working Paper depuis HALSHS

L’auteur

Michel Wieviorka est directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris, et est actuellement administrateur de la Fondation Maison des sciences de l’homme. Il a dirigé le Centre d’Analyse et d’Intervention Sociologiques (CADIS) fondé par Alain Touraine. Il a publié de nombreux ouvrages sur les mouvements sociaux, le racisme, le terrorisme, la violence, le multiculturalisme et les différences culturelles. Petite sélection : Sociétés et terrorisme, Paris, Fayard, 1988 ; L’espace du racisme, Paris, Seuil, 1991 ; La démocratie à l’épreuve. Nationalisme, populisme, ethnicité, Paris, La Découverte, 1993 ; Une société fragmentée. Le multiculturalisme en débat (dir.), Paris, La Découverte, 1996 ; La différence, Paris, Balland, 2001 ; La tentation antisémite. Haine des juifs dans la France d’aujourd’hui (dir.), Paris, Robert Laffont, 2005 ; Neuf leçons de sociologie, Paris, Editions Robert Laffont, octobre 2008 (rééd. Fayard, Pluriel, 2011) ; Evil (Polity Press, 2012).

Résumé

La sociologie s’est récemment ouverte au concept de « sujet », et, encore plus récemment, au projet d’en envisager la face sombre, destructrice et autodestructrice. Il faut faire maintenant un pas de plus, et envisager les processus de subjectivation et de dé-subjectivation à travers lesquels se façonnent et se transforment en permanence le sujet et sa face sombre, l’anti-sujet. À partir de là, il est possible d’analyser les phénomènes de mise en avant de mémoires dans l’espace public sous un angle nouveau qui est celui précisément des logiques de subjectivation et de dé-subjectivation au fil desquels elles se projettent dans l’espace public, ou restent enfouies dans le silence des consciences.

Mots-clés

sujet, subjectivation, dé-subjectivation, mémoire, conscience du temps

Pour télécharger ce Working Paper depuis HALSHS