Ni dieu ni maître : les réseaux

Manuel Castells

Professeur à l’Annenberg School of Communication (University of Southern California) et directeur de l’Internet Interdisciplinary Institute de Barcelone, université virtuelle mondiale. Manuel Castells est un des sociologues fondateurs de l’École française de sociologie urbaine au cours des années 1970. Son premier livre intitulé La question urbaine (Maspero, 1972), est devenu une référence mondiale. Avec sa trilogie consacrée à L’ère de l’information (Fayard, 1996-1998), il devient le spécialiste internationalement reconnu de la société de l’information et des réseaux. Dans Communication Power (Oxford University Press, 2009), il se base sur son analyse des réseaux et des technologies de communication pour développer une nouvelle théorie du pouvoir à l’ère de l’information.

Résumé

Un nouveau système de communication a émergé : une auto-communication de masse à travers les sites de réseaux sociaux, les blogs… Ce nouvel environnement communicationnel modifie profondément les relations de pouvoir. À travers plusieurs analyses de cas, dont les récents événements du « printemps arabe » et le mouvement des « Indignados », M. Castells montre dans sa conférence les conséquences de cette évolution sur les processus politiques et les mouvements sociaux.

Le texte

Leçon inaugurale de la Chaire Analyse interdisciplinaire de la société en réseaux, 28 juin 2011, Collège d’études mondiales, Fondation Maison des sciences de l’homme, Paris.

http://www.college-etudesmondiales.org/fr/content/analyse-societe-en-reseaux

Où trouver ce document

http://halshs.archives-ouvertes.fr/FMSH-WP/halshs-00677225

Pour citer ce document

Manuel Castells, Ni dieu ni maître : les réseaux, FMSH-WP-2012-02, février 2012.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.