L’internationalisation des firmes chinoises : croissance, motivations, stratégies

web_shanghaiXavier Richet, L’internationalisation des firmes chinoises : croissance, motivations, stratégies, FMSH-WP-2013-27, février 2013.

Pour télécharger le document sur HALSHS

L’auteur

Xavier Richet, professeur d’économie à l’université de la Sorbonne nouvelle, Paris. Il s’intéresse aux économies émergentes, notamment aux stratégies des firmes. Dans le cadre de plusieurs programmes de recherche, il a réalisé, des enquêtes dans des firmes chinoises, indiennes, russes dont rendent compte deux ouvrages : Jean-François Huchet, Xavier Richet, Joêl Ruet (eds.), Globalisation in China, India and Russia. Emergence of National Groups and Global Strategies of Firms, Academic Foundation, New Delhi, 2007 et V. Delteil, P. Dieuaide & X. Richet, (eds.), Strategies of Multinational Corporations and Social Regulations: European and Asian Perspectives, Springer, Heidelberg (à paraître), 2013.

Le texte

Papier préparé à l’issue de la séance du séminaire BRICs de la Fondation Maison des sciences de l’homme et le l’Ecole des hautes études en sciences sociales, sous la direction de Guilhem Fabre, Pierre Salama, Xavier Richet et Michel Schiray organisée le 28 novembre 2011.

Résumé

Comme d’autres économies émergentes des BRIC, la Chine enregistre aujourd’hui un flux croissant d’investissements directs étrangers sortants (IDES) tout en  maintenant une forte attractivité pour les investissements directs étrangers entrants (IDEE). Le développement accéléré récent de la Chine, repose, en partie sur la présence des IDEE qui ont facilité le rattrapage technologique, la mise à  niveau de nombreuses firmes qui ont pu se hisser aux standards des firmes occidentales dans toute une série d’industries, notamment de technologies moyennes et parfois avancées. Pour les spécialistes et les dirigeants économiques chinois, le bilan est mitigé ; les firmes occidentales limitant le transfert de technologie afin de conserver leur avantage  concurrentiel.
Les IDES chinois ont connu une très forte expansion au cours de la dernière décennie en partie grâce aux ressources financières accumulées, en partie par la nécessité de chercher des approvisionnements en matières premières afin de maintenir le taux de croissance élevé du PIB. Mais ils se développent aussi dans le secteur manufacturier, les services, la finance en ciblant les secteurs. On présente les différents facteurs qui poussent les firmes chinoises à s’internationaliser :  accès aux marchés, accès aux ressources, accès à la technologie. Au-delà des aides gouvernementales, de quels avantages bénéficient les firmes chinoises ? Face à la concurrence des grands groupes multinationaux occidentaux, les firmes chinoises ont su développer des stratégies particulières qui facilitent leur apprentissage, leurs relations avec les grandes firmes, leur montée en puissance. Le succès de ces firmes doit être confirmé dans le moyen et le long terme. Pour de nombreux observateurs, la plupart des firmes, pour le moment, ne sont pas encore véritablement internationalisées. Elles cherchent souvent à acquérir des ressources et à les rapatrier en Chine.

Abstract

Like other emerging economies of the BRIC countries, China witnesses now an increasing outflow of foreign direct investment (OFDI) while maintaining a high attractiveness for inward foreign direct investment (IFDI). The recent rapid development of China in part is based on the presence of IFDI that facilitated technological upgrading and allowed many firms to match the standards of Western companies in a variety of industries, including medium and advanced technologies. For specialists and Chinese political and business leaders, the results are mixed; Western firms located in China restrict the transfer of technology to maintain their competitive advantage.
Chinese OFDI have experienced very strong growth during the last decade thanks in part to financial resources accumulated, in part by the willingness to seek supplies of raw materials to maintain the high growth rate of GDP. But they also develop in manufacturing, services, and financial sectors. The paper points out the various factors that lead Chinese firms to internationalize: access to markets, to resources, to technology. Beyond government subsidies, what specific factors allow Chinese firms to compete successfully? Facing competition from large Western multinationals, Chinese firms are able to develop specific strategies to facilitate their learning, their relations with large firms, their growth. The success of these companies should be confirmed in the medium and long term. For many observers, most companies at the moment are not yet truly internationalized. They often seek to acquire resources and to repatriate it in China.

Pour télécharger le document sur HALSHS


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.