Archives par mot-clé : économie

L’Égypte entre contraintes nationales et tensions régionales, ou comment les BRICs s’insèrent dans les rapports entre libéralisme économique et réformisme autoritaire

Stéphane Valter, L’Égypte entre contraintes nationales et tensions régionales, ou comment les BRICs s’insèrent
dans les rapports entre libéralisme économique et réformisme autoritaire, FMSH-WP-2017-132, août 2017

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Ce papier cherche à faire le point sur la situation de l’Égypte comme pays à statut intermédiaire et à influence régionale ayant tissé de nombreux liens avec quelques BRICs afin de s’émanciper de la tutelle nord-américaine et de faire contrepoids à l’aide financière – conditionnée – de l’Arabie saoudite. L’hypothèse est que ce sont essentiellement les paramètres nationaux (sociaux, économiques et sécuritaires) qui déterminent les alignements extérieurs. Le contexte international volatile est un élément supplémentaire influant sur les choix du gouvernement égyptien : tensions croissantes entre Washington et Moscou, volonté chinoise d’affirmation régionale, incertitudes de l’Union européenne. Tous ces éléments obligent le gouvernement égyptien à naviguer entre différents partenariats, selon les contraintes du moment, pour les achats d’armes et le choix des investisseurs.

L’auteur

Stéphane Valter est Maître de conférences (habilité à diriger des recherches) en langue et civilisation arabes à Normandie Université (Le Havre), chercheur en délégation du CNRS auprès du CEDEJ (Le Caire, USR 3123), 2016-2017.

Le texte

Ce texte est le fruit des recherches de l’auteur auprès du CEDEJ (Le Caire), à partir de septembre 2016.

Abstract

This paper tries to evaluate Egypt’s situation as an intermediary status country with regional influence which has spun links with some BRICs so as to emancipate itself from North-American tutelage and compensate for Saudi Arabia’s – conditioned – financial aid. Our hypothesis is that the determination of external alignments comes essentially from national (social, economic, and security-linked) parameters. The volatile international context constitutes an extra element which influences the Egyptian government’s choices: increasing tensions between Washington and Moscow, Chinese willingness for regional self-assertiveness, European uncertainties. All these factors oblige the Egyptian government to navigate between different partnerships according to the time’s constraints, for the purchase of weapons and the choice of investors.

Download on Open Archives halshs

The Lion’s Share. What’s behind China’s economic slowdown

fabre53Working paper by Guilhem Fabre, The Lion’s share : What’s behind China’s economic slowdown, FMSH-WP-2013-53, octobre 2013.

The author

Guilhem Fabre, sinologue et socio-économiste, est professeur à la Faculté des Affaires Internationales de l’université du Havre et co-responsable du séminaire BRICs de la FMSH/EHESS, avec Xavier Richet, Pierre Salama et Michel Schiray. Ses travaux portent sur la Chine et la mondialisation. Il est notamment l’auteur de Les prospérités du crime : Trafic de stupéfiants, blanchiment et crises financières dans l’après guerre froide, Presses académiques francophones, 2013 et de Propriété intellectuelle, contrefaçon et innovation : les multinationales face à l’économie de la connaissance, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2009.

The text

This text has been written within the frame of the BRICs seminar, FMSH/CRBC.

To download this paper on HALSHS

Abstract

Following the global crisis, the stimulus package of 2009-2010, with its huge expansion of credit, marked the end of « Cheap China », with the underpricing of labor, capital, land, energy and currency, and disproportionally shifted growth in favor of the public sector and real estate, the lion’s share of the State-Party system. The present process of deleveraging must adress the unprecedented inequities which stem from distortions in the allocations of resources and the respective functions of the central and local governments.

Keywords

China; economy; slowdown; leverage; inequalities

La part du lion : les dessous du ralentissement économique chinois

Résumé

Le plan de relance qui a suivi la crise globale, en 2009-2010, avec une expansion considérable du crédit, a marqué la fin de la « Chine bon marché », avec la sous-évaluation du travail, du capital, du terrain, de l’énergie, et de la monnaie, tout en déséquilibrant fortement la croissance au profit du secteur public et de l’immobilier, la part du lion de l’État-Parti. Le processus actuel de désendettement doit régler les problèmes d’inégalités majeures qui dérivent des distorsions dans l’allocation de ressources et des fonctions respectives du gouvernement central et des gouvernements locaux.

Mots-clefs

Chine; économie; ralentissement; endettement; inégalités

Content

The end of the commodity supercycle
The black hole of official statistics
Pre-crisis growth or the height of «Cheap China »
Post crisis growth : the role of SOEs and local governments
Land leasing as the main vehicle to finance the stimulus package, and its consequences
The end of Cheap China and the expansion of shadow banking
Growth or financial stability: a political economy equation

To download this paper on HALSHS

Les économies émergentes, le plongeon?

Le-mur-de-berlin---entre-Mexique-et-Etats-Unis---SalamaPierre Salama, Les économies émergentes, le plongeon ?, FMSH-WP-2013-42, septembre 2013.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

L’auteur

Professeur émérite des universités, Université de Paris 13, Pierre Salama est chercheur au Centre d’Économie de Paris-Nord (CEPN – CNRS – UMR 7115). Latino-américaniste reconnu, primé par la chaire Julio Cortazar, il a publié de très nombreux livres, la plupart traduits en espagnol/portugais. Membre du comité de rédaction de plusieurs revues étrangères, il a été directeur scientifique de la revue Tiers Monde et du Groupe de Recherche sur l’État, l’Internationalisation des Techniques et le Développement (GREITD). La dynamique du sous-développement, la pauvreté et le mode de financiarisation des pays émergents latino-américains et asiatiques sont ses principaux champs d’investigations.
Ses derniers ouvrages : Les économies émergentes latino-américaines, entre cigales et fourmis, Paris, Armand Colin, collection U, 2012, 232 p. ; Migrants et lutte contre les discriminations en Europe. Vivre ensemble dans l’égale dignité, 2010, Strasbourg, Editions du Conseil de l’Europe, 102 p. ; Le défi des inégalités. Une comparaison économique Amérique latine/Asie, 2006, Paris, La découverte, 168 p.
Site personnel : http://pierre.salama.pagesperso-orange.fr

Résumé

Cet article traite de l’hétérogénéité des « économies émergentes » et de leurs modes différents de développement, puis analyse successivement la nouvelle division internationale du travail qui apparait avec leur essor, la forte croissance et l’industrialisation rapide de plusieurs pays asiatiques, la croissance modérée de l’Amérique latine et sa désindustrialisation précoce, l’évolution des salaires et des conditions de travail, puis l’évolution de la pauvreté et le poids croissant des classes moyennes, et enfin, dans la conclusion nous nous interrogerons sur les futurs possibles de ces économies. Les économies émergentes sont-elles à la veille de difficultés économiques importantes ? La réduction du taux de croissance et des exportations de la Chine et de l’Inde, le ralentissement de la croissance et le retour de la contrainte externe dans de nombreux pays latino-américains en sont-ils les premiers signes ?

Mots-clefs

économie du développement, politique commerciale, insertion internationale, industrialisation, étude comparative, pauvreté, classes moyennes

Emerging economies : the big drop ?

Abstract

This article is about the heterogeneity of “emerging economies” and their different development processes, followed by the analysis of the new international division of labor emerging with their boom, the strong growth and the rapid pace of industrialization of several Asian countries, the moderate growth in Latin America and its early deindustrialization, the trends in wages and working conditions, the trends in poverty together with the increase in middle classes, and finally we conclude with questions concerning the future of these economies. Are emerging  economies on the verge of encountering significant economic problems? Are the growth and export rates reduction in China, the slowing down of growth and the return of external constraints in many Latin American countries the first signs of  these difficulties?

Keywords

economic development, trade policy, industrialization, comparatives studies of countries, poverty, middle class

Sommaire

Préambule : Économies émergentes, que recouvre cette appellation ?

Les pays émergents font basculer le centre de gravité du monde et imposent une nouvelle division internationale du travail

Part croissante des émergents dans les échanges mondiaux, cas de la Chine
Retour à la prédominance des exportations de matières premières pour les émergents latino-américains

Des modèles de développement différents en Asie

Chine
Inde

Des modèles de développement différents en Amérique latine

Disparités des situations économiques
Une désindustrialisation précoce

De la pauvreté aux classes moyennes…

La pauvreté en baisse
Les classes moyennes

Conclusion : Quels futurs possibles ?

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Some Aspects of the External Dimensions of Indian Economy in the Age of Globalisation

Delhi Dasgupta par ampersandyslexia
Photo par ampersandyslexia

Working paper de Byasdeb Dasgupta, docteur en économie de l’Université Jawaharlal Nehru University, New Delhi, Some Aspects of the External Dimensions of Indian Economy in the Age of Globalisation. FMSH-WP-2013-30, avril 2013.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

The author

Docteur en économie de l’Université Jawaharlal Nehru University, New Delhi, Inde, Byasdeb Dasgupta consacre sa thèse de doctorat (1996) à un sujet relatif aux problèmes des politiques gestion de la dette. Actuellement Professeur Associé à l’Université de Kalyani, West Bengal, il a dirigé le Département d’Economie de cette Université indienne de 2008 à 2010. Parmi ses nombreuses publications, figurent les ouvrages suivants: Unfreedom and Waged Work – Labour in Indian Manufacturing Industry (avec Sunanda Sen), Sage, New Delhi, 2009 ; Globalization, Foreign Capital and Development (avec Satanu Bhattacharya, Bishakha Ghosh et Archita Ghosh), Regal Publications, New Delhi, 2010 ; Non-Mainstream Dimensions of Global Political Economy: Finance and Labour – Essays in Honnour of Sunanda Sen, Routledge, Londres, 2013. Deux ouvrages sont à paraître en 2013 : External Dimensions of an Emerging Economy : India, Routledge, et Neoliberal Globalization, Global Capitalism and Inclusive Develpment: Theorizing India’s Economic Transition (avec Anjan Chakrabarti et Anup Dhar), Cambridge University Press.

Abstract

External dimensions of Indian economy in the age of globalisation are viewed in this paper in terms of unabated opening up of the economy with respect to both trade and foreign capital flows. This paper empirically shows that with more opening up of the economy there is more and more transfer of financial resources abroad from the Indian economy. So opening up through neoliberal globalisation is a ploy of global capitalism to extract super duper surplus from India. Analytically also the paper makes an attempt to negate the recent policy reforms (as is imminent in allowing FDI in multi-brand retail, aviations and insurance and in relentless efforts of the Government in slashing down fiscal deficit) as anti-growth and more attuned to the interests of global finance and capital.

Keywords

globalisation, India, Indian economy, global capitalism, economic opening up

Aspects des dimensions extérieures de l’économie indienne à l’âge de la globalisation

Résumé

Les dimensions extérieures de l’économie indienne à l’heure de la mondialisation sont analysées dans le cadre de l’ouverture continue de l’économie dans le domaine des échanges commerciaux et des flux de capitaux. Cette étude montre qu’avec cette ouverture, les transferts de ressources financières de l’économie indienne à l’étranger ne cessent de croître. La mondialisation libérale est ainsi une manière pour le capitalisme global d’extraire un surplus de l’Inde. L’analyse indique également que la politique de réforme du gouvernement indien (illustrée par l’ouverture des secteurs de la grande distribution, du transport aérien et de l’assurance aux capitaux étrangers ainsi que par l’effort mis sur la réduction du déficit fiscal) ne sert pas la croissance mais plutôt les intérêts de la finance globale et du capital.

Mots-clés

globalisation, Inde, économie indienne, capitalisme global, ouverture économique

Pour télécharger ce document sur HALSHS

L’internationalisation des firmes chinoises : croissance, motivations, stratégies

web_shanghaiXavier Richet, L’internationalisation des firmes chinoises : croissance, motivations, stratégies, FMSH-WP-2013-27, février 2013.

Pour télécharger le document sur HALSHS

L’auteur

Xavier Richet, professeur d’économie à l’université de la Sorbonne nouvelle, Paris. Il s’intéresse aux économies émergentes, notamment aux stratégies des firmes. Dans le cadre de plusieurs programmes de recherche, il a réalisé, des enquêtes dans des firmes chinoises, indiennes, russes dont rendent compte deux ouvrages : Jean-François Huchet, Xavier Richet, Joêl Ruet (eds.), Globalisation in China, India and Russia. Emergence of National Groups and Global Strategies of Firms, Academic Foundation, New Delhi, 2007 et V. Delteil, P. Dieuaide & X. Richet, (eds.), Strategies of Multinational Corporations and Social Regulations: European and Asian Perspectives, Springer, Heidelberg (à paraître), 2013.

Le texte

Papier préparé à l’issue de la séance du séminaire BRICs de la Fondation Maison des sciences de l’homme et le l’Ecole des hautes études en sciences sociales, sous la direction de Guilhem Fabre, Pierre Salama, Xavier Richet et Michel Schiray organisée le 28 novembre 2011.

Résumé

Comme d’autres économies émergentes des BRIC, la Chine enregistre aujourd’hui un flux croissant d’investissements directs étrangers sortants (IDES) tout en  maintenant une forte attractivité pour les investissements directs étrangers entrants (IDEE). Le développement accéléré récent de la Chine, repose, en partie sur la présence des IDEE qui ont facilité le rattrapage technologique, la mise à  niveau de nombreuses firmes qui ont pu se hisser aux standards des firmes occidentales dans toute une série d’industries, notamment de technologies moyennes et parfois avancées. Pour les spécialistes et les dirigeants économiques chinois, le bilan est mitigé ; les firmes occidentales limitant le transfert de technologie afin de conserver leur avantage  concurrentiel.
Les IDES chinois ont connu une très forte expansion au cours de la dernière décennie en partie grâce aux ressources financières accumulées, en partie par la nécessité de chercher des approvisionnements en matières premières afin de maintenir le taux de croissance élevé du PIB. Mais ils se développent aussi dans le secteur manufacturier, les services, la finance en ciblant les secteurs. On présente les différents facteurs qui poussent les firmes chinoises à s’internationaliser :  accès aux marchés, accès aux ressources, accès à la technologie. Au-delà des aides gouvernementales, de quels avantages bénéficient les firmes chinoises ? Face à la concurrence des grands groupes multinationaux occidentaux, les firmes chinoises ont su développer des stratégies particulières qui facilitent leur apprentissage, leurs relations avec les grandes firmes, leur montée en puissance. Le succès de ces firmes doit être confirmé dans le moyen et le long terme. Pour de nombreux observateurs, la plupart des firmes, pour le moment, ne sont pas encore véritablement internationalisées. Elles cherchent souvent à acquérir des ressources et à les rapatrier en Chine.

Abstract

Like other emerging economies of the BRIC countries, China witnesses now an increasing outflow of foreign direct investment (OFDI) while maintaining a high attractiveness for inward foreign direct investment (IFDI). The recent rapid development of China in part is based on the presence of IFDI that facilitated technological upgrading and allowed many firms to match the standards of Western companies in a variety of industries, including medium and advanced technologies. For specialists and Chinese political and business leaders, the results are mixed; Western firms located in China restrict the transfer of technology to maintain their competitive advantage.
Chinese OFDI have experienced very strong growth during the last decade thanks in part to financial resources accumulated, in part by the willingness to seek supplies of raw materials to maintain the high growth rate of GDP. But they also develop in manufacturing, services, and financial sectors. The paper points out the various factors that lead Chinese firms to internationalize: access to markets, to resources, to technology. Beyond government subsidies, what specific factors allow Chinese firms to compete successfully? Facing competition from large Western multinationals, Chinese firms are able to develop specific strategies to facilitate their learning, their relations with large firms, their growth. The success of these companies should be confirmed in the medium and long term. For many observers, most companies at the moment are not yet truly internationalized. They often seek to acquire resources and to repatriate it in China.

Pour télécharger le document sur HALSHS

The Facets of Exploitation

Marc Fleurbaey, The Facets of Exploitation, FMSH-WP-2012-11, may 2012.Marc Fleurbaey, The Facets of Exploitation, FMSH-WP-2012-11, may 2012.

Download this working-paper / Télécharger ce Working Paper

About the author

Marc Fleurbaey is Laurance S. Rockefeller Professor at the University of Princeton (USA) and Chaire « Welfare and social justice » at the Collège d’études mondiales. His research in economics and philosophy has been devoted to normative economics, distributive justice, and the evaluation of public policy. The main areas of application are the measurement of social welfare, climate policies, health prioritizing, and optimal taxation.

He has been professor of economics and CNRS researcher in France. He is the coordinating editor of Social Choice and Welfare and a former editor of Economics and Philosophy. He is a Coordinating Lead Author for the Fifth Assessment Report (2014) of the Intergovernmental Panel on Climate Change. He has been a member of the Stiglitz-Sen-Fitoussi Commission on the Measurement of Economic Performance and Social Progress. He has published Fairness, Responsibility, and Welfare (Oxford 2008) and A Theory of Fairness and Social Welfare (Cambridge 2011, with F. Maniquet), as well as many articles in welfare economics, public economics, and political philosophy.

The text

This text was written by Marc Fleurbay, Princeton University, who holds the Chaire entitled « Welfare Economics and Social Justice » at the Collège d’études mondiales. It is written for the 30th anniversary of the publication of John Roemer’s General Theory of Exploitation and Class. It has bene…tted from discussions with N. Gravel.

More information : http://www.college-etudesmondiales.org/en/content/welfare-economics-and-social-justice

Abstract

This paper proposes four concepts of exploitation that encapsulate common uses of the word in social interactions: unfair advantage, unequal exchange, using persons as means, free-riding. It briefly discusses how these concepts appear in the literature (the first two are prominent in Roemer’s classical work), and then examines how these forms of exploitation are related and how they can occur.

Keywords

exploitation, unequal exchange, Roemer

Résumé

Ce document propose quatre concepts d’exploitation qui capturent les usages courants du mot dans les interactions sociales: un avantage indu, l’échange inégal, l’utilisation de personnes comme des moyens, les passagers clandestins. Il aborde brièvement la façon dont ces concepts apparaissent dans la littérature (les deux premiers sont au centre de l’oeuvre classique de Roemer), puis examine comment ces formes d’exploitation sont liées et comment elles peuvent se produire.

Mots-clés

exploitation, échange inégal, Roemer

Download this working-paper / Télécharger ce Working Paper

Economics is not what you think: A defense of the economic approach to taxation

Musée Metz - Stèle Impôts - Par Fab5669 (Travail personnel) [CC-BY-SA-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia CommonsMarc Fleurbaey, Economics is not what you think: A defense of the economic approach to taxation, FMSH-WP-2012-10, may 2012.

Download this working-paper / Télécharger ce Working Paper

About the author

Marc Fleurbaey is Laurance S. Rockefeller Professor at the University of Princeton (USA). His research in economics and philosophy has been devoted to normative economics, distributive justice, and the evaluation of public policy. The main areas of application are the measurement of social welfare, climate policies, health prioritizing, and optimal taxation.

He has been professor of economics and CNRS researcher in France. He is the coordinating editor of Social Choice and Welfare and a former editor of Economics and Philosophy. He is a Coordinating Lead Author for the Fifth Assessment Report (2014) of the Intergovernmental Panel on Climate Change. He has been a member of the Stiglitz-Sen-Fitoussi Commission on the Measurement of Economic Performance and Social Progress. He has published Fairness, Responsibility, and Welfare (Oxford 2008) and A Theory of Fairness and Social Welfare (Cambridge 2011, with F. Maniquet), as well as many articles in welfare economics, public economics, and political philosophy.

The text

This text was written by Marc Fleurbay, Princeton University, who holds the Chaire entitled « Welfare Economics and Social Justice » at the Collège d’études mondiales.

More information : www.college-etudesmondiales.org/en/content/welfare-economics-and-social-justice

Abstract

In The Myth of Ownership – Taxes and Justice, Liam Murphy and Thomas Nagel (2002) launch an attack against a straw man, the economist who believes that taxation should minimally interfere with property rights and should seek to preserve the market distribution of wealth and income. Instead they propose an approach that focuses on the consequences of any form of public intervention for the distribution of welfare, without any particular ethical concern for the values emerging from the market. In fact, such an approach has been long developed by Mirrlees (1971), whose approach has been dominating the economics of taxation for the last forty years. But more recently the fairness approach to taxation goes beyond welfare consequentialism and attributes some value to market allocations, in line with the theories of justice proposed by Rawls and Dworkin.

Keywords

taxation, welfare, property rights, fairness, Mirrlees

Résumé

Dans The Myth of Ownership – Taxes and Justice, Liam Murphy et Thomas Nagel (2002) critique une supposée approche économique postulant que la fiscalité devrait porter atteinte de façon minimale aux droits de propriété et devrait chercher à préserver la répartition de la richesse et du revenu engendrée par le marché. Au lieu de cela, ils proposent une approche qui met l’accent sur les conséquences de toute forme d’intervention publique pour la distribution du bien-être, sans attribuer de valeur éthique particulière aux résultats du marché. En fait, une telle approche a depuis longtemps été dévelopée par Mirrlees (1971), dont l’approche a dominé l’économie et de fiscalité au cours des quarante dernières années. Mais, plus récemment, l’approche équitable de la fiscalité va au-delà d’un conséquentialisme étroit du bien-être et attribue une certaine valeur à la répartition marchande des ressources, en ligne avec les théories de la justice proposées par Rawls et Dworkin.

Mots-clés

fiscalité, bien-être, droits de propriété, équité, Mirrlees

Download this working-paper / Télécharger ce Working Paper