Chine – Brésil : industrialisation et «désindustrialisation précoce»

Pierre Salama, Chine – Brésil : industrialisation et « désindustrialisation précoce », FMSH-WP-2012-06.

Pour télécharger le working paper

L’auteur

Professeur émérite des universités, Université de Paris 13
Centre d’Économie de Paris-Nord (CEPN – CNRS – UMR 7115)
Latino-américaniste reconnu, primé par la chaire Julio Cortazar, Pierre Salama a publié de très nombreux livres, la plupart traduits en espagnol/portugais. Membre du comité de rédaction de plusieurs revues étrangères, il a été directeur scientifique de la revue Tiers Monde et du Groupe de Recherche sur l’État, l’Internationalisation des Techniques et le Développement (GREITD). La dynamique du sous-développement et le mode de financiarisation des pays émergents sont ses principaux champs d’investigations. Spécialiste de l’économie de la drogue, il vient de présenter un rapport européen sur la violence en Amérique latine.
Ses derniers ouvrages : Migrants et lutte contre les discriminations en Europe. Vivre ensemble dans l’égale dignité, 2010, Strasbourg, Editions du Conseil de l’Europe, 102 p. ; Le défi des inégalités. Une comparaison économique Amérique latine/Asie, 2006, Paris, La Découverte, 168 p.
Site personnel de Pierre Salama : pierre.salama.pagesperso-orange.fr

Le texte

Ce texte a fait l’objet d’une présentation en octobre 2011, lors du séminaire BRICs, fruit d’un partenariat entre le Centre de recherche sur le Brésil contemporain (CRBC-EHESS) et la Fondation Maison des sciences de l’homme.

Résumé

Est-ce parce que les relations commerciales asymétriques entre la Chine et le Brésil se sont intensifiées que le Brésil connait une « désindustrialisation précoce » ? Pour les pays asiatiques, la croissance est compatible avec l’industrialisation, pour les pays latino-américains, elle ne l’est pas le plus souvent. Industrialisation d’un côté, « désindustrialisation précoce » de l’autre, sont-elles les deux faces d’une même médaille ou bien traduisent-elles l’existence pour les uns, l’absence pour les autres de politiques de change et de politiques industrielles adaptées aux contraintes posées par la globalisation ? Nous montrerons que ce n’est pas l’ouverture qui conduit à la désindustrialisation, à la faible croissance de la productivité et à la réduction de la valeur ajoutée dans de nombreuses branches, mais la manière de la pratiquer. Ce ne sont pas les relations entre la Chine et le Brésil qui expliquent la «désindustrialisation précoce» de ce dernier. Ce n’est pas parce qu’elles sont asymétriques qu’elles sont désindustrialisantes pour le Brésil. C’est parce que l’ouverture ne s’accompagne pas d’une politique de change adéquate et d’une politique industrielle appropriée que le Brésil connait une « désindustrialisation précoce ». De ce point de vue, le Brésil a à apprendre de la Chine.

Mots-clefs

taux de change, industrialisation, désindustrialisation, Chine, Brésil

China and Brazil : industrialization and « early deindustrialization »

Abstract

Is this because the asymmetric trade relations between China and the Brazil have intensified that Brazil knows a «early deindustrialization»? For Asian countries, growth is consistent with industrialization, for Latin American countries, it is not more often. Industrialization on the one hand, «deindustrialization early» on the other, are – they both sides of the same medal or well-represent the existence for some, the absence of policy change and industrial policies adapted to the constraints posed by globalization? We will show that it is not the opening which leads to deindustrialization, low productivity growth and the reduction of the value added in many branches, but how to do it. It is not the relations between China and the Brazil which explain the «early deindustrialization» of the latter. This is not because they are asymmetrical, that they are désindustrialisantes for the Brazil. This is because the opening is not a policy of appropriate Exchange and an industrial policy accompanied appropriate than Brazil knows a «early deindustrialization.» From this point of view, the Brazil has to learn from China.

Keywords

rate of change, industrialization, deindustrialization, China, Brazil

Pour télécharger le working paper


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.