Archives de catégorie : Working Papers

The Web of Relationship

Itamar Rabinovich

Ambassador Itamar Rabinovich is Israel’s former Ambassador to the United States and former Chief Negotiator with Syria in the mid 1990’s and the former president of Tel-Aviv University (1999-2007). Currently he is Professor Emeritus of Middle Eastern History of Tel Aviv University, Distinguished Global Professor at NYU and a Distinguished Fellow at the Brookings Institution. Prof. Rabinovich has been a member of Tel Aviv University’s faculty since 1971 and served as Ettinger Professor of the Contemporary History of the Middle-East, Chairman of the Department of Middle Eastern Studies, Director of the Dayan Center for Middle Eastern and African Studies, Dean of Humanities and Rector.

Professor Rabinovich is the author of six books on the Modern History and Politics of the Middle East and the co-author and co-editor of several other volumes and he is the author of numerous essays and papers. His most recent books are The View from Damascus (updated, paperback edition, London, September 2011) and The Lingering Conflict: Israel, The Arabs and The Middle East, Brookings, November 2011.

Abstract

The ebb and flow of Israel’s relations with the Palestinians are linked organically to its complex relationship with Arab countries. Broad trends have applied across the region. The Arabs collectively rallied against Israel in 1948, participated in the conflict when it festered and swelled, were devastated by the defeat of 1967, condemned Egypt’s Sadat in 1977 for moving toward peace, and adopted his formula only a decade later. But under the umbrella of unity, there have always been exceptions, rivalries, and tensions within the Arab world—and those differences have applied to relations with Israel. This paper explores the web of relationship between Israel and Egypt, Syria, Lebanon, Jordan, the Palestinians and Israeli Arabs, and Iraq.

The text

This text is the Chapter 8 of The Lingering Conflict: Israel, the Arabs, and the Middle East 1948-2011, Brookings, November 2011. It is here published with the permission granted by the Brooking Institution, Washington DC.

http://www.brookings.edu/press/Books/2011/thelingeringconflict.aspx

Où trouver ce document

http://halshs.archives-ouvertes.fr/FMSH-WP/halshs-00677261

Reference to this document

Itamar Rabinovich, The Web of Relationship, FMSH-WP-2012-04, février 2012.

Interpréter l’agir : un défi théorique

Bruno Maggi

Titulaire de Théorie de l’organisation à l’Université de Bologne et à l’Université des Etudes de Milan, a aussi enseigné Méthodologie des sciences sociales. Sa réflexion porte sur l’épistémologie et la théorie interdisciplinaire de l’organisation entendue comme régulation de l’action sociale. Il a fondé et dirige la collection électronique TAO Digital Library et deux programmes de recherche : sur le changement organisationnel dans le travail et les entreprises et sur les rapports entre travail et bien-être. Plusieurs fois professeur invité à Paris, par différents établissements, Toulouse, Aix-en-Provence, Porto, Montréal, en Amérique Latine, il a notamment publié en France : aux Editions Octarès en 2003 De l’agir organisationnel, et en 2007 avec D. Faïta, Un débat en analyse du travail ; sous sa direction, Manières de penser, manières d’agir en éducation et en formation aux PUF en 2000, et L’Atelier de l’organisation à l’Harmattan en 2001.

Résumé

Ce texte est l’introduction de l’ouvrage Interpréter l’agir : un défi théorique, sous la direction de Bruno Maggi, paru en 2011 aux Presses Universitaires de France. Il met en perspective l’ensemble de l’ouvrage, qui présente plusieurs théories, de différentes disciplines et portant sur des aspects divers de l’agir humain. Ces théories partagent la même orientation épistémologique permettant de surmonter l’opposition entre objectivisme et subjectivisme ainsi que les anciens dilemmes : sujet/réalité, individu/société, acteur/système, action /structure, et enfin comprendre/expliquer. L’introduction replace ces questions dans une perspective théorique générale autour des théories de l’action et de l’activité, vers une « troisième voie » épistémologique.

Le texte

Ce texte constitue l’introduction de l’ouvrage Interpréter l’agir : un défi théorique, sous la direction de Bruno Maggi, Paris, Presses Universitaires de France, 2011. Cette introduction est ici présentée avec l’autorisation des PUF.

http://www.puf.com/wiki/Autres_Collections:Interpréter_l’agir._Un_défi_théorique

La réalisation de l’ouvrage Interpréter l’agir : un défi théorique, récemment paru aux PUF sous la direction de Bruno Maggi, a largement bénéficié de l’accueil de la Maison Suger, et donc de l’aide de la Fondation Maison des sciences de l’homme.

Où trouver ce document

http://halshs.archives-ouvertes.fr/FMSH-WP/halshs-00677272

Pour citer ce document

Bruno Maggi, Interpréter l’agir : un défi théorique, FMSH-WP-2012-05, février 2012.

Ni dieu ni maître : les réseaux

Manuel Castells

Professeur à l’Annenberg School of Communication (University of Southern California) et directeur de l’Internet Interdisciplinary Institute de Barcelone, université virtuelle mondiale. Manuel Castells est un des sociologues fondateurs de l’École française de sociologie urbaine au cours des années 1970. Son premier livre intitulé La question urbaine (Maspero, 1972), est devenu une référence mondiale. Avec sa trilogie consacrée à L’ère de l’information (Fayard, 1996-1998), il devient le spécialiste internationalement reconnu de la société de l’information et des réseaux. Dans Communication Power (Oxford University Press, 2009), il se base sur son analyse des réseaux et des technologies de communication pour développer une nouvelle théorie du pouvoir à l’ère de l’information.

Résumé

Un nouveau système de communication a émergé : une auto-communication de masse à travers les sites de réseaux sociaux, les blogs… Ce nouvel environnement communicationnel modifie profondément les relations de pouvoir. À travers plusieurs analyses de cas, dont les récents événements du « printemps arabe » et le mouvement des « Indignados », M. Castells montre dans sa conférence les conséquences de cette évolution sur les processus politiques et les mouvements sociaux.

Le texte

Leçon inaugurale de la Chaire Analyse interdisciplinaire de la société en réseaux, 28 juin 2011, Collège d’études mondiales, Fondation Maison des sciences de l’homme, Paris.

http://www.college-etudesmondiales.org/fr/content/analyse-societe-en-reseaux

Où trouver ce document

http://halshs.archives-ouvertes.fr/FMSH-WP/halshs-00677225

Pour citer ce document

Manuel Castells, Ni dieu ni maître : les réseaux, FMSH-WP-2012-02, février 2012.

Les working papers de la FMSH

La Fondation Maison des sciences de l’homme prend l’initiative de publier, à partir de janvier 2012, une série de Working Papers et une série de Position Papers, ces derniers d’un format plus court. Les Working Papers sont des textes dont la longueur n’excède pas 40 pages. Ils sont produits dans le cadre des activités scientifiques de la FMSH, qu’il s’agisse des chaires du Collège d’études mondiales, des bourses Fernand Braudel-IFER, des programmes scientifiques de la Fondation, ou encore des chercheurs accueillis à la Maison Suger ou dans le cadre d’un DEA (directeur d’études associé). Les Working Papers peuvent également être produits en partenariat avec des institutions proches. Les Working Papers peuvent renvoyer directement au thème de recherche développé à la faveur de la bourse ou de la collaboration avec la FMSH, ou être définis en relation avec les responsables scientifiques de la FMSH.
Les Position Papers sont des textes d’une longueur inférieure à 6 pages. Ils sont produits dans le cadre des activités de la FMSH (en particulier séjours en tant que Directeurs d’études associés, hébergement à la Maison Suger, programmes bilatéraux). Les Position Papers portent sur une problématique plus circonscrite.