Le rite de passage des 36 et 49 ans des hommes naxi – relations de parenté et origines plurielles impliquées (Yunnan, Chine)

Emmanuelle Laurent, Le rite de passage des 36 et 49 ans des hommes naxi – relations de parenté et origines plurielles impliquées (Yunnan, Chine), FMSH-WP-2019-142, juin 2019.

Télécharger ce document sur HALSHS

Ce document de travail se base sur une ethnographie menée en 2018 dans un village naxi du Sud-ouest de la Chine. Une cérémonie rituelle est accomplie pour solliciter l’aide d’entités protectrices, des ancêtres de la lignée et du réseau de parenté afin de pouvoir protéger les hommes naxi, vulnérables au passage de leurs 36 et 49 ans. Cette étude propose une réflexion sur la diversité au coeur de l’identité naxi, qu’elle montre comme une unité façonnée à partir des origines exogènes plurielles des groupes formant les Naxi d’aujourd’hui, en une constante revisite rituelle et sociale de ses pratiques.

L’auteure

Emmanuelle Laurent est doctorante en anthropologie de la Chine à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco). Sous la direction de Catherine Capdeville-Zeng, Professeure d’anthropologie de la Chine à l’Inalco, et d’Isabelle Leblic, Directrice de recherche au CNRS (Lacito), elle est rattachée à l’Institut français de recherche sur l’Asie de l’Est (IFRAE / Inalco – CNRS – Paris 7) et à l’unité mixte de recherche Lacito (CNRS – Inalco – Paris 3). Elle a été lauréate 2017 du Prix Louis Dumont et de la Bourse de mobilité doctorante du Centre d’Études Français sur la Chine Contemporaine (CEFC). Ses intérêts de recherche portent sur la nationalité minoritaire naxi en Chine. Elle traite des relations sociales, de parenté et des rites d’un village en contexte multi-ethnique, et cherche à dresser une étude des transformations sociales et culturelles de la nationalité minoritaire naxi au sein de la société chinoise contemporaine.

Abstract

This working paper is based on an ethnographic fieldwork conducted in 2018 in a Naxi village, in the Southwestern mountains of China. A ritual ceremony, intended to protect Naxi men who are allegedly vulnerable when turning 36 and 49 years old, is organized by families of the village in order to seek protection from deities, ancestors and kinship network. Based on this particular event, the present article wishes to  highlight the plurality within Naxi identity, which appears as one but is shaped by several groups of outside origins. This diversity form the contemporary Naxi people, constantly reinventing their ritual and social practices.

Download on Open Archives halshs


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.