Archives par mot-clé : globalisation

The welfare state and globalization in North America

SalamaigIlan Bizberg, The welfare state and globalization in North America, FMSH-WP-2014-65, mai 2014.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Most studies on globalization have concentrated on the effects of the circulation of capitals and goods on the economies of the more developed and underdeveloped countries. There have been few studies dealing with the effects of globalization on social policies and on the social security systems of different countries. In the present paper, I discuss the transformation of the social protection system in the three countries that constitute the North American Free Trade Agreement (NAFTA): The United States, Canada and Mexico. Although the three countries are under similar pressure from globalisation they have not converged to a liberal, residual system as most analysts predicted. To understand why one has to remember that globalization is not an impersonal movement that imposes itself from the outside, but it is a socio-economic arrangement that is endorsed by external and internal economic (multinationals, national enterprises) and political actors (international economic institutions, national elites).

L’auteur

Ilán Bizberg est professeur-chercheur du Centre d’Études Internationaux, El Colegio de México, membre associé à l’étranger du CADIS/EHESS, Paris, membre associé du Collège International « Zwischen Raumen » de l’Institut Latino-Américain de l’Université Libre de Berlin, membre associé du CEIM/Université de Québec à Montréal. Niveau III du Sistema Nacional de Investigadores. Titulaire d’un Doctorat en Sciences Sociales à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Il a eu la Bourse «Alexander von Humboldt», octroyée par la Fondation Alexander von Humboldt pour des études postdoctorales à l’Université de Bielefeld, en janvierdécembre 1992. Il a été professeur invité de Sciences Po Paris et Poitiers. Il a occupé les Chaires Alfonso Reyes et Simon Bolivar de l’IHEAL, Université de Paris III et la Chaire des Amériques à l’Université de Rennes. Il a été Directeur d’études à l’EHESS, Directeur d’Etudes Associé à la Fondation Maison des sciences de l’homme, chercheur associé au CNRS-CREDAL, et Public Policy Scholar au Woodrow Wilson Center, Washington.

The text

An oral version of this text was first presented at the seminar of the CADIS/EHESS in the frame of an invitation as Directeur d’Etudes at the EHESS in November 2012, then presented at a Conference in the North American Studies Programme, Saint Anthony’s College, University of Oxford and rewritten in December 2013 in the frame of a research stay at the Fondation Maison des sciences de l’homme.

Résumé

La plupart des études sur la mondialisation se sont concentrées sur les effets de la circulation des capitaux et des marchandises sur les économies des pays développés et sous-développés. Peu d’analyses se sont portées sur les effets de la mondialisation sur les politiques sociales et les systèmes de sécurité sociale. Dans ce papier, je discute la transformation des systèmes de protection sociale dans les trois pays qui constituent l’Accord de libre échange nord-américain (ALENA ) : les États-Unis , le Canada et le Mexique. Bien que ces trois pays subissent la même pression de la globalisation, ils n’ont pas convergé vers le système libéral, résiduel que les analystes prédisaient. Il faut se rappeler que la globalisation n’est pas un mouvement impersonnel qui s’impose de soi-même de l’extérieur, mais est un arrangement socioéconomique qui est pris en charge par des acteurs économiques internes et externes (multinationales, entreprises nationales) et politiques (institutions économiques internationales, élites nationales).

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Les classes moyennes peuvent-elles dynamiser la croissance du PIB dans les économies émergentes ?

Sao_Paulo_Railway_Silvio-Tanaka_CCPierre Salama, Les classes moyennes peuvent-elles dynamiser la croissance du PIB dans les économies émergentes ?, FMSH-WP-2014-61, février 2014.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

L’auteur

Professeur émérite des universités, Université de Paris 13, Pierre Salama est chercheur au Centre d’Économie de Paris-Nord (CEPN – CNRS – UMR 7115).  Latino-américaniste reconnu, primé par lachaire Julio Cortazar, il a publié de très nombreux livres, la plupart traduits en espagnol/portugais. Membre du comité de rédaction de plusieurs revues étrangères, il a été directeur scientifique de la revue Tiers Monde et du Groupe de Recherche sur l’État, l’Internationalisation des Techniques et le Développement (GREITD).  La dynamique du sous-développement, la pauvreté et le mode de financiarisation des pays émergents latino-américains et asiatiques sont ses principaux champs d’investigations.

Le texte

Ce texte est dédié à la mémoire de Jacques Valier, mon complice. Il a été discuté lors d’un séminaire FMSH-UFRJ à Rio de Janeiro en novembre 2013 et lors d’une séance du séminaire BRICs à la Fondation Maison des sciences de l’homme, le 13 janvier 2014.

Résumé

On observe une tendance à l’augmentation des classes moyennes quel que soit le critère d’appartenance adopté. Cependant les critères d’appartenance aux classes moyennes sont loin de faire l’unanimité chez les économistes et l’importance des classes moyennes varie selon les auteurs. Avec une définition large des classes moyennes – le seuil inférieur étant proche de la ligne de pauvreté -, le groupe vulnérable tend à perdre de son importance et l’hétérogénéité de ce groupe augmente. A l’inverse, le choix d’une définition étroite des classes moyennes limite leur caractère  » attrape tout  » et ainsi leur hétérogénéité. Certains économistes voient dans cet essor des classes moyennes une opportunité de redynamiser la croissance des économies émergentes menacée par le  » middle income trap  » (le piège du revenu moyen), tirée dès lors par la croissance des biens de consommation durables sophistiqués. D’autres considèrent que l’essor des classes moyennes vient de la croissance et qu’un cercle vertueux pourrait exister entre croissance et classes moyennes. Dans le cadre d’une globalisation maitrisée, ces deux thèses sont erronées : une redistribution des revenus en faveur des catégories les plus démunies peut dynamiser la croissance et, ce faisant, diminuer la pauvreté.

Abstract

One observes a tendency to the increase in the middle class whatever the criterion of membership adopted. However the criteria of membership of the middle class are far from achieving the unanimity in the economists and the importance of the middle class varies according to authors’. With a broad definition of the middle class – the lower threshold being close to the line of poverty -, the vulnerable group tends to lose of its importance and the heterogeneity of this group increases. On the contrary, the choice of a narrow definition of the middle class limit their character « catches all » and thus their heterogeneity. Some economists see in this rise of the middle class to spur economic growth of the emergent economies threatened by  » middle income trap », drawn consequently by the growth from the sophisticated durable consumer goods. Others consider that the rise of the middle class comes from the growth and that a virtuous circle could exist between growth and middle class. Within the framework of a controlled globalization, these two theses are erroneous: a redistribution of the incomes in favour of the the most underprivileged sectors can increase the growth and, by doing this, decrease poverty.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Some Aspects of the External Dimensions of Indian Economy in the Age of Globalisation

Delhi Dasgupta par ampersandyslexia
Photo par ampersandyslexia

Working paper de Byasdeb Dasgupta, docteur en économie de l’Université Jawaharlal Nehru University, New Delhi, Some Aspects of the External Dimensions of Indian Economy in the Age of Globalisation. FMSH-WP-2013-30, avril 2013.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

The author

Docteur en économie de l’Université Jawaharlal Nehru University, New Delhi, Inde, Byasdeb Dasgupta consacre sa thèse de doctorat (1996) à un sujet relatif aux problèmes des politiques gestion de la dette. Actuellement Professeur Associé à l’Université de Kalyani, West Bengal, il a dirigé le Département d’Economie de cette Université indienne de 2008 à 2010. Parmi ses nombreuses publications, figurent les ouvrages suivants: Unfreedom and Waged Work – Labour in Indian Manufacturing Industry (avec Sunanda Sen), Sage, New Delhi, 2009 ; Globalization, Foreign Capital and Development (avec Satanu Bhattacharya, Bishakha Ghosh et Archita Ghosh), Regal Publications, New Delhi, 2010 ; Non-Mainstream Dimensions of Global Political Economy: Finance and Labour – Essays in Honnour of Sunanda Sen, Routledge, Londres, 2013. Deux ouvrages sont à paraître en 2013 : External Dimensions of an Emerging Economy : India, Routledge, et Neoliberal Globalization, Global Capitalism and Inclusive Develpment: Theorizing India’s Economic Transition (avec Anjan Chakrabarti et Anup Dhar), Cambridge University Press.

Abstract

External dimensions of Indian economy in the age of globalisation are viewed in this paper in terms of unabated opening up of the economy with respect to both trade and foreign capital flows. This paper empirically shows that with more opening up of the economy there is more and more transfer of financial resources abroad from the Indian economy. So opening up through neoliberal globalisation is a ploy of global capitalism to extract super duper surplus from India. Analytically also the paper makes an attempt to negate the recent policy reforms (as is imminent in allowing FDI in multi-brand retail, aviations and insurance and in relentless efforts of the Government in slashing down fiscal deficit) as anti-growth and more attuned to the interests of global finance and capital.

Keywords

globalisation, India, Indian economy, global capitalism, economic opening up

Aspects des dimensions extérieures de l’économie indienne à l’âge de la globalisation

Résumé

Les dimensions extérieures de l’économie indienne à l’heure de la mondialisation sont analysées dans le cadre de l’ouverture continue de l’économie dans le domaine des échanges commerciaux et des flux de capitaux. Cette étude montre qu’avec cette ouverture, les transferts de ressources financières de l’économie indienne à l’étranger ne cessent de croître. La mondialisation libérale est ainsi une manière pour le capitalisme global d’extraire un surplus de l’Inde. L’analyse indique également que la politique de réforme du gouvernement indien (illustrée par l’ouverture des secteurs de la grande distribution, du transport aérien et de l’assurance aux capitaux étrangers ainsi que par l’effort mis sur la réduction du déficit fiscal) ne sert pas la croissance mais plutôt les intérêts de la finance globale et du capital.

Mots-clés

globalisation, Inde, économie indienne, capitalisme global, ouverture économique

Pour télécharger ce document sur HALSHS

The De-nationalization and Re-nationalization of the Life Sciences in China: A Cosmopolitan Practicality?

Joy Y. Zhang, The De-nationalization and Re-nationalization of the Life Sciences in China: A Cosmopolitan Practicality?, FMSH-WP-2012-08

To download this working paper / Pour télécharger le working paper

The author

Dr. Joy Yueyue Zhang is a research fellow at le Collège d’études mondiales, FMSH. Her research focuses on the cosmopolitan governance of scientific uncertainties. She received her PhD in Sociology from the London School of Economics and Political Science. She is the author of two books on China: The  Cosmopolitanization of Science: Stem Cell Governance in China (Palgrave Macmillan, 2012) and The Climate Politics in China (Pluto Press, 2013).

Abstract

Stem cell research and synthetic biology offer complementary insights on the nature of scientific governance in China. Stem cells were essentially promoted by top-down semi-governmental initiatives. Yet it was through a process of ‘de-nationalization’ (in which a diversity of cross-border communications initiated by scientists effaced the dominance of a singular national voice) that China’s stem cell research gained global recognition. Meanwhile, the emergence of synthetic biology has shown a reverse pathway. While many ‘Chinese’ synthetic biology projects are primarily associated with international programs, this ‘de-nationalized’ start did not lead to an abandonment of a national  agenda. Rather, synthetic biology in China has been transformed into a grassroots proposition of a ‘Big Question’ approach, which in effect creates a ‘re-nationalization’ by bringing synergy among domestic experts. Chinese stakeholders’ experience seems to indicate that scientific development is steered by a (cosmopolitan) practicality, which has lead to a bottom-up instrumentalization of the nation-state.

Keywords

scientific governance, China, national science policy, globalisation

Dénationalisation et renationalisation des sciences de la vie en Chine : une pratique cosmopolite ?

Résumé

La recherche sur les cellules souche et en biologie synthétique offre des perspectives complémentaires sur la nature de la politique scientifique en Chine. Les cellules souche ont été essentiellement promues par des initiatives semi-gouvernementales du haut vers le bas. Cependant, c’est à travers un processus de « dénationalisation » (dans laquelle des communications transfrontières diverses initiées par des scientifiques effacent la domination d’une voix nationale unique) que la recherche chinoise sur les cellules souche a obtenu une reconnaissance globale. Simultanément, l’émergence de la biologie synthétique a montré une trajectoire inverse. Alors que de nombreux projets « chinois » en biologie synthétique sont associés au premier chef à des programmes internationaux, cette première étape « dénationalisée » n’a pas mené à un abandon de l’agenda national. Au contraire, la biologie synthétique en Chine a été transformée en une proposition, ancrée sur le terrain, d’une approche en termes de « Grande Question », qui de fait a créé une « renationalisation » en favorisant une synergie entre les experts nationaux. L’expérience des parties prenantes chinoises semble indiquer que le développement scientifique est dirigé par une pratique (cosmopolite) qui a conduit à une instrumentalisation par le bas de l’État-nation.

Mots-clefs

gouvernance scientifique, Chine, politique scientifique nationale, globalisation

To download this working paper / Pour télécharger le working paper