Archives par mot-clé : représentation

L’écriture de l’exil et l’hypothèse du Marrane (Kafka, Benjamin, Derrida et au-delà)

Memorial_Walter_Benjamin_Portbou
Memorial Walter Benjamin

Marc Goldschmit, L’écriture de l’exil et l’hypothèse du Marrane (Kafka, Benjamin, Derrida et au-delà), FMSH-WP-2014-73, juin 2014.

Télécharger sur les Archives ouvertes halshs

Résumé

La représentation de l’exil n’efface pas sa douleur, mais initie un mouvement de retour sur soi du sujet. L’exil est en excès sur la représentation, il lui faut une écriture sans appui que nous recherchons ici à travers quatre ellipses: 1/ l’exil de l’exil des écrivains juifs allemands chez Kafka, qui ne peuvent ni écrire, ni ne pas écrire. 2/ L’exil transcendental des vivants et des morts pour Benjamin qui appelle une tout autre écriture de l’histoire. 3/ L’exil antérieur de la circoncision de la langue chez Derrida, à laquelle répond la réaffirmation du corps et du nom, du sexe et de la signature. 4/ Le double exil judéo-chrétien des marranes comme figure imaginaire du secret de l’exil, auquel ne peut répondre qu’une mémoire de l’immémorial.

L’auteur

Marc Goldschmit est philosophe, chercheur à l’Institut des Hautes Études en Psychanalyse. Il a publié: Jacques Derrida, une introduction (Agora-Pocket, 2003); L’écriture du messianique. La philosophie secrète de Walter Benjamin (Hermann, 2010) ; L’hypothèse du Marrane (Éditions du Félin, 2014). Deux livres à paraître: Littérature et Métaphysique et Sous la peau métaphysique du langage.

Le texte

Texte rédigé dans le cadre du séminaire Non lieux de l’exil, présenté lors de la séance du 12 décembre 2013.

Abstract

The representation of exile does not erase its pain, but initiates a movement of introspection of the subject. Exile is in excess on its representation, it lacks a ground for its writing, a void we will analyze through four ellipses: 1/ The exile of exile with regard to the German Jewish writers who, according to Kafka, could neither write nor not write; 2/ The transcendental exile of the living and the dead for Benjamin which requires a totally different writing of history; 3/ The former exile that is the circumcision of language according to Derrida, to which answers the reaffirmation of the body and the name, of the sex and the signature; 4/ The Judeo-Christian Marrano as imaginary figure of secret exile, to which can only answer a memory of immemoriality.

Exiliance : condition et conscience

exil1Working paper d’Alexis Nuselovici (Nouss) est professeur de littérature générale et comparée à l’Université d’Aix-Marseille, FMSH-WP-2013-44, septembre 2013.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

L’auteur

Alexis Nuselovici (Nouss) est professeur de littérature générale et comparée à l’Université d’Aix-Marseille. Il a jusque récemment occupé le poste de Chair of Modern Cultural Studies à l’Université de Cardiff (Royaume-Uni) et a enseigné auparavant à l’Université de Montréal. Il a été professeur invité au Brésil, en Turquie, en Espagne et en France. Directeur ou membre de plusieurs équipes de recherche internationales, il est responsable du séminaire « L’expérience de l’exil » au Collège d’études mondiales. Il a publié une dizaine de livres dont Plaidoyer pour un monde métis (2005) et Paul Celan. Les lieux d’un déplacement (2010).

Résumé

Noyau existentiel commun à toutes les expériences de sujets migrants, quelles que soient les époques, les cultures et les circonstances qui les accueillent ou les suscitent, l’exiliance se décline en condition et conscience, les deux pouvant ne pas coïncider : se sentir en exil sans l’être concrètement ; l’être concrètement sans se sentir en exil. L’analyse de ce phénomène dans sa dimension éthique est menée, entre autres, à partir du roman L’Amérique de Kafka avant d’être poursuivie quant à la question de la représentation de l’expérience exilique ainsi que de son rapport à la mort.

Mots-clefs

exil, exiliance, éthique, représentation, mort, Kafka

Exiliance : Condition and Consciousness

Abstract

As an existential core in the experience lived by all migrants, whatever the historical and cultural circumstances are, exiliance is both a condition and a consciousness. However, they may not be in sync: one could feel in exile without really be exiled or one could be exiled without feeling it. Among other sources, Kafla’s America provides the material to study this phenomenon in its ethical dimension. Other issues to be addressed are the representation of exilic experience and the link between death and exile.

Keywords

exile, exiliance, ethics, representation, death, Kafka

Pour télécharger ce document sur HALSHS