Archives par mot-clé : exile

Le street art, un genre exilique ?

El Seed, Graffiti dans la Tour Paris 13
El Seed, Graffiti dans la Tour Paris 13

Boris Chukhovich, Le street art, un genre exilique ?, FMSH-WP-2014-74, juin 2014.

Télécharger sur les Archives ouvertes halshs

Résumé

Les rapports entre exil et street art sont complexes. D’une part, les artistes de rue ressemblent aux migrants dont le nomadisme perpétuel caractérise le monde contemporain. D’autre part, le street art a ses propres raisons d’être qui ne coïncident pas toujours avec celles d’artistes exilés. Dans ce texte, l’auteur met en examen les corrélations possibles entre le street art et l’exil. Il explore d’abord les potentialités internes du street art en tant que genre artistique qui auraient permis de le considérer en tant qu’art d’exil. Il étudie ensuite des figures d’exil qu’on peut observer dans l’oeuvre des artistes de rue.

L’auteur

Boris Chukhovich est historien de l’art, conservateur de musée et commissaire d’exposition. Après une thèse en sociologie de l’art à Saint-Pétersbourg, il a travaillé en tant que directeur d’études à l’Académie des beaux-arts de l’Ouzbékistan avant d’émigrer au Canada en 1998. Il a été plusieurs fois chercheur invité et boursier du Conseil des arts du Canada. Il a réalisé le projet virtuel « Musée d’art centre-asiatique» et est conservateur-résident au Musée d’art contemporain de Montréal, chercheur associé à la Chaire de recherche du Canada en esthétique et poétique et au Centre de recherche sur l’intermédialité (CRI, U. de Montréal). Il a réalisé de nombreux projets d’exposition dont « Après Babel » (Université d’Ottawa, 2004) ; « Retour de Métaphore » (Biennale de Montréal, 2007) ; STILLS (Bichkek, Almaty, Douchanbé, 2009-2010) ; « Lingua franca-frank-tili » (Biennale de Venise, 2011), et récemment « Grandeur de l’Empire » (Université de Montréal 2013). Il est membre du programme « Non-lieux de l’exil » et a été directeur d’études associé à la FMSH (Programme « Non-lieux de l’exil ») au printemps 2014.

Le texte

Texte rédigé dans le cadre du séminaire Non lieux de l’exil, présenté lors de la séance du 12 décembre 2013.

Abstract

The relationship between exile and street art is complex. On one hand, street artists resemble the migrants whose perpetual state of nomadism characterizes the contemporary world. On the other hand, street art has its own purposes for existing that do not always coincide with that of exiled artists. In this text, the author tests the correlations between street art and exile. Firstly, he explores the internal potentialities of street art as an artistic genre that could allow it to be considered as an art of exile. Then, he studies the figures of exile that one can observe in the work of street artists.

Télécharger sur les Archives ouvertes halshs

 

 

Représenter l’exil: le sujet du non-exil

Revolutionary Joyce Better Contrast
Revolutionary Joyce Better Contrast

Michael Cronin, Représenter l’exil: le sujet du non-exil, FMSH-WP-2014-72, juin 2014.

Télécharger sur le site des archives ouvertes halshs

Résumé

Nous proposons une réévaluation de la thématique de l’exil en littérature, à partir d’une étude de l’une des nouvelles de James Joyce, une réévaluation qui renoncerait à la dramaturgie des ruptures brutales, des départs définitifs, propre à une certaine vision de l’exil exotique, pour regarder de plus près l’exil de proximité. Contrairement à Joyce lui-même, l’héroïne de la nouvelle « Eveline » renonce à l’exil mais quelle est sa représentation de l’exil ? Que pense-t-elle de l’exil comme sujet de réflexion et qu’est-ce qu’elle représente elle-même en tant que (non-)sujet exilique ? Car celui qui part fait l’expérience de l’exil mais celui qui ne part pas, en l’absence d’une expérience véridique, est encore plus appelé à représenter un exil qui relève de l’imaginaire, du fantasmé, de l’inédit. Est-ce qu’on a, pour ce qui est d’Eveline, le cas d’un sujet exilique qui se définit non par le départ et la rupture mais par le non-départ, par la rémanence exilique ? Pour déchiffrer la part du sujet dans cette représentation de l’exil nous privilégions trois pistes de recherche. La première est celle de l’enracinement matériel du sujet, la deuxième, le passage réussi ou raté de la généalogie vers ce qu’on pourrait appeler la progénération dans la constitution du sujet exilique et la troisième, celle de l’exil comme zone de traduction.

L’auteur

Michael Cronin est titulaire de la Chaire de Traductologie à la Dublin City University, Irlande. Auteur, entre autres, de Translating Ireland: Translation, Languages and Identity (Cork University Press, 1996); Across the Lines: Travel, Language, Translation (Cork University Press, 2000); Translation and Globalization (Routledge, 2003); Translation and Identity (Routledge, 2006); Translation goes to the Movies (Routledge 2009); The Expanding World: Towards a Politics of Microspection (Zero Books, 2012); Translation in a Digital Age (Routledge, 2013). Co-directeur, entre autres, de Tourism in Ireland: A Critical Analysis (Cork University Press, 1993); Anthologie de nouvelles irlandaises (Québec, L’Instant même, 1997); Unity in Diversity? Current Trends in Translation Studies (St. Jerome Press, 1998); Reinventing Ireland: Culture, Society and the Global Economy (London, Pluto Press, 2002); The Languages of Ireland (Dublin, Four Courts Press, 2003); Transforming Ireland (Manchester University Press, 2009). Il est Membre de l’Académie Royale d’Irlande et Officier de l’Ordre des Palmes Académiques. Il est co-directeur de la revue The Irish Review, dirige la collection New Perspectives in Translation chez Routledge et fait partie de l’équipe de recherche FMSH « Non-lieux de l’exil ».

Le texte

Texte rédigé dans le cadre du séminaire Non lieux de l’exil, présenté lors de la séance du 12 décembre 2013.

Abstract

Exile is often presented as primarily a matter of a dramatic break or a definitive rupture. Based on a close reading of a short story by James Joyce, we argue for a re-evaluation of the theme of exile in literature where the emphasis is not on exotic but on proximate exile. Unlike Joyce, the eponymous heroine of ‘Eveline’ does not go into exile but how does she represent exile to herself, how does exile figure as a subject of reflexion and what does Eveline herself represent as a (non) exilic subject? The person who leaves experiences exile but the person who does not in the absence of the empirical experience of exile is under even greater pressure to try and produce a representation of exile drawing on the resources of the imagination and the fantasmatic. The paper will explore the role of the subject in the representation of exile from the standpoints of the material rootedness of the subject, the passage from genealogy to progeneration and exile as a translation zone.

Télécharger sur le site des archives ouvertes halshs