Archives de catégorie : Collège d’études mondiales

The multiple traditions of social movement research: theorising intellectual diversity

Laurence Cox, The multiple traditions of social movement research: theorising intellectual diversity, FMSHWP-2017-128,
mars 2017.

Download on Open Archives halshs

This paper reflects on the implications of the contemporary diversity of intellectual approaches to the study of social movements. Sketching some of the key dimensions of difference in the field, it explores the norma-tive intellectual questions raised by /acknowledging this diversity as well as the intellectual history questions involved in explaining it. In a global perspective, the question of what a  » social movement studies of the global South  » might mean exemplifies the challenge involved. The paper draws on Aristotle’s typology of knowledge to suggest some ways of handling this situation , before concluding with some open questions..

L’auteur

Laurence Cox est Senior Lecturer en sociologie à la National University of Ireland Maynooth où il dirige un programme doctoral de recherche-action participative dans les mouvements sociaux. Il a publié plus de cinquante livres, articles et chapitres sur les mouvements sociaux et religieux, dont We Make Our Own History ; Understanding European Movements ; et Marxism and Social Movements. Dr Cox est co-fondateur de la revue Interface, l’une des revues internationales les plus connues pour l’étude des mouvements sociaux, et a fondé le réseau de recherches en mouvements sociaux du Council for European Studies.

Le texte

Texte produit lors de son activité au Collège d’études mondiales (FMSH, Directeur d’études associé 2016-17).

Résumé

Le but du présent article est d’offrir un certain nombre de réflexions sur la diversité des approches actuelles à l’étude des mouvements sociaux. Il propose une esquisse des divergences clé qu’on trouve dans ce domaine, et passe en revue les questions intellectuelles normatives soulevées par la reconnaissance de cette diversité, ainsi que les questions relevant de l’histoire des idées soulevées par toute tentative d’explication. Dans une perspective globale, la question de ce que pourrait constituer une étude des mouvements sociaux du Sud illustre le défi auquel on se trouve confronté. L’auteur s’inspire de la typologie aristotélicienne du savoir pour proposer quelques moyens possibles pour gérer cette situation.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

The Right to Land and Territory : New Human Right and Collective Action Frame

Priscilla Claeys, The Right to Land and Territory : New Human Right and Collective Action Frame, FMSH-WP-2016-109, mars 2016

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Resistance against the appropriation of nature, especially land, has been one of the key struggles of the transnational agrarian movement La Via Campesina (LVC) since its inception in 1993. The issue of access to land has become even more central after the food crisis of 2007-08, in a context increasingly marked by land grabbing and climate change. This contribution addresses one of the most significant dimensions of the contemporary agrarian question – i.e. access to and control over land and natural resources –, through a critical examination of the emergence of the “right to land and territory”, both as a collective action frame deployed by transnational peasant movements, and as a new human right in international law. After describing how LVC activists have used the human rights framework to formulate land claims (II), this article discusses a number of tensions that underlie the recognition and protection of land rights, either through institutional channels (“from above”)(III), or through the defense and control of lands and territories (“from below”)(IV). It ends with a discussion of the various frames that are deployed by La Via Campesina activists in ongoing land struggles, and of the possible impact of institutional progress on these struggles.

The author

Priscilla Claeys received her PhD in Political and Social Sciences from the University of Louvain (UCL) in 2013 and is now a Postdoctoral researcher. Priscilla worked as an Advisor to the UN Special Rapporteur on the right to food from 2008 to 2014. She previously worked for a number of human rights organizations and development NGOs. Her research interests include transnational  agrarian movements, human rights, food sovereignty, the right to food, alternative food economies and the ecological transition.

The text

The ideas expressed in this article were first presented at the international Symposium “Property from Below’’ which was held at MIT on 28 February 2014 and co-organized by Balakrishnan Rajagopal and Olivier De Schutter. An earlier version of this paper  benefited  from comments by Laura Silva-Castañeda and Deborah Delgado-Pugley, and was published in French under “Droit à la terre et contrôle des territoires. Du rôle du droit dans les luttes agraires”, in Silva-Castañeda Laura et al (eds.) Au-delà de l’accaparement. Dynamiques d’exclusion et nouvelles stratégies d’accès à la terre. (Peter Lang, 2014).

The research leading to these results has received funding from the European Union’s Seventh Framework Programme (FP7/2007-2013 – MSCA-COFUND) under grant agreement n°245743 – Post-doctoral programme Braudel-IFER-FMSH, in collaboration with the Collège d’études mondiales (FMSH).

Résumé

La lutte contre l’appropriation de la nature, en particulier la terre, a été l’une des luttes clés du mouvement agraire  transnational  La  Via Campesina (LVC) depuis sa création en 1993. La question de l’accès à la terre est devenue encore plus centrale après la  crise  alimentaire de 2007-08, dans un contexte de plus en plus marqué par l’accaparement des terres et le changement climatique. Cet article traite de l’une des dimensions les plus importantes de la question agraire contemporaine – l’accès à et le contrôle des territoires et ressources naturelles -, en proposant un examen critique de l’émergence du « droit à la terre et au territoire », à la fois comme cadre d’action collective déployé par les mouvements paysans transnationaux, et comme nouveau droit humain en droit international. Après  avoir décrit comment le cadre des droits humains a été utilisé par les activistes du mouvement LVC pour formuler leurs  revendications sur la terre, cet article discute un certain nombre de tensions qui sous-tendent la reconnaissance et la protection des droits à la terre, soit par les canaux institutionnels (« par le haut »), soit par la défense et le contrôle des terres et des territoires (« par le bas »). Il se termine par une discussion des divers cadres qui sont actuellement déployés par les militants de LVC dans les luttes foncières et de l’impact possible des progrès institutionnels sur ces luttes.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Peasants, Smallholders and Post-Global Food Crisis Agriculture Investment Programs

Matias E. Margulis and Priscilla Claeys, Peasants, Smallholders and Post-Global Food Crisis Agriculture Investment Programs, FMSH-WP-2016-110, avril 2016

Pour télécharger ce document sur HALSHS

This article examines new multilateral food and agriculture development programs implemented in response to the 2008 Global Food Crisis. These programs, which seek to increase agricultural investment and production in developing countries, have gained wide currency among donors, recipient governments and multilateral organizations. Given the significant financial and political resources committed to their success, these new multilateral food and agriculture programs point to a new global food security policy consensus. By examining two of the key World Bank and EU programs prioritizing the integration of small-scale and peasant farmers into commodity chains, we argue that they fail to adequately address the obstacles poor farmers themselves have identified as critical to improving their food security and livelihoods.

The authors

Matias E. Margulis is Lecturer in Political Economy at the University of Stirling. A former Canadian delegate to the WTO, OECD and United Nations agencies, his research focuses on global governance, international trade and human rights. Recent publications include “Forum-Shopping for Global Food Security  Governance ? Canada’s approach at the G8 and UN Committee for World Food Security”  (Canadian Foreign Policy Journal, 2015), “Trading Out of the Global Food Crisis ? The WTO and the Geopolitics of Agro-Power”  (Geopolitics, 2014)  and  Land  Grabbing and Global Governance (Routledge 2014, edited with Nora McKeon and Saturnino Borras, Jr.).

Priscilla Claeys is a Postdoctoral researcher at the Collège d’Études Mondiales, attached to the Chair of Prof. Dominique Méda on the Ecological Transition. Priscilla worked as an Advisor to the UN Special Rapporteur on the right to food from 2008 to 2014 and received her PhD from the University of Louvain (UCL). She is the author of two books : Human Rights and the Food Sovereignty Movement. Reclaiming Control published by Earthscan Routledge in 2015, and Rethinking Food Systems. Structural Challenges, New Strategies, and the Law coedited with Nadia Lambek and published by Springer in 2014.

The text

The ideas contained in this paper were first discussed at the 55th Annual Convention of the International  Studies  Association  in  Toronto,  Canada,  on  26-29  March  2013,  in  a  communication  entitled “Constructing Peasants As Global Subjects from the Top-Down”. The authors are grateful for the comments they received on that occasion.
The research leading to these results has received funding from the European Union’s Seventh Framework Programme (FP7/2007-2013 – MSCA-COFUND) under grant agreement n°245743 – Post-doctoral programme Braudel-IFER-FMSH, in collaboration with the Collège d’études mondiales (FMSH).

Résumé

Cet article examine les nouveaux programmes multilatéraux de développement mis en œuvre en réponse à la crise alimentaire mondiale  de  2008. Ces programmes, qui visent à accroître les investissements et la production agricole dans les pays en  développement, ont emporté l’adhésion des donateurs, des gouvernements bénéficiaires et des organisations multilatérales. Compte tenu des ressources financières et politiques importantes mises en œuvre, ces programmes alimentaires et agricoles indiquent l’émergence d’un nouveau consensus politique sur la sécurité alimentaire mondiale. En examinant deux des principaux programmes de la Banque mondiale et de l’UE donnant la priorité à l’intégration des petits agriculteurs et des paysans dans les chaînes alimentaires, nous défendons l’idée que ces programmes ne constituent pas une réponse adéquate aux obstacles identifiés par les petits agriculteurs eux-mêmes pour améliorer leur sécurité alimentaire et moyens de subsistance.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Les forces spéciales américaines : vers une refondation ?

Philippe Rousselot, Les forces spéciales américaines  : vers une refondation  ?, FMSH-WP-2016-108, mars 2016.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Crées en 1952 pour mener une guerre d’un type nouveau, selon l’expression de J. F. Kennedy, les forces d’opérations spéciales américaines (SOF) sont, après l’Afghanistan et l’Irak, au seuil d’une profonde évolution. Le contexte s’y prête : la présidence Obama excluant tout recours à de grandes opérations, l’utilisation de la force leur est confiée préférentiellement. Jouissant d’une protection politique qui leur vaut un budget particulièrement confortable, bénéficiant dans l’opinion populaire comme au sein du Congrès d’un soutien exceptionnel, les SOF ont su se mettre à l’écoute de la stratégie présidentielle. C’est pourquoi elles ont pris un temps d’avance considérable dans la gestion des conflits en mode inter-administration. Elles ont créé un réseau mondial, fondé à la fois sur un redéploiement géographique de leurs forces et sur la mise au point de partenariats avec des unités d’autres pays. La toile de ce réseau global s’étend aujourd’hui sur les deux tiers des Etats du monde. Elle se construit sur un socle classique de formation et de coopération, mais également sur la conviction que les SOF sont un facteur de confiance envers les Etats-Unis. Pour parvenir à ce dernier objectif, elles doivent créer un nouveau type de soldat, à la fois commando, diplomate et coopérant technique. Ce nouveau départ se heurtera sans doute à de grandes difficultés. Cependant, les premières mesures sont prises. Elles annoncent un recours ponctuel à la force par des opérations souvent violentes et toujours politiques, qui relèvent plus de l’action de police que des opérations de guerre. Ces dernières sont laissées aux partenaires et aux alliés, qui doivent désormais compter sur eux-mêmes et sur le seul soutien, sur leurs arrières, des SOF. Au terme de cette logique, les SOF pourraient se spécialiser – innovation majeure – dans l’évitement de la guerre. L’analyse théorique de ces nouvelles pratiques – que l’on ne saurait extraire d’un plan stratégique plus général – se révèle difficile et contrastée d’un auteur à l’autre. Peu d’entre eux ont vu que les SOF annoncent un nouveau mode d’intervention militaire, plus au service de l’ordre et de la paix qu’à celui de la guerre et de son chaos.

L’auteur

Philippe Rousselot, président d’Hestia Expertise, est docteur en histoire. Il anime, en association avec la chaire de Géopolitique appliquée du Collège d’études mondiales, les activités d’Hestia Expertise principalement consacrées, en 2016, au Maghreb et à la guerre spéciale. Il coordonne également les publications du carnet de recherche d’Hestia Expertise (hestia.hypotheses.org). Il est membre du conseil d’administration du Réseau français des Instituts d’études avancées.
Pour en savoir plus : www.fmsh.fr/fr/c/5563

Le texte

Ce texte a été rédigée au cours de l’année 2015 et achevé le 15 janvier 2016. Hestia Expertise, dans le cadre de ses travaux au sein de la FMSH, consacre une part importante de son année 2016 au lancement d’un programme de recherche sur la guerre spéciale. Marqué par un colloque (mars 2016), la création d’une bibliographie raisonnée, des liens avec d’autres centres de recherche et la publication de travaux,ce programme est inauguré par la publication de ce travail dont le but est de présenter à la communauté académique un sujet mal connu en France.
L’auteur remercie le général Dominique Champtiaux, Frédéric Mauro, Vincent Téjedor, Guillaume D., Augustin C. et Arnaud Borremans pour leur relecture de ce document.

Abstract

Created in 1952 to wage « another type of war » (J.F. Kennedy), the US special operations forces (SOF) are, after Afghanistan and Iraq, on the threshold of a profound evolution. The context lends itself: as the Obama presidency avoids large operations, the use of force is preferentially entrusted to them. Enjoying political protection which earned them a particularly comfortable budget, benefiting in the public opinion as within the Congress of a support not far from worship, SOF were able to listen effectively the presidential strategy. That is why they have taken a significant step ahead in managing conflicts in inter-agency mode. They have created a global network, based both on a geographical redeployment of the force and the development of partnerships with other countries units. The canvas of this global network now covers the two thirds of the states of the world. It is built on a foundation of classical training and cooperation, but also on the belief that SOF is a confidence factor to the United States. To achieve the latter objective, they must create a new type of soldier, at the same time commando, diplomat and development expert. This new start will doubtless collide with great difficulties. However, the first measures are taken. They announce a limited appeal to the strength by often violent and always political operations, which are more police actions than war operations. War is left with the partners and with the allies, who now have to rely on themselves and on the support, on their rear, of SOF. Following this logic, SOF could specialize – that is a major innovation – in avoidance of war. The theoretical analysis of those new practices – that can not be extracted from a broader strategic plan – proves to be difficult and contrasted from one author to another. Few of them saw that the SOF announced a new military intervention mode, more in the service of the order and of the peace than in that of the war and its chaos.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Jumps in financial modelling: pitting the Black-Scholes model refinement programme against the Mandelbrot programme

Christian Walter, Jumps in financial modelling: pitting the Black-Scholes model refinement programme against the Mandelbrot programme, FMSH-WP-2015-95, april 2015.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

The paper is on premature deindustrialization that India is experiencing and the role that government must play. Significant economic reforms were initiated in India in the early 1990s. These have brought about significant changes in the economy, but these have failed to stimulate the manufacturing sector. In fact the situation is worse than that in the pre-reforms period. After discussing the nature of the manufacturing crisis, the paper focusses on three important aspects – import liberalization, foreign direct investment and technological development.  The paper analyses the impact of reforms and what has been the official response. The paper stresses the vital importance of industrial policy in India today. It argues for an industrial strategy coordinated and led by the government. The objective of such an intervention is not to replace the private sector but to supplement the efforts of the private sector and enable it to play a more proactive role.

The author

Christian Walter is actuary of the French Institute of Actuaries and holds the Chair «Ethics and Finance” at the Collège d’études mondiales, Fondation Maison des sciences de l’homme. Adjunct Professor at the University of Evry (1999-2002), Sciences Po (2002-2008), and IAE of Paris (2011-2014). Visiting Professor at Columbia University, New York (2008). Member of Research Centre for Contemporary philosophy (Phico) of the University Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Member of the Advisory Committee of the legislation and financial regulation (CCLRF) of the Treasury Department of the French Ministry of Finance. His research focuses on financial modeling, history and epistemology of finance theory and ethics of finance. Latest books: The random walk model in Finance , Paris, Economica, 2013; Extreme Financial Risks and Asset Allocation (with Olivier Le Courtois), London, Imperial College Press, 2014.

The text

This text was written in the frame of the Chair Ethics and finance at the Collège d’études mondiales, Fondation Maison des sciences de l’homme.

Résumé

Deux programmes de recherche se partagent les travaux de modélisation des discontinuités des variations boursières entre les années 1960 et les années 2000 : le programme de Mandelbrot et le programme « pragmatique ». On présente ici ces deux programmes de recherche en les situant l’un face à l’autre. On montre comment le programme pragmatique a privilégié les améliorations techniques des modèles qui permettaient de conserver les manières usuelles de gérer le risque financier, sans remettre en cause les représentations collectives sur l’incertitude financière. On situe ces deux programmes au moyen de la classification de Sato. On montre comment le programme de Mandelbrot s’est trouvé confronté à un rejet radical par les « pragmatiques » dans les années 1970 et a finalement été abandonné dans les années 1980 pour des raisons de difficultés à la fois mathématiques et statistiques, l’hypothèse d’invariance de morphologie du risque selon l’échelle d’analyse des marchés (ou hypothèse « fractale ») n’étant pas corroborée par les tests effectués sur les marchés. On retrace l’évolution du programme pragmatique dans les années 1990 pour faire apparaître comment les hypothèses épistémologiques de ce programme retrouvent celles du programme de Mandelbrot sans l’hypothèse fractale. On suggère que, à partir des années 2000, les deux programmes se rejoignent épistémologiquement dans une nouvelle manière de comprendre la temporalité des marchés financiers : une dynamique qui évoluerait au gré d’un temps boursier intrinsèque différent du temps calendaire.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Les deux quantifications de la théorie financière. Contribution à une histoire critique des modèles financiers

Christian Walter, Les deux quantifications de la théorie financière. Contribution à une histoire critique des modèles financiers, FMSH-WP-2015-89, février 2015.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Nous proposons d’analyser les changements de la théorie financière sur longue durée à partir de la notion de première puis de seconde quantification de cette théorie. Nous introduisons la notion de quantification puis nous présentons les deux quantifications en les situant l’une par rapport à l’autre au moyen d’un cadre stylisé d’un marché élémentaire à l’ équilibre. Nous donnons ensuite un exemple de ces transformations en analysant la manière dont les deux quantifications ont modifié une technique rudimentaire de la finance traditionnelle, le calcul de la valeur actuelle.

L’auteur

Christian Walter est actuaire agrégé de l’Institut des actuaires et titulaire de la chaire « Ethique et Finance » du Collège d’études mondiales de la Fondation Maison des sciences de l’homme. Professeur associé à l’université d’Evry (1999-2002), professeur associé à Sciences Po (2002-2008), professeur invité à l’université de Columbia, New York (2008), professeur associé à l’IAE de Paris (2011-2014). Membre du Centre de philosophie contemporaine (PhiCo) de l’université Paris 1-Panthéon Sorbonne. Membre titulaire du Comité consultatif de la législation et de la réglementation financières (CCLRF) de la Direction générale du Trésor. Ses travaux portent sur la modélisation financière, sur l’histoire et l’épistémologie de la théorie de la finance et sur l’éthique de la finance. Derniers ouvrages parus : Le modèle de marche au hasard en finance , Paris, Economica, 2013 ; Extreme Financial Risks and Asset Allocation (avec Olivier Le Courtois), Londres, Imperial College Press, 2014.

Le texte

Ce texte s’inscrit dans les travaux de la chaire « Ethique et finance » du collège d’études mondiales de la fondation Maison des sciences de l’homme. Je remercie la FMSH pour son soutien ainsi que les membres du collège. Ce texte trouve son origine dans la réflexion engagée au groupe SMA sur les impacts professionnels de la directive « Solvabilité II » pour les compagnies d’assurance, qui se caractérise par une modification significative des pratiques assurantielles. Je remercie le groupe SMA et son directeur général délégué Hubert Rodarie pour l’environnement stimulant qui a permis de bien saisir les enjeux de l’historicisation des techniques de financiarisation dans la compréhension de ces changements. Ce travail a été présenté sous des formes antérieures au séminaire Étudier la financiarisation au travers des dispositifs politiques et des outils de gestion d’Eve Chiapello à l’EHESS (2013) et au séminaire
de la chaire « Ethique et finance » (2014). Je remercie les participants à ces deux séminaires pour leurs questions et commentaires. Je remercie vivement Eve Chiapello pour les fécondes conversations que nous avons eues sur la notion de quantification et qui a revu une première version de ce texte.

Abstract

I describe the changes of the financial theory over the long run by using the sociological notion of quantification and by coining a new terminology and framework: the first and second quantifications of this theory. I present an overview of the two quantifications by mirroring them with a stylized elementary market moving towards equilibrium. Then I illustrate the shift resulting from this transformation by describing the way the two quantifications impacted a well-known technique of the traditional finance, the calculation of the present value by discounting future cash flows.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Ce que révèle le discours des acteurs officiels sur un « au-delà du PIB »

beyondGDP-Thiry3Géraldine Thiry, Léa Sébastien, Tom Bauler, Ce que révèle le discours des acteurs officiels sur un « au-delà du PIB », FMSH-WP-2014-78, novembre 2014.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

L’objectif d’un « au-delà du PIB » mobilise de nombreux acteurs, aux statuts, objectifs et visions très différents. La diversité, souvent diffuse, d’échelles institutionnelles, d’approches théoriques et de positionnements normatifs vis-à-vis de l’opportunité et des motifs d’un « au-delà du PIB » rend les débats confus, les positionnements peu clairs, et les rapports de force difficilement identifiables. Mais de quoi les débats actuels sont-ils le signe ? Aller « au-delà du PIB » serait-il un objectif rhétorique par défaut, en l’absence de stratégie crédible de sortie de crise ? Constitue-t-il une fenêtre d’opportunité à la mise en débat de questions de société difficilement abordables par ailleurs, et non une fin en soi ? Ou au contraire cristallise-t-il un volontarisme militant, désireux d’amorcer un véritable changement paradigmatique ? Nous tentons de répondre à cette question par l’analyse de discours d’acteurs officiels (politiques, techniciens et administratifs) impliqués et non-impliqués dans la poursuite d’un « au-delà du PIB ». Il ressort qu’au niveau des sphères officielles, les débats sur « un-delà du PIB », s’ils font entrer en ligne de compte de nouveaux enjeux comme le bien-être ou la soutenabilité, ne participent pas à éroder la centralité de la « croissance du PIB». Les débats s’avèrent dominés par une certaine forme de pragmatisme, les intérêts dominants étant centrés sur des contraintes et objectifs de court-terme, dont la croissance économique semble toujours considérée comme un élément indispensable. L’intérêt des acteurs pour de nouveaux indicateurs relève donc plus d’une volonté et/ou d’une nécessité d’adapter les modalités de gestion publique et/ou les politiques publiques à de nouvelles contraintes que d’une remise en question plus fondamentale du modèle productiviste sur lequel les économies sont bâties depuis plus de soixante ans.

Les auteurs

Géraldine Thiry est chercheure post-doctorale au Collège d’Etudes Mondiales (FMSH-Paris), au sein de la Chaire du Prof. Dominique Méda, «Reconversion écologique, travail, emplois et politiques sociales». Après avoir obtenu un diplôme de deuxième cycle en sciences politiques (relations internationales) et deux masters en économie à l’Université Catholique de Louvain (UCL), elle a réalisé un doctorat en sciences économiques (obtenu en mai 2012, à l’UCL). Entre septembre 2012 et décembre 2013,elle a été chercheuse au sein du projet européen FP7 «BRAINPOoL» (BRinging Alternative INdicators into POLicies) à l’Université Libre de Bruxelles (ULB). Ses principaux domaines de recherche sont les nouveaux indicateurs de richesse, la socio-économie de la quantification, la comptabilité critique et l’économie écologique.

Léa Sébastien est enseignante-chercheure à l’Université Toulouse II, Laboratoire CNRS GEODE depuis 2010. Elle y étudie l’usage politique des indicateurs de développement durable et les conflits environnementaux. Après des études effectuées à l’Université McGill au Canada, elle a terminé une thèse à l’Ecole des Mines en 2006 sur la gouvernance des ressources naturelles, au cours de laquelle elle mit sur pied un modèle d’aide à la négociation environnementale intitulé l’Acteur en 4 Dimensions. Niveau recherche, Léa Sébastien a été chercheure senior à l’Université de Bruxelles de 2008 à 2010 où elle était en charge de projets européens FP7 (POINT ; CEECEC) ; elle a également effectué un post-doctorat en 2007 à l’IFREMER sur les jeux d’acteurs en zones humides. Ses thèmes de recherche touchent particulièrement l’étude des interactions entre rapports sociaux et rapports à la nature, les politiques publiques de l’environnement, les indicateurs de développement durable et la gouvernance territoriale. Auteure de nombreuses publications internationales, elle a notamment réalisé un ouvrage scientifique en 2002 portant sur les potentialités de gestion durable en forêt privée,intitulé : «Forêt cherche propriétaire pour relation durable » (Editions ECOFOR, 2002).

Tom Bauler est professeur à l’Université libre de Bruxelles – ULB (Ingénieur, Institut de Gestion de l’Environnement et d’Aménagement du Territoire – IGEAT). Il est titulaire de la Chaire Economie et environnement. Il est également l’auteur de plusieurs publications et associé à de nombreux projets et réseaux de recherche sur les liens entre politique environnementale et économie. Détails sur http://igeat. ulb.ac.be/fr/equipe/details/person/tom-bauler/

Le texte

Ce texte est issu d’une collaboration entre la Chaire du prof. Dominique Méda, « Reconversion écologique, travail, emploi et politiques sociales », l’Université de Toulouse II (Le Mirail) et l’Université Libre de Bruxelles. Géraldine Thiry a bénéficié d’un soutien financier du septième programme-cadre de l’Union européenne (FP7/2007-2013 – MSCA-COFUND) en vertu de la convention de subvention n°245743 – Programme de bourses post-doctorales Braudel-IFER-FMSH, en collaboration avec la Chaire du Prof. Dominique Méda.

Abstract

The idea of going « beyond GDP » attracts more and more actors, whose status, objectives and visions are very different. The diversity of institutional scales, theoretical approaches, and normative positions regarding the opportunity and motives of going “beyond GDP” makes hard to clearly identify the stances of the actors and the power balances dominating the debates. We therefore ask: What do the current debates mean to their actors? Are they a new rhetoric liable to elude a confrontation with the structural problems resulting from the crisis? Are they an opportunity window for launching again societal debates that are hardly raised elsewhere? Or are they a real trigger toward a paradigmatic change, deeply questioning productivism? We try to answer that question by analysing the discourses of official actors (politics, administration, technicians) involved and not involved in “beyond-GDP” initiatives. We show that, at the official level, beyond GDP debates, while they raise new societal issues, do not contribute to erode the central role of economic growth. The debates are dominated by pragmatism, in that dominant interests are focused on short-term constraints and objectives, where GDP growth remains pivotal. The involvement of actors in beyond-GDP debates reveals more a need and/or the willingness to adapt public management and policies to new constraints rather than a critical reflexion on the productivist model on which our economies have been built for more than sixty years.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Local Biologies and the Chemical Infrastructures of Global Health

Don't strip-tease for Anopheles 1941-1945
Don’t strip-tease for Anopheles 1941-1945

Alex M. Nading, Local Biologies and the Chemical Infrastructures of Global Health, FMSH-WP-2014-79, september 2014.

Télécharger sur les Archives ouvertes halshs

Abstract

Chemicals are key material features of the infrastructure of global health. While the models for disease control deployed in global health projects tend to treat chemicals as stable objects, I ask what might happen if we saw them instead as unstable things, implicated in fluid interactions. A view of health as constituted of things rather than objects has three advantages. First, it pushes theories of biopower in global health beyond attention to the bureaucratic regimes of life-management. Second, it shows how health-seeking practices belie neat spatial scales. Third, chemicals reveal the aesthetic nature of health.

The author

Alex Nading is an anthropologist of science, medicine, and the environment. He is Assistant Professor at the Department of Anthropology, Franklin & Marshall College (Pennsylvania, USA) and a Fernand Braudel Fellow 2013-2014 at the Collège d’études mondiales – Chair Anthropology and global health. His research and publications examine participatory mosquito control programs for dengue fever prevention in low-income urban Nicaragua; the production and field-testing of genetically sterilized dengue mosquitoes and genetically engineered dengue vaccines; and the social production of the “human microbiome” in greater Managua.

More information: http://www.alexnading.com/

The text

This text was written in the frame of the Chair Anthropology and global health at the Collège d’études mondiales – Fondation Maison des sciences de l’homme, thanks to a Fernand Braudel IFER Fellowship 2013-2014. It constitutes part of the preliminary chapter of Mosquito Trails: Ecology, Health, and the Politics of Entanglement, University of California Press, August 2014.

Résumé

Les produits chimiques jouent un rôle matériel clé dans l’infrastructure de la santé mondiale. Tandis que les modèles de contrôle des maladies utilisés dans les projets de santé mondiale ont tendance à traiter les produits chimiques comme objets stables, je souhaite examiner ce qui pourrait se produire lorsqu’on les envisage comme des choses instables, impliqués dans des interactions fluides. Il existe trois avantages à utiliser un concept de santé comme composée de choses plutôt que d’objets. En premier lieu, ce point de vue déplace les théories du biopouvoir dans la santé mondiale au-delà de l’attention pour les régimes bureaucratiques de la gestion de la vie. En second lieu, cela démontre comment les pratiques de recours au soin démentent des échelles spatiales simplistes. Troisièmement, les produits chimiques révèlent la nature esthétique de la santé.

Télécharger sur les Archives ouvertes halshs

Les nouveaux indicateurs de prospérité : pour quoi faire ? Enseignements de six expériences nationales

Stirling Point Signpost, Bluff, New Zealand
Stirling Point Signpost, Bluff, New Zealand

Lucas Chancel, Géraldine Thiry, Damien Demailly, Les nouveaux indicateurs de prospérité : pour quoi faire ? Enseignements de six expériences nationales, FMSH-WP-2014-78, septembre 2014.

Télécharger sur les Archives ouvertes halshs

Résumé

L’élaboration de nouveaux indicateurs de prospérité (NIP) fait l’objet d’un intérêt grandissant auprès de nombreux acteurs et instances (ONGs, académiques, société civile, institutions regionales, nationales et internationales). Cet article traite des conditions d’institutionnalisation, dans les sphères officielles, de tels indicateurs. Pour ce faire, six initiatives nationales et régionales sont étudiées en Australie, au Royaume-Uni, au Pays de Galles, en Belgique, en Wallonie et en Allemagne. Pour chacune d’entre elles, nous questionnons les usages effectifs de nouveaux indicateurs de prospérité ainsi que les rôles – instrumental, politique et symbolique – que ceux-ci sont amenés à jouer. L’analyse de ces experiences nationales et régionales nous conduit à formuler dix leçons pouvant instruire et alimenter les débats sur l’institutionnalisation des NIP, notamment en France. Parmi ces leçons apparaissent, entre autres, la pertinence de proposer des indicateurs complémentaires plutôt que substituables au Produit Intérieur Brut, le rôle de soutien que peuvent jouer les instances exécutives et législatives au plus haut niveau, le rôle stratégique des instituts nationaux de statistiques et l’importance de soumettre l’élaboration et le choix d’indicateurs à une débat démocratique.

Les auteurs

Lucas Chancel est diplômé de Sciences Po, de l’Ecole Polytechnique et de l’Imperial College (Londres). Avant de rejoindre l’Iddri, il a travaillé en tant que consultant pour The Energy and Resources Institute (New Delhi) et a été chercheur invité au programme Habitat des Nations Unies à Nairobi. Il enseigne l’économie des inégalités et du développement durable à l’IEP de Paris.

Géraldine Thiry est chercheure post-doctorale au Collège d’Etudes Mondiales (FMSH-Paris), au sein de la Chaire du Prof. Dominique Méda, «Reconversion écologique, travail, emplois et politiques sociales». Après avoir obtenu un diplôme de deuxième cycle en sciences politiques (relations internationales) et deux masters en économie à l’Université Catholique de Louvain (UCL), elle a réalisé un doctorat en sciences économiques (obtenu en mai 2012, à l’UCL). Entre septembre 2012 et décembre 2013, elle a été chercheuse au sein du projet européen FP7 «BRAINPOoL» (BRinging Alternative INdicators into POLicies) à l’Université Libre de Bruxelles (ULB). Ses principaux domaines de recherche sont les nouveaux indicateurs de richesse, la socio-économie de la quantification, la comptabilité critique et l’économie écologique.

Damien Demailly est diplômé de l’École Polytechnique et docteur en économie. Après une thèse sur l’impact des politiques climatiques sur la compétitivité de l’industrie au CIRED-EHESS, il a travaillé pendant cinq ans dans le milieu de l’écologie associative puis politique, en France et en Europe. En 2012, il rejoint l’Iddri pour y lancer le programme transversal « Nouvelle Prospérité ».

Le texte

Ce texte est issu d’une collaboration entre la Chaire du prof. Dominique Méda, «Reconversion écologique, travail, emploi et politiques sociales» et l’Institut du Développement Durable et des Relations Internationales (IDDRI – SciencePo). Ce texte est également publié comme working paper de l’IDDRI. Ce travail a bénéficié d’une aide de l’État gérée par l’Agence nationale de la recherche au titre du programme « Investissements d’avenir » portant la référence ANR-10-LABX-01. Géraldine Thiry a bénéficié d’un soutien financier du septième programme-cadre de l’Union européenne (FP7/2007-2013 – MSCA-COFUND) en vertu de la convention de subvention n°245743 – Programme de bourses postdoctorales Braudel-IFER-FMSH, en collaboration avec la Chaire du Prof. Dominique Méda.

Remerciements

Nous remercions tout particulièrement Pierre Barthélémy, Romina Boarini, Aurélien Boutaud, Michel Colombier, Lucien Chabason, Delphine Donger, Fabrice Flipo, Jean Gadrey, Florian Guyot, Claude Henry, Florence Jany-Catrice, Dominique Méda, Marco Mira d’Ercole. Les vues exprimées dans cette étude n’engagent que leurs auteurs.

Abstract

The elaboration of new indicators of prosperity (NIP) arouses growing interest among many actors (NGOs, scholars, civil society, regional, national and international institutions). This paper studies the conditions of institutionalization of such indicators within the official decision-making spheres. To this end, six national and regional initiatives are considered in Australia, United Kingdom, Wales, Belgium, Wallonia and Germany. For each of them, we question the effectiveness of the uses of NIP as well as the roles – instrumental, political and symbolic – that such indicators are to play in decision making. Our study of the national and regional experiences leads us to formulate ten lessons that might inform and feed current debates on the institutionalization of the NIP, notably in France. We stress the importance of proposing complementary indicators to Gross Domestic Product rather than substitutes, the supportive role of executive and legislative authorities at the highest level, the strategic role of official institutes of statistics and the importance of submitting the elaboration and choice of NIP to a democratic debate.

Étudier l’exil

ppnuseloviciPosition paper d’Alexis Nuselovici (Nouss) est professeur de littérature générale et comparée à l’Université d’Aix-Marseille, FMSH-PP-2013-09, septembre 2013.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

L’auteur

Alexis Nuselovici (Nouss) est professeur de littérature générale et comparée à l’Université d’Aix-Marseille. Il a jusque récemment occupé le poste de Chair of Modern Cultural Studies à l’Université de Cardiff (Royaume-Uni) et a enseigné auparavant à l’Université de Montréal. Il a été professeur invité au Brésil, en Turquie, en Espagne et en France. Directeur ou membre de plusieurs équipes de recherche internationales, il est responsable du séminaire « L’expérience de l’exil » au Collège d’études mondiales. Il a publié une dizaine de livres dont Plaidoyer pour un monde métis (2005) et Paul Celan. Les lieux d’un déplacement (2010).

Résumé

L’expérience « exilique », à la fois condition et conscience, déploie une potentialité heuristique unique, et pourtant négligée, face aux nouvelles réalités migratoires incluant des catégories aussi variées que, entre autres, le migrant, le réfugié, le clandestin, catégories qu’il importerait toutefois de penser ensemble. Étudier les manifestations de l’exil en tant qu’expérience recentre sur l’humain les discours traitant de la migration et permet de réfléchir à une société plus inclusive dans une perspective tant éthique que politique. Ces constats invitent à créer un champ scientifique interdisciplinaire à nommer « études exiliques », représenté dans le domaine anglo-saxon mais inexistant dans la francophonie.

Mots-clefs

exil, migration, expérience, territoire, études exiliques

Studying Exile

Abstract

Exile, the concept and the experience, conveys a significant although neglected heuristic force in our contemporary world in which new migratory movements include such diverse categories as migrant, refugee or undocumented person, types of experiences that need to be examined together. To study exile as an experience brings back the human dimension into discourses on migration and invites to conceive of a more ethically and politically inclusive society. These considerations have called forth the attempt to create a multi-disciplinary research field called “études exiliques” [exile studies] present in the Anglo-Saxon domain but inexistent in the francophone one.

Keywords

exile, migration, experience, territory. exile studies

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Pour une typologie des objets de l’exil

Museo delle Migrazioni, Lampedusa
Museo delle Migrazioni, Lampedusa

Working paper d’Alexandra Galitzine-Loumpet, anthropologue, FMSH-WP-2013-46, septembre
2013.

Pour télécharger ce document dans HALSHS.

L’auteur

Alexandra Galitzine-Loumpet est anthropologue et travaille actuellement à la Fondation Maison des sciences de l’homme (ANR EsCA, Programme « Non-lieux de l’exil ») après avoir été longtemps MCF à l’Université de Yaoundé I. Parmi ses thèmes de recherche : les représentations de l’altérité, le patrimoine en Afrique sub-saharienne, le royaume et l’écriture Bamoun (Ouest-Cameroun), la culture matérielle et notamment les objets de l’exil.

Résumé

Les études sur le phénomène migratoire ont jusqu’à présent accordé peu de place à l’étude des objets, pourtant seules traces tangibles de l’hypermobilité contemporaine. Mais les objets de l’exil ne sont pas réductibles aux objets de la migration. Articulés par la notion de coexistence, les objets de l’exil intègrent artefacts et représentations (littéraires, artistiques), espaces, temporalités et identités multiples. Cette contribution propose de définir une culture matérielle de l’exil et d’en dresser une première typologie autour de trois critères principaux : l’état instable du sujet en exil, l’emboitement matériel/immatériel, la métamorphose des usages.

Mots-clefs

objets, exil, culture matérielle, héritage matériel, héritage immatériel, coexistence, métamorphoses, patrimoine

Objects of exile: a typology

Abstract

Studies related to migratory movements have until now given little attention to objects despite the fact they are the only tangible traces of contemporary intense human circulation. However, objects of exile are not merely objects of migration. Organised according to a principle of coexistence, objects of exile include artefacts and literary or artistic representations and address issues of time, space and multiple identity. This paper aims at sketching a material cultural of exile and at drawing an initial typology according to three main criteria: the unstable condition of the exiled subject; the linkage between materialness and immaterialness; the transformation of uses and practices.

Keywords

objects, exile, material culture, tangible heritage, intangible heritage, coexistence, transformation, patrimony

Pour télécharger ce document dans HALSHS.

Exil et post-exil

Chaim Soutine, Self-Portrait, 1918 © The Art Museum, Princeton University
Chaim Soutine, Self-Portrait, 1918
© The Art Museum, Princeton University

Working paper d’Alexis Nuselovici (Nouss) est professeur de littérature générale et comparée à l’Université d’Aix-Marseille, FMSH-WP-2013-45, septembre 2013.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

L’auteur

Alexis Nuselovici (Nouss) est professeur de littérature générale et comparée à l’Université d’Aix-Marseille. Il a jusque récemment occupé le poste de Chair of Modern Cultural Studies à l’Université de Cardiff (Royaume-Uni) et a enseigné auparavant à l’Université de Montréal. Il a été professeur invité au Brésil, en Turquie, en Espagne et en France. Directeur ou membre de plusieurs équipes de recherche internationales, il est responsable du séminaire « L’expérience de l’exil » au Collège d’études mondiales. Il a publié une dizaine de livres dont Plaidoyer pour un monde métis (2005) et Paul Celan. Les lieux d’un déplacement (2010).

Résumé

Les expériences et identités exiliques aujourd’hui ne répondent pas aux critères connus. On peut avoir la nostalgie d’un pays que l’on n’a jamais connu, éprouver le manque d’une langue que l’on n’a jamais parlée. Le concept de post-exil veut rendre compte du phénomène en recevant trois compréhensions : le post-exil comme l’après-exil, le retour d’exil, le terme de l’épreuve ; exil et post-exil comme deux expériences distinctes et successives au sein d’un parcours individuel ou au gré d’un passage générationnel ; exil et post-exil comme deux modes de manifestation ou d’expression de l’exiliance dans un rapport dialectique de concomitance.

Mots-clefs

exil, post-exil, exiliance

Exile and Post-exile

Abstract

Exilic experiences and identities nowadays escape current criteria. One can feel nostalgic for a country he/she has never lived in; one can feel a longing for a language he/she never spoke. The concept of post-exile is proposed here to define such a phenomenon which shall be understood in three ways: the end of exile or the return from exile; exile and post-exile as a succession of two stages in the exilic experience; exile and post-exile dialectically linked as two means of expression or two forms of manifestations.

Keywords

exile, post-exile, exiliance

Sommaire

Introduction
La flèche de l’exil
Après l’exil
Deux expériences successives
Deux modes d’exiliance
Conclusion
Bibliographie

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Exiliance : condition et conscience

exil1Working paper d’Alexis Nuselovici (Nouss) est professeur de littérature générale et comparée à l’Université d’Aix-Marseille, FMSH-WP-2013-44, septembre 2013.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

L’auteur

Alexis Nuselovici (Nouss) est professeur de littérature générale et comparée à l’Université d’Aix-Marseille. Il a jusque récemment occupé le poste de Chair of Modern Cultural Studies à l’Université de Cardiff (Royaume-Uni) et a enseigné auparavant à l’Université de Montréal. Il a été professeur invité au Brésil, en Turquie, en Espagne et en France. Directeur ou membre de plusieurs équipes de recherche internationales, il est responsable du séminaire « L’expérience de l’exil » au Collège d’études mondiales. Il a publié une dizaine de livres dont Plaidoyer pour un monde métis (2005) et Paul Celan. Les lieux d’un déplacement (2010).

Résumé

Noyau existentiel commun à toutes les expériences de sujets migrants, quelles que soient les époques, les cultures et les circonstances qui les accueillent ou les suscitent, l’exiliance se décline en condition et conscience, les deux pouvant ne pas coïncider : se sentir en exil sans l’être concrètement ; l’être concrètement sans se sentir en exil. L’analyse de ce phénomène dans sa dimension éthique est menée, entre autres, à partir du roman L’Amérique de Kafka avant d’être poursuivie quant à la question de la représentation de l’expérience exilique ainsi que de son rapport à la mort.

Mots-clefs

exil, exiliance, éthique, représentation, mort, Kafka

Exiliance : Condition and Consciousness

Abstract

As an existential core in the experience lived by all migrants, whatever the historical and cultural circumstances are, exiliance is both a condition and a consciousness. However, they may not be in sync: one could feel in exile without really be exiled or one could be exiled without feeling it. Among other sources, Kafla’s America provides the material to study this phenomenon in its ethical dimension. Other issues to be addressed are the representation of exilic experience and the link between death and exile.

Keywords

exile, exiliance, ethics, representation, death, Kafka

Pour télécharger ce document sur HALSHS

L’exil comme expérience

nuselovici1
Garden of exil, Jewish Museum, Berlin.

Working paper d’Alexis Nuselovici (Nouss) est professeur de littérature générale et comparée à l’Université d’Aix-Marseille, FMSH-WP-2013-43, septembre 2013.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

L’auteur

Alexis Nuselovici (Nouss) est professeur de littérature générale et comparée à l’Université d’Aix-Marseille. Il a jusque récemment occupé le poste de Chair of Modern Cultural Studies à l’Université de Cardiff (Royaume-Uni) et a enseigné auparavant à l’Université de Montréal. Il a été professeur invité au Brésil, en Turquie, en Espagne et en France. Directeur ou membre de plusieurs équipes de recherche internationales, il est responsable du séminaire « L’expérience de l’exil » au Collège d’études mondiales. Il a publié une dizaine de livres dont Plaidoyer pour un monde métis (2005) et Paul Celan. Les lieux d’un déplacement (2010).

Résumé

Dans le monde contemporain où les phénomènes migratoires ont atteint une ampleur inédite et connaissent de nombreuses formes, il est possible de distinguer un noyau existentiel commun à toutes ces réalités et transmissible sur plusieurs générations. Nous le nommons « exiliance » et en distinguons comme trait spécifique l’articulation posée entre l’identité de départ et l’identité d’arrivée du sujet migrant, suscitant une dynamique de multi-appartenance. Les pensées de Edward Said et de Emmanuel Lévinas nous permettent de définir cette catégorie existentielle qui doit être distinguée de celle de l’étranger.

Mots-clefs

exil, migration, exiliance, expérience, étranger, Edward Said, Emmanuel Lévinas

Exile as Experience

Abstract

In our contemporary world, migratory movements have reached an unprecedented scale and include a wide range of realities. However they all share a voluntary or imposed condition, which shall be named “exiliance” and which continues over several generations, both at the individual and at the collective level. Regarding the migrants’ identity, if Republican integration stresses the moment of arrival and multiculturalism the one of departure, the exiled person’s experience dialectically links both. Edward Said and Emmanuel Lévinas help us to sketch this specific existential category which is not the same as the one of the foreigner.

Keywords

exile, migration, exiliance, experience, foreigner, Edward Said, Emmanuel Lévinas

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Historic Overview of Climate Framing

climateframingWorking paper par Amy Dahan, directeur de rechercher émérite en Histoire des sciences au CNRS, Historic Overview of Climate Framing, FMSH-WP-2013-39, août 2013.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

The author

Amy Dahan is Director of Research Emeritus in History of Science and Science Studies at the CNRS (France), Centre Alexandre Koyré, where she was joint-Director, and Director of the Master Program until 2010. Her main research themes included history of mathematics and applied mathematics, science and war, modeling practices, etc. For the 2000’s, she focused on climate sciences and climate policies, heading a research team titled “Climate Change, Expertise and Futures». She is the author of about thirty papers (articles, chapters or research reports ) on climate models, climate expertise, the framing and the governance of climate problem, geopolitics, etc., and she edited Les Modèles du futur (Éditions de la Découverte, 2007).

Abstract

In this paper, I propose an overview of the framing of the climate change regime which developed from 1992 up to nowadays. First, I deconstruct some features of this framing: the definition of climate change as a pollution problem, the evidence of its global character of the problem, the strategy of burden-sharing. Second, I put the focus on the main tools of the governmentality of the problem (carbon market, flexible mechanisms), on the specific relation between science and politics starting with the 2° C threshold, and finally on the rise of adaptation stakes. Today, the geopolitics of climate are profoundly affected by the convergence of the diverse crises currently sweeping the world and this current framing is in total failure. The last section is devoted to the question: what can be done particularly in Europe?

Keywords

climate regime, framing, globality, carbon market, the 2°C, climate

Un aperçu historique du cadrage du régime climatique

Résumé

Dans cet article, je propose un aperçu du cadrage du régime climatique tel qu’il s’est développé depuis 1992 jusqu’à nos jours. Premièrement, je déconstruis quelques traits qui caractérisent ce cadrage: la définition du changement climatique comme un problème de pollution, l’évidence de la globalité du problème, la stratégie de partage du fardeau. Deuxièmement je mets l’accent sur les instruments principaux de gouvernementalité du problème (marché du carbone, mécanismes dits de flexibilité..), sur la relation spécifique entre science et politique autour du seuil des 2°C, et enfin sur la montée des enjeux de l’adaptation. Aujourd’hui, la géopolitique du climat est profondément affectée par la convergence des diverses crises (économique, financière, écologique…) qui déferlent dans le monde et ce cadrage dominant est en échec total. La dernière section de l’article est consacrée à la question: que pourrait-on faire en Europe?

Mots-clefs

régime climatique, cadrage, globalité, marché du carbone, les 2°C, climat

Content

The « pollution paradigm »
Second element of framing: globality
The Strategy of « Burden-Sharing »
Carbon market and compensation
Irreversibility, the 2°C
The rise of adaptation stakes
Economic crisis and backlash of environment
What can do Europe?
References

Pour télécharger ce document sur HALSHS