Archives par mot-clé : douleur

L’écriture de l’exil et l’hypothèse du Marrane (Kafka, Benjamin, Derrida et au-delà)

Memorial_Walter_Benjamin_Portbou
Memorial Walter Benjamin

Marc Goldschmit, L’écriture de l’exil et l’hypothèse du Marrane (Kafka, Benjamin, Derrida et au-delà), FMSH-WP-2014-73, juin 2014.

Télécharger sur les Archives ouvertes halshs

Résumé

La représentation de l’exil n’efface pas sa douleur, mais initie un mouvement de retour sur soi du sujet. L’exil est en excès sur la représentation, il lui faut une écriture sans appui que nous recherchons ici à travers quatre ellipses: 1/ l’exil de l’exil des écrivains juifs allemands chez Kafka, qui ne peuvent ni écrire, ni ne pas écrire. 2/ L’exil transcendental des vivants et des morts pour Benjamin qui appelle une tout autre écriture de l’histoire. 3/ L’exil antérieur de la circoncision de la langue chez Derrida, à laquelle répond la réaffirmation du corps et du nom, du sexe et de la signature. 4/ Le double exil judéo-chrétien des marranes comme figure imaginaire du secret de l’exil, auquel ne peut répondre qu’une mémoire de l’immémorial.

L’auteur

Marc Goldschmit est philosophe, chercheur à l’Institut des Hautes Études en Psychanalyse. Il a publié: Jacques Derrida, une introduction (Agora-Pocket, 2003); L’écriture du messianique. La philosophie secrète de Walter Benjamin (Hermann, 2010) ; L’hypothèse du Marrane (Éditions du Félin, 2014). Deux livres à paraître: Littérature et Métaphysique et Sous la peau métaphysique du langage.

Le texte

Texte rédigé dans le cadre du séminaire Non lieux de l’exil, présenté lors de la séance du 12 décembre 2013.

Abstract

The representation of exile does not erase its pain, but initiates a movement of introspection of the subject. Exile is in excess on its representation, it lacks a ground for its writing, a void we will analyze through four ellipses: 1/ The exile of exile with regard to the German Jewish writers who, according to Kafka, could neither write nor not write; 2/ The transcendental exile of the living and the dead for Benjamin which requires a totally different writing of history; 3/ The former exile that is the circumcision of language according to Derrida, to which answers the reaffirmation of the body and the name, of the sex and the signature; 4/ The Judeo-Christian Marrano as imaginary figure of secret exile, to which can only answer a memory of immemoriality.

Philosophie et genre : Réflexions et questions sur la production philosophique féminine en Europe du Sud au XXe siècle (Espagne, Italie)

philosophiegenreWorking papers Rosa Rius Gatell & Stefania Tarantino, issus de la séance du séminaire « Genre, Politique, Sexualité(s). Orient/Occident » du 12 avril 2012. Philosophie et genre: Réflexions et questions sur la production philosophique féminine en Europe du Sud au XXe siècle (Espagne, Italie), FMSH-WP-2013-40, août 2013.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

María Zambrano (Vélez-Málaga 1904-Madrid 1991). Manières d’affronter l’exil. Réflexions sur la joie et la douleur

L’auteur

Rosa Rius Gatell, professeure de philosophie et directrice du Séminaire « Filosofia i Gènere » de l’université de Barcelone. Ses travaux s’articulent autour de deux axes : la philosophie de la Renaissance, la pensée des femmes au cours de différentes périodes (XIIe-XVIe s. et XXes.). Elle a notamment coordonné des volumes collectifs et des monographies, et réalisé un travail intense de traduction, notamment de Jeanne Hersch (L’étonnement philosophique. Une histoire de la philosophie ; Textes ; Temps et musique) et de Rachel Bespaloff (De l’Iliade, en espagnol et en catalan). Parmi ses publications récentes : “ Il Principe” de Maquiavel.Primera traducció espanyola basada en un manuscrit inédit, Barcelona / Castelló: Fundació Germà Colón Domènech / Publicacions de l’Abadia de Montserrat, 2010 (co-auteur Montserrat Casas) et plusieurs articles, dont « ‘El arte que hace ver’. La mirada zambraniana », in Antígona. Revista de la FundaciónMaría Zambrano, nº 4 (2009), p.139-147 ; « María Zambrano y Simone Weil: notas para un diálogo », dans Fina Birulés et Rosa Rius, edd., Pensadoras del siglo XX. Aportaciones al pensamiento filosófico femenino, Madrid, Instituto de la Mujer, 2011, p. 80-94 ; « El anhelo filosófico de María Zambrano », dans Lidia Taillefer de la Haya, ed., La igualdad: nuevas perspectivas de género en educación, lingüística y filosofía, Málaga, Centro de Ediciones de la Diputación de Málaga, 2011, p. 243-263.

Résumé

J’ai choisi, pour réfléchir dans notre séminaire, la « philosophie vivante » de María Zambrano, l’une des très rares femmes philosophes espagnoles de la première moitié du XXe siècle. Zambrano quitta l’Espagne en 1939 quand la guerre civile s’acheva par la défaite des républicains et l’établissement de la dictature de Francisco Franco. Ayant participé activement à la lutte contre le géneral Franco, Zambrano restera hors de son pays de 1939 à 1984. Elle rentrera en Espagne le 20 novembre 1984, soit exactement neuf ans après la mort du dictateur. Paris, (Morelia) Mexico, La Havane, Porto Rico, Paris encore, La Havane de nouveau, Rome, Le Jura français, Genève… seront ses lieux de pérégrination. Dans sa pensée, le long exil instaure un axe incontournable en tant que forme de création et d’éveil de la conscience. Pendant près d’un demi-siècle, la philosophe n’a pas cessé de décrire le « pas de l’exil ». La description de ce passage en clé zambranienne porte à réfléchir sur l’expérience de la perte, de la douleur, mais aussi de la joie. « La joie et la douleur –écrit María Zambrano– sont des situations de fond ». « La douleur et la joie sont créatrices et transformatrices ; elles transforment la personne et c’est là un moyen extrême de dire qu’ils la forment ». Nous essaierons de réfléchir « à plusieurs voix » sur la force (et peut-être la  faiblesse ?) de ses arguments.

Mots-clefs

Maria Zambrano, exil, philosophie, féminisme, Espagne, joie, douleur

Traduction

Isabelle Jadoulle

María Zambrano (Vélez-Málaga 1904-Madrid 1991):Ways of Coping with Exile: Some Reflections on Joy and Pain

Abstract

In the present seminar I have chosen to explore the “living philosophy” of María Zambrano, one of a rare breed, a female Spanish philosopher in the first half of the 20th century. Zambrano left Spain in 1939 when the Civil War ended with the defeat of the republicans and the coming to power of the Franco dictatorship. After taking an active role in the struggle against General Franco, Zambrano lived in exile from 1939 to 1984. She returned to Spain on 20th November 1984, exactly nine years after the dictator’s death. Paris, Morelia (in Mexico), Havana, Porto Rico, Paris again, Havana for a second time, Rome, the Jura in France, Geneva, amongst others, were the scenes of her odyssey. In her thought, Zambrano’s long exile is an ever-present touchstone, an essential way of both creating and of arousing awareness. For almost half a century, the philosopher describes the “steps of exile”. Portraying this journey from a Zambranian optic allows us to reflect on the experience of loss, on the experience of pain, but also on the experience of joy. “Joy and pain,” Zambrano writes, “are core situations”, “pain and joy are creators and transformers; they transform the person, which is an extreme way of saying that they form the person.” In this ‘multi-voiced’ seminar we will attempt to explore the strengths (and perhaps the weaknesses?) of her arguments.

Keywords

María Zambrano, exile, joy, pain, women philosophe

Créativité et politique chez trois femmes napolitaines du XXe siècle : Lina Mangiacapre, Lucia Mastrodomenico et Angela Putino

Stefania Tarantino est assistante à l’Université “Federico II” de Naples (chaire d’Histoire de la philosophie), elle a obtenu deux titres de docteure en philosophie : à l’Université de Genève (« La libertà in formazione. La comunicazione filosofica in Jeanne Hersch e in María Zambrano », 2007) et auprès de l’Istituto Italiano di Scienze Umane (SUM) à Naples (thèse sur Simone Weil et María Zambrano, 2011). L’originalité des femmes philosophes du XXe siècle face à la tradition métaphysique occidentale est au centre de ses travaux. Elle a participé à différents colloques au plan national ou international ; depuis 2009 elle intervient dans « La scuola estiva della differenza di Lecce » dirigée par Marisa Forcina, professeure d’Histoire des doctrines politiques. Elle est membre du collectif de la revue online Adateoriafemminista (www.adateoriafemminista.it), fondée par A. Putino et L. Mastrodomenico.

Principaux ouvrages : La libertà in formazione. Studio su Jeanne Hersch e María Zambrano, Mimesis, Milano 2007; Pensiero e giustizia in Simone Weil, Aracne, Roma 2009; Esercizi di composizione per Angela Putino. Filosofia, differenza sessuale e politica, Liguori, Napoli 2010; Le filosofe e l’idea di Europa (à paraitre en 2013).

Résumé

Dans une ville qui connaît et vit depuis longtemps les contradictions extrêmes, difficilement conciliables, de la beauté et de la laideur, du bien et du mal, du respect et de la violence, de la douleur et de la joie, les « figures » de L. Mangiacapre, L. Mastrodomenico et A. Putino sont autant de « phares » donnant la possibilité d’éclairer le sens de la politique et de la liberté à partir de la différence sexuelle. Ces philosophes ont une liaison profonde avec leur ville et leur terre d’origine, en même temps qu’une pleine conscience de ce que Naples représente la pointe de l’iceberg des contradictions de la culture occidentale. Elles voient la douleur imprimée dans le corps de la ville ; par ailleurs elles savent que vivre dans un tel contexte n’est pas indifférent et qu’il faut avancer une nouvelle manière de voir, à partir d’une modification de la pensée et de l’affectivité. Appartenant à la même génération, elles ont eu la possibilité de se connaître et d’expérimenter une pratique de relation politique à travers laquelle elles ont tenté de donner épaisseur et complexité à l’énorme écart séparant ce qui existe de ce qui devrait être, ce qui est imposé de l’extérieur et ce qui est imposé de l’intérieur – grâce à une expérience de relation et de différence.

Mots-clefs

féminisme, Italie, création, politique, Lina Mangiacapre, Lucia Mastrodomenico, Angela Putino

Creativity and politics in three Neapolitan women from the 20th century: Lina Mangiacapre, Lucia Mastrodomenico and Angela Putino

Abstract

Among the most active, dynamic and innovative Italian feminists of our times, three women from Naples are briefly presented here. Little-known abroad and even inside their own country, Lina Mangiacapre, the gifted artist who founded the feminist group called Nemesiache in 1969, Lucia Mastrodomenico a journalist and social worker, and Angela Putino, a genial and eccentric philosopher. The three of them were intimately involved in the nearly irreconcilable contradictions of life in  their beloved city: its violence, its sweetness, its beauty, its ugliness, its riches, its poverty, its purity, its obscenity, its joy and above all its pain. According to Lina, for example, beauty hasn’t a mere aesthetical dimension, but a political one. They tried to define what freedom really could mean for both men and women  living together there, attentive to their natural and legitimate differences and needing to respect each other. Though deeply faithful to their roots, their work casts a harsh light on their city of Naples, which can and must be seen as what it really is: a sometimes slightly exaggerated sketch of what every city in our world soon could be — better or worse, or both — or already is. Actually, in their reflections, Naples simply represents the iceberg top of the contradictions of the whole western culture. The three of them unconsciously felt that the woman in them was essential to apprehend and to express the totality of the experience of Naples, knowing it from below and from within. They did not simply present evidence, however, but proposed necessary modifications in thinking and feeling, new politics and policies. They rejected the imposed one-dimensional male model and replaced it by a better balanced one in which social relations, instead of being brutally imposed from outside, grow harmoniously from inside in both women and men, each gender giving the other one the mild and enriching gift of its own respected difference. To them, it would be too simple and limitative to show the female model as the mere reflection of the male model in the mirror. The point is the assertion of the difference, freeing it from the colonisation and assimilation to the strictly male model. Man (ανήρ, vir) is not the measure of everything. The cohabitation of the two consciences is possible only by accepting the sexual difference and by the ontological changing of subjectivity.

Keywords

creativity, politics, feminism, Italy, Lina Mangiacapre, Lucia Mastrodomenico, Angela Putino

Pour télécharger ce document sur HALSHS