Slavery in the City? Travelling hierarchies among West African Migrants in the cities of Paris and Bamako

direction-BamakoWorking paper par Lotte Pelckmans dans le cadre d’une Bourse Fernand Braudel IFER (Incoming), Slavery in the City? Travelling hierarchies among West African Migrants in the cities of Paris and Bamako, FMSH-WP-2013-38, août 2013.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

L’auteur

Dr. Lotte Pelckmans a étudié l’anthropologie à l’Université de Leiden (Pays-Bas) a travers des thématiques comme les migrations, identités, multiculturalisme, hiérarchies sociales et relations de pouvoir en Afrique de l’ouest. Sa thèse décrit les relations entre mobilité et émancipation des descendants d’esclaves en milieu peul au Mali Central. Recrutée par l’Université de Nijmegen (Pays-Bas) de 2010 à 2011, Lotte Pelckmans a donné des cours sur les méthodes ethnographiques et les relations entre identité et mobilité. Apres un séjour comme post doctorante au CEAF (EHESS – Paris) sur les mouvements anti-esclavagistes en Afrique de l’Ouest (Mali, Mauritanie, Niger), elle travaille maintenant sur les liens entre medias sociaux et activisme dans plusieurs pays en Afrique centrale.

Abstract

“Moving memories of slavery” are those memories of internal African slavery that move with West African migrants to urban areas. Different types of mobility towards and within urban contexts can be considered as non-discursive, embodied forms of ‘memory work’ of slavery. The focus is on how Fule (and Soninke) migrants in Bamako and Paris ‘move with’ or ‘move back into’ slave status on specific moments in space and time. Urbanization is thus not always the process par excellence for (slave) emancipation.

Keywords

memory, migration, slavery, cities, Soninke, peul, Mali, Paris

L’esclavage dans la cité : hiérarchies itinérantes entre migrants ouest-africains dans les villes de Paris et Bamako

Résumé

Cet article met en lien la mobilité des migrants issus des sociétés fortement stratifiée avec la mémoire de l’esclavage interne en Afrique de l’Ouest. Une typologies des formes de mobilités considère la mobilité vers et au sein de la ville comme un ‘travail de mémoire’ de l’esclavage de façon non-discursive et incorporée. Le papier porte sur la manière dont les migrants Peuls (et Soninke) se déplacent avec leur statut social d’esclave dans les villes de Bamako et Paris. La vie urbaine n’est donc pas toujours le processus par excellence pour une éventuelle émancipation.

Mots-clefs

mémoire, migration, esclavage, villes, Soninke, Fulani, Mali, Paris

Pour télécharger ce document sur HALSHS


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.