Archives de catégorie : Programmes FMSH

Slavery in the City? Travelling hierarchies among West African Migrants in the cities of Paris and Bamako

direction-BamakoWorking paper par Lotte Pelckmans dans le cadre d’une Bourse Fernand Braudel IFER (Incoming), Slavery in the City? Travelling hierarchies among West African Migrants in the cities of Paris and Bamako, FMSH-WP-2013-38, août 2013.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

L’auteur

Dr. Lotte Pelckmans a étudié l’anthropologie à l’Université de Leiden (Pays-Bas) a travers des thématiques comme les migrations, identités, multiculturalisme, hiérarchies sociales et relations de pouvoir en Afrique de l’ouest. Sa thèse décrit les relations entre mobilité et émancipation des descendants d’esclaves en milieu peul au Mali Central. Recrutée par l’Université de Nijmegen (Pays-Bas) de 2010 à 2011, Lotte Pelckmans a donné des cours sur les méthodes ethnographiques et les relations entre identité et mobilité. Apres un séjour comme post doctorante au CEAF (EHESS – Paris) sur les mouvements anti-esclavagistes en Afrique de l’Ouest (Mali, Mauritanie, Niger), elle travaille maintenant sur les liens entre medias sociaux et activisme dans plusieurs pays en Afrique centrale.

Abstract

“Moving memories of slavery” are those memories of internal African slavery that move with West African migrants to urban areas. Different types of mobility towards and within urban contexts can be considered as non-discursive, embodied forms of ‘memory work’ of slavery. The focus is on how Fule (and Soninke) migrants in Bamako and Paris ‘move with’ or ‘move back into’ slave status on specific moments in space and time. Urbanization is thus not always the process par excellence for (slave) emancipation.

Keywords

memory, migration, slavery, cities, Soninke, peul, Mali, Paris

L’esclavage dans la cité : hiérarchies itinérantes entre migrants ouest-africains dans les villes de Paris et Bamako

Résumé

Cet article met en lien la mobilité des migrants issus des sociétés fortement stratifiée avec la mémoire de l’esclavage interne en Afrique de l’Ouest. Une typologies des formes de mobilités considère la mobilité vers et au sein de la ville comme un ‘travail de mémoire’ de l’esclavage de façon non-discursive et incorporée. Le papier porte sur la manière dont les migrants Peuls (et Soninke) se déplacent avec leur statut social d’esclave dans les villes de Bamako et Paris. La vie urbaine n’est donc pas toujours le processus par excellence pour une éventuelle émancipation.

Mots-clefs

mémoire, migration, esclavage, villes, Soninke, Fulani, Mali, Paris

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Financialization, Labour Market Flexibility, Global Crisis and New Imperialism – A Marxist Perspective

Photo par Slowking4
Photo par Slowking4

Working paper par Byasdeb Dasgupta, docteur en économie de l’Université Jawaharlal Nehru University, New Delhi, Inde. Financialization, Labour Market Flexibility, Global Crisis and New Imperialism – A Marxist Perspective. FMSH-WP-2013-34, juin 2013.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

L’auteur

Docteur en économie de l’Université Jawaharlal Nehru University, New Delhi, Inde, Byasdeb Dasgupta consacre sa thèse de doctorat (1996) à un sujet relatif aux problèmes des politiques gestion de la dette. Actuellement Professeur Associé à l’Université de Kalyani, West Bengal, il a dirigé le Département d’Economie de cette Université indienne de 2008 à 2010. Parmi ses nombreuses publications, figurent les ouvrages suivants: Unfreedom and Waged Work – Labour in Indian Manufacturing Industry (avec Sunanda Sen), Sage, New Delhi, 2009 ; Globalization, Foreign
Capital and Development (avec Satanu Bhattacharya, Bishakha Ghosh et Archita Ghosh), Regal Publications, New Delhi, 2010 ; Non-Mainstream Dimensions of Global Political Economy: Finance and Labour – Essays in Honnour of Sunanda Sen, Routledge, Londres, 2013. Deux ouvrages sont à paraître en 2013 : External Dimensions of an Emerging Economy : India, Routledge, et Neoliberal Globalization, Global Capitalism and Inclusive Develpment: Theorizing India’s Economic Transition (avec Anjan Chakrabarti et Anup Dhar), Cambridge University Press.

Abstract

Financialization refers to the over-arching presence of the interest of global finance in every sphere of economic life – be it real or financial. Neo-liberalism, globalisation and financialization are three distinct yet mutually inter-related processes which at the present time are furthering the cause of global capitalism world over. The labour ultimately remains the risk-bearing factor in all these processes, which is obvious in terms of flexible labour regime. There is, on the one  hand, de-regulation of finance and on the other, re-regulation of labour (through labour flexibility); and to our understanding global finance and its circuits of operation cannot be sustained without this flexible labour regime which ensures more and more transfer of surplus in the direction of finance. Global crisis is inherent in these processes of neoliberal globalisation and financialization through which present day global capitalism wants to thrive. So, an alternative needs to be sought in a pro-labour regime which would negate both financialization and neo-liberal globalization.

Keywords

financialization, global finance, labour market, flexibility, neo-liberalism, neo-imperialism

Financialisation, flexibilité du marché du travail, crise globale et néo-impérialisme – une perspective marxiste

Résumé

La «financialisation» est un processus qui suppose la suprématie de l’intérêt financier dans toutes les sphère de la vie économique. La finance n’a désormais plus aucun rapport avec l’activité économique réelle; elle a perdu son rôle traditionnel qui était de faire marcher l’économie réelle en servant de pont entre déficit et surplus. Mais la financialisation se nourrit de la flexibilité de travail qui  aide à faire passer le surplus accumulé dans le secteur réel vers le secteur financier. Elle est elle-même est un processus «marchant à la dette», sur lequel se développent les circuits financiers. La crise globale est une réponse systémique au processus de financialisation, qui vit récemment les circuits financiers s’effondrer comme des château de cartes. Le système économique d’aujourd’hui est celui de la domination de l’économie globale par la finance telle que celle-ci fonctionne désormais dans le cadre de la financialisation. L’auteur analyse ici les rapports entre financialisation et flexilibilité du marché du travail et, en conséquence entre financialisation et crise globale.

Mots-clefs

financialisation, finance globale, marché du travail, flexibilité, néo-libéralisme, néo-impérialisme

Content

Section I: Financialization as a process
Section II: Class Processes and the Labour in the era of Financialization
Section III: Global Crisis and Labour
Section IV: Is New Imperialism Shaping the Current Global?
Conclusion
References

Pour télécharger ce document sur HALSHS

L’internationalisation des firmes chinoises : croissance, motivations, stratégies

web_shanghaiXavier Richet, L’internationalisation des firmes chinoises : croissance, motivations, stratégies, FMSH-WP-2013-27, février 2013.

Pour télécharger le document sur HALSHS

L’auteur

Xavier Richet, professeur d’économie à l’université de la Sorbonne nouvelle, Paris. Il s’intéresse aux économies émergentes, notamment aux stratégies des firmes. Dans le cadre de plusieurs programmes de recherche, il a réalisé, des enquêtes dans des firmes chinoises, indiennes, russes dont rendent compte deux ouvrages : Jean-François Huchet, Xavier Richet, Joêl Ruet (eds.), Globalisation in China, India and Russia. Emergence of National Groups and Global Strategies of Firms, Academic Foundation, New Delhi, 2007 et V. Delteil, P. Dieuaide & X. Richet, (eds.), Strategies of Multinational Corporations and Social Regulations: European and Asian Perspectives, Springer, Heidelberg (à paraître), 2013.

Le texte

Papier préparé à l’issue de la séance du séminaire BRICs de la Fondation Maison des sciences de l’homme et le l’Ecole des hautes études en sciences sociales, sous la direction de Guilhem Fabre, Pierre Salama, Xavier Richet et Michel Schiray organisée le 28 novembre 2011.

Résumé

Comme d’autres économies émergentes des BRIC, la Chine enregistre aujourd’hui un flux croissant d’investissements directs étrangers sortants (IDES) tout en  maintenant une forte attractivité pour les investissements directs étrangers entrants (IDEE). Le développement accéléré récent de la Chine, repose, en partie sur la présence des IDEE qui ont facilité le rattrapage technologique, la mise à  niveau de nombreuses firmes qui ont pu se hisser aux standards des firmes occidentales dans toute une série d’industries, notamment de technologies moyennes et parfois avancées. Pour les spécialistes et les dirigeants économiques chinois, le bilan est mitigé ; les firmes occidentales limitant le transfert de technologie afin de conserver leur avantage  concurrentiel.
Les IDES chinois ont connu une très forte expansion au cours de la dernière décennie en partie grâce aux ressources financières accumulées, en partie par la nécessité de chercher des approvisionnements en matières premières afin de maintenir le taux de croissance élevé du PIB. Mais ils se développent aussi dans le secteur manufacturier, les services, la finance en ciblant les secteurs. On présente les différents facteurs qui poussent les firmes chinoises à s’internationaliser :  accès aux marchés, accès aux ressources, accès à la technologie. Au-delà des aides gouvernementales, de quels avantages bénéficient les firmes chinoises ? Face à la concurrence des grands groupes multinationaux occidentaux, les firmes chinoises ont su développer des stratégies particulières qui facilitent leur apprentissage, leurs relations avec les grandes firmes, leur montée en puissance. Le succès de ces firmes doit être confirmé dans le moyen et le long terme. Pour de nombreux observateurs, la plupart des firmes, pour le moment, ne sont pas encore véritablement internationalisées. Elles cherchent souvent à acquérir des ressources et à les rapatrier en Chine.

Abstract

Like other emerging economies of the BRIC countries, China witnesses now an increasing outflow of foreign direct investment (OFDI) while maintaining a high attractiveness for inward foreign direct investment (IFDI). The recent rapid development of China in part is based on the presence of IFDI that facilitated technological upgrading and allowed many firms to match the standards of Western companies in a variety of industries, including medium and advanced technologies. For specialists and Chinese political and business leaders, the results are mixed; Western firms located in China restrict the transfer of technology to maintain their competitive advantage.
Chinese OFDI have experienced very strong growth during the last decade thanks in part to financial resources accumulated, in part by the willingness to seek supplies of raw materials to maintain the high growth rate of GDP. But they also develop in manufacturing, services, and financial sectors. The paper points out the various factors that lead Chinese firms to internationalize: access to markets, to resources, to technology. Beyond government subsidies, what specific factors allow Chinese firms to compete successfully? Facing competition from large Western multinationals, Chinese firms are able to develop specific strategies to facilitate their learning, their relations with large firms, their growth. The success of these companies should be confirmed in the medium and long term. For many observers, most companies at the moment are not yet truly internationalized. They often seek to acquire resources and to repatriate it in China.

Pour télécharger le document sur HALSHS

Inaccessible Normative Pluralism and Human Rights in Afghanistan

Antonio De Lauri, Inaccessible Normative Pluralism and Human Rights in Afghanistan, FMSHWP-2012-21, september 2012.

Download the Paper/Télécharger le Working Paper depuis HALSHS (pdf)

L’auteur

Antonio De Lauri a obtenu un doctorat en anthropologie en 2010 à l’université Milano Bicocca. Il a été visiting scholar à la Columbia University (New York) et postodoctoral Fellow à la Fondation Maison des sciences de l’homme dans le programme Fernand Braudel International Fellowships for Experienced Researchers (2012).

Récemment il a été nommé Rechtskulturen Fellow auprès du Forum Transregionale Studien (Institute for Advanced Studies et Université Humboldt, Berlin). Depuis 2005, dans le cadre de ses études doctorales et postdoctorales, il conduit de longues périodes de recherche en Afghanistan au cours desquelles il observe le travail des juges et des procureurs dans les institutions judiciaires de Kaboul. La recherche ethnographique l’a conduit dans les tribunaux, dans les bureaux des procureurs, dans ceux du Ministère de la Justice et au siège des organisations internationales à Kaboul ainsi qu’au domicile des membres des jirga et shura. Les thématiques sur lesquelles il travaille comprennent le  pluralisme juridique, l’intervention humanitaire, les conflits, les droits de l’homme, la pratique judiciaire.

Le texte

Ce texte a été écrit dans le cadre d’une bourse Fernand Braudel IFER, dont a bénéficié l’auteur entre le 1er  février et le 31 octobre 2012. L’auteur a été hébergé à la Maison Suger. Il a en outre été affilié au Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative (LESC) et à l’Institute des Sciences Sociales du Politique (ISP), Nanterre.

Abstract

In anthropological and legal literature, the phenomenon termed ‘legal pluralism’ has been interpreted as a co-presence of legal orders which act in relation to their own ‘levels’ of referring ‘fields’. The Afghan normative network is generally described in terms of pluralism, where different normative systems coexist: such as customs, shari’a (Islamic law), state laws and principles deriving from international standard of rights (e.g., human rights). In this article I abandon the neutral category of legal pluralism in order to bring forward a hypothesis of an inaccessible normative pluralism as a key concept in order to capture the structural injustices, of which Afghans are victims. Globally, the debates concerning the diffusion and application of human rights develop at the same time ideologically, politically and  pragmatically. Today in Afghanistan these levels are expressed in all their complexity and ambivalence; it is therefore particularly significant to closely observe the work done by the Afghanistan Independent Human Rights Commission. Starting with my research fieldwork in Afghanistan (2005-2012) – where I studied judicial practices in the courts of Kabul, developing a reflection which weaves the spread of human rights with the themes of injustice and inaccessibility – I argue in this article the urgency and the necessity to concentrate on the contingent dimension of (in)justice.

Keywords

Afghanistan; normative pluralism; human rights; access to justice

L’inaccessible pluralisme normatif et les droits de l’homme en Afghanistan

Résumé

Dans la littérature anthropologique et juridique le phénomène appelé « pluralisme juridique » est interprété comme une co-présence des ordres juridique qui agissent dans le même contexte social. Le système  juridique afghan est généralement décrit comme un pluralisme juridique dans lequel différents systèmes de réglementation cohabitent : les pratiques coutumières, la charia (loi islamique), les lois de l’état et les principes dérivés à partir de normes internationales du droit (par exemple les droits de l’homme). Dans cet article, je renonce à la catégorie neutre de « pluralisme juridique » en faveur de l’hypothèse d’un pluralisme normatif inaccessible comme concept clé pour la compréhension des injustices structurelles dont les Afghans sont victimes. De mon travail de recherche sur le terrain en Afghanistan (2005-2012) – au cours duquel j’ai étudié les pratiques judicaires dans les tribunaux de Kaboul, en développant une réflexion qui relie les thèmes des droits de l’homme avec ceux des injustices et de l’inaccessibilité – je soutiens, dans cet article, l’urgence et la nécessité de mettre l’accent sur la dimension contingente de l’(in)justice.

Mots-clés

Afghanistan, pluralisme normatif, droits de l’homme, accès à la justice

Download the Paper/Télécharger le Working Paper depuis HALSHS (pdf)

La politique au-delà des frontières : la sociologie politique de l’émigration

Roger Waldinger,  La politique au-delà des frontières  : la sociologie politique de l’émigration, FMSHWP-2012-20, septembre 2012.

Télécharger ce document depuis HALSHS (pdf)/Download this Paper (pdf)

L’auteur/The author

Roger Waldinger is Distinguished Professor of Sociology at UCLA, where he served as Interim Associate Vice-Provost for International Studies from 2010-2012, Chair of the Department of Sociology from 1999 to 2004 and Director of the Lewis Center for Regional Policy from 1995 to 1998. A 2008 Guggenheim Fellow, his research has been supported by grants from the Ford, Haines, Mellon, National Science, Sloan and Russell Sage Foundations. Waldinger has worked on international migration throughout his career, writing on a broad set of topics, including immigrant entrepreneurship, labor markets, assimilation, the second generation, high-skilled immigration, immigration policy, and public opinion. The author of six books, most recently, How the Other Half Works: Immigration and the Social Organization of Labor (University of California Press, 2003), Waldinger is now writing a new book, Foreign Detachment: America’s Immigrants and Their Homeland Connections.

Le texte/The text

Ce papier a été préparé lors du séjour comme Directeur d’Études Associé qu’a effectué Roger Waldinger du 15 mai au 15 juin 2012 à Paris, dans le cadre du programme « TIC-Migrations » de la FMSH.

Résumé

Cet article vise à développer un cadre d’analyse de la sociologie politique de l’émigration. L’article met l’accent sur les dualités logées au cœur du phénomène migratoire : les immigrants sont aussi des émigrants, les étrangers au sens juridique sont aussi des citoyens, les étrangers au sens social sont aussi des nationaux, les exclus des sociétés de réception sont aussi les membres des sociétés d’origine. De la société émettrice, mais n’étant plus dans cette société, les migrants sont des membres dont les connexions transfrontalières et les besoins d’adaptation poussent l’État émetteur à s’élargir au-delà des frontières ; cependant, le fait de résider à l’étranger affaiblit leurs revendications d’appartenance. Dans la société de réception, mais n’étant pas de cette société, ils ont accès à des ressources économiques et politiques qui leur permettent d’exercer de l’influence chez eux ; en revanche, en tant qu’étrangers, leurs droits sont limités et leur acceptation incertaine, une vulnérabilité qui peut s’aggraver lorsqu’un engagement continué à l’égard du pays d’origine suscite la suspicion des nationaux de l’État récepteur. Cette variété de conditions déclenche des interventions des États émetteurs qui cherchent à protéger et à influencer les nationaux résidant à l’étranger, mais également à répondre aux revendications de ces citoyens à l’extérieur du pays et à les canaliser afin de mieux les récupérer. Cependant, l’extension au territoire d’un pays étranger barre la route à l’exercice du pouvoir, qu’il soit despotique ou infrastructurel, ne permettant que l’exercice d’une influence. De plus, même des engagements limités courent le risque d’enflammer les passions des nationaux, déjà inquiets par la présence d’une population étrangère parmi eux.

Mots-clés

émigration ; immigration ; diaspora ; transnationalisme ; politique d’émigration

Abstract

This paper seeks to develop a framework for analyzing the political sociology of emigration. The paper emphasizes the dualities at the heart of the migration phenomenon: immigrants are also emigrants, aliens are also citizens, foreigners are also nationals, non-members are also members. At once of the sending state, but not in it, the migrants are members whose everyday cross-border connections and ongoing needs draw the sending state across the borders; residing abroad, however, their claims to belonging are undermined by their presence on foreign soil. At once in the receiving state but not of it, the migrants can access the economic and political resources available in their new home, using them to gain leverage in the home left behind; yet as outsiders, their rights are circumscribed and their acceptance is uncertain, vulnerabilities that can be aggravated if continuing homeland involvement triggers the suspicion of receiving state nationals. Both conditions activate interventions by home states seeking to influence and protect nationals abroad. While extension to the territory of another state keeps options inherently limited, even limited engagements can inflame the passions of receiving state nationals, already anxious about the foreigners in their midst.

Keywords

emigration; immigration; diaspora; transnationalism; emigration policy

Télécharger ce document depuis HALSHS (pdf)

The ‘Social’ and the ‘Cognitive’ in Language. A Reading of Saussure, and Beyond

Franson Manjali, The ‘Social’ and the ‘Cognitive’ in Language. A Reading of Saussure, and Beyond, FMSH-WP-2012-15, july 2012.

Pour télécharger ce Working Paper depuis HALSHS

Ferdinand de SaussureThe author

Professor at School of Language, Literature, and Cultural Studies, Jawaharlal Nehru University (JNU), New Delhi. Teaching at JNU since 1989. Prior to that, two years of post-doctoral research in Paris (Université Paris-4 Sorbonne and EHESS). Doctorate from Jawaharlal Nehru University in 1986.

Franson Manjali was invited by the Fondation Maison des sciences de l’homme in Paris from April 19 to 26, 2011, in the frame of the Indo-French Programme. He has been associated with different programmes of the FMSH since 1992.

The text

This is the text of a talk at Department of Philosophy, University of Essex, U.K., held on 28th April, 2011. It was written in New Delhi and Paris, and completed in Wivenhoe village, Essex. My Special thanks to Martin Henson and Patrice Maniglier at Essex and Max Zins in Paris.

Abstract

The paper explores in depth the intertwining of the social and the cognitive aspects of language in Ferdinand de Saussure’s classic Course in General Linguistics. This text has been put to new use recently by philosopher Patrice Maniglier, La Vie énigmatique des signes. The central problem for Maniglier is the resuscitation of the Saussure’s central notion of the ‘sign’ in the context of AI [artificial intelligence] / Cognitive Science. The main question is whether a naturally and mechanically arising linguistic ‘sign’ can remain indefinitely open-ended in the sense of the poststructuralists, and whether new cognitive ‘cultural milieus’ are continuously created on the basis of human contacts. Saussure seems to have much to say on this.

Keywords

linguistic sign, social and cognitive aspects of language, Saussure, cultural milieu

Le « social » et le « cognitif » dans le langage : une lecture de Saussure et au-delà

Résumé

Ce papier analyse en profondeur l’imbrication entre les aspects sociaux et les aspects cognitifs du langage dans le classique Cours de linguistique générale de Ferdinand de Saussure. Ce texte a récemment fait l’objet d’une nouvelle lecture par le philosophe Patrice Maniglier dans La Vie énigmatique des signes. Le problème principal pour Maniglier est la résurrection de la notion centrale de « signe » de Saussure dans le contexte de l’intelligence artificielle et des sciences cognitives. Les questions décisives sont les suivantes : est-ce qu’un « signe » linguistique émergeant naturellement et mécaniquement peut rester indéfiniment indéterminé dans le sens des poststructuralistes ? Est-ce que les nouveaux « milieux culturels » cognitifs sont continuellement créés sur la base des contacts humains ? Saussure semble avoir beaucoup à dire à ce sujet.

Mots-clés

signe linguistique, aspects sociaux et cognitifs du langage, Saussure, milieu culturel

Pour télécharger ce Working Paper depuis HALSHS

Race, colour, and skin colour in Brazil

Antonio Sérgio Alfredo Guimarães, Race, colour, and skin colour in Brazil, FMSH-PP-2012-04, july 2012.Antonio Sérgio Alfredo Guimarães, Race, colour, and skin colour in Brazil, FMSH-PP-2012-04, july 2012.

Pour télécharger le Position Paper sur HALSHS/To download the Paper from HALSHS.

The author

Antonio Sérgio Alfredo Guimarães is a Chair Professor of Sociology at the University of São Paulo, Researcher 1A of CNPq, and Full Researcher at Centro de Estudos da Metrópole, supported by FAPESP (Fundação de Pesquisa do Estado de São Paulo). He is currently Titulaire de la Chaire brésilienne de sciences sociales Sérgio Buarque de Holanda, Fondation Maison des sciences de l’homme.

He does research on racial, national and class identities, Black social movements, affirmative actions, and Black intellectuals. He has published among others books: Preconceito Racial – Modos, Temas, Tempos. São Paulo, Ed. Cortez, 2008; Classes, raças e democracia, São Paulo, Editora 34, 2002; Racismo e anti-racismo no Brasil, São Paulo, Editora 34, 1999; 2ª. Edição 2005.

Abstract

The contemporary anti-racist zeal is banning the word ‘race’ of our everyday vocabulary. This practice was sanctioned by UNESCO in the postwar years and is now widespread in the press in Brazil. ‘Skin colour’ became the morally correct way to refer to physical differences before covered by the idea of ‘race’. Such a development would be inconsequential if the contemporary social sciences had not included in our vocabulary ‘skin colour’ as a natural concept, morally neutral. In this article, taking a Brazilian perspective, where ‘colour’ was historically constructed as a variant of ‘race’, I try to show the deception of such a naturalistic practice, and suggest that the classification of people by ‘skin colour’, not only has its foundation in the idea of race, but tends to bipolarity, unlike the Brazilian concept of ‘colour’, which is based on the ideology of whitening.

Keywords

race, racism, anti-racism, skin colour, whitening, Brazil

Résumé

Le militantisme anti-raciste contemporain est en train de bannir le mot « race » de notre vocabulaire quotidien. Cette pratique a été sanctionnée par l’UNESCO dans les années d’après-guerre et est maintenant largement répandue dans les médias au Brésil. La « couleur de peau » est devenue la manière moralement correcte de faire référence aux différences physiques auparavant désignées par la notion de race. Un tel développement serait sans conséquence si les sciences sociales contemporaines n’avaient pas inclus dans notre vocabulaire la « couleur de peau » comme concept naturel et moralement neutre. Dans cet article, à partir d’une perspective brésilienne, où la « couleur » a été historiquement constituée comme une variante de la « race », j’essaie de montrer que cette forme de naturalisation manque son but, et je suggère que la classification des gens par la « couleur de peau », non seulement a ses fondements dans l’idée de race, mais en outre tend à la bipolarisation, contrairement au concept brésilien de « couleur », qui est fondé sur l’idéologie du blanchissement.

Mots-clés

race, racisme, anti-racisme, couleur, couleur de peau, blanchissement, Brésil

Raça, cor e cor da pele no Brasil

Resumo

O afã anti-racista contemporâneo está banindo a palavra ‘raça’ do nosso vocabulário cotidiano. Tal pratica foi sancionada pela UNESCO nos anos do pós-guerra e hoje está disseminada na imprensa. “Cor da pele” passou a ser o modo moralmente correto de se referir às diferenças físicas antes recobertas pela ideia de “raça”. Tal desdobramento seria sem consequências se as ciências sociais contemporâneas também não tivessem incluído em seu vocabulário “cor da pele” como um conceito natural, moralmente neutro. Nesse artigo, a partir da realidade brasileira, onde a “cor” foi historicamente construída como uma variante da “raça”, procuro demonstrar o engano naturalista de tal prática, e sugerir que a classificação das pessoas por “cor da pele”, não apenas tem seu fundamento na ideia de raça, mas tende à bipolaridade, ao contrário do conceito brasileiro de “cor”, que se fundamenta na ideologia de embranquecimento.

Palavra-chave

raça, racismo, anti-racismo, cor da pele, embranquecimento, Brasil

Pour télécharger le Position Paper sur HALSHS/To download the Paper from HALSHS.

Inflation monétaire ou inflation structurelle ? Un modèle hétérodoxe bi-sectoriel

Jacques Sapir, Inflation monétaire ou inflation structurelle ? Un modèle hétérodoxe bi-sectoriel, FMSH-WP-2012-14, juin 2012Jacques Sapir, Inflation monétaire ou inflation structurelle ? Un modèle hétérodoxe bi-sectoriel, FMSH-WP-2012-14, juin 2012.

Pour télécharger ce Working Paper sur les Archives ouvertes HALSHS.

L’auteur

Directeur d’Études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS).

Directeur du CEMI (Centre d’Étude des modes d’industrialisation) – EHESS

Responsable du programme IRSES (Institutions et régulations des systèmes économiques ex-soviétiques) à la Fondation Maison des sciences de l’homme.

Résumé

La notion de ciblage d’inflation (inflation targeting) a provoqué de nombreuses discussions ces vingt dernières années. Il en ressort une remise en cause de la thèse classique sur la nature purement monétaire de l’inflation et, par la même occasion du principe que l’inflation la plus basse est toujours la meilleure. La notion même d’output gap montre que le niveau de l’inflation a bien une importance pour la croissance et que, dans certains cas, inflation et croissance sont en réalité corrélées positivement. Ceci est lié aux « dépendance stratégique » entre les secteurs de l’économie, mais aussi à l’idée que les comportements peuvent être dépendants du contexte.

Après avoir discuté les hypothèses sur les rigidités structurelles et nominales, et comparé quelques résultats, nous esquissons un modèle bi-sectoriel, empruntant certaines des idées de Mankyw et Reis, mais en les développant dans un cadre bien plus hétérodoxe et post-Keynésien.

Mots-clés

inflation, croissance, output-gap, modèle bi-sectoriel, investissement, zone Euro, politique monétaire

Monetary of Structural Inflation ? A bi-sectoral heterodox model.

Abstract

The issue of inflation targeting had concentrated a lot of discussion in the last twenty years. Not surprisingly the old dogma of a pure « monetary » inflation has been challenged and so was too the idea that the lowest the inflation the better. The very notion of « output gap » is showing that the level of inflation matters for growth and sometimes inflation and growth are positively correlated. This is to be linked with the idea of « strategic dependencies » between sectors but also to context-dependant behaviours. This is an important result, and one which could have an important relevance for the analysis of the current Eurozone crisis and the policy of the ECB.

After discussing assumptions about structural and nominal rigidities and comparing some results, we draw in this document a bi-sectoral model, borrowing some important ideas to Mankyw and Reis but developing them into a more heterodox and post-Keynesian framework.

Keywords

inflation, growth, output-gap, bi-sectoral model, investment, Eurozone, monetary policy

Pour télécharger ce Working Paper sur les Archives ouvertes HALSHS.

Pour l’Euro, l’heure du bilan a sonné. Quinze leçons et six conclusions

Jacques Sapir, Pour l’Euro, l’heure du bilan a sonné : Quinze leçons et six conclusions, FMSH-WP-2012-12, juin 2012.Jacques Sapir, Pour l’Euro, l’heure du bilan a sonné : Quinze leçons et six conclusions, FMSH-WP-2012-12, juin 2012.

Pour télécharger ce texte/to download this Working Paper.

L’auteur

Jacques Sapir est Directeur d’Études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), directeur du CEMI-EHESS, responsable du programme IRSES (Institutions et régulations des systèmes économiques ex-soviétiques) à la Fondation Maison des sciences de l’homme.

Résumé

La zone Euro est aujourd’hui clairement en crise. Cependant, la crise de liquidité qu’elle subit actuellement, pour dangereuse qu’elle soit et pour toute son urgence, n’est que le résultat d’une crise de compétitivité à la fois plus profonde et plus longue. Cette crise provient de la constitution d’une Union Monétaire avant que ne soit constitué un État fédéral. Mais cette construction d’un état fédéral est au mieux un processus long et douloureux, dont le succès est tout sauf garanti. Il en résulte que l’approfondissement de la crise ces derniers mois a été spectaculaire.

Une solution actuellement envisagée est le soi-disant « saut fédéral », mais ceci ne décrit en fait que des règles communes encadrant le volet « dépense » des budgets et non une mise en commun des recettes. Ce saut fédéral est condamné à l’échec pour des raisons tant politiques qu’économiques. On a pris en considération aussi la perspective d’une inflation différentielle de l’Allemagne et nous concluons que c’est un projet mort-né. Ceci ne laisse à la Zone Euro que des politiques de déflation salariale qui ne sont en réalité que l’équivalent des politiques de déflation du début des années trente, dont les conséquences furent catastrophiques. Dans cette situation, la seule option raisonnable reste le démontage coordonné de la zone Euro.

Mots-clés

Euro, monnaie unique, union monétaire, compétitivité, liquidité, fédéralisme, déflation

Euro : the time of reassessing it has come (Fifteen lessons and six conclusions)

Abstract

The Eurozone is clearly in a time of crisis. However the liquidity crisis it is facing now, for all its urgency, is just the result of a deeper and longer internal competitiveness one. This crisis has been the result of making a monetary union before and without building a federal state. But building a federal state is at best a long and probably painful undertaking, whose success is not guaranteed. As a result the deepening of the crisis has been tremendous in the last months.

One solution now seen is the so-called « federalist jump » but this describe actually only making federal rules on expenditures and not sharing the revenue side. It is not to work both for political and economic reason. We survey also the potential issue of an asymmetric German inflation and found it a non-starter. This is letting the Eurozone only with wage-deflation policies, which are reminiscent of deflationary policies implemented in the early 30’s with disastrous effect. In this situation the only sensible solution looks to be a coordinated dismantling of the Eurozone.

Keywords

Euro, single currency, monetary union, competitivennes, liquidity, federalism, deflation

Pour télécharger ce texte/to download this Working Paper.

La nouvelle politique européenne de l’Allemagne : L’émergence de modèles de légitimité en concurrence ?

Timm Beichelt, La nouvelle politique européenne de l’Allemagne : L’émergence de modèles de légitimité en concurrence ?, FMSH-PP-2012-03.

L’auteur

Timm Beichelt a occupé du 1er avril au 30 juin 2011 les fonctions de professeur invité à l´Université Paris 1 (Sorbonne-Panthéon) et de directeur de recherche à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH) ainsi qu’au Centre Interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne (CIERA) à Paris. Il remercie ces trois organisations pour le soutien apporté à son séjour de recherche.

Résumé

Comment doit-on interpréter des décisions récents du gouvernement allemand qui sont perçues comme une politique forte vis-à-vis l’Union Européenne ? Un projet de recherche mené à l’Université Européenne de Francfort sur l’Oder (Allemagne) essaye de contextualiser la politique européenne de l’Allemagne en partant de l’hypothèse suivant laquelle des différentes modèles de légitimité de la politique européenne mènent à une stratégie européenne hétérogène de la République Fédérale.

Mots-clefs

européanisation, intégration européenne, politique allemande, légitimité, Allemagne

Pour télécharger ce position paper

The World upside down, China’s R&D and innovation strategy

Guilhem Fabre & Stéphane Grumbach, The World upside down, China’s R&D and innovation strategy, FMSH-WP-2012-07.

Pour télécharger le working paper

The authors

Guilhem Fabre is a China scholar and socio-economist, teaching at the University of Le Havre. He is an associate member of the Centre Chine, EHESS, Paris, and the author of Propriété intellectuelle, contrefaçon et innovation: les multinationales face à l’économie de la connaissance, Publications des universités de Rouen et du Havre, 2009. A Chinese version has been published under the title The black gold of the 21st century ( 二十一世纪的黑金), Social Sciences Academic Press, Beijing, 2006.

Stéphane Grumbach is a senior researcher in Computer Science, working at INRIA, the French institute for Informatics and Control. He has been science counselor at the French Embassy in Beijing, and has worked in the Chinese Academy of Sciences, where he headed a Sino-European joint laboratory in IT

Abstract

R&D and innovation have become much more strategic than ever before for the growth of China as well as for its global societal upgrade. The Chinese authorities have designed an innovation strategy to face new economic and social challenges. The first part of the paper is focused on the emergence of the policy, in the 2006-2020 Plan for S&T, with a historical perspective explaining the legacy of the past in today’s choices. In the second part, we illustrate China’s catching up strategy through four sectors (high-speed trains, aeronautics, clean energy, IT) and discuss its potential impact on the world industry.

Keywords

R&D, innovation, strategy, high speed trains, aeronautics, clean energy, IT

Résumé

La R&D et l’innovation sont plus stratégiques que jamais pour la croissance de la Chine aussi bien que pour le progrès global de sa société. Les autorités chinoises ont mis en place une stratégie d’innovation pour affronter de nouveaux défis économiques et sociaux. La première partie de ce papier se concentre sur l’émergence de cette politique, dans le Plan de 2006-2020 pour les Sciences et Techniques, avec une perspective historique qui explique l’héritage du passé dans les choix contemporains. Dans la seconde partie, nous illustrons la stratégie de rattrapage de la Chine dans quatre secteurs (les trains à grande vitesse, l’aéronautique, l’énergie propre et technologies de l’information) et discutons de ses impacts potentiels sur l’industrie dans le monde.

Mots-clefs

recherche et développement, innovation, stragégie, train à grande vitesse, aéronautique, énergie propre, technologies de l’information

Pour télécharger le working paper

Chine – Brésil : industrialisation et «désindustrialisation précoce»

Pierre Salama, Chine – Brésil : industrialisation et « désindustrialisation précoce », FMSH-WP-2012-06.

Pour télécharger le working paper

L’auteur

Professeur émérite des universités, Université de Paris 13
Centre d’Économie de Paris-Nord (CEPN – CNRS – UMR 7115)
Latino-américaniste reconnu, primé par la chaire Julio Cortazar, Pierre Salama a publié de très nombreux livres, la plupart traduits en espagnol/portugais. Membre du comité de rédaction de plusieurs revues étrangères, il a été directeur scientifique de la revue Tiers Monde et du Groupe de Recherche sur l’État, l’Internationalisation des Techniques et le Développement (GREITD). La dynamique du sous-développement et le mode de financiarisation des pays émergents sont ses principaux champs d’investigations. Spécialiste de l’économie de la drogue, il vient de présenter un rapport européen sur la violence en Amérique latine.
Ses derniers ouvrages : Migrants et lutte contre les discriminations en Europe. Vivre ensemble dans l’égale dignité, 2010, Strasbourg, Editions du Conseil de l’Europe, 102 p. ; Le défi des inégalités. Une comparaison économique Amérique latine/Asie, 2006, Paris, La Découverte, 168 p.
Site personnel de Pierre Salama : pierre.salama.pagesperso-orange.fr

Le texte

Ce texte a fait l’objet d’une présentation en octobre 2011, lors du séminaire BRICs, fruit d’un partenariat entre le Centre de recherche sur le Brésil contemporain (CRBC-EHESS) et la Fondation Maison des sciences de l’homme.

Résumé

Est-ce parce que les relations commerciales asymétriques entre la Chine et le Brésil se sont intensifiées que le Brésil connait une « désindustrialisation précoce » ? Pour les pays asiatiques, la croissance est compatible avec l’industrialisation, pour les pays latino-américains, elle ne l’est pas le plus souvent. Industrialisation d’un côté, « désindustrialisation précoce » de l’autre, sont-elles les deux faces d’une même médaille ou bien traduisent-elles l’existence pour les uns, l’absence pour les autres de politiques de change et de politiques industrielles adaptées aux contraintes posées par la globalisation ? Nous montrerons que ce n’est pas l’ouverture qui conduit à la désindustrialisation, à la faible croissance de la productivité et à la réduction de la valeur ajoutée dans de nombreuses branches, mais la manière de la pratiquer. Ce ne sont pas les relations entre la Chine et le Brésil qui expliquent la «désindustrialisation précoce» de ce dernier. Ce n’est pas parce qu’elles sont asymétriques qu’elles sont désindustrialisantes pour le Brésil. C’est parce que l’ouverture ne s’accompagne pas d’une politique de change adéquate et d’une politique industrielle appropriée que le Brésil connait une « désindustrialisation précoce ». De ce point de vue, le Brésil a à apprendre de la Chine.

Mots-clefs

taux de change, industrialisation, désindustrialisation, Chine, Brésil

China and Brazil : industrialization and « early deindustrialization »

Abstract

Is this because the asymmetric trade relations between China and the Brazil have intensified that Brazil knows a «early deindustrialization»? For Asian countries, growth is consistent with industrialization, for Latin American countries, it is not more often. Industrialization on the one hand, «deindustrialization early» on the other, are – they both sides of the same medal or well-represent the existence for some, the absence of policy change and industrial policies adapted to the constraints posed by globalization? We will show that it is not the opening which leads to deindustrialization, low productivity growth and the reduction of the value added in many branches, but how to do it. It is not the relations between China and the Brazil which explain the «early deindustrialization» of the latter. This is not because they are asymmetrical, that they are désindustrialisantes for the Brazil. This is because the opening is not a policy of appropriate Exchange and an industrial policy accompanied appropriate than Brazil knows a «early deindustrialization.» From this point of view, the Brazil has to learn from China.

Keywords

rate of change, industrialization, deindustrialization, China, Brazil

Pour télécharger le working paper

Public Security and the Indian State

Ajay K. Mehra

Political scientist by training, Director (Honorary) of Centre for Public Affairs, a platform for public discourse, along with several public intellectuals. He has been a fellow at the University of Maryland, USA (1991 for 6 months), Salzburg Seminar, Austria (1992). He has researched and written extensively on public security, institutions and governance. Ajay K. Mehra was a member of the Expert Group on Diversity Index (2008); constituted by the Ministry of Minority Affairs, Government of India. He was a member of the Task Force on “Criminal justice, national security and Centre-State cooperation” set up by the Commission on Centre-State Relation, Government of India during 2008-09.

As Visiting Professor at the Fondation Maison de Sciences des l’Homme, he has coedited with René Lévy The Police, State and Society: Perspectives from India and France (Pearson Education, 2011) and is preparing, with René Lévy, another volume on Social Violence and Police and an international conference on “The dilemmas of policing in fast-growing democratizing societies”. He is currently engaged with FMSH partnership on an international research project on “Sharing Sovereignty; Identity, Regionalism And Autonomy: A Cross-National Perspective”.

This paper is published in the frame of the Indo-French Programme of the FMSH.

Abstract

Public security discourse changes how public order has been traditionally viewed by states across the world. India, a country that attained independence from British colonialism in 1947 and has been democratising since, has faced the dilemma and challenges of preparing its security agencies, steeped in colonial culture and politicised since independence, to face the challenges of twenty first century. Organisational, criminal justice system and attitudianal issues dog the public security architecture in India. Since the Constitution of India has assigned the responsibility of public order to states, federal frictions to have arisen lately in dealing with security issues in the national domain such as terrorism and Maoism. The police and other public institutions responsible for the task must be braced up to meet the emerging challenges.

Keywords

police, security, India, justice, federalism, State

FMSH-PP-2012-02 Mehra.