Archives par mot-clé : inégalités

Argentine, Brésil, Mexique entrent dans la tourmente. Quo vadis Amérique latine ?

Pierre Salama. Argentine, Brésil, Mexique entrent dans la tourmente. Quo vadis Amérique latine ? FMSH-WP-2015-100. 2015.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

De 2003 à 2012, une période nouvelle apparait en Amérique latine. La croissance est plus élevée, les « fondamentaux » (soldes de la balance commerciale et du budget, réserves internationales, chômage, emplois formels, inflation) s’améliorent le plus souvent, les politiques sociales sont plus ou moins importantes selon les pays, la pauvreté recule et les inégalités de revenus paraissent diminuer. La disparition de la contrainte externe dans les années 2000 a rendu moins urgent de procéder à des réformes structurelles. Elle se paie aujourd’hui. A partir de 2012, les difficultés apparaissent en Argentine, au Brésil et, dans une moindre mesure, au Mexique. Le miracle économique devient mirage, le nouvel eldorado n’en est pas un. Avec le retournement brutal du cours des matières premières, de nouvelles vulnérabilités apparaissent aujourd’hui au grand jour et se traduisent par le retour rapide de la contrainte externe à laquelle les gouvernements de ces pays pensaient avoir échappé avec la hausse des cours et des volumes échangés. Pour autant, la globalisation n’est pas coupable. C’est la manière, pour le moins passive, de s’insérer dans la division internationale du travail qui l’est.

L’auteur

Professeur émérite des universités, Université de Paris 13, Pierre Salama est chercheur au Centre d’Économie de Paris-Nord (CEPN – CNRS – UMR 7115). Latino-américaniste reconnu, primé par la chaire Julio Cortazar, il a publié de très nombreux livres, la plupart traduits en espagnol/portugais. Membre du comité de rédaction de plusieurs revues étrangères, il a été directeur scientifique de la revue Tiers Monde et du Groupe de Recherche sur l’État, l’Internationalisation des Techniques et le Développement (GREITD). La dynamique du sous-développement, la pauvreté et le mode de financiarisation des pays émergents latino-américains et asiatiques sont ses principaux champs d’investigations.
Ses derniers ouvrages : Des pays toujours émergents ?, Paris, La Documentation française, Coll. Doc en poche/Place au débat, 2014, 160 p. ; Les économies émergentes latino-américaines, entre cigales et fourmis, Paris, Armand Colin, collection U, 2012, 232 p.

Site personnel : http://pierre.salama.pagesperso-orange.fr/

Le texte

Ce texte a été présenté lors de la séance du jeudi 9 avril 2015 du séminaire BRICs (FMSH/EHESS).

Abstract

From 2003 to 2012, a new period appears in Latin America. Growth is higher, the «basics» (trade balance, budgetary balance, international reserves, unemployment, formal employment, inflation) moreoften better, social policies are more or less important depending on the country, poverty recedes and income inequality seems to decrease. The disappearance of the external constraint in the 2000s made less urgent to proceed with structural reforms. It pays now. From 2012, the difficulties appear in Argentina, the Brazil and, to a lesser extent, to the Mexico. The economic miracle becomes mirage, the new eldorado is not. With the brutal reversal of the price of raw materials, new vulnerabilities appear today and result in the prompt return of the external constraint to which the Governments of these countries thought escaped with rising prices and traded volumes. However, globalization is not guilty. This is the way, at least passive, to fit into the international division of labour which is.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Comment expliquer la perception des inégalités en France ?

Clochard_parisien_sur_les_GobelinsWorking paper par Olivier Galland & Yannick Lemel, avec la collaboration d’Alexandra Frenod, Comment expliquer la perception des inégalités en France ?, FMSH-WP-2013-52, GeWoP-5, octobre 2013.

A télécharger sur HALSHS

Les auteurs

Olivier Galland, GEMASS (CNRS, Paris-Sorbonne) : ogalland@msh-paris.fr
Yannick Lemel, CREST et GEMASS (CNRS, Paris-Sorbonne) : lemel@ensae.fr
Alexandra Frénod, GEMASS (CNRS, Paris-Sorbonne) : afrenod@msh-paris.f

Le texte

Ce texte a été rédigé dans le cadre du projet de recherche Perception des Inégalités et Sentiments de Justice (PISJ) mené en 2009-2011 avec le soutien de la Fondation Del Duca à l’Académie des Sciences Morales et Politique. Une version remaniée de cet article a été publiée sous le titre « La perception des inégalités en France : essai d’explication » dans la Revue européenne des Sciences sociales (European Journal of Social Sciences), n° 51-1, 2013, p. 179-211.
Ce papier est publié par le Groupe d’étude des méthodes de l’Analyse sociologique de la Sorbonne (GEMASS – CNRS, Paris Sorbonne, FMSH) à Paris, dans la collection de working papers de la Fondation Maison des sciences de l’homme.

Résumé

Cet article vise à examiner plusieurs théories explicatives de la perception des inégalités sociales en se fondant sur une enquête par questionnaire auprès d’un échantillon représentatif de Français complétée par une série d’entretiens qualitatifs. La théorie de « l’intérêt bien compris » lié à la position sociale, celle de l’effet éventuel de mécanismes de frustration relative, et de l’effet de l’adhésion à des valeurs en matière de justification des inégalités économiques seront examinées. Une des originalités de l’enquête que nous utiliserons est de distinguer trois registres de perception des inégalités : la perception de leur force dans la société, le degré auquel elles sont jugées plus ou moins illégitimes, et enfin le degré auquel la personne elle-même se sent personnellement affectée. Les résultats montrent des effets contrastés des différentes variables explicatives selon ces registres de perception des inégalités. La position sociale comme les mécanismes de frustration relative expliquent bien l’impact personnellement ressenti, alors qu’ils n’ont pratiquement aucun effet sur la perception globale des inégalités sociales. A l’inverse, cette dernière est bien expliquée par l’adhésion à des valeurs. Le registre global d’appréhension des inégalités est donc principalement dépendant d’orientations idéologiques, tandis que le registre personnel est exclusivement dépendant de la position des individus dans la stratification sociale.

Mots-clés

statut social, inégalités, stratification sociale, discrimination, justice sociale, frustration relative

A télécharger sur HALSHS

How to explain the perception of social inequalities in France?

Abstract

This article aims to test three explanatory theories of the perception of social inequalities, on the basis of a quantitative survey, completed by qualitative interviews. We will examine the theory of “in the best interests” linked to social position, the theory of the possible effect of relative deprivation mechanisms and the theory of values in terms of social justice. The results show contrasting effects of the different explanatory variables according to the perception level of inequality. Social status as well as relative deprivation mechanisms explain the personally felt impact, whereas they have practically no effect on the wider perception of social inequalities. On the other hand the perception of inequalities in society is associated, whatever the subject’s social status, with principles of justice. It is not the position of individuals in the system of social stratification that informs their perception of inequalities, but rather principles that are largely independent of their social status.

Keywords

social status, social stratification, discrimination, inequality, social justice, relative deprivation

The Lion’s Share. What’s behind China’s economic slowdown

fabre53Working paper by Guilhem Fabre, The Lion’s share : What’s behind China’s economic slowdown, FMSH-WP-2013-53, octobre 2013.

The author

Guilhem Fabre, sinologue et socio-économiste, est professeur à la Faculté des Affaires Internationales de l’université du Havre et co-responsable du séminaire BRICs de la FMSH/EHESS, avec Xavier Richet, Pierre Salama et Michel Schiray. Ses travaux portent sur la Chine et la mondialisation. Il est notamment l’auteur de Les prospérités du crime : Trafic de stupéfiants, blanchiment et crises financières dans l’après guerre froide, Presses académiques francophones, 2013 et de Propriété intellectuelle, contrefaçon et innovation : les multinationales face à l’économie de la connaissance, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2009.

The text

This text has been written within the frame of the BRICs seminar, FMSH/CRBC.

To download this paper on HALSHS

Abstract

Following the global crisis, the stimulus package of 2009-2010, with its huge expansion of credit, marked the end of « Cheap China », with the underpricing of labor, capital, land, energy and currency, and disproportionally shifted growth in favor of the public sector and real estate, the lion’s share of the State-Party system. The present process of deleveraging must adress the unprecedented inequities which stem from distortions in the allocations of resources and the respective functions of the central and local governments.

Keywords

China; economy; slowdown; leverage; inequalities

La part du lion : les dessous du ralentissement économique chinois

Résumé

Le plan de relance qui a suivi la crise globale, en 2009-2010, avec une expansion considérable du crédit, a marqué la fin de la « Chine bon marché », avec la sous-évaluation du travail, du capital, du terrain, de l’énergie, et de la monnaie, tout en déséquilibrant fortement la croissance au profit du secteur public et de l’immobilier, la part du lion de l’État-Parti. Le processus actuel de désendettement doit régler les problèmes d’inégalités majeures qui dérivent des distorsions dans l’allocation de ressources et des fonctions respectives du gouvernement central et des gouvernements locaux.

Mots-clefs

Chine; économie; ralentissement; endettement; inégalités

Content

The end of the commodity supercycle
The black hole of official statistics
Pre-crisis growth or the height of «Cheap China »
Post crisis growth : the role of SOEs and local governments
Land leasing as the main vehicle to finance the stimulus package, and its consequences
The end of Cheap China and the expansion of shadow banking
Growth or financial stability: a political economy equation

To download this paper on HALSHS

Risk, class, crisis, hazards and cosmopolitan solidarity/risk community – conceptual and methodological clarifications

Beck risk crisis By Arianselmani
Photo par Arianselmani

Working paper d’Ulrich Beck de l’Université de Munich et titulaire de la chaire « Cosmopolitan risk communities » du Collège d’Etudes Mondiales, Risk, class, crisis, hazards and cosmopolitan solidarity/risk community – conceptual and methodological clarifications. FMSH-WP-2013-31, avril 2013.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

The author

Professor Ulrich Beck is Professor for Sociology at the University of Munich, and has been the British Journal of Sociology LSE Centennial Professor in the Department of Sociology since 1997. He has received Honorary Doctorates from several European universities. Professor Beck is editor of Soziale Welt, editor of the Edition Second Modernity at Suhrkamp. He is founding director of the research centre at the University of Munich (in cooperation with three other universities in the area), Sonderforschungsbereich – Reflexive Modernisation financed since 1999 y the DFG (German Research Society). Among his recent works : Power in the Global Age (Cambridge: Polity Press, 2005); Cosmopolitan Vision (Cambridge: Polity Press, 2006); & Edgar, G., Cosmopolitan Europe (Cambridge: Polity Press, 2007); World at Risk (Cambridge: Polity Press, 2009).

Abstract

This paper discusses four problems. (1) Risk and class: why ‘class’ is too soft a category to capture the explosiveness of social inequality in World Risk Society? (2) Risk and crisis: how do these two concepts relate to each other? (3) Risk and hazards: by hazards I mean material substances that are sources of threat. (4) Risk and cosmopolitan community/solidarity: how do climate risks liberate politics from given rules and enemy images and/or produce new ones ?

Keywords

classe, cosmopolitanism, risk society, climate risks, crisis

Risque, classe, crise, dangers et solidarité cosmopolitaine/communauté de risque. Clarifications conceptuelles et méthodologiques

Résumé

Ce papier discute quatre problèmes. (1) Risque et classe : pourquoi la catégorie de « classe » est-elle une catégorie trop molle pour capturer l’explosion des inégalités sociales dans la société mondiale du risque ? (2) Risque et crise : comment ces deux concepts sont-ils liés l’un à l’autre ? (3) Risque et dangers : par dangers [hazards] je vise des éléments matériels qui sont sources de menaces. (4) Risque et communauté/solidarité cosmopolitaine : comment les risques climatiques affranchissent-ils les politiques des règles données et des représentations de l’ennemi et/ou en produisent de nouvelles ?

Mots-clefs

cosmopolitisme, classe, société du risque, risque climatique, crise

Pour télécharger ce document sur HALSHS