Archives de catégorie : Séminaire BRICs

L’Égypte entre contraintes nationales et tensions régionales, ou comment les BRICs s’insèrent dans les rapports entre libéralisme économique et réformisme autoritaire

Stéphane Valter, L’Égypte entre contraintes nationales et tensions régionales, ou comment les BRICs s’insèrent
dans les rapports entre libéralisme économique et réformisme autoritaire, FMSH-WP-2017-132, août 2017

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Ce papier cherche à faire le point sur la situation de l’Égypte comme pays à statut intermédiaire et à influence régionale ayant tissé de nombreux liens avec quelques BRICs afin de s’émanciper de la tutelle nord-américaine et de faire contrepoids à l’aide financière – conditionnée – de l’Arabie saoudite. L’hypothèse est que ce sont essentiellement les paramètres nationaux (sociaux, économiques et sécuritaires) qui déterminent les alignements extérieurs. Le contexte international volatile est un élément supplémentaire influant sur les choix du gouvernement égyptien : tensions croissantes entre Washington et Moscou, volonté chinoise d’affirmation régionale, incertitudes de l’Union européenne. Tous ces éléments obligent le gouvernement égyptien à naviguer entre différents partenariats, selon les contraintes du moment, pour les achats d’armes et le choix des investisseurs.

L’auteur

Stéphane Valter est Maître de conférences (habilité à diriger des recherches) en langue et civilisation arabes à Normandie Université (Le Havre), chercheur en délégation du CNRS auprès du CEDEJ (Le Caire, USR 3123), 2016-2017.

Le texte

Ce texte est le fruit des recherches de l’auteur auprès du CEDEJ (Le Caire), à partir de septembre 2016.

Abstract

This paper tries to evaluate Egypt’s situation as an intermediary status country with regional influence which has spun links with some BRICs so as to emancipate itself from North-American tutelage and compensate for Saudi Arabia’s – conditioned – financial aid. Our hypothesis is that the determination of external alignments comes essentially from national (social, economic, and security-linked) parameters. The volatile international context constitutes an extra element which influences the Egyptian government’s choices: increasing tensions between Washington and Moscow, Chinese willingness for regional self-assertiveness, European uncertainties. All these factors oblige the Egyptian government to navigate between different partnerships according to the time’s constraints, for the purchase of weapons and the choice of investors.

Download on Open Archives halshs

L’Argentine marginalisée

Pierre Salama, L’Argentine marginalisée, FMSH-WP-2016-118, décembre 2016.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

La marginalisation de l’Argentine vient de loin. Alors qu’en 1913, le revenu par tête de l’Argentine correspondait à 65% de celui de la Grande-Bretagne, en 1945 il se situait encore à 60% pour passer en 2001 à 39%. La comparaison avec le revenu par tête des espagnols est encore plus éloquente : 393% en 1913, 290% en 1945 et 51% en 2001. Le revenu par tête des argentins est passé ainsi du quadruple de celui des espagnols à un peu plus de la moitié. Aujourd’hui elle est de nouveau en crise et en même temps l’inflation repart à la hausse. La croissance de son produit intérieur brut (PIB) est négative. Malgré des rebonds, l’Argentine se désindustrialise. Le niveau de la productivité du travail, sa croissance sont très faibles, surtout si on les compare à ceux d’autres pays asiatiques émergents. Pire, la dispersion autour de la moyenne est très prononcée, bien plus que celles observées dans les pays avancés. Il en est également de même des salaires. L’objet de cet article est d’analyser les causes de cette marginalisation et de la persistance de l’inflation.

L’auteur

Pierre Salama est professeur émérite, cepn-cnrs, co-animateur du séminaire BRICS à la FMSH, page web : htpp://perso. wanadoo.fr/pierre.salama/ et depuis 2014 : http://brics.hypotheses.org. L’article a été écrit en octobre 2016 et exposé en novembre 2016 à la FMSH, auteur de Les économies émergentes latino-américaines, entre cigales et fourmis, édition A.Colin, 2012 et Des économies toujours émergentes ?, édition La documentation française, 2014

Le texte

Cet article est le fruit de discussions menées au sein du séminaire BRICS de la Fondation Maison des sciences de l’homme. Il a été présenté dans deux colloques tenus à Rio de Janeiro et à Campinas, organisés par la Fondation Maison des sciences de l’homme et l’université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ) ainsi que par l’Unicamp en octobre et novembre 2013.

Abstract

The marginalization of the Argentina comes from far away. While in 1913, income per head of the Argentina correspond to 65% of that of Britain, in 1945 it was still 60% to spend in 2001 to 39 percent. Comparison with income per head of the Spaniards is even more eloquent: 393% in 1913, 290% in 1945 and 51% in 2001. The per capita income for the Argentine went thus from four times that of the Spaniards to a little more than half.
Today it is again in crisis and same time inflation starts rising. Its gross domestic product (GDP) growth is negative. Despite the rebound, the Argentina’s deindustrializes. The level of labour productivity, growth are very low, especially when compared to those of other emerging Asian countries. Worse, the dispersion around the average is very pronounced, rather than those observed in developed countries. It is also the same wages.
The purpose of this article is to analyze the causes of marginalization and the persistance of inflation during the last 15 years.

Download on Open Archives halshs

Argentine, Brésil, Mexique entrent dans la tourmente. Quo vadis Amérique latine ?

Pierre Salama. Argentine, Brésil, Mexique entrent dans la tourmente. Quo vadis Amérique latine ? FMSH-WP-2015-100. 2015.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

De 2003 à 2012, une période nouvelle apparait en Amérique latine. La croissance est plus élevée, les « fondamentaux » (soldes de la balance commerciale et du budget, réserves internationales, chômage, emplois formels, inflation) s’améliorent le plus souvent, les politiques sociales sont plus ou moins importantes selon les pays, la pauvreté recule et les inégalités de revenus paraissent diminuer. La disparition de la contrainte externe dans les années 2000 a rendu moins urgent de procéder à des réformes structurelles. Elle se paie aujourd’hui. A partir de 2012, les difficultés apparaissent en Argentine, au Brésil et, dans une moindre mesure, au Mexique. Le miracle économique devient mirage, le nouvel eldorado n’en est pas un. Avec le retournement brutal du cours des matières premières, de nouvelles vulnérabilités apparaissent aujourd’hui au grand jour et se traduisent par le retour rapide de la contrainte externe à laquelle les gouvernements de ces pays pensaient avoir échappé avec la hausse des cours et des volumes échangés. Pour autant, la globalisation n’est pas coupable. C’est la manière, pour le moins passive, de s’insérer dans la division internationale du travail qui l’est.

L’auteur

Professeur émérite des universités, Université de Paris 13, Pierre Salama est chercheur au Centre d’Économie de Paris-Nord (CEPN – CNRS – UMR 7115). Latino-américaniste reconnu, primé par la chaire Julio Cortazar, il a publié de très nombreux livres, la plupart traduits en espagnol/portugais. Membre du comité de rédaction de plusieurs revues étrangères, il a été directeur scientifique de la revue Tiers Monde et du Groupe de Recherche sur l’État, l’Internationalisation des Techniques et le Développement (GREITD). La dynamique du sous-développement, la pauvreté et le mode de financiarisation des pays émergents latino-américains et asiatiques sont ses principaux champs d’investigations.
Ses derniers ouvrages : Des pays toujours émergents ?, Paris, La Documentation française, Coll. Doc en poche/Place au débat, 2014, 160 p. ; Les économies émergentes latino-américaines, entre cigales et fourmis, Paris, Armand Colin, collection U, 2012, 232 p.

Site personnel : http://pierre.salama.pagesperso-orange.fr/

Le texte

Ce texte a été présenté lors de la séance du jeudi 9 avril 2015 du séminaire BRICs (FMSH/EHESS).

Abstract

From 2003 to 2012, a new period appears in Latin America. Growth is higher, the «basics» (trade balance, budgetary balance, international reserves, unemployment, formal employment, inflation) moreoften better, social policies are more or less important depending on the country, poverty recedes and income inequality seems to decrease. The disappearance of the external constraint in the 2000s made less urgent to proceed with structural reforms. It pays now. From 2012, the difficulties appear in Argentina, the Brazil and, to a lesser extent, to the Mexico. The economic miracle becomes mirage, the new eldorado is not. With the brutal reversal of the price of raw materials, new vulnerabilities appear today and result in the prompt return of the external constraint to which the Governments of these countries thought escaped with rising prices and traded volumes. However, globalization is not guilty. This is the way, at least passive, to fit into the international division of labour which is.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

The Lions’s Share, Act 2. What’s Behind China’s Anti-Corruption Campaign?

Guilhem Fabre, The Lions’s Share, Act 2. What’s Behind China’s Anti-Corruption Campaign?, FMSH-WP-2015-92, april 2015.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

The paper is on premature deindustrialization that India is experiencing and the role that government must play. Significant economic reforms were initiated in India in the early 1990s. These have brought about significant changes in the economy, but these have failed to stimulate the manufacturing sector. In fact the situation is worse than that in the pre-reforms period. After discussing the nature of the manufacturing crisis, the paper focusses on three important aspects – import liberalization, foreign direct investment and technological development.  The paper analyses the impact of reforms and what has been the official response. The paper stresses the vital importance of industrial policy in India today. It argues for an industrial strategy coordinated and led by the government. The objective of such an intervention is not to replace the private sector but to supplement the efforts of the private sector and enable it to play a more proactive role.

The author

Guilhem Fabre, sinologue et socio-économiste, est professeur à la Faculté des Affaires Internationales de l’université du Havre et co-responsable du séminaire BRICs de la FMSH/EHESS, avec Xavier Richet, Pierre Salama, Michel Schiray et Julien Vercueil. Ses travaux portent sur la Chine et la mondialisation. Il est notamment l’auteur de Les prospérités du crime : Trafic de stupéfiants, blanchiment et crises financières dans l’après guerre froide, Presses académiques francophones, 2013 et de Instants Eternels : Cent et quelques poèmes connus par cœur en Chine, La Différence, 2014.

The text

Two preliminary versions of this paper were presented at the BRICS Seminar in Moscow (October 2014, People’s Friendship University), and in the FMSH, Paris ( January 2015). This working paper will be presented at the BRIC Seminar to be held in April 2015 at the CESP, Jawaharlal Nehru University, Delhi. The author thanks his colleagues Victor Rodwin (NYU), Pierre Salama (BRICS Seminar, FMSH) and Zhang Ning (China Centre, EHESS) for their very useful comments and revision of this working paper.
In the same series, the author published a previous working paper, entitled The Lion’s Share. What’s behind China’s economic slowdown, FMSH-WP-2013-53, october, 2013 (https://halshs.archives-ouvertes.fr/FMSH-WP/halshs-00874077).

Résumé

Comme nous l’avons vu dans un précédent document de travail (« La part du lion : les dessous du ralentissement économique chinois »), l’élite chinoise a largement bénéficié du contrôle des actifs publics et de la manipulation du marché des facteurs (terrain, travail et capital), durant les années 2000. L’accumulation de richesses qui a suivi la forte croissance et la mobilité sociale, a créé l’une des plus fortes polarisation sociale au monde, bien supérieure aux chiffres officiels. Au lieu de prendre des mesures concrètes pour corriger ces inégalités, selon le plan de réformes lancé par le 3ème Plenum de novembre 2013, la nouvelle direction s’est concentrée sur une gigantesque campagne contre la corruption. Le choix des « tigres » visés au plus haut niveau n’est pas étranger à des règlements de compte politique. La méthode très hiérarchique et la création de nombreux « Groupes de direction centraux », permettent au nouveau secrétaire général et président de concentrer le pouvoir sur une échelle sans précédent depuis Deng Xiaoping. Au delà de ces enjeux politiques, le vrai but de la campagne semble être de déstabiliser les groupes d’intérêts en faveur du statu quo, mais la coalition sociale soutenant le pouvoir reste encore fragile, avec la résistance passive des bureaucraties locales, l’aliénation des intellectuels et les incertitudes concernant les bénéfices des réformes pour le secteur privé.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Premature Deindustrialization in India and Re thinking the Role of Government

Sudip Chaudhuri, Premature Deindustrialization in India and Re thinking the Role of Government, FMSH-WP-2015-91, april 2015.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

The paper is on premature deindustrialization that India is experiencing and the role that government must play. Significant economic reforms were initiated in India in the early 1990s. These have brought about significant changes in the economy, but these have failed to stimulate the manufacturing sector. In fact the situation is worse than that in the pre-reforms period. After discussing the nature of the manufacturing crisis, the paper focusses on three important aspects – import liberalization, foreign direct investment and technological development.  The paper analyses the impact of reforms and what has been the official response. The paper stresses the vital importance of industrial policy in India today. It argues for an industrial strategy coordinated and led by the government. The objective of such an intervention is not to replace the private sector but to supplement the efforts of the private sector and enable it to play a more proactive role.

The author

Sudip Chaudhuri is a Professor of Economics at the Indian Institute of Management Calcutta. His research interests include industrial policy, role of state in developing countries and intellectual property rights. He has published widely including a book on WTO and India’s Pharmaceuticals Industry: Patent Protection, TRIPS and Developing Countries, Oxford, University Press. He has done commissioned studies for various organizations including the World Health Organization, Geneva, United Nation Development Programme, New York, United Nations Industrial Development  Organization, Vienna, Reserve Bank of India and the Government of India.

The text

Parts of the paper were presented in seminars (BRICs) at the Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH), Paris, where Sudip Chaudhuri was invited as an Associate Research Director (DEA) in October 2014, and Loreto College, Kolkata. This working paper will be presented at the BRIC Seminar to be held in April 2015 at the CESP, Jawaharlal Nehru University, Delhi. The author benefitted from comments and suggestions from Guilhem Fabre. This is an outcome of the research project, “State, globalization and industrial development in India: the political economy of regulation and deregulation”, coordinated by the Norwegian Institute of International Affairs.

Résumé

Ce document de travail traite de la désindustrialisation précoce que connait l’Inde et du rôle que le gouvernement devrait jouer. Les réformes importantes qui ont été lançées en Inde au début des années 1990 ont transformé l’économie, sans pour autant stimuler le secteur manufacturier. Sa situation actuelle s’est même détériorée par rapport à la période antérieure aux réformes. Après une discussion de la nature de la crise du secteur manufacturier, cet article se concentre sur trois aspects importants : la libéralisation des importations, les investissements directs étrangers et le développement technologique, où l’on analyse l’impact des réformes et les réponses officielles. L’article souligne l’importance vitale d’une politique industrielle pour l’Inde d’aujourd’hui, en argumentant en faveur d’une stratégie industrielle coordonnée et conduite par le gouvernement. L’objectif d’une telle intervention n’est pas de se substituer au secteur privé mais de contribuer à ses efforts et de de lui permettre de jouer un rôle plus dynamique.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Les classes moyennes peuvent-elles dynamiser la croissance du PIB dans les économies émergentes ?

Sao_Paulo_Railway_Silvio-Tanaka_CCPierre Salama, Les classes moyennes peuvent-elles dynamiser la croissance du PIB dans les économies émergentes ?, FMSH-WP-2014-61, février 2014.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

L’auteur

Professeur émérite des universités, Université de Paris 13, Pierre Salama est chercheur au Centre d’Économie de Paris-Nord (CEPN – CNRS – UMR 7115).  Latino-américaniste reconnu, primé par lachaire Julio Cortazar, il a publié de très nombreux livres, la plupart traduits en espagnol/portugais. Membre du comité de rédaction de plusieurs revues étrangères, il a été directeur scientifique de la revue Tiers Monde et du Groupe de Recherche sur l’État, l’Internationalisation des Techniques et le Développement (GREITD).  La dynamique du sous-développement, la pauvreté et le mode de financiarisation des pays émergents latino-américains et asiatiques sont ses principaux champs d’investigations.

Le texte

Ce texte est dédié à la mémoire de Jacques Valier, mon complice. Il a été discuté lors d’un séminaire FMSH-UFRJ à Rio de Janeiro en novembre 2013 et lors d’une séance du séminaire BRICs à la Fondation Maison des sciences de l’homme, le 13 janvier 2014.

Résumé

On observe une tendance à l’augmentation des classes moyennes quel que soit le critère d’appartenance adopté. Cependant les critères d’appartenance aux classes moyennes sont loin de faire l’unanimité chez les économistes et l’importance des classes moyennes varie selon les auteurs. Avec une définition large des classes moyennes – le seuil inférieur étant proche de la ligne de pauvreté -, le groupe vulnérable tend à perdre de son importance et l’hétérogénéité de ce groupe augmente. A l’inverse, le choix d’une définition étroite des classes moyennes limite leur caractère  » attrape tout  » et ainsi leur hétérogénéité. Certains économistes voient dans cet essor des classes moyennes une opportunité de redynamiser la croissance des économies émergentes menacée par le  » middle income trap  » (le piège du revenu moyen), tirée dès lors par la croissance des biens de consommation durables sophistiqués. D’autres considèrent que l’essor des classes moyennes vient de la croissance et qu’un cercle vertueux pourrait exister entre croissance et classes moyennes. Dans le cadre d’une globalisation maitrisée, ces deux thèses sont erronées : une redistribution des revenus en faveur des catégories les plus démunies peut dynamiser la croissance et, ce faisant, diminuer la pauvreté.

Abstract

One observes a tendency to the increase in the middle class whatever the criterion of membership adopted. However the criteria of membership of the middle class are far from achieving the unanimity in the economists and the importance of the middle class varies according to authors’. With a broad definition of the middle class – the lower threshold being close to the line of poverty -, the vulnerable group tends to lose of its importance and the heterogeneity of this group increases. On the contrary, the choice of a narrow definition of the middle class limit their character « catches all » and thus their heterogeneity. Some economists see in this rise of the middle class to spur economic growth of the emergent economies threatened by  » middle income trap », drawn consequently by the growth from the sophisticated durable consumer goods. Others consider that the rise of the middle class comes from the growth and that a virtuous circle could exist between growth and middle class. Within the framework of a controlled globalization, these two theses are erroneous: a redistribution of the incomes in favour of the the most underprivileged sectors can increase the growth and, by doing this, decrease poverty.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

The Lion’s Share. What’s behind China’s economic slowdown

fabre53Working paper by Guilhem Fabre, The Lion’s share : What’s behind China’s economic slowdown, FMSH-WP-2013-53, octobre 2013.

The author

Guilhem Fabre, sinologue et socio-économiste, est professeur à la Faculté des Affaires Internationales de l’université du Havre et co-responsable du séminaire BRICs de la FMSH/EHESS, avec Xavier Richet, Pierre Salama et Michel Schiray. Ses travaux portent sur la Chine et la mondialisation. Il est notamment l’auteur de Les prospérités du crime : Trafic de stupéfiants, blanchiment et crises financières dans l’après guerre froide, Presses académiques francophones, 2013 et de Propriété intellectuelle, contrefaçon et innovation : les multinationales face à l’économie de la connaissance, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2009.

The text

This text has been written within the frame of the BRICs seminar, FMSH/CRBC.

To download this paper on HALSHS

Abstract

Following the global crisis, the stimulus package of 2009-2010, with its huge expansion of credit, marked the end of « Cheap China », with the underpricing of labor, capital, land, energy and currency, and disproportionally shifted growth in favor of the public sector and real estate, the lion’s share of the State-Party system. The present process of deleveraging must adress the unprecedented inequities which stem from distortions in the allocations of resources and the respective functions of the central and local governments.

Keywords

China; economy; slowdown; leverage; inequalities

La part du lion : les dessous du ralentissement économique chinois

Résumé

Le plan de relance qui a suivi la crise globale, en 2009-2010, avec une expansion considérable du crédit, a marqué la fin de la « Chine bon marché », avec la sous-évaluation du travail, du capital, du terrain, de l’énergie, et de la monnaie, tout en déséquilibrant fortement la croissance au profit du secteur public et de l’immobilier, la part du lion de l’État-Parti. Le processus actuel de désendettement doit régler les problèmes d’inégalités majeures qui dérivent des distorsions dans l’allocation de ressources et des fonctions respectives du gouvernement central et des gouvernements locaux.

Mots-clefs

Chine; économie; ralentissement; endettement; inégalités

Content

The end of the commodity supercycle
The black hole of official statistics
Pre-crisis growth or the height of «Cheap China »
Post crisis growth : the role of SOEs and local governments
Land leasing as the main vehicle to finance the stimulus package, and its consequences
The end of Cheap China and the expansion of shadow banking
Growth or financial stability: a political economy equation

To download this paper on HALSHS

Les économies émergentes, le plongeon?

Le-mur-de-berlin---entre-Mexique-et-Etats-Unis---SalamaPierre Salama, Les économies émergentes, le plongeon ?, FMSH-WP-2013-42, septembre 2013.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

L’auteur

Professeur émérite des universités, Université de Paris 13, Pierre Salama est chercheur au Centre d’Économie de Paris-Nord (CEPN – CNRS – UMR 7115). Latino-américaniste reconnu, primé par la chaire Julio Cortazar, il a publié de très nombreux livres, la plupart traduits en espagnol/portugais. Membre du comité de rédaction de plusieurs revues étrangères, il a été directeur scientifique de la revue Tiers Monde et du Groupe de Recherche sur l’État, l’Internationalisation des Techniques et le Développement (GREITD). La dynamique du sous-développement, la pauvreté et le mode de financiarisation des pays émergents latino-américains et asiatiques sont ses principaux champs d’investigations.
Ses derniers ouvrages : Les économies émergentes latino-américaines, entre cigales et fourmis, Paris, Armand Colin, collection U, 2012, 232 p. ; Migrants et lutte contre les discriminations en Europe. Vivre ensemble dans l’égale dignité, 2010, Strasbourg, Editions du Conseil de l’Europe, 102 p. ; Le défi des inégalités. Une comparaison économique Amérique latine/Asie, 2006, Paris, La découverte, 168 p.
Site personnel : http://pierre.salama.pagesperso-orange.fr

Résumé

Cet article traite de l’hétérogénéité des « économies émergentes » et de leurs modes différents de développement, puis analyse successivement la nouvelle division internationale du travail qui apparait avec leur essor, la forte croissance et l’industrialisation rapide de plusieurs pays asiatiques, la croissance modérée de l’Amérique latine et sa désindustrialisation précoce, l’évolution des salaires et des conditions de travail, puis l’évolution de la pauvreté et le poids croissant des classes moyennes, et enfin, dans la conclusion nous nous interrogerons sur les futurs possibles de ces économies. Les économies émergentes sont-elles à la veille de difficultés économiques importantes ? La réduction du taux de croissance et des exportations de la Chine et de l’Inde, le ralentissement de la croissance et le retour de la contrainte externe dans de nombreux pays latino-américains en sont-ils les premiers signes ?

Mots-clefs

économie du développement, politique commerciale, insertion internationale, industrialisation, étude comparative, pauvreté, classes moyennes

Emerging economies : the big drop ?

Abstract

This article is about the heterogeneity of “emerging economies” and their different development processes, followed by the analysis of the new international division of labor emerging with their boom, the strong growth and the rapid pace of industrialization of several Asian countries, the moderate growth in Latin America and its early deindustrialization, the trends in wages and working conditions, the trends in poverty together with the increase in middle classes, and finally we conclude with questions concerning the future of these economies. Are emerging  economies on the verge of encountering significant economic problems? Are the growth and export rates reduction in China, the slowing down of growth and the return of external constraints in many Latin American countries the first signs of  these difficulties?

Keywords

economic development, trade policy, industrialization, comparatives studies of countries, poverty, middle class

Sommaire

Préambule : Économies émergentes, que recouvre cette appellation ?

Les pays émergents font basculer le centre de gravité du monde et imposent une nouvelle division internationale du travail

Part croissante des émergents dans les échanges mondiaux, cas de la Chine
Retour à la prédominance des exportations de matières premières pour les émergents latino-américains

Des modèles de développement différents en Asie

Chine
Inde

Des modèles de développement différents en Amérique latine

Disparités des situations économiques
Une désindustrialisation précoce

De la pauvreté aux classes moyennes…

La pauvreté en baisse
Les classes moyennes

Conclusion : Quels futurs possibles ?

Pour télécharger ce document sur HALSHS

L’internationalisation des firmes chinoises : croissance, motivations, stratégies

web_shanghaiXavier Richet, L’internationalisation des firmes chinoises : croissance, motivations, stratégies, FMSH-WP-2013-27, février 2013.

Pour télécharger le document sur HALSHS

L’auteur

Xavier Richet, professeur d’économie à l’université de la Sorbonne nouvelle, Paris. Il s’intéresse aux économies émergentes, notamment aux stratégies des firmes. Dans le cadre de plusieurs programmes de recherche, il a réalisé, des enquêtes dans des firmes chinoises, indiennes, russes dont rendent compte deux ouvrages : Jean-François Huchet, Xavier Richet, Joêl Ruet (eds.), Globalisation in China, India and Russia. Emergence of National Groups and Global Strategies of Firms, Academic Foundation, New Delhi, 2007 et V. Delteil, P. Dieuaide & X. Richet, (eds.), Strategies of Multinational Corporations and Social Regulations: European and Asian Perspectives, Springer, Heidelberg (à paraître), 2013.

Le texte

Papier préparé à l’issue de la séance du séminaire BRICs de la Fondation Maison des sciences de l’homme et le l’Ecole des hautes études en sciences sociales, sous la direction de Guilhem Fabre, Pierre Salama, Xavier Richet et Michel Schiray organisée le 28 novembre 2011.

Résumé

Comme d’autres économies émergentes des BRIC, la Chine enregistre aujourd’hui un flux croissant d’investissements directs étrangers sortants (IDES) tout en  maintenant une forte attractivité pour les investissements directs étrangers entrants (IDEE). Le développement accéléré récent de la Chine, repose, en partie sur la présence des IDEE qui ont facilité le rattrapage technologique, la mise à  niveau de nombreuses firmes qui ont pu se hisser aux standards des firmes occidentales dans toute une série d’industries, notamment de technologies moyennes et parfois avancées. Pour les spécialistes et les dirigeants économiques chinois, le bilan est mitigé ; les firmes occidentales limitant le transfert de technologie afin de conserver leur avantage  concurrentiel.
Les IDES chinois ont connu une très forte expansion au cours de la dernière décennie en partie grâce aux ressources financières accumulées, en partie par la nécessité de chercher des approvisionnements en matières premières afin de maintenir le taux de croissance élevé du PIB. Mais ils se développent aussi dans le secteur manufacturier, les services, la finance en ciblant les secteurs. On présente les différents facteurs qui poussent les firmes chinoises à s’internationaliser :  accès aux marchés, accès aux ressources, accès à la technologie. Au-delà des aides gouvernementales, de quels avantages bénéficient les firmes chinoises ? Face à la concurrence des grands groupes multinationaux occidentaux, les firmes chinoises ont su développer des stratégies particulières qui facilitent leur apprentissage, leurs relations avec les grandes firmes, leur montée en puissance. Le succès de ces firmes doit être confirmé dans le moyen et le long terme. Pour de nombreux observateurs, la plupart des firmes, pour le moment, ne sont pas encore véritablement internationalisées. Elles cherchent souvent à acquérir des ressources et à les rapatrier en Chine.

Abstract

Like other emerging economies of the BRIC countries, China witnesses now an increasing outflow of foreign direct investment (OFDI) while maintaining a high attractiveness for inward foreign direct investment (IFDI). The recent rapid development of China in part is based on the presence of IFDI that facilitated technological upgrading and allowed many firms to match the standards of Western companies in a variety of industries, including medium and advanced technologies. For specialists and Chinese political and business leaders, the results are mixed; Western firms located in China restrict the transfer of technology to maintain their competitive advantage.
Chinese OFDI have experienced very strong growth during the last decade thanks in part to financial resources accumulated, in part by the willingness to seek supplies of raw materials to maintain the high growth rate of GDP. But they also develop in manufacturing, services, and financial sectors. The paper points out the various factors that lead Chinese firms to internationalize: access to markets, to resources, to technology. Beyond government subsidies, what specific factors allow Chinese firms to compete successfully? Facing competition from large Western multinationals, Chinese firms are able to develop specific strategies to facilitate their learning, their relations with large firms, their growth. The success of these companies should be confirmed in the medium and long term. For many observers, most companies at the moment are not yet truly internationalized. They often seek to acquire resources and to repatriate it in China.

Pour télécharger le document sur HALSHS

The World upside down, China’s R&D and innovation strategy

Guilhem Fabre & Stéphane Grumbach, The World upside down, China’s R&D and innovation strategy, FMSH-WP-2012-07.

Pour télécharger le working paper

The authors

Guilhem Fabre is a China scholar and socio-economist, teaching at the University of Le Havre. He is an associate member of the Centre Chine, EHESS, Paris, and the author of Propriété intellectuelle, contrefaçon et innovation: les multinationales face à l’économie de la connaissance, Publications des universités de Rouen et du Havre, 2009. A Chinese version has been published under the title The black gold of the 21st century ( 二十一世纪的黑金), Social Sciences Academic Press, Beijing, 2006.

Stéphane Grumbach is a senior researcher in Computer Science, working at INRIA, the French institute for Informatics and Control. He has been science counselor at the French Embassy in Beijing, and has worked in the Chinese Academy of Sciences, where he headed a Sino-European joint laboratory in IT

Abstract

R&D and innovation have become much more strategic than ever before for the growth of China as well as for its global societal upgrade. The Chinese authorities have designed an innovation strategy to face new economic and social challenges. The first part of the paper is focused on the emergence of the policy, in the 2006-2020 Plan for S&T, with a historical perspective explaining the legacy of the past in today’s choices. In the second part, we illustrate China’s catching up strategy through four sectors (high-speed trains, aeronautics, clean energy, IT) and discuss its potential impact on the world industry.

Keywords

R&D, innovation, strategy, high speed trains, aeronautics, clean energy, IT

Résumé

La R&D et l’innovation sont plus stratégiques que jamais pour la croissance de la Chine aussi bien que pour le progrès global de sa société. Les autorités chinoises ont mis en place une stratégie d’innovation pour affronter de nouveaux défis économiques et sociaux. La première partie de ce papier se concentre sur l’émergence de cette politique, dans le Plan de 2006-2020 pour les Sciences et Techniques, avec une perspective historique qui explique l’héritage du passé dans les choix contemporains. Dans la seconde partie, nous illustrons la stratégie de rattrapage de la Chine dans quatre secteurs (les trains à grande vitesse, l’aéronautique, l’énergie propre et technologies de l’information) et discutons de ses impacts potentiels sur l’industrie dans le monde.

Mots-clefs

recherche et développement, innovation, stragégie, train à grande vitesse, aéronautique, énergie propre, technologies de l’information

Pour télécharger le working paper

Chine – Brésil : industrialisation et «désindustrialisation précoce»

Pierre Salama, Chine – Brésil : industrialisation et « désindustrialisation précoce », FMSH-WP-2012-06.

Pour télécharger le working paper

L’auteur

Professeur émérite des universités, Université de Paris 13
Centre d’Économie de Paris-Nord (CEPN – CNRS – UMR 7115)
Latino-américaniste reconnu, primé par la chaire Julio Cortazar, Pierre Salama a publié de très nombreux livres, la plupart traduits en espagnol/portugais. Membre du comité de rédaction de plusieurs revues étrangères, il a été directeur scientifique de la revue Tiers Monde et du Groupe de Recherche sur l’État, l’Internationalisation des Techniques et le Développement (GREITD). La dynamique du sous-développement et le mode de financiarisation des pays émergents sont ses principaux champs d’investigations. Spécialiste de l’économie de la drogue, il vient de présenter un rapport européen sur la violence en Amérique latine.
Ses derniers ouvrages : Migrants et lutte contre les discriminations en Europe. Vivre ensemble dans l’égale dignité, 2010, Strasbourg, Editions du Conseil de l’Europe, 102 p. ; Le défi des inégalités. Une comparaison économique Amérique latine/Asie, 2006, Paris, La Découverte, 168 p.
Site personnel de Pierre Salama : pierre.salama.pagesperso-orange.fr

Le texte

Ce texte a fait l’objet d’une présentation en octobre 2011, lors du séminaire BRICs, fruit d’un partenariat entre le Centre de recherche sur le Brésil contemporain (CRBC-EHESS) et la Fondation Maison des sciences de l’homme.

Résumé

Est-ce parce que les relations commerciales asymétriques entre la Chine et le Brésil se sont intensifiées que le Brésil connait une « désindustrialisation précoce » ? Pour les pays asiatiques, la croissance est compatible avec l’industrialisation, pour les pays latino-américains, elle ne l’est pas le plus souvent. Industrialisation d’un côté, « désindustrialisation précoce » de l’autre, sont-elles les deux faces d’une même médaille ou bien traduisent-elles l’existence pour les uns, l’absence pour les autres de politiques de change et de politiques industrielles adaptées aux contraintes posées par la globalisation ? Nous montrerons que ce n’est pas l’ouverture qui conduit à la désindustrialisation, à la faible croissance de la productivité et à la réduction de la valeur ajoutée dans de nombreuses branches, mais la manière de la pratiquer. Ce ne sont pas les relations entre la Chine et le Brésil qui expliquent la «désindustrialisation précoce» de ce dernier. Ce n’est pas parce qu’elles sont asymétriques qu’elles sont désindustrialisantes pour le Brésil. C’est parce que l’ouverture ne s’accompagne pas d’une politique de change adéquate et d’une politique industrielle appropriée que le Brésil connait une « désindustrialisation précoce ». De ce point de vue, le Brésil a à apprendre de la Chine.

Mots-clefs

taux de change, industrialisation, désindustrialisation, Chine, Brésil

China and Brazil : industrialization and « early deindustrialization »

Abstract

Is this because the asymmetric trade relations between China and the Brazil have intensified that Brazil knows a «early deindustrialization»? For Asian countries, growth is consistent with industrialization, for Latin American countries, it is not more often. Industrialization on the one hand, «deindustrialization early» on the other, are – they both sides of the same medal or well-represent the existence for some, the absence of policy change and industrial policies adapted to the constraints posed by globalization? We will show that it is not the opening which leads to deindustrialization, low productivity growth and the reduction of the value added in many branches, but how to do it. It is not the relations between China and the Brazil which explain the «early deindustrialization» of the latter. This is not because they are asymmetrical, that they are désindustrialisantes for the Brazil. This is because the opening is not a policy of appropriate Exchange and an industrial policy accompanied appropriate than Brazil knows a «early deindustrialization.» From this point of view, the Brazil has to learn from China.

Keywords

rate of change, industrialization, deindustrialization, China, Brazil

Pour télécharger le working paper