Archives par mot-clé : crise

La liberté et l’expérience politique des femmes face à la crise : les féminismes italiens et leurs prolongements au XXIe siècle

Stefania Tarantino, La liberté et l’expérience politique des femmes face à la crise : les féminismes italiens et leurs prolongements au XXIe siècle, FMSH-WP-2016-112, avril 2016.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Près de quarante ans nous séparent de la première rencontre nationale de Paestum (1976) ; les deux rencontres nationales organisées à Paestum respectivement en 2012 (par les féministes actives dans les années ’70 : Primum vivre même dans la crise. La révolution nécessaire. Le défi féministe dans le cœur de la politique) et en 2013 (par les féministes nées dans les années ’70 : Libera ergo sum. La révolution nécessaire. Le défi féministe dans le cœur de la politique), ont mis en lumière l’urgence de se retrouver pour comprendre ensemble les nouvelles formes de pratiques politiques à impulser face aux contradictions du temps présent. Il ne s’agit absolumet pas de créer un sujet défini, réduit à une seule voix, mais tout au contraire de récupérer la force plurielle et variée des voix qui émergent à partir d’un sentiment et d’un désir partagé : donner une orientation différente à la vie de ce pays, en sachant que c’est seulement dans des relations « incarnées » que la singularité devient efficace, pour et dans la recherche de nouvelles pratiques politiques.

L’auteur

Chercheure à l’université l’Orientale de Naples et collaboratrice à l’université Federico II de Naples (Italie) au sein de la Chaire d’Histoire de la philosophie, Stefania Tarantino est titulaire de deux doctorats en philosophie, l’un intitulé La libertà in formazione. La comunicazione filosofica in Jeanne Hersch e in María Zambrano, obtenu à l’Université de Genève en 2007 et l’autre « Vivir desviviendose ». Personale e impersonale nel pensiero di Simone Weil e di María Zambrano, obtenu à l’Institut de sciences humaines, Naples/Florence, en 2011. Elle est professeure auprès de l’Institut italien pour les études philosophiques à Naples. Elle est l’auteure de plusieurs ouvrages et de nombreux articles, parmi lesquels récemment : Femminismo e Neoliberalismo. Libertà femminile versus  imprenditoria di sé e precarietà, (sous la direction de), Natan, Benevento 2014 ; Άνευ μητρός/senza madre. L’anima perduta dell’Europa. Maria Zambrano e Simone Weil, Collana Diotima – Questioni di filosofia e politica, La Scuola di Pitagora, Naples 2014.

Le texte

Ce texte a été rédigé dans le cadre du séminaire « Genre, politique, sexualité(s). Orient / Occident » dirigé par Christiane Veauvy à la Fondation Maison des sciences de l’homme. Il a été présenté lors de la séance tenue le 29 janvier 2014. Le texte est accompagné d’une introduction par Christiane Veauvy et d’une introduction à la discussion par Stefania Ferrando. Stefania Tarantino a bénéficié d’un poste de DEA à la FMSH en octobre 2014.

Abstract

In this very rich and fruitful momentum of the Italian feminism, where many topics of different political generations criss-cross and clash, obviously a theoretical and a practical reflection is essential, especially in order to face the crisis in politics, economy, labour and democracy, not just in Italy but throughout in Europe. What ‘s absolutely necessary today, is a transformation of the social and human fabric in order to change and to renew the prospect. Forty years have passed since our first national encounter in Paestum (1976); both national encounters organized in Paestum again in 2012 (by feminists born in the seventies: ‘Primum vivere’ even in the crisis. The needed revolution. The feminist challenge in the heart of politics) and in 2013 (‘Libera ergo sum’ The needed revolution. The feminist challenge in the heart of politics) brought to light the urgent need to meet again in order to understand together the new policies and to imagine new ways to practice them amidst the contradictions of our times. We don’t want at all to shape one compact ideology in a unique voice but quite to the contrary to collect the plural and manifold force of the voices that arise out of a common feeling and desire, in order to orient in a different direction the life of this country, knowing that only “incarnate” relations really give each singularity a chance in search of new politic practices.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Argentine, Brésil, Mexique entrent dans la tourmente. Quo vadis Amérique latine ?

Pierre Salama. Argentine, Brésil, Mexique entrent dans la tourmente. Quo vadis Amérique latine ? FMSH-WP-2015-100. 2015.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

De 2003 à 2012, une période nouvelle apparait en Amérique latine. La croissance est plus élevée, les « fondamentaux » (soldes de la balance commerciale et du budget, réserves internationales, chômage, emplois formels, inflation) s’améliorent le plus souvent, les politiques sociales sont plus ou moins importantes selon les pays, la pauvreté recule et les inégalités de revenus paraissent diminuer. La disparition de la contrainte externe dans les années 2000 a rendu moins urgent de procéder à des réformes structurelles. Elle se paie aujourd’hui. A partir de 2012, les difficultés apparaissent en Argentine, au Brésil et, dans une moindre mesure, au Mexique. Le miracle économique devient mirage, le nouvel eldorado n’en est pas un. Avec le retournement brutal du cours des matières premières, de nouvelles vulnérabilités apparaissent aujourd’hui au grand jour et se traduisent par le retour rapide de la contrainte externe à laquelle les gouvernements de ces pays pensaient avoir échappé avec la hausse des cours et des volumes échangés. Pour autant, la globalisation n’est pas coupable. C’est la manière, pour le moins passive, de s’insérer dans la division internationale du travail qui l’est.

L’auteur

Professeur émérite des universités, Université de Paris 13, Pierre Salama est chercheur au Centre d’Économie de Paris-Nord (CEPN – CNRS – UMR 7115). Latino-américaniste reconnu, primé par la chaire Julio Cortazar, il a publié de très nombreux livres, la plupart traduits en espagnol/portugais. Membre du comité de rédaction de plusieurs revues étrangères, il a été directeur scientifique de la revue Tiers Monde et du Groupe de Recherche sur l’État, l’Internationalisation des Techniques et le Développement (GREITD). La dynamique du sous-développement, la pauvreté et le mode de financiarisation des pays émergents latino-américains et asiatiques sont ses principaux champs d’investigations.
Ses derniers ouvrages : Des pays toujours émergents ?, Paris, La Documentation française, Coll. Doc en poche/Place au débat, 2014, 160 p. ; Les économies émergentes latino-américaines, entre cigales et fourmis, Paris, Armand Colin, collection U, 2012, 232 p.

Site personnel : http://pierre.salama.pagesperso-orange.fr/

Le texte

Ce texte a été présenté lors de la séance du jeudi 9 avril 2015 du séminaire BRICs (FMSH/EHESS).

Abstract

From 2003 to 2012, a new period appears in Latin America. Growth is higher, the «basics» (trade balance, budgetary balance, international reserves, unemployment, formal employment, inflation) moreoften better, social policies are more or less important depending on the country, poverty recedes and income inequality seems to decrease. The disappearance of the external constraint in the 2000s made less urgent to proceed with structural reforms. It pays now. From 2012, the difficulties appear in Argentina, the Brazil and, to a lesser extent, to the Mexico. The economic miracle becomes mirage, the new eldorado is not. With the brutal reversal of the price of raw materials, new vulnerabilities appear today and result in the prompt return of the external constraint to which the Governments of these countries thought escaped with rising prices and traded volumes. However, globalization is not guilty. This is the way, at least passive, to fit into the international division of labour which is.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Financialization, Labour Market Flexibility, Global Crisis and New Imperialism – A Marxist Perspective

Photo par Slowking4
Photo par Slowking4

Working paper par Byasdeb Dasgupta, docteur en économie de l’Université Jawaharlal Nehru University, New Delhi, Inde. Financialization, Labour Market Flexibility, Global Crisis and New Imperialism – A Marxist Perspective. FMSH-WP-2013-34, juin 2013.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

L’auteur

Docteur en économie de l’Université Jawaharlal Nehru University, New Delhi, Inde, Byasdeb Dasgupta consacre sa thèse de doctorat (1996) à un sujet relatif aux problèmes des politiques gestion de la dette. Actuellement Professeur Associé à l’Université de Kalyani, West Bengal, il a dirigé le Département d’Economie de cette Université indienne de 2008 à 2010. Parmi ses nombreuses publications, figurent les ouvrages suivants: Unfreedom and Waged Work – Labour in Indian Manufacturing Industry (avec Sunanda Sen), Sage, New Delhi, 2009 ; Globalization, Foreign
Capital and Development (avec Satanu Bhattacharya, Bishakha Ghosh et Archita Ghosh), Regal Publications, New Delhi, 2010 ; Non-Mainstream Dimensions of Global Political Economy: Finance and Labour – Essays in Honnour of Sunanda Sen, Routledge, Londres, 2013. Deux ouvrages sont à paraître en 2013 : External Dimensions of an Emerging Economy : India, Routledge, et Neoliberal Globalization, Global Capitalism and Inclusive Develpment: Theorizing India’s Economic Transition (avec Anjan Chakrabarti et Anup Dhar), Cambridge University Press.

Abstract

Financialization refers to the over-arching presence of the interest of global finance in every sphere of economic life – be it real or financial. Neo-liberalism, globalisation and financialization are three distinct yet mutually inter-related processes which at the present time are furthering the cause of global capitalism world over. The labour ultimately remains the risk-bearing factor in all these processes, which is obvious in terms of flexible labour regime. There is, on the one  hand, de-regulation of finance and on the other, re-regulation of labour (through labour flexibility); and to our understanding global finance and its circuits of operation cannot be sustained without this flexible labour regime which ensures more and more transfer of surplus in the direction of finance. Global crisis is inherent in these processes of neoliberal globalisation and financialization through which present day global capitalism wants to thrive. So, an alternative needs to be sought in a pro-labour regime which would negate both financialization and neo-liberal globalization.

Keywords

financialization, global finance, labour market, flexibility, neo-liberalism, neo-imperialism

Financialisation, flexibilité du marché du travail, crise globale et néo-impérialisme – une perspective marxiste

Résumé

La «financialisation» est un processus qui suppose la suprématie de l’intérêt financier dans toutes les sphère de la vie économique. La finance n’a désormais plus aucun rapport avec l’activité économique réelle; elle a perdu son rôle traditionnel qui était de faire marcher l’économie réelle en servant de pont entre déficit et surplus. Mais la financialisation se nourrit de la flexibilité de travail qui  aide à faire passer le surplus accumulé dans le secteur réel vers le secteur financier. Elle est elle-même est un processus «marchant à la dette», sur lequel se développent les circuits financiers. La crise globale est une réponse systémique au processus de financialisation, qui vit récemment les circuits financiers s’effondrer comme des château de cartes. Le système économique d’aujourd’hui est celui de la domination de l’économie globale par la finance telle que celle-ci fonctionne désormais dans le cadre de la financialisation. L’auteur analyse ici les rapports entre financialisation et flexilibilité du marché du travail et, en conséquence entre financialisation et crise globale.

Mots-clefs

financialisation, finance globale, marché du travail, flexibilité, néo-libéralisme, néo-impérialisme

Content

Section I: Financialization as a process
Section II: Class Processes and the Labour in the era of Financialization
Section III: Global Crisis and Labour
Section IV: Is New Imperialism Shaping the Current Global?
Conclusion
References

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Risk, class, crisis, hazards and cosmopolitan solidarity/risk community – conceptual and methodological clarifications

Beck risk crisis By Arianselmani
Photo par Arianselmani

Working paper d’Ulrich Beck de l’Université de Munich et titulaire de la chaire « Cosmopolitan risk communities » du Collège d’Etudes Mondiales, Risk, class, crisis, hazards and cosmopolitan solidarity/risk community – conceptual and methodological clarifications. FMSH-WP-2013-31, avril 2013.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

The author

Professor Ulrich Beck is Professor for Sociology at the University of Munich, and has been the British Journal of Sociology LSE Centennial Professor in the Department of Sociology since 1997. He has received Honorary Doctorates from several European universities. Professor Beck is editor of Soziale Welt, editor of the Edition Second Modernity at Suhrkamp. He is founding director of the research centre at the University of Munich (in cooperation with three other universities in the area), Sonderforschungsbereich – Reflexive Modernisation financed since 1999 y the DFG (German Research Society). Among his recent works : Power in the Global Age (Cambridge: Polity Press, 2005); Cosmopolitan Vision (Cambridge: Polity Press, 2006); & Edgar, G., Cosmopolitan Europe (Cambridge: Polity Press, 2007); World at Risk (Cambridge: Polity Press, 2009).

Abstract

This paper discusses four problems. (1) Risk and class: why ‘class’ is too soft a category to capture the explosiveness of social inequality in World Risk Society? (2) Risk and crisis: how do these two concepts relate to each other? (3) Risk and hazards: by hazards I mean material substances that are sources of threat. (4) Risk and cosmopolitan community/solidarity: how do climate risks liberate politics from given rules and enemy images and/or produce new ones ?

Keywords

classe, cosmopolitanism, risk society, climate risks, crisis

Risque, classe, crise, dangers et solidarité cosmopolitaine/communauté de risque. Clarifications conceptuelles et méthodologiques

Résumé

Ce papier discute quatre problèmes. (1) Risque et classe : pourquoi la catégorie de « classe » est-elle une catégorie trop molle pour capturer l’explosion des inégalités sociales dans la société mondiale du risque ? (2) Risque et crise : comment ces deux concepts sont-ils liés l’un à l’autre ? (3) Risque et dangers : par dangers [hazards] je vise des éléments matériels qui sont sources de menaces. (4) Risque et communauté/solidarité cosmopolitaine : comment les risques climatiques affranchissent-ils les politiques des règles données et des représentations de l’ennemi et/ou en produisent de nouvelles ?

Mots-clefs

cosmopolitisme, classe, société du risque, risque climatique, crise

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Can society be commodities all the way down? Polanyian reflections on capitalist crisis

Karl Polanyi, The Great Transformation, revisited by Nancy FraserNancy Fraser, Can society be commodities all the way down? Polanyian reflections on capitalist crisis, FMSH-WP-2012-18, august 2012.

Pour télécharger ce working-paper/To download this working paper

The author

Nancy Fraser is Henry A. and Louise Loeb Professor of Philosophy and Politics and at the New School for Social Research in New York. Currently Einstein Visiting Fellow at the Free University of Berlin, she holds the Chair «Rethinking social justice in a globalizing world» at the Collège d’études mondiales, Fondation Maison des sciences de l’homme.

She has published two books in French: Qu’est-ce que la justice sociale? Reconnaissance et redistribution (La Découverte 2005; 2nd edition 2011) and Le féminisme en mouvements. De l’insurrection des années 1960 au néolibéralisme (forthcoming from La Découverte in October 2012). Her English-language publications include Scales of Justice: Reimagining Political Space for a Globalizing World (2008); Adding Insult to Injury: Nancy Fraser Debates her Critics, ed. Kevin Olson (2008);Redistribution or Recognition? A Political-Philosophical Exchange (2003) with Axel Honneth; Justice Interruptus: Critical Reflections on the “Postsocialist” Condition (1997); and Unruly Practices: Power, Discourse, and Gender in Contemporary Social Theory (1989).

Abstract

In his classic 1944 book, The Great Transformation, Karl Polanyi traced the roots of capitalist crisis to efforts to create “self-regulating markets” in land, labor, and money. The effect was to turn those three fundamental bases of social life into “fictitious commodities”.The inevitable result, Polanyi claimed, was to despoil nature, rupture communities, and destroy livelihoods. This diagnosis has strong echoes in the 21st century: witness the burgeoning markets in carbon emissions and biotechnology; in child-care, schooling, and the care of the old; and in financial derivatives. In this situation, Polanyi’s idea of fictitious commodification affords a promising basis for an integrated structural analysis that connects three dimensions of the present crisis, the ecological, the social, and the financial. This paper explores the strengths and weaknesses of Polanyi’s idea.

Keywords

Polanyi, crisis, commodification, capitalism, neolioberalism, critique

La société est-elle totalement marchandisable ? Réflexions polanyiennes sur la crise du capitalisme

Résumé

Dans La Grande Transformation, son ouvrage classique publié en 1944, Karl Polanyi a lié les origines de la crise capitaliste aux efforts pour créer des « marchés autorégulés » de la terre, du travail et de l’argent. En conséquence, ces trois fondements de la vie sociale ont été transformés en « marchandises fictives ». Le résultat inévitable, affirme Polanyi, a été de dépouiller la nature, rompre les communautés et détruire les moyens de subsistance. Ce diagnostic résonne fortement au XXIe siècle : en témoignent les marchés émergents concernant le carbone et les biothechnologies, les soins aux enfants et aux personnes âgées, l’enseignement, les produits financiers dérivés. Dans cette situation, l’idée de Polanyi de marchandisation fictive procure un fondement prometteur à une analyse structurale intégrée qui connecte les trois dimensions de la crise actuelle, écologique, sociale et financière. Ce papier explore les forces et faiblesses de l’idée de Polanyi.

Mots-clés

Polanyi, crise, marchandisation, capitalisme, néolibéralisme, critique

Pour télécharger ce working-paper/To download this working paper