The De-nationalization and Re-nationalization of the Life Sciences in China: A Cosmopolitan Practicality?

Joy Y. Zhang, The De-nationalization and Re-nationalization of the Life Sciences in China: A Cosmopolitan Practicality?, FMSH-WP-2012-08

To download this working paper / Pour télécharger le working paper

The author

Dr. Joy Yueyue Zhang is a research fellow at le Collège d’études mondiales, FMSH. Her research focuses on the cosmopolitan governance of scientific uncertainties. She received her PhD in Sociology from the London School of Economics and Political Science. She is the author of two books on China: The  Cosmopolitanization of Science: Stem Cell Governance in China (Palgrave Macmillan, 2012) and The Climate Politics in China (Pluto Press, 2013).

Abstract

Stem cell research and synthetic biology offer complementary insights on the nature of scientific governance in China. Stem cells were essentially promoted by top-down semi-governmental initiatives. Yet it was through a process of ‘de-nationalization’ (in which a diversity of cross-border communications initiated by scientists effaced the dominance of a singular national voice) that China’s stem cell research gained global recognition. Meanwhile, the emergence of synthetic biology has shown a reverse pathway. While many ‘Chinese’ synthetic biology projects are primarily associated with international programs, this ‘de-nationalized’ start did not lead to an abandonment of a national  agenda. Rather, synthetic biology in China has been transformed into a grassroots proposition of a ‘Big Question’ approach, which in effect creates a ‘re-nationalization’ by bringing synergy among domestic experts. Chinese stakeholders’ experience seems to indicate that scientific development is steered by a (cosmopolitan) practicality, which has lead to a bottom-up instrumentalization of the nation-state.

Keywords

scientific governance, China, national science policy, globalisation

Dénationalisation et renationalisation des sciences de la vie en Chine : une pratique cosmopolite ?

Résumé

La recherche sur les cellules souche et en biologie synthétique offre des perspectives complémentaires sur la nature de la politique scientifique en Chine. Les cellules souche ont été essentiellement promues par des initiatives semi-gouvernementales du haut vers le bas. Cependant, c’est à travers un processus de « dénationalisation » (dans laquelle des communications transfrontières diverses initiées par des scientifiques effacent la domination d’une voix nationale unique) que la recherche chinoise sur les cellules souche a obtenu une reconnaissance globale. Simultanément, l’émergence de la biologie synthétique a montré une trajectoire inverse. Alors que de nombreux projets « chinois » en biologie synthétique sont associés au premier chef à des programmes internationaux, cette première étape « dénationalisée » n’a pas mené à un abandon de l’agenda national. Au contraire, la biologie synthétique en Chine a été transformée en une proposition, ancrée sur le terrain, d’une approche en termes de « Grande Question », qui de fait a créé une « renationalisation » en favorisant une synergie entre les experts nationaux. L’expérience des parties prenantes chinoises semble indiquer que le développement scientifique est dirigé par une pratique (cosmopolite) qui a conduit à une instrumentalisation par le bas de l’État-nation.

Mots-clefs

gouvernance scientifique, Chine, politique scientifique nationale, globalisation

To download this working paper / Pour télécharger le working paper

The World upside down, China’s R&D and innovation strategy

Guilhem Fabre & Stéphane Grumbach, The World upside down, China’s R&D and innovation strategy, FMSH-WP-2012-07.

Pour télécharger le working paper

The authors

Guilhem Fabre is a China scholar and socio-economist, teaching at the University of Le Havre. He is an associate member of the Centre Chine, EHESS, Paris, and the author of Propriété intellectuelle, contrefaçon et innovation: les multinationales face à l’économie de la connaissance, Publications des universités de Rouen et du Havre, 2009. A Chinese version has been published under the title The black gold of the 21st century ( 二十一世纪的黑金), Social Sciences Academic Press, Beijing, 2006.

Stéphane Grumbach is a senior researcher in Computer Science, working at INRIA, the French institute for Informatics and Control. He has been science counselor at the French Embassy in Beijing, and has worked in the Chinese Academy of Sciences, where he headed a Sino-European joint laboratory in IT

Abstract

R&D and innovation have become much more strategic than ever before for the growth of China as well as for its global societal upgrade. The Chinese authorities have designed an innovation strategy to face new economic and social challenges. The first part of the paper is focused on the emergence of the policy, in the 2006-2020 Plan for S&T, with a historical perspective explaining the legacy of the past in today’s choices. In the second part, we illustrate China’s catching up strategy through four sectors (high-speed trains, aeronautics, clean energy, IT) and discuss its potential impact on the world industry.

Keywords

R&D, innovation, strategy, high speed trains, aeronautics, clean energy, IT

Résumé

La R&D et l’innovation sont plus stratégiques que jamais pour la croissance de la Chine aussi bien que pour le progrès global de sa société. Les autorités chinoises ont mis en place une stratégie d’innovation pour affronter de nouveaux défis économiques et sociaux. La première partie de ce papier se concentre sur l’émergence de cette politique, dans le Plan de 2006-2020 pour les Sciences et Techniques, avec une perspective historique qui explique l’héritage du passé dans les choix contemporains. Dans la seconde partie, nous illustrons la stratégie de rattrapage de la Chine dans quatre secteurs (les trains à grande vitesse, l’aéronautique, l’énergie propre et technologies de l’information) et discutons de ses impacts potentiels sur l’industrie dans le monde.

Mots-clefs

recherche et développement, innovation, stragégie, train à grande vitesse, aéronautique, énergie propre, technologies de l’information

Pour télécharger le working paper

Chine – Brésil : industrialisation et «désindustrialisation précoce»

Pierre Salama, Chine – Brésil : industrialisation et « désindustrialisation précoce », FMSH-WP-2012-06.

Pour télécharger le working paper

L’auteur

Professeur émérite des universités, Université de Paris 13
Centre d’Économie de Paris-Nord (CEPN – CNRS – UMR 7115)
Latino-américaniste reconnu, primé par la chaire Julio Cortazar, Pierre Salama a publié de très nombreux livres, la plupart traduits en espagnol/portugais. Membre du comité de rédaction de plusieurs revues étrangères, il a été directeur scientifique de la revue Tiers Monde et du Groupe de Recherche sur l’État, l’Internationalisation des Techniques et le Développement (GREITD). La dynamique du sous-développement et le mode de financiarisation des pays émergents sont ses principaux champs d’investigations. Spécialiste de l’économie de la drogue, il vient de présenter un rapport européen sur la violence en Amérique latine.
Ses derniers ouvrages : Migrants et lutte contre les discriminations en Europe. Vivre ensemble dans l’égale dignité, 2010, Strasbourg, Editions du Conseil de l’Europe, 102 p. ; Le défi des inégalités. Une comparaison économique Amérique latine/Asie, 2006, Paris, La Découverte, 168 p.
Site personnel de Pierre Salama : pierre.salama.pagesperso-orange.fr

Le texte

Ce texte a fait l’objet d’une présentation en octobre 2011, lors du séminaire BRICs, fruit d’un partenariat entre le Centre de recherche sur le Brésil contemporain (CRBC-EHESS) et la Fondation Maison des sciences de l’homme.

Résumé

Est-ce parce que les relations commerciales asymétriques entre la Chine et le Brésil se sont intensifiées que le Brésil connait une « désindustrialisation précoce » ? Pour les pays asiatiques, la croissance est compatible avec l’industrialisation, pour les pays latino-américains, elle ne l’est pas le plus souvent. Industrialisation d’un côté, « désindustrialisation précoce » de l’autre, sont-elles les deux faces d’une même médaille ou bien traduisent-elles l’existence pour les uns, l’absence pour les autres de politiques de change et de politiques industrielles adaptées aux contraintes posées par la globalisation ? Nous montrerons que ce n’est pas l’ouverture qui conduit à la désindustrialisation, à la faible croissance de la productivité et à la réduction de la valeur ajoutée dans de nombreuses branches, mais la manière de la pratiquer. Ce ne sont pas les relations entre la Chine et le Brésil qui expliquent la «désindustrialisation précoce» de ce dernier. Ce n’est pas parce qu’elles sont asymétriques qu’elles sont désindustrialisantes pour le Brésil. C’est parce que l’ouverture ne s’accompagne pas d’une politique de change adéquate et d’une politique industrielle appropriée que le Brésil connait une « désindustrialisation précoce ». De ce point de vue, le Brésil a à apprendre de la Chine.

Mots-clefs

taux de change, industrialisation, désindustrialisation, Chine, Brésil

China and Brazil : industrialization and « early deindustrialization »

Abstract

Is this because the asymmetric trade relations between China and the Brazil have intensified that Brazil knows a «early deindustrialization»? For Asian countries, growth is consistent with industrialization, for Latin American countries, it is not more often. Industrialization on the one hand, «deindustrialization early» on the other, are – they both sides of the same medal or well-represent the existence for some, the absence of policy change and industrial policies adapted to the constraints posed by globalization? We will show that it is not the opening which leads to deindustrialization, low productivity growth and the reduction of the value added in many branches, but how to do it. It is not the relations between China and the Brazil which explain the «early deindustrialization» of the latter. This is not because they are asymmetrical, that they are désindustrialisantes for the Brazil. This is because the opening is not a policy of appropriate Exchange and an industrial policy accompanied appropriate than Brazil knows a «early deindustrialization.» From this point of view, the Brazil has to learn from China.

Keywords

rate of change, industrialization, deindustrialization, China, Brazil

Pour télécharger le working paper

Mars 2012 : Un an après Fukushima, le Japon entre catastrophes et résilience

Jean-François Sabouret

Jean-François Sabouret

Sociologue, spécialiste du Japon contemporain, Directeur de recherche au CNRS et directeur du Réseau Asie et Pacifique – Imasie (FMSH-CNRS).

Il a publié en janvier 2011: Japon, la fabrique des futurs, CNRS Éditions.

Pour télécharger ce document.

Résumé

Le séisme et le tsunami du 11 mars au Japon qui ont causé la mort ou la disparition de plus de 19 000 personnes, ont joué le rôle d’un révélateur d’une vaste crise sociale qui, tel un feu, ne cherchait qu’une bonne occasion de se développer : crise de l’emploi, crise de l’innovation technologique, crise de la compétitivité, crise de la natalité, crise de l’abandon des personnes âgées, crise de confiance à l’égard du monde politique et à l’égard des médias officiels. Pourtant le Japon des grandes entreprises et de la finance, saura-t-il se souvenir de ce qu’il doit au peuple japonais au travail depuis 1945, peuple quasi exemplaire, ou bien, en investissant ailleurs à l’étranger, fera-t-il le choix de l’abandonner à tous les désespoirs et autres démons dont on sait, par le passé, où ils ont mené le Japon. Nous faisons le pari optimiste d’un nouveau « new deal » entre le Japon des classes moyennes et le monde des entrepreneurs.

Mots-clefs

Fukushima, séisme, tsunami, politique japonaise, Tôhoku, reconstruction du Tôhoku, nucléaire au Japon, crise économique japonaise

Abstract

The earthquake and tsunami that struck Japan on March 11, causing the death or disappearance of more than 19,000 people, have unveiled a large social crisis that was waiting to spread like wild fire: the crises of employment, technological innovation, competitiveness, birth, abandonment of the elderly, confidence in the world of politics and medial officials. However, will Japan’s big companies and finance remember what they owe to the Japanese people, who have been working since 1945, people of somewhat exemplary quality? Or in investing abroad, will the country choose to abandon its people in despair and to feed them to the demons, of which have plagued its past. We are betting on an optimistic new ‘new deal’ between Japan’s middle classes and the world of businessmen and women.

Keyword

Fukushima, earthquake, tsunami, Japanese politics, Tohoku, Tohoku reconstruction, nuclear in Japan, Japanese economic crisis.

Pour télécharger ce document.

Public Security and the Indian State

Ajay K. Mehra

Political scientist by training, Director (Honorary) of Centre for Public Affairs, a platform for public discourse, along with several public intellectuals. He has been a fellow at the University of Maryland, USA (1991 for 6 months), Salzburg Seminar, Austria (1992). He has researched and written extensively on public security, institutions and governance. Ajay K. Mehra was a member of the Expert Group on Diversity Index (2008); constituted by the Ministry of Minority Affairs, Government of India. He was a member of the Task Force on “Criminal justice, national security and Centre-State cooperation” set up by the Commission on Centre-State Relation, Government of India during 2008-09.

As Visiting Professor at the Fondation Maison de Sciences des l’Homme, he has coedited with René Lévy The Police, State and Society: Perspectives from India and France (Pearson Education, 2011) and is preparing, with René Lévy, another volume on Social Violence and Police and an international conference on “The dilemmas of policing in fast-growing democratizing societies”. He is currently engaged with FMSH partnership on an international research project on “Sharing Sovereignty; Identity, Regionalism And Autonomy: A Cross-National Perspective”.

This paper is published in the frame of the Indo-French Programme of the FMSH.

Abstract

Public security discourse changes how public order has been traditionally viewed by states across the world. India, a country that attained independence from British colonialism in 1947 and has been democratising since, has faced the dilemma and challenges of preparing its security agencies, steeped in colonial culture and politicised since independence, to face the challenges of twenty first century. Organisational, criminal justice system and attitudianal issues dog the public security architecture in India. Since the Constitution of India has assigned the responsibility of public order to states, federal frictions to have arisen lately in dealing with security issues in the national domain such as terrorism and Maoism. The police and other public institutions responsible for the task must be braced up to meet the emerging challenges.

Keywords

police, security, India, justice, federalism, State

FMSH-PP-2012-02 Mehra.

L’écart et l’entre. Ou comment penser l’altérité

François Jullien

François Jullien est Professeur à l’Université Paris Diderot et titulaire de la Chaire sur l’altérite du Collège d’études mondiales. Il a récemment signé Cinq concepts proposés à la psychanalyse (Chantiers 3, Grasset, Paris, mars 2012) ; Entrer dans une pensée, ou des possibles de l’esprit (Gallimard, Bibliothèque des idées, Paris, mars 2012) ; Philosophie du vivre (Gallimard, Bibliothèque des idées, Paris, 2011).

Sur le site du Collège d’études mondiales.

Résumé

Dans sa leçon inaugurale, François Jullien dresse un bilan de son chantier engagé entre pensée chinoise et philosophie ; et présente les voies selon lesquelles il aborde la pensée de l’altérité. Partant de l’extériorité de la Chine vis-à-vis de la pensée européenne, il évoque ce qu’a été la « déconstruction du dehors » entamée à partir de ce détour chinois. Rejetant les notions de différence et d’identité culturelles, il leur substitue les concepts d’écart et de fécondité ; à partir de quoi il construit un concept de l’entre, généré par l’écart, et situant le commun de l’humain. Car le commun n’est pas le semblable. Car il convient de refuser à la fois l’universalisme facile et le relativisme paresseux. C’est seulement à partir d’un tel travail que l’on peut concevoir l’ « autre » comme catégorie mobile, ni aplatie ni non plus absolutisée, qui soit effectivement promotrice de l’humain comme de la pensée.

Le texte

Leçon inaugurale de la Chaire sur l’Altérité, Collège d’études mondiales. La Chaire de François Jullien est le fruit d’un partenariat entre la Fondation Maison des sciences de l’homme, PSA Peugeot Citroën et l’Université de Paris Diderot.

Où trouver ce document

http://halshs.archives-ouvertes.fr/FMSH-WP/halshs-00677232

Pour citer ce document

François Jullien, L’écart et l’entre. Ou comment penser l’altérité, FMSH-WP-2012-03, février 2012.

The Web of Relationship

Itamar Rabinovich

Ambassador Itamar Rabinovich is Israel’s former Ambassador to the United States and former Chief Negotiator with Syria in the mid 1990’s and the former president of Tel-Aviv University (1999-2007). Currently he is Professor Emeritus of Middle Eastern History of Tel Aviv University, Distinguished Global Professor at NYU and a Distinguished Fellow at the Brookings Institution. Prof. Rabinovich has been a member of Tel Aviv University’s faculty since 1971 and served as Ettinger Professor of the Contemporary History of the Middle-East, Chairman of the Department of Middle Eastern Studies, Director of the Dayan Center for Middle Eastern and African Studies, Dean of Humanities and Rector.

Professor Rabinovich is the author of six books on the Modern History and Politics of the Middle East and the co-author and co-editor of several other volumes and he is the author of numerous essays and papers. His most recent books are The View from Damascus (updated, paperback edition, London, September 2011) and The Lingering Conflict: Israel, The Arabs and The Middle East, Brookings, November 2011.

Abstract

The ebb and flow of Israel’s relations with the Palestinians are linked organically to its complex relationship with Arab countries. Broad trends have applied across the region. The Arabs collectively rallied against Israel in 1948, participated in the conflict when it festered and swelled, were devastated by the defeat of 1967, condemned Egypt’s Sadat in 1977 for moving toward peace, and adopted his formula only a decade later. But under the umbrella of unity, there have always been exceptions, rivalries, and tensions within the Arab world—and those differences have applied to relations with Israel. This paper explores the web of relationship between Israel and Egypt, Syria, Lebanon, Jordan, the Palestinians and Israeli Arabs, and Iraq.

The text

This text is the Chapter 8 of The Lingering Conflict: Israel, the Arabs, and the Middle East 1948-2011, Brookings, November 2011. It is here published with the permission granted by the Brooking Institution, Washington DC.

http://www.brookings.edu/press/Books/2011/thelingeringconflict.aspx

Où trouver ce document

http://halshs.archives-ouvertes.fr/FMSH-WP/halshs-00677261

Reference to this document

Itamar Rabinovich, The Web of Relationship, FMSH-WP-2012-04, février 2012.

Interpréter l’agir : un défi théorique

Bruno Maggi

Titulaire de Théorie de l’organisation à l’Université de Bologne et à l’Université des Etudes de Milan, a aussi enseigné Méthodologie des sciences sociales. Sa réflexion porte sur l’épistémologie et la théorie interdisciplinaire de l’organisation entendue comme régulation de l’action sociale. Il a fondé et dirige la collection électronique TAO Digital Library et deux programmes de recherche : sur le changement organisationnel dans le travail et les entreprises et sur les rapports entre travail et bien-être. Plusieurs fois professeur invité à Paris, par différents établissements, Toulouse, Aix-en-Provence, Porto, Montréal, en Amérique Latine, il a notamment publié en France : aux Editions Octarès en 2003 De l’agir organisationnel, et en 2007 avec D. Faïta, Un débat en analyse du travail ; sous sa direction, Manières de penser, manières d’agir en éducation et en formation aux PUF en 2000, et L’Atelier de l’organisation à l’Harmattan en 2001.

Résumé

Ce texte est l’introduction de l’ouvrage Interpréter l’agir : un défi théorique, sous la direction de Bruno Maggi, paru en 2011 aux Presses Universitaires de France. Il met en perspective l’ensemble de l’ouvrage, qui présente plusieurs théories, de différentes disciplines et portant sur des aspects divers de l’agir humain. Ces théories partagent la même orientation épistémologique permettant de surmonter l’opposition entre objectivisme et subjectivisme ainsi que les anciens dilemmes : sujet/réalité, individu/société, acteur/système, action /structure, et enfin comprendre/expliquer. L’introduction replace ces questions dans une perspective théorique générale autour des théories de l’action et de l’activité, vers une « troisième voie » épistémologique.

Le texte

Ce texte constitue l’introduction de l’ouvrage Interpréter l’agir : un défi théorique, sous la direction de Bruno Maggi, Paris, Presses Universitaires de France, 2011. Cette introduction est ici présentée avec l’autorisation des PUF.

http://www.puf.com/wiki/Autres_Collections:Interpréter_l’agir._Un_défi_théorique

La réalisation de l’ouvrage Interpréter l’agir : un défi théorique, récemment paru aux PUF sous la direction de Bruno Maggi, a largement bénéficié de l’accueil de la Maison Suger, et donc de l’aide de la Fondation Maison des sciences de l’homme.

Où trouver ce document

http://halshs.archives-ouvertes.fr/FMSH-WP/halshs-00677272

Pour citer ce document

Bruno Maggi, Interpréter l’agir : un défi théorique, FMSH-WP-2012-05, février 2012.

Ni dieu ni maître : les réseaux

Manuel Castells

Professeur à l’Annenberg School of Communication (University of Southern California) et directeur de l’Internet Interdisciplinary Institute de Barcelone, université virtuelle mondiale. Manuel Castells est un des sociologues fondateurs de l’École française de sociologie urbaine au cours des années 1970. Son premier livre intitulé La question urbaine (Maspero, 1972), est devenu une référence mondiale. Avec sa trilogie consacrée à L’ère de l’information (Fayard, 1996-1998), il devient le spécialiste internationalement reconnu de la société de l’information et des réseaux. Dans Communication Power (Oxford University Press, 2009), il se base sur son analyse des réseaux et des technologies de communication pour développer une nouvelle théorie du pouvoir à l’ère de l’information.

Résumé

Un nouveau système de communication a émergé : une auto-communication de masse à travers les sites de réseaux sociaux, les blogs… Ce nouvel environnement communicationnel modifie profondément les relations de pouvoir. À travers plusieurs analyses de cas, dont les récents événements du « printemps arabe » et le mouvement des « Indignados », M. Castells montre dans sa conférence les conséquences de cette évolution sur les processus politiques et les mouvements sociaux.

Le texte

Leçon inaugurale de la Chaire Analyse interdisciplinaire de la société en réseaux, 28 juin 2011, Collège d’études mondiales, Fondation Maison des sciences de l’homme, Paris.

http://www.college-etudesmondiales.org/fr/content/analyse-societe-en-reseaux

Où trouver ce document

http://halshs.archives-ouvertes.fr/FMSH-WP/halshs-00677225

Pour citer ce document

Manuel Castells, Ni dieu ni maître : les réseaux, FMSH-WP-2012-02, février 2012.

Les working papers de la FMSH

La Fondation Maison des sciences de l’homme prend l’initiative de publier, à partir de janvier 2012, une série de Working Papers et une série de Position Papers, ces derniers d’un format plus court. Les Working Papers sont des textes dont la longueur n’excède pas 40 pages. Ils sont produits dans le cadre des activités scientifiques de la FMSH, qu’il s’agisse des chaires du Collège d’études mondiales, des bourses Fernand Braudel-IFER, des programmes scientifiques de la Fondation, ou encore des chercheurs accueillis à la Maison Suger ou dans le cadre d’un DEA (directeur d’études associé). Les Working Papers peuvent également être produits en partenariat avec des institutions proches. Les Working Papers peuvent renvoyer directement au thème de recherche développé à la faveur de la bourse ou de la collaboration avec la FMSH, ou être définis en relation avec les responsables scientifiques de la FMSH.
Les Position Papers sont des textes d’une longueur inférieure à 6 pages. Ils sont produits dans le cadre des activités de la FMSH (en particulier séjours en tant que Directeurs d’études associés, hébergement à la Maison Suger, programmes bilatéraux). Les Position Papers portent sur une problématique plus circonscrite.