Archives par mot-clé : croissance

Les classes moyennes peuvent-elles dynamiser la croissance du PIB dans les économies émergentes ?

Sao_Paulo_Railway_Silvio-Tanaka_CCPierre Salama, Les classes moyennes peuvent-elles dynamiser la croissance du PIB dans les économies émergentes ?, FMSH-WP-2014-61, février 2014.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

L’auteur

Professeur émérite des universités, Université de Paris 13, Pierre Salama est chercheur au Centre d’Économie de Paris-Nord (CEPN – CNRS – UMR 7115).  Latino-américaniste reconnu, primé par lachaire Julio Cortazar, il a publié de très nombreux livres, la plupart traduits en espagnol/portugais. Membre du comité de rédaction de plusieurs revues étrangères, il a été directeur scientifique de la revue Tiers Monde et du Groupe de Recherche sur l’État, l’Internationalisation des Techniques et le Développement (GREITD).  La dynamique du sous-développement, la pauvreté et le mode de financiarisation des pays émergents latino-américains et asiatiques sont ses principaux champs d’investigations.

Le texte

Ce texte est dédié à la mémoire de Jacques Valier, mon complice. Il a été discuté lors d’un séminaire FMSH-UFRJ à Rio de Janeiro en novembre 2013 et lors d’une séance du séminaire BRICs à la Fondation Maison des sciences de l’homme, le 13 janvier 2014.

Résumé

On observe une tendance à l’augmentation des classes moyennes quel que soit le critère d’appartenance adopté. Cependant les critères d’appartenance aux classes moyennes sont loin de faire l’unanimité chez les économistes et l’importance des classes moyennes varie selon les auteurs. Avec une définition large des classes moyennes – le seuil inférieur étant proche de la ligne de pauvreté -, le groupe vulnérable tend à perdre de son importance et l’hétérogénéité de ce groupe augmente. A l’inverse, le choix d’une définition étroite des classes moyennes limite leur caractère  » attrape tout  » et ainsi leur hétérogénéité. Certains économistes voient dans cet essor des classes moyennes une opportunité de redynamiser la croissance des économies émergentes menacée par le  » middle income trap  » (le piège du revenu moyen), tirée dès lors par la croissance des biens de consommation durables sophistiqués. D’autres considèrent que l’essor des classes moyennes vient de la croissance et qu’un cercle vertueux pourrait exister entre croissance et classes moyennes. Dans le cadre d’une globalisation maitrisée, ces deux thèses sont erronées : une redistribution des revenus en faveur des catégories les plus démunies peut dynamiser la croissance et, ce faisant, diminuer la pauvreté.

Abstract

One observes a tendency to the increase in the middle class whatever the criterion of membership adopted. However the criteria of membership of the middle class are far from achieving the unanimity in the economists and the importance of the middle class varies according to authors’. With a broad definition of the middle class – the lower threshold being close to the line of poverty -, the vulnerable group tends to lose of its importance and the heterogeneity of this group increases. On the contrary, the choice of a narrow definition of the middle class limit their character « catches all » and thus their heterogeneity. Some economists see in this rise of the middle class to spur economic growth of the emergent economies threatened by  » middle income trap », drawn consequently by the growth from the sophisticated durable consumer goods. Others consider that the rise of the middle class comes from the growth and that a virtuous circle could exist between growth and middle class. Within the framework of a controlled globalization, these two theses are erroneous: a redistribution of the incomes in favour of the the most underprivileged sectors can increase the growth and, by doing this, decrease poverty.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Inflation monétaire ou inflation structurelle ? Un modèle hétérodoxe bi-sectoriel

Jacques Sapir, Inflation monétaire ou inflation structurelle ? Un modèle hétérodoxe bi-sectoriel, FMSH-WP-2012-14, juin 2012Jacques Sapir, Inflation monétaire ou inflation structurelle ? Un modèle hétérodoxe bi-sectoriel, FMSH-WP-2012-14, juin 2012.

Pour télécharger ce Working Paper sur les Archives ouvertes HALSHS.

L’auteur

Directeur d’Études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS).

Directeur du CEMI (Centre d’Étude des modes d’industrialisation) – EHESS

Responsable du programme IRSES (Institutions et régulations des systèmes économiques ex-soviétiques) à la Fondation Maison des sciences de l’homme.

Résumé

La notion de ciblage d’inflation (inflation targeting) a provoqué de nombreuses discussions ces vingt dernières années. Il en ressort une remise en cause de la thèse classique sur la nature purement monétaire de l’inflation et, par la même occasion du principe que l’inflation la plus basse est toujours la meilleure. La notion même d’output gap montre que le niveau de l’inflation a bien une importance pour la croissance et que, dans certains cas, inflation et croissance sont en réalité corrélées positivement. Ceci est lié aux « dépendance stratégique » entre les secteurs de l’économie, mais aussi à l’idée que les comportements peuvent être dépendants du contexte.

Après avoir discuté les hypothèses sur les rigidités structurelles et nominales, et comparé quelques résultats, nous esquissons un modèle bi-sectoriel, empruntant certaines des idées de Mankyw et Reis, mais en les développant dans un cadre bien plus hétérodoxe et post-Keynésien.

Mots-clés

inflation, croissance, output-gap, modèle bi-sectoriel, investissement, zone Euro, politique monétaire

Monetary of Structural Inflation ? A bi-sectoral heterodox model.

Abstract

The issue of inflation targeting had concentrated a lot of discussion in the last twenty years. Not surprisingly the old dogma of a pure « monetary » inflation has been challenged and so was too the idea that the lowest the inflation the better. The very notion of « output gap » is showing that the level of inflation matters for growth and sometimes inflation and growth are positively correlated. This is to be linked with the idea of « strategic dependencies » between sectors but also to context-dependant behaviours. This is an important result, and one which could have an important relevance for the analysis of the current Eurozone crisis and the policy of the ECB.

After discussing assumptions about structural and nominal rigidities and comparing some results, we draw in this document a bi-sectoral model, borrowing some important ideas to Mankyw and Reis but developing them into a more heterodox and post-Keynesian framework.

Keywords

inflation, growth, output-gap, bi-sectoral model, investment, Eurozone, monetary policy

Pour télécharger ce Working Paper sur les Archives ouvertes HALSHS.