What could the ‘longue durée’ mean for the history of modern sciences?

Mathias Grote, What could the ‘longue durée’ mean for the history of modern sciences?, FMSH-WP-2015-98, june 2015.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Fernand Braudel’s concept of the longue durée is easy at hands when historians of science take into view extended periods of time. But what is exactly meant when we speak of a longue durée history of an object, instrument, concept or research field? Here, a revised meaning of the concept is proposed, which takes into account the historical observer and the background, which in the case of recent science is provided mostly by developmental narratives. Thus, a perceived longue durée could refer to historical episodes marked by continuity in the sense of a “contemporary of the noncontemporary” (Gleichzeitigkeit des Ungleichzeitigen, R. Koselleck). In the light of a temporal understanding of the longue durée, the problem is distinguished from that of micro- versus macrohistories.

The author

Mathias Grote studied philosophy and biology, followed by a PhD in the molecular life sciences at Humboldt University of Berlin. He then worked his way into the history of science as a post-doc at the Max Planck Institute for the History of Science, Berlin, the University of Exeter and the Technische Universität Berlin. Currently, he is working on the history and philosophy of the life sciences, with a focus on microbial classification and the role of ‘old knowledge’. He is a lecturer at the chair for the history of science at Humboldt University.

The text

This text was written thanks to a DAAD/FMSH Fellowship in 2013.

Résumé

Le concept de la longue durée selon Fernand Braudel vient à l’esprit si des historiens de science considèrent des périodes étendues. Mais que signifie exactement une histoire de la longue durée d’un objet, instrument, concept ou d’un champ de recherche? En prenant en compte l’observateur et l’arrière-plan historiques, ce dernier étant caractérisé notamment par des narrations ‘développementales’, nous proposons une réevaluation du concept de longue durée. Ainsi, la perception d’une longue durée pourrait se référer à des épisodes historiques marqués d’une continuité dans le sens du ‘contemporain du non-contemporain’ (Gleichzeitigkeit des Ungleichzeitigen, R. Koselleck). De plus, nous différencions le problème de la longue durée de celui des micro- versus macrohistoires. Nous présentons des exemples d’histoires en longue durée (p.e. techniques simples, instruments, concepts) et nous esquissons pourquoi ce sujet pourrait bénéficier non seulement à l’histoire des sciences, mais à la perception de la science en général.

Pour télécharger ce document sur HALSHS


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.