Archives de catégorie : Écologie, travail et emploi

Ce que révèle le discours des acteurs officiels sur un « au-delà du PIB »

beyondGDP-Thiry3Géraldine Thiry, Léa Sébastien, Tom Bauler, Ce que révèle le discours des acteurs officiels sur un « au-delà du PIB », FMSH-WP-2014-78, novembre 2014.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

L’objectif d’un « au-delà du PIB » mobilise de nombreux acteurs, aux statuts, objectifs et visions très différents. La diversité, souvent diffuse, d’échelles institutionnelles, d’approches théoriques et de positionnements normatifs vis-à-vis de l’opportunité et des motifs d’un « au-delà du PIB » rend les débats confus, les positionnements peu clairs, et les rapports de force difficilement identifiables. Mais de quoi les débats actuels sont-ils le signe ? Aller « au-delà du PIB » serait-il un objectif rhétorique par défaut, en l’absence de stratégie crédible de sortie de crise ? Constitue-t-il une fenêtre d’opportunité à la mise en débat de questions de société difficilement abordables par ailleurs, et non une fin en soi ? Ou au contraire cristallise-t-il un volontarisme militant, désireux d’amorcer un véritable changement paradigmatique ? Nous tentons de répondre à cette question par l’analyse de discours d’acteurs officiels (politiques, techniciens et administratifs) impliqués et non-impliqués dans la poursuite d’un « au-delà du PIB ». Il ressort qu’au niveau des sphères officielles, les débats sur « un-delà du PIB », s’ils font entrer en ligne de compte de nouveaux enjeux comme le bien-être ou la soutenabilité, ne participent pas à éroder la centralité de la « croissance du PIB». Les débats s’avèrent dominés par une certaine forme de pragmatisme, les intérêts dominants étant centrés sur des contraintes et objectifs de court-terme, dont la croissance économique semble toujours considérée comme un élément indispensable. L’intérêt des acteurs pour de nouveaux indicateurs relève donc plus d’une volonté et/ou d’une nécessité d’adapter les modalités de gestion publique et/ou les politiques publiques à de nouvelles contraintes que d’une remise en question plus fondamentale du modèle productiviste sur lequel les économies sont bâties depuis plus de soixante ans.

Les auteurs

Géraldine Thiry est chercheure post-doctorale au Collège d’Etudes Mondiales (FMSH-Paris), au sein de la Chaire du Prof. Dominique Méda, «Reconversion écologique, travail, emplois et politiques sociales». Après avoir obtenu un diplôme de deuxième cycle en sciences politiques (relations internationales) et deux masters en économie à l’Université Catholique de Louvain (UCL), elle a réalisé un doctorat en sciences économiques (obtenu en mai 2012, à l’UCL). Entre septembre 2012 et décembre 2013,elle a été chercheuse au sein du projet européen FP7 «BRAINPOoL» (BRinging Alternative INdicators into POLicies) à l’Université Libre de Bruxelles (ULB). Ses principaux domaines de recherche sont les nouveaux indicateurs de richesse, la socio-économie de la quantification, la comptabilité critique et l’économie écologique.

Léa Sébastien est enseignante-chercheure à l’Université Toulouse II, Laboratoire CNRS GEODE depuis 2010. Elle y étudie l’usage politique des indicateurs de développement durable et les conflits environnementaux. Après des études effectuées à l’Université McGill au Canada, elle a terminé une thèse à l’Ecole des Mines en 2006 sur la gouvernance des ressources naturelles, au cours de laquelle elle mit sur pied un modèle d’aide à la négociation environnementale intitulé l’Acteur en 4 Dimensions. Niveau recherche, Léa Sébastien a été chercheure senior à l’Université de Bruxelles de 2008 à 2010 où elle était en charge de projets européens FP7 (POINT ; CEECEC) ; elle a également effectué un post-doctorat en 2007 à l’IFREMER sur les jeux d’acteurs en zones humides. Ses thèmes de recherche touchent particulièrement l’étude des interactions entre rapports sociaux et rapports à la nature, les politiques publiques de l’environnement, les indicateurs de développement durable et la gouvernance territoriale. Auteure de nombreuses publications internationales, elle a notamment réalisé un ouvrage scientifique en 2002 portant sur les potentialités de gestion durable en forêt privée,intitulé : «Forêt cherche propriétaire pour relation durable » (Editions ECOFOR, 2002).

Tom Bauler est professeur à l’Université libre de Bruxelles – ULB (Ingénieur, Institut de Gestion de l’Environnement et d’Aménagement du Territoire – IGEAT). Il est titulaire de la Chaire Economie et environnement. Il est également l’auteur de plusieurs publications et associé à de nombreux projets et réseaux de recherche sur les liens entre politique environnementale et économie. Détails sur http://igeat. ulb.ac.be/fr/equipe/details/person/tom-bauler/

Le texte

Ce texte est issu d’une collaboration entre la Chaire du prof. Dominique Méda, « Reconversion écologique, travail, emploi et politiques sociales », l’Université de Toulouse II (Le Mirail) et l’Université Libre de Bruxelles. Géraldine Thiry a bénéficié d’un soutien financier du septième programme-cadre de l’Union européenne (FP7/2007-2013 – MSCA-COFUND) en vertu de la convention de subvention n°245743 – Programme de bourses post-doctorales Braudel-IFER-FMSH, en collaboration avec la Chaire du Prof. Dominique Méda.

Abstract

The idea of going « beyond GDP » attracts more and more actors, whose status, objectives and visions are very different. The diversity of institutional scales, theoretical approaches, and normative positions regarding the opportunity and motives of going “beyond GDP” makes hard to clearly identify the stances of the actors and the power balances dominating the debates. We therefore ask: What do the current debates mean to their actors? Are they a new rhetoric liable to elude a confrontation with the structural problems resulting from the crisis? Are they an opportunity window for launching again societal debates that are hardly raised elsewhere? Or are they a real trigger toward a paradigmatic change, deeply questioning productivism? We try to answer that question by analysing the discourses of official actors (politics, administration, technicians) involved and not involved in “beyond-GDP” initiatives. We show that, at the official level, beyond GDP debates, while they raise new societal issues, do not contribute to erode the central role of economic growth. The debates are dominated by pragmatism, in that dominant interests are focused on short-term constraints and objectives, where GDP growth remains pivotal. The involvement of actors in beyond-GDP debates reveals more a need and/or the willingness to adapt public management and policies to new constraints rather than a critical reflexion on the productivist model on which our economies have been built for more than sixty years.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Redefining Progress in Light of the Ecological Crisis

"Damien Lawson speaking on climate emergency action", par Takver, licence CC (http://www.flickr.com/photos/takver/3622618796/)Dominique Méda, Redefining Progress in Light of the Ecological Crisis, FMSH-WP-2012-25, décembre 2012.

English translation of : Dominique Méda, Redéfinir le progrès à la lumière de la crise écologique, FMSH-WP-2012-22, octobre 2012.

To download the paper from HALSHS.

Abstract

This paper presents the main arguments from the inaugural lecture delivered at the opening of the chair « Ecological Reconversion, Work, Employment and Social Policies », established at the Collège d’Etudes Mondiales set up by the Foundation Maison des Sciences de l’Homme, Paris, in cooperation with the University Paris-Dauphine. Though they do not like being dependent on the hypotheses or results of research in the natural sciences, the humanities and social sciences now face the challenge of addressing the radical changes that the former have revealed to us: first, to understand how human beings turned themselves into veritable geological agents capable of destroying the planet’s habitable character; second, to measure the extent to which we can trust traditional disciplines to define the contours of the world in which we aspire to live; and finally, to shed light on possible solutions to what we can now see is far greater than a mere crisis. Dominique Méda examines here the reasons why production has become the primary context in which expression occurs in modern society and why gross domestic product has become main criterion for measuring achievement, before reflecting on what the stakes are of developing new ways of representing « what matters. »

The author

A former student of the École Normale Supérieure and the École Nationale d’Administration, an agrégée of philosophy, and accredited to direct research in sociology, Dominique Méda is currently a professor of sociology at the University of Paris-Dauphine. She is notably the author of Le Travail. Une valeur en voie de disparition?, Qu’est-ce que la richesse?, Le Temps des femmes. Pour un nouveau partage des rôles. She also participated in several volumes on social policy.

To download the paper from HALSHS.

Redéfinir le progrès à la lumière de la crise écologique

Dominique Méda, Redéfinir le progrès à la lumière de la crise écologique, FMSH-WP-2012-22, octobre 2012.

Télécharger le Working Paper depuis HALSHS (pdf)

English translation here : Dominique Méda, Redefining Progress in Light of the Ecological Crisis, FMSH-WP-2012-25, décembre 2012.

L’auteur

Ancienne élève de l’École Normale Supérieure et de l’École Nationale d’Administration, agrégée de philosophie. Elle est actuellement Professeure de sociologie à l’Université Paris Dauphine et auteur notamment de Le Travail. Une valeur en voie de disparition ? ; Qu’est-ce que la richesse ? ; Le Temps des femmes. Pour un nouveau partage des rôles. Elle a collaboré à plusieurs ouvrages sur les politiques sociales.

Le texte

"Damien Lawson speaking on climate emergency action", par Takver, licence CC (http://www.flickr.com/photos/takver/3622618796/)

Ce texte est un extrait de la conférence prononcée le 2 octobre à l’occasion de l’ouverture de la chaire « Reconversion écologique, travail, emploi, politiques sociales » du Collège d’études Mondiales, en lien avec l’Université Paris-Dauphine. Il s’agit d’une première version du texte qui sera publié sous forme d’ouvrage au premier trimestre 2013. L’auteur remercie Michel Wieviorka, les membres du Forum pour d’autres indicateurs de richesse et du séminaire « Politiques de la prospérité durable » ainsi que l’Institut Veblen qui a assuré entre autres, la traduction en anglais de ce document, qui est aussi publié sous la forme d’une note de l’Institut.

Résumé

Le texte constitue un extrait de la conférence inaugurale de la Chaire  » Reconversion écologique, travail, emploi, politiques sociales  » du Collège d’études mondiales, mise en place par la Fondation Maison des sciences de l’homme en coopération avec l’Université Paris Dauphine. Même si elles n’aiment pas dépendre des hypothèses ou des résultats de recherche des sciences de la Nature, les sciences humaines et sociales sont aujourd’hui mises au défi de penser les transformations radicales que nous révèlent celles-ci : d’abord pour comprendre comment l’homme a pu se muer en véritable agent géologique capable de détruire le caractère habitable de la planète, ensuite pour savoir dans quelle mesure nous pouvons faire confiance aux disciplines traditionnelles pour dessiner les contours du monde que nous voulons, enfin pour éclairer les voies de résolution de ce qui est bien plus qu’une crise. Le texte revient sur les raisons qui ont fait de la production le principal lieu d’expression de nos sociétés et du Produit Intérieur Brut leur principal critère de performance avant de s’interroger sur les enjeux du développement d’autres manières de représenter  » ce qui compte « .

Mots-Clés

écologie, comptabilité environnementale, Produit intérieur brut, progrès, richesse

Télécharger le Working Paper depuis HALSHS (pdf)