Archives par mot-clé : Afrique

Partir étudier en Chine pour faire carrière en Afrique ? : Les jeunes diplômés africains des universités chinoises expérimentent la localisation du personnel des entreprises chinoises.

Antoine Kernen et Antoine Guex, Partir étudier en Chine pour faire carrière en Afrique, FMSH-WP-2016-111, avril 2016.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

En s’appuyant sur des entretiens récolté à Xi’an (République Populaire de Chine) et à Brazzaville (République du Congo), cet article s’intéresse à la formation et aux parcours  professionnels d’étudiants africains diplômés d’ universités chinoises. L’accroissement du  nombre d’étudiants africains dans les universités chinoises prend place dans un contexte marqué par le renforcement des liens  économiques et politiques, mais aussi par l’internationalisation progressive de ces universités qui développent de nouveaux cursus en anglais.
Les diplômés africains des universités chinoises interrogés cherchent généralement à travailler pour une grande entreprise chinoise en Afrique, mais doivent faire face à de nombreuses difficultés en raison de la mauvaise reconnaissance de leur diplôme et du fait que le fonctionnement des entreprises chinoises travaillant à l’international n’est pas encore très internationalisé. Dès lors, les employeurs chinois tendent à les cantonner dans un rôle de traducteur ou d’« intermédiaire culturel ».

Les auteurs

Antoine Kernen est docteur en Science politique de l’Institut d’Etude Politique de Paris. Il a travaillé à l’institut des Hautes Etudes Internationales et du Développement de Genève et actuellement à la faculté des sciences sociales et Politique de l’Université de Lausanne.
Adoptant une perspective de sociologie politique, il analyse dans ses travaux sur la transition chinoise, différents aspects liés au  processus de privatisation. En parallèle depuis quelques années, il conduit et dirige des recherches et sur la présence chinoise en  Afrique. Après des premiers travaux sur les petits commerçants chinois en Afrique, il porte actuellement son intérêt sur l’impact des produits chinois en Afrique et plus largement le rôle de la Chine dans un possible retour d’un Etat développementaliste en Afrique. Il a publié récemment un numéro spécial de la revue Politique Africaine intitulé : « China Ltd : Un business Africain » (no 134/2014).
Antoine Guex a obtenu un master en études chinoises et enseigné plusieurs années dans une université chinoise. Il est actuellement doctorant à la Faculté des Sciences Sociales et Politiques de l’Université de Lausanne et écrit une thèse sur les parcours d’expatriation de travailleurs chinois en Afrique.

Le texte

Ce working paper se situe dans le prolongement des rencontres de l’ANR Esca Espace de la culture chinoise en Afrique. Il profite également d’un soutien du Fonds National Suisse de la Recherche supervisé par le professeur Antoine Kernen.

Abstract

Based on interviews collected in Xi’an (People’s Republic of China), Brazzaville and Pointe-Noire (Congo), this article focuses on  training and careers of African students graduated from Chinese universities. The increasing number of African students in Chinese universities is a phenomenon which occurs in a context of strengthened economic and political ties, but also gradual internationalization of Chinese universities that develop new curriculums in English.
The survey shows that African graduates of Chinese universities are generally willing to work for a largeChinese company in Africa, but face many difficulties due to the poor recognition of their qualifications and the fact that the organization of Chinese companies operating abroad is not yet fully internationalized. Therefore, Chinese employers tend to confine them to translators or “cultural brokers jobs”.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Histoire, conscience historique et devenir de l’Afrique : revisiter l’historiographie diopienne

Afrique-DiopAnatole Fogou, Histoire, conscience historique et devenir de l’Afrique : revisiter l’historiographie diopienne, FMSH-WP-2014-60, janvier 2014.

L’auteur

L’auteur est chargé de cours au Département de philosophie de l’Ecole Normale Supérieure de l’Université de Maroua (Cameroun). Il y enseigne l’histoire de la philosophie moderne, la philosophie morale et politique et la philosophie du droit. Il s’intéresse aux questions de gouvernance en Afrique, en lien avec les héritages de la colonisation et de la décolonisation, de justice globale et de justice ethnoculturelle, d’identités, d’éthique et de bioéthique, en étant à la fois attentif à l’évolution des débats philosophiques sur ces différentes questions et à la manière dont elles servent (ou pourraient servir) à questionner les situations concrètes, en Afrique et ailleurs. Contact : fogou_ana@yahoo.fr

Le texte

Ce texte a été écrit en septembre 2013, dans le cadre d’une bourse postdoctorale Fernand Braudel IFER, dont le séjour a été effectué à la MESHS de Lille.

Résumé

Cet article se propose de revisiter l’historiographie de C. A. Diop qui s’insère dans le débat sur une philosophie spéculative de l’histoire, tel qu’il a été inauguré par Hegel et tel qu’il se poursuit encore de nos jours. En effet, les prises de positions de cet auteur sur les fonctions de l’histoire et de la conscience historique amènent à s’interroger sur leur capacité à servir de socle éthique au développement de l’Afrique.

Abstract

This paper intends to revisit Cheikh Anta Diop’s historiography which fits into the debate on a speculative philosophy of history namely; world history of reason, such as it was propounded by Hegel and as it still continues nowadays. Our objectives is to discuss Diop’s statements on the functions of history and the historic consciousness. precisely, Our aim is to interrogate their capacities to serve as ethical base for the African development.

Pour télécharger ce document sur HALSHS