Archives par mot-clé : traduction

Représenter l’exil: le sujet du non-exil

Revolutionary Joyce Better Contrast
Revolutionary Joyce Better Contrast

Michael Cronin, Représenter l’exil: le sujet du non-exil, FMSH-WP-2014-72, juin 2014.

Télécharger sur le site des archives ouvertes halshs

Résumé

Nous proposons une réévaluation de la thématique de l’exil en littérature, à partir d’une étude de l’une des nouvelles de James Joyce, une réévaluation qui renoncerait à la dramaturgie des ruptures brutales, des départs définitifs, propre à une certaine vision de l’exil exotique, pour regarder de plus près l’exil de proximité. Contrairement à Joyce lui-même, l’héroïne de la nouvelle « Eveline » renonce à l’exil mais quelle est sa représentation de l’exil ? Que pense-t-elle de l’exil comme sujet de réflexion et qu’est-ce qu’elle représente elle-même en tant que (non-)sujet exilique ? Car celui qui part fait l’expérience de l’exil mais celui qui ne part pas, en l’absence d’une expérience véridique, est encore plus appelé à représenter un exil qui relève de l’imaginaire, du fantasmé, de l’inédit. Est-ce qu’on a, pour ce qui est d’Eveline, le cas d’un sujet exilique qui se définit non par le départ et la rupture mais par le non-départ, par la rémanence exilique ? Pour déchiffrer la part du sujet dans cette représentation de l’exil nous privilégions trois pistes de recherche. La première est celle de l’enracinement matériel du sujet, la deuxième, le passage réussi ou raté de la généalogie vers ce qu’on pourrait appeler la progénération dans la constitution du sujet exilique et la troisième, celle de l’exil comme zone de traduction.

L’auteur

Michael Cronin est titulaire de la Chaire de Traductologie à la Dublin City University, Irlande. Auteur, entre autres, de Translating Ireland: Translation, Languages and Identity (Cork University Press, 1996); Across the Lines: Travel, Language, Translation (Cork University Press, 2000); Translation and Globalization (Routledge, 2003); Translation and Identity (Routledge, 2006); Translation goes to the Movies (Routledge 2009); The Expanding World: Towards a Politics of Microspection (Zero Books, 2012); Translation in a Digital Age (Routledge, 2013). Co-directeur, entre autres, de Tourism in Ireland: A Critical Analysis (Cork University Press, 1993); Anthologie de nouvelles irlandaises (Québec, L’Instant même, 1997); Unity in Diversity? Current Trends in Translation Studies (St. Jerome Press, 1998); Reinventing Ireland: Culture, Society and the Global Economy (London, Pluto Press, 2002); The Languages of Ireland (Dublin, Four Courts Press, 2003); Transforming Ireland (Manchester University Press, 2009). Il est Membre de l’Académie Royale d’Irlande et Officier de l’Ordre des Palmes Académiques. Il est co-directeur de la revue The Irish Review, dirige la collection New Perspectives in Translation chez Routledge et fait partie de l’équipe de recherche FMSH « Non-lieux de l’exil ».

Le texte

Texte rédigé dans le cadre du séminaire Non lieux de l’exil, présenté lors de la séance du 12 décembre 2013.

Abstract

Exile is often presented as primarily a matter of a dramatic break or a definitive rupture. Based on a close reading of a short story by James Joyce, we argue for a re-evaluation of the theme of exile in literature where the emphasis is not on exotic but on proximate exile. Unlike Joyce, the eponymous heroine of ‘Eveline’ does not go into exile but how does she represent exile to herself, how does exile figure as a subject of reflexion and what does Eveline herself represent as a (non) exilic subject? The person who leaves experiences exile but the person who does not in the absence of the empirical experience of exile is under even greater pressure to try and produce a representation of exile drawing on the resources of the imagination and the fantasmatic. The paper will explore the role of the subject in the representation of exile from the standpoints of the material rootedness of the subject, the passage from genealogy to progeneration and exile as a translation zone.

Télécharger sur le site des archives ouvertes halshs

Sur la translatio de miracles de la Vierge au Moyen Âge

Quelques notes sur les Cantigas de Santa Maria

Cantigas_Santa_Maria

Débora González Martínez, Sur la translatio de miracles de la Vierge au Moyen Âge. Quelques notes sur les Cantigas de Santa Maria, FMSH-WP-2014-57, janvier 2014.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

L’auteur

Universidade de Santiago de Compostela & Oxford University. Titulaire d’une maîtrise en Lettres Galiciennes et en Lettres Romanes, elle s’intéresse ensuite à l’écdotique et à l’étude des textes médiévaux. Sa thèse de doctorat, soutenue en 2009, consiste en l’édition critique de l’oeuvre d’un trobador portugais (O cancioneiro de Fernan Fernandez Cogominho, Santiago de Compostela, Verba 69, 2012). De son parcours, on remarquera aussi la participation à différents projets de recherche dans l’USC et la parution d’études sur certaines pièces satiriques et sur les tenços galaïcoportugaises. Elle a commencé ses études sur la littérature religieuse au sein du CESCM, grâce à une bourse post-doctorale de la FMSH. Actuellement, elle travaille au ‘Center for Study of the Cantigas de Santa Maria’ de l’University of Oxford et en collaboration avec l’USC.

Le texte

Boursière Fernand Braudel-IFER incoming en 2013. Stage au Centre d’Etudes Supérieures de Civilisation Médiévale (CESCM) à Poitiers.

Résumé

Les miracles de la Vierge ont circulé sur tout le territoire chrétien au Moyen Age. D’abord, ils se sont épanouis en latin et plus tard ils ont été traduits dans les différentes langues vernaculaires. Dans le domaine français, on a remarqué la supériorité littéraire et artistique des Miracles de Nostre Dame de Gautier de Coinci. Depuis le XIXe siècle, on a lié cette collection française avec la monumentale oeuvre d’Alfonso X, les Cantigas de Santa Maria, en galaïco-portugais.

Abstract

The miracles of the Virgin circulated throughout Christian territory in the Middle Ages. First, they had blossomed in latin and later they were translated into the vernacular languages. In french scope the Gautier de Coinci’s Miracles de Nostre Dame has been noted by their literary and artistic superiority. Since the XIX century this french collection has been related to the monumental work of Alfonso X, the Cantigas de Santa Maria, in galician-portuguese.

Pour télécharger ce document sur HALSHS