Archives par mot-clé : post-exil

Le street art, un genre exilique ?

El Seed, Graffiti dans la Tour Paris 13
El Seed, Graffiti dans la Tour Paris 13

Boris Chukhovich, Le street art, un genre exilique ?, FMSH-WP-2014-74, juin 2014.

Télécharger sur les Archives ouvertes halshs

Résumé

Les rapports entre exil et street art sont complexes. D’une part, les artistes de rue ressemblent aux migrants dont le nomadisme perpétuel caractérise le monde contemporain. D’autre part, le street art a ses propres raisons d’être qui ne coïncident pas toujours avec celles d’artistes exilés. Dans ce texte, l’auteur met en examen les corrélations possibles entre le street art et l’exil. Il explore d’abord les potentialités internes du street art en tant que genre artistique qui auraient permis de le considérer en tant qu’art d’exil. Il étudie ensuite des figures d’exil qu’on peut observer dans l’oeuvre des artistes de rue.

L’auteur

Boris Chukhovich est historien de l’art, conservateur de musée et commissaire d’exposition. Après une thèse en sociologie de l’art à Saint-Pétersbourg, il a travaillé en tant que directeur d’études à l’Académie des beaux-arts de l’Ouzbékistan avant d’émigrer au Canada en 1998. Il a été plusieurs fois chercheur invité et boursier du Conseil des arts du Canada. Il a réalisé le projet virtuel « Musée d’art centre-asiatique» et est conservateur-résident au Musée d’art contemporain de Montréal, chercheur associé à la Chaire de recherche du Canada en esthétique et poétique et au Centre de recherche sur l’intermédialité (CRI, U. de Montréal). Il a réalisé de nombreux projets d’exposition dont « Après Babel » (Université d’Ottawa, 2004) ; « Retour de Métaphore » (Biennale de Montréal, 2007) ; STILLS (Bichkek, Almaty, Douchanbé, 2009-2010) ; « Lingua franca-frank-tili » (Biennale de Venise, 2011), et récemment « Grandeur de l’Empire » (Université de Montréal 2013). Il est membre du programme « Non-lieux de l’exil » et a été directeur d’études associé à la FMSH (Programme « Non-lieux de l’exil ») au printemps 2014.

Le texte

Texte rédigé dans le cadre du séminaire Non lieux de l’exil, présenté lors de la séance du 12 décembre 2013.

Abstract

The relationship between exile and street art is complex. On one hand, street artists resemble the migrants whose perpetual state of nomadism characterizes the contemporary world. On the other hand, street art has its own purposes for existing that do not always coincide with that of exiled artists. In this text, the author tests the correlations between street art and exile. Firstly, he explores the internal potentialities of street art as an artistic genre that could allow it to be considered as an art of exile. Then, he studies the figures of exile that one can observe in the work of street artists.

Télécharger sur les Archives ouvertes halshs

 

 

Exil et post-exil

Chaim Soutine, Self-Portrait, 1918 © The Art Museum, Princeton University
Chaim Soutine, Self-Portrait, 1918
© The Art Museum, Princeton University

Working paper d’Alexis Nuselovici (Nouss) est professeur de littérature générale et comparée à l’Université d’Aix-Marseille, FMSH-WP-2013-45, septembre 2013.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

L’auteur

Alexis Nuselovici (Nouss) est professeur de littérature générale et comparée à l’Université d’Aix-Marseille. Il a jusque récemment occupé le poste de Chair of Modern Cultural Studies à l’Université de Cardiff (Royaume-Uni) et a enseigné auparavant à l’Université de Montréal. Il a été professeur invité au Brésil, en Turquie, en Espagne et en France. Directeur ou membre de plusieurs équipes de recherche internationales, il est responsable du séminaire « L’expérience de l’exil » au Collège d’études mondiales. Il a publié une dizaine de livres dont Plaidoyer pour un monde métis (2005) et Paul Celan. Les lieux d’un déplacement (2010).

Résumé

Les expériences et identités exiliques aujourd’hui ne répondent pas aux critères connus. On peut avoir la nostalgie d’un pays que l’on n’a jamais connu, éprouver le manque d’une langue que l’on n’a jamais parlée. Le concept de post-exil veut rendre compte du phénomène en recevant trois compréhensions : le post-exil comme l’après-exil, le retour d’exil, le terme de l’épreuve ; exil et post-exil comme deux expériences distinctes et successives au sein d’un parcours individuel ou au gré d’un passage générationnel ; exil et post-exil comme deux modes de manifestation ou d’expression de l’exiliance dans un rapport dialectique de concomitance.

Mots-clefs

exil, post-exil, exiliance

Exile and Post-exile

Abstract

Exilic experiences and identities nowadays escape current criteria. One can feel nostalgic for a country he/she has never lived in; one can feel a longing for a language he/she never spoke. The concept of post-exile is proposed here to define such a phenomenon which shall be understood in three ways: the end of exile or the return from exile; exile and post-exile as a succession of two stages in the exilic experience; exile and post-exile dialectically linked as two means of expression or two forms of manifestations.

Keywords

exile, post-exile, exiliance

Sommaire

Introduction
La flèche de l’exil
Après l’exil
Deux expériences successives
Deux modes d’exiliance
Conclusion
Bibliographie

Pour télécharger ce document sur HALSHS