Archives par mot-clé : pouvoir

Une humble aura. Les grandes femmes au sud de Madagascar

somda-illDominique Somda, Une humble aura. Les grandes femmes au sud de Madagascar, FMSH-WP-2014-56, janvier 2014.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

L’auteur

Dominique Somda a soutenu sa thèse d’anthropologie en 2009, » Et le réel serait passé.  Le secret de l’esclavage et l’imagination de la société (Anôsy,  Sud-est de Madagascar)  » préparée au Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (Université Paris Ouest Nanterre) sous la direction de Maurice Bloch (London Scholl of Economics). Ses recherches explorent la coexistence contemporaine de la hiérarchie et de l’égalité dans le sud de Madagascar. Elle a effectué un premier séjour postdoctoral à la London Scholl of Economics et enseigné, entant que visiting professor, à l’Université de Pennsylvanie.

Le texte

Ce papier a été écrit à l’occasion d’un séjour en France entre juillet 2012 et mars 2013, dans le cadre d’une bourse post-doctorale Fernand Braudel IFER.

Résumé

Ce texte concerne le pouvoir humble de femmes audacieuses. En Anôsy, au sud-est de Madagascar, les opportunités d’obtenir des positions d’influence se sont multipliées pour les femmes, dans le contexte de la démocratisation et de la globalisation. Pourtant le pouvoir qu’elles acquièrent est toujours ambivalent. Les femmes d’Anôsy partagent avec les descendants d’esclaves une humilité incorporée. L’examen de la trajectoire de deux femmes puissantes suggère que les femmes peuvent devenir de  » grandes femmes  » au prix d’une conversion de la honte en autorité et de l’inversion de certaines valeurs attachées au devenir puissant des hommes ordinaires.

Abstract

This text concerns the humble power of audacious women. In Anôsy (south-east of Madagascar), opportunities to access influent positions may multiply, in the context of democratization and globalization, but the power women gain is always ambivalent. Women in Anôsy share with slave descendants a very embodied humility. The examination of the trajectories of two powerful women suggest that some women can become “great women” if they are able to convert shame into authority and invert some core values attached to the powerfulness of ordinary men.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Ni dieu ni maître : les réseaux

Manuel Castells

Professeur à l’Annenberg School of Communication (University of Southern California) et directeur de l’Internet Interdisciplinary Institute de Barcelone, université virtuelle mondiale. Manuel Castells est un des sociologues fondateurs de l’École française de sociologie urbaine au cours des années 1970. Son premier livre intitulé La question urbaine (Maspero, 1972), est devenu une référence mondiale. Avec sa trilogie consacrée à L’ère de l’information (Fayard, 1996-1998), il devient le spécialiste internationalement reconnu de la société de l’information et des réseaux. Dans Communication Power (Oxford University Press, 2009), il se base sur son analyse des réseaux et des technologies de communication pour développer une nouvelle théorie du pouvoir à l’ère de l’information.

Résumé

Un nouveau système de communication a émergé : une auto-communication de masse à travers les sites de réseaux sociaux, les blogs… Ce nouvel environnement communicationnel modifie profondément les relations de pouvoir. À travers plusieurs analyses de cas, dont les récents événements du « printemps arabe » et le mouvement des « Indignados », M. Castells montre dans sa conférence les conséquences de cette évolution sur les processus politiques et les mouvements sociaux.

Le texte

Leçon inaugurale de la Chaire Analyse interdisciplinaire de la société en réseaux, 28 juin 2011, Collège d’études mondiales, Fondation Maison des sciences de l’homme, Paris.

http://www.college-etudesmondiales.org/fr/content/analyse-societe-en-reseaux

Où trouver ce document

http://halshs.archives-ouvertes.fr/FMSH-WP/halshs-00677225

Pour citer ce document

Manuel Castells, Ni dieu ni maître : les réseaux, FMSH-WP-2012-02, février 2012.