Archives par mot-clé : littérature

Fractures historiques, trauma et résistance dans l’écriture féministe algérienne : Maïssa Bey, Assia Djebar et Leïla Sebbar

Brinda Mehta, Fractures historiques, trauma et résistance dans l’écriture féministe algérienne : Maïssa Bey, Assia Djebar et Leïla Sebbar, FMSH-WP-2014-82, novembre 2014.Mehta Brinda et Evelyne Cairo

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Maïssa Bey, Assia Djebar, et Leïla Sebbar tiennent la chronique de la trajectoire douloureuse et des silences implicites de l’histoire algérienne, de la colonisation (1830) à la guerre d’indépendence (1954-62); elles en offrent une perspective genrée qui féminise et complique l’historicité algérienne et la subjectivité post-coloniale. Leurs écrits ébranlent les représentations monoli-thiques des femmes en victimes passives de l’histoire coloniale ou de l’idéologie nationaliste, et démontrent comment l’ éthique masculine de la guerre a ravagé à la fois le corps féminin et l’histoire des femmes par la violence, la réduction au silence et l’ exclusion. Ils font ressortir la violence du passé et rapportent l’horreur (et les succès) du présent post-colonial, tout en montrant la colère des femmes.

L’auteure

Brinda Mehta occupe la Chaire de Littérature Germaine Thompson de Mills College à Oakland en Californie, où elle enseigne la littérature africaine et antillaise postcoloniale, la culture et la littérature francophones, la théorie féministe transnationale, et la littérature française du vingtième siècle. Elle est également Professeur assistant au Centre d’études du genre et du développement, programmes doctorants, de l’Université des West Indies à la Barbade, et Professeur assistant au Center for Race and Gender de l’Université de Berkeley en Californie. Ses domaines de spécialité sont la francophonie, la théorie et la littérature post-coloniale, le féminisme et le genre, les femmes auteurs indo-caraïbes, les femmes auteurs arabes francophones, la littérature française du dix-neuvième siècle et les auteurs post-coloniaux en France.

Elle est l’auteur de cinq livres: Dissident Writings of Arab Women: Voices Against Violence(Écrits dissidents de femmes arabes: des voix contre la violence) New York and London: Routledge 2014; Notions of Identity,Diaspora and Gender in Caribbean Women’s Writing(Notions d’identité, genre et diaspora dans la littérature féminine antillaise francophone contemporaine) New York: Palgrave Macmillan Press 2009; Rituals of Memory in Contemporary Arab Women’s Writing(Rituels de mémoire dans la littérature féminine arabe contemporaine) Syracuse, New York: Syracuse University Press 2007; Diasporic (Dis)locations: Indo-Caribbean Women Writers Negotiate The Kala Pani (Diasporic (Dis)locations diasporiques: les femmes auteurs indocaraïbes négocient le Kala Pani) Kingston, Jamaica: University Press of the West Indies 2004 – Prix Franz Fanon du meilleur apport à la pensée caraïbe – et Corps infirme, corps infâme: la femme dans le roman balzacien (Birmingham, Alabama: Summa Publications 1992).

Elle a publié en collaboration deux volumes spéciaux sur Les traditions intellectuelles indo-caraïbes et afro-caraïbes et Indianités francophones: les littératures de l’engagisme indien. Elle est également l’auteure d’une cinquantaine d’articles et d’essais sur la littérature post-coloniale, parus entre autres dans South Atlantic Quarterly, Research in African Literature, Le Maghreb littéraire, et L’Esprit Créateur.

Elle a reçu plusieurs distinctions pour ses travaux de recherche et son enseignement, dont le Prix de la Recherche de l’ACLS (American Council for Learned Studies),le Prix Trefethen, le Prix Sarlo de l’Enseignement, le Prix Mary Metz pour l’excellence dans la créativité et l’enseignement. Elle travaille actuellement à ses deux prochains livres, Les femmes sous contrat : une poétique féministe du Kala Pani et Cartographies de guerre dans la littérature francophone , et à un long essai sur Les mères de l’immigration algérienne en France.

Le texte

Ce texte a été rédigé dans le cadre du séminaire « Genre, politique, sexualité(s). Orient/Occident », le 28 mai 2014. Traduit de l’anglais par Alain Calefas. Le texte est suivi d’un commentaire par Evelyne Accad, qui en était la discutante lors du séminaire.

Abstract

Maïssa Bey, Assia Djebar and Leïla Sebbar chronicle the painful trajectory and implicit silences of Algerian history from the French conquest (1830) to the war of Independence (1954-1962). They offer their gendered perspectives that feminize and complicate Algerian historicity and postcolonial subjectivity. Their writings dispel monolithic representations of women as passive victims of colonial history or nationalist ideology, even as they demonstrate how the masculinist ethics of war have ravaged the female body and women’s history through violence, silencing and exclusion. These writings expose the violence of the past and mediate the horror (and successes) of the postcolonial present; they also expose the women’s postcolonial rage. In so doing, these authors reveal their literary commitment to postmodern preoccupations with identity, exile, historical omissions, gender affirmations, de-colonial thought and feminist writing, as they evoke the wounds and unresolved traumas that inhibit successful decolonization.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

L’écriture de l’exil et l’hypothèse du Marrane (Kafka, Benjamin, Derrida et au-delà)

Memorial_Walter_Benjamin_Portbou
Memorial Walter Benjamin

Marc Goldschmit, L’écriture de l’exil et l’hypothèse du Marrane (Kafka, Benjamin, Derrida et au-delà), FMSH-WP-2014-73, juin 2014.

Télécharger sur les Archives ouvertes halshs

Résumé

La représentation de l’exil n’efface pas sa douleur, mais initie un mouvement de retour sur soi du sujet. L’exil est en excès sur la représentation, il lui faut une écriture sans appui que nous recherchons ici à travers quatre ellipses: 1/ l’exil de l’exil des écrivains juifs allemands chez Kafka, qui ne peuvent ni écrire, ni ne pas écrire. 2/ L’exil transcendental des vivants et des morts pour Benjamin qui appelle une tout autre écriture de l’histoire. 3/ L’exil antérieur de la circoncision de la langue chez Derrida, à laquelle répond la réaffirmation du corps et du nom, du sexe et de la signature. 4/ Le double exil judéo-chrétien des marranes comme figure imaginaire du secret de l’exil, auquel ne peut répondre qu’une mémoire de l’immémorial.

L’auteur

Marc Goldschmit est philosophe, chercheur à l’Institut des Hautes Études en Psychanalyse. Il a publié: Jacques Derrida, une introduction (Agora-Pocket, 2003); L’écriture du messianique. La philosophie secrète de Walter Benjamin (Hermann, 2010) ; L’hypothèse du Marrane (Éditions du Félin, 2014). Deux livres à paraître: Littérature et Métaphysique et Sous la peau métaphysique du langage.

Le texte

Texte rédigé dans le cadre du séminaire Non lieux de l’exil, présenté lors de la séance du 12 décembre 2013.

Abstract

The representation of exile does not erase its pain, but initiates a movement of introspection of the subject. Exile is in excess on its representation, it lacks a ground for its writing, a void we will analyze through four ellipses: 1/ The exile of exile with regard to the German Jewish writers who, according to Kafka, could neither write nor not write; 2/ The transcendental exile of the living and the dead for Benjamin which requires a totally different writing of history; 3/ The former exile that is the circumcision of language according to Derrida, to which answers the reaffirmation of the body and the name, of the sex and the signature; 4/ The Judeo-Christian Marrano as imaginary figure of secret exile, to which can only answer a memory of immemoriality.