Archives par mot-clé : genre

Ethnographie des bijoux de Franco- pondichérien-ne-s. Au coeur d’une production des relations de genre et parenté

Priya Ange, Ethnographie des bijoux de Franco-pondichérien-ne-s. Au cœur d’une production des relations de genre et parenté, FMSH-WP-2016-116, décembre 2016.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Les bijoux des Franco-pondichériens sont au coeur d’un processus social de fabrication incorporée des relations de genre. Ils cristallisent les émotions, les désirs, et la mémoire des liens, en matérialisant les étapes, du processus de cette construction, dont l’aboutissement est la relation mari-femme. Cette unité conjugale est rituellement produite en étant intégrée dans plusieurs réseaux de parentèle par l’usage de bijoux qui interviennent dans les différents rites de la cérémonie de mariage. Les bijoux de la femme mariée, offrent la possibilité et le droit aux époux d’organiser et de gérer ensemble les relations de parenté dans les différents réseaux.

L’auteur

Priya Ange est doctorante à l’EHESS et travaille sur « La circulation des bijoux féminins dans la parentèle tamoule : Migration, parenté et personne », sous la direction de Mme Véronique Bénéï (prof., directrice de recherche CNRS, EHESS/IIAC-LAIOS). Elle développe une ethnographie multi-située en France et en Inde, dans les réseaux transnationaux de parentèle des Franco-pondichériens, en collaboration avec les orfèvres et les bijoutiers pondichériens. Elle croise une anthropologie de la culture matérielle et immatérielle, des études migratoires, de genre, de parenté et de construction sociale de la personne. La dimension sensorielle, mémorielle et corporelle s’intègre aussi à cette thèse.

Le texte

Prix Louis Dumont-FMSH 2015 grâce auquel j’ai effectué un premier séjour de terrain entre juillet 2015 et février 2016 à Pondicherry pour réaliser une ethnographie des bijoux auprès des Franco-pondichériens en Inde. Je remercie très cordialement le Fonds Louis Dumont et la FMSH d’avoir contribué à la bonne réalisation de cette partie de ma thèse.

Abstract

The jewelleries of Franco-pondicherians are at the core of a social production process of embodied gender relation. They are the material form of emotions, desires, and of the memory of ties in the processual construction of this gendered relation, which find its fulfillment in husband and wife relationship. This conjugal unity is ritually produced by being integrated into several kinship networks through the usages of jewelleries in different rituals in the marriage ceremony. The women’s jewelleries give the possibility and the right to the spouses to organize and manage together the kinship ties among different networks.

Download on Open Archives halshs

Consommation de masse et consommation de classe à Paris des années 1880 aux années 1920 : bilan d’une recherche

 Anaïs Albert, Consommation de masse et consommation de classe à Paris des années 1880 aux années 1920 : bilan d ’une recherche, FMSH-WP-2016-107, janvier 2016.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Cet article a pour but d’exposer les principaux résultats  de notre thèse de doctorat d’histoire contemporaine  consacrée à la consommation des classes populaires  parisiennes des années 1880 aux années 1920.  L’analyse des objets possédés par ce groupe social et des transactions autour des biens permet d’aborder des ques tions restées ouvertes sur la construction d’une classe  sociale et sur son existence au quotidien, appréhendées  par le biais de la vie privée, des échanges économiques  ordinaires et des relations de sociabilité.

L’auteur

Anaïs Albert est docteure en histoire contemporaine (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Sa thèse de doctorat, intitulée « Consommation de masse et consommation de classe. Une histoire sociale et culturelle du cycle de vie des objets dans les classes populaires parisiennes (des années 1880 aux années 1920) » a été récompensée par le prix d’histoire sociale fondation Mattei Dogan & FMSH. Elle est également membre du comité de rédaction de la revue Tracés. L’histoire de la consommation, des transactions économiques, des classes populaires ainsi que les études de genre sont ses principaux domaines de recherche.

Le texte

Ce texte a été rédigé par la lauréate en 2015 du prix d’histoire sociale fondation Mattei Dogan & FMSH.

Abstract

This article aims to present the main results of our PhD in modern history, on the Parisian working class’ consumption from the 1880s to the 1920s. Analysing the goods that this group possessed and the transactions that took place around them address questions remaining open about the construction of a social class and its daily existence, understood through the prism of privacy, common trade relations and sociability.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Une humble aura. Les grandes femmes au sud de Madagascar

somda-illDominique Somda, Une humble aura. Les grandes femmes au sud de Madagascar, FMSH-WP-2014-56, janvier 2014.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

L’auteur

Dominique Somda a soutenu sa thèse d’anthropologie en 2009, » Et le réel serait passé.  Le secret de l’esclavage et l’imagination de la société (Anôsy,  Sud-est de Madagascar)  » préparée au Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (Université Paris Ouest Nanterre) sous la direction de Maurice Bloch (London Scholl of Economics). Ses recherches explorent la coexistence contemporaine de la hiérarchie et de l’égalité dans le sud de Madagascar. Elle a effectué un premier séjour postdoctoral à la London Scholl of Economics et enseigné, entant que visiting professor, à l’Université de Pennsylvanie.

Le texte

Ce papier a été écrit à l’occasion d’un séjour en France entre juillet 2012 et mars 2013, dans le cadre d’une bourse post-doctorale Fernand Braudel IFER.

Résumé

Ce texte concerne le pouvoir humble de femmes audacieuses. En Anôsy, au sud-est de Madagascar, les opportunités d’obtenir des positions d’influence se sont multipliées pour les femmes, dans le contexte de la démocratisation et de la globalisation. Pourtant le pouvoir qu’elles acquièrent est toujours ambivalent. Les femmes d’Anôsy partagent avec les descendants d’esclaves une humilité incorporée. L’examen de la trajectoire de deux femmes puissantes suggère que les femmes peuvent devenir de  » grandes femmes  » au prix d’une conversion de la honte en autorité et de l’inversion de certaines valeurs attachées au devenir puissant des hommes ordinaires.

Abstract

This text concerns the humble power of audacious women. In Anôsy (south-east of Madagascar), opportunities to access influent positions may multiply, in the context of democratization and globalization, but the power women gain is always ambivalent. Women in Anôsy share with slave descendants a very embodied humility. The examination of the trajectories of two powerful women suggest that some women can become “great women” if they are able to convert shame into authority and invert some core values attached to the powerfulness of ordinary men.

Pour télécharger ce document sur HALSHS