Archives de catégorie : Programmes FMSH

La nouvelle politique européenne de l’Allemagne : L’émergence de modèles de légitimité en concurrence ?

Timm Beichelt, La nouvelle politique européenne de l’Allemagne : L’émergence de modèles de légitimité en concurrence ?, FMSH-PP-2012-03.

L’auteur

Timm Beichelt a occupé du 1er avril au 30 juin 2011 les fonctions de professeur invité à l´Université Paris 1 (Sorbonne-Panthéon) et de directeur de recherche à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH) ainsi qu’au Centre Interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne (CIERA) à Paris. Il remercie ces trois organisations pour le soutien apporté à son séjour de recherche.

Résumé

Comment doit-on interpréter des décisions récents du gouvernement allemand qui sont perçues comme une politique forte vis-à-vis l’Union Européenne ? Un projet de recherche mené à l’Université Européenne de Francfort sur l’Oder (Allemagne) essaye de contextualiser la politique européenne de l’Allemagne en partant de l’hypothèse suivant laquelle des différentes modèles de légitimité de la politique européenne mènent à une stratégie européenne hétérogène de la République Fédérale.

Mots-clefs

européanisation, intégration européenne, politique allemande, légitimité, Allemagne

Pour télécharger ce position paper

The World upside down, China’s R&D and innovation strategy

Guilhem Fabre & Stéphane Grumbach, The World upside down, China’s R&D and innovation strategy, FMSH-WP-2012-07.

Pour télécharger le working paper

The authors

Guilhem Fabre is a China scholar and socio-economist, teaching at the University of Le Havre. He is an associate member of the Centre Chine, EHESS, Paris, and the author of Propriété intellectuelle, contrefaçon et innovation: les multinationales face à l’économie de la connaissance, Publications des universités de Rouen et du Havre, 2009. A Chinese version has been published under the title The black gold of the 21st century ( 二十一世纪的黑金), Social Sciences Academic Press, Beijing, 2006.

Stéphane Grumbach is a senior researcher in Computer Science, working at INRIA, the French institute for Informatics and Control. He has been science counselor at the French Embassy in Beijing, and has worked in the Chinese Academy of Sciences, where he headed a Sino-European joint laboratory in IT

Abstract

R&D and innovation have become much more strategic than ever before for the growth of China as well as for its global societal upgrade. The Chinese authorities have designed an innovation strategy to face new economic and social challenges. The first part of the paper is focused on the emergence of the policy, in the 2006-2020 Plan for S&T, with a historical perspective explaining the legacy of the past in today’s choices. In the second part, we illustrate China’s catching up strategy through four sectors (high-speed trains, aeronautics, clean energy, IT) and discuss its potential impact on the world industry.

Keywords

R&D, innovation, strategy, high speed trains, aeronautics, clean energy, IT

Résumé

La R&D et l’innovation sont plus stratégiques que jamais pour la croissance de la Chine aussi bien que pour le progrès global de sa société. Les autorités chinoises ont mis en place une stratégie d’innovation pour affronter de nouveaux défis économiques et sociaux. La première partie de ce papier se concentre sur l’émergence de cette politique, dans le Plan de 2006-2020 pour les Sciences et Techniques, avec une perspective historique qui explique l’héritage du passé dans les choix contemporains. Dans la seconde partie, nous illustrons la stratégie de rattrapage de la Chine dans quatre secteurs (les trains à grande vitesse, l’aéronautique, l’énergie propre et technologies de l’information) et discutons de ses impacts potentiels sur l’industrie dans le monde.

Mots-clefs

recherche et développement, innovation, stragégie, train à grande vitesse, aéronautique, énergie propre, technologies de l’information

Pour télécharger le working paper

Chine – Brésil : industrialisation et «désindustrialisation précoce»

Pierre Salama, Chine – Brésil : industrialisation et « désindustrialisation précoce », FMSH-WP-2012-06.

Pour télécharger le working paper

L’auteur

Professeur émérite des universités, Université de Paris 13
Centre d’Économie de Paris-Nord (CEPN – CNRS – UMR 7115)
Latino-américaniste reconnu, primé par la chaire Julio Cortazar, Pierre Salama a publié de très nombreux livres, la plupart traduits en espagnol/portugais. Membre du comité de rédaction de plusieurs revues étrangères, il a été directeur scientifique de la revue Tiers Monde et du Groupe de Recherche sur l’État, l’Internationalisation des Techniques et le Développement (GREITD). La dynamique du sous-développement et le mode de financiarisation des pays émergents sont ses principaux champs d’investigations. Spécialiste de l’économie de la drogue, il vient de présenter un rapport européen sur la violence en Amérique latine.
Ses derniers ouvrages : Migrants et lutte contre les discriminations en Europe. Vivre ensemble dans l’égale dignité, 2010, Strasbourg, Editions du Conseil de l’Europe, 102 p. ; Le défi des inégalités. Une comparaison économique Amérique latine/Asie, 2006, Paris, La Découverte, 168 p.
Site personnel de Pierre Salama : pierre.salama.pagesperso-orange.fr

Le texte

Ce texte a fait l’objet d’une présentation en octobre 2011, lors du séminaire BRICs, fruit d’un partenariat entre le Centre de recherche sur le Brésil contemporain (CRBC-EHESS) et la Fondation Maison des sciences de l’homme.

Résumé

Est-ce parce que les relations commerciales asymétriques entre la Chine et le Brésil se sont intensifiées que le Brésil connait une « désindustrialisation précoce » ? Pour les pays asiatiques, la croissance est compatible avec l’industrialisation, pour les pays latino-américains, elle ne l’est pas le plus souvent. Industrialisation d’un côté, « désindustrialisation précoce » de l’autre, sont-elles les deux faces d’une même médaille ou bien traduisent-elles l’existence pour les uns, l’absence pour les autres de politiques de change et de politiques industrielles adaptées aux contraintes posées par la globalisation ? Nous montrerons que ce n’est pas l’ouverture qui conduit à la désindustrialisation, à la faible croissance de la productivité et à la réduction de la valeur ajoutée dans de nombreuses branches, mais la manière de la pratiquer. Ce ne sont pas les relations entre la Chine et le Brésil qui expliquent la «désindustrialisation précoce» de ce dernier. Ce n’est pas parce qu’elles sont asymétriques qu’elles sont désindustrialisantes pour le Brésil. C’est parce que l’ouverture ne s’accompagne pas d’une politique de change adéquate et d’une politique industrielle appropriée que le Brésil connait une « désindustrialisation précoce ». De ce point de vue, le Brésil a à apprendre de la Chine.

Mots-clefs

taux de change, industrialisation, désindustrialisation, Chine, Brésil

China and Brazil : industrialization and « early deindustrialization »

Abstract

Is this because the asymmetric trade relations between China and the Brazil have intensified that Brazil knows a «early deindustrialization»? For Asian countries, growth is consistent with industrialization, for Latin American countries, it is not more often. Industrialization on the one hand, «deindustrialization early» on the other, are – they both sides of the same medal or well-represent the existence for some, the absence of policy change and industrial policies adapted to the constraints posed by globalization? We will show that it is not the opening which leads to deindustrialization, low productivity growth and the reduction of the value added in many branches, but how to do it. It is not the relations between China and the Brazil which explain the «early deindustrialization» of the latter. This is not because they are asymmetrical, that they are désindustrialisantes for the Brazil. This is because the opening is not a policy of appropriate Exchange and an industrial policy accompanied appropriate than Brazil knows a «early deindustrialization.» From this point of view, the Brazil has to learn from China.

Keywords

rate of change, industrialization, deindustrialization, China, Brazil

Pour télécharger le working paper

Public Security and the Indian State

Ajay K. Mehra

Political scientist by training, Director (Honorary) of Centre for Public Affairs, a platform for public discourse, along with several public intellectuals. He has been a fellow at the University of Maryland, USA (1991 for 6 months), Salzburg Seminar, Austria (1992). He has researched and written extensively on public security, institutions and governance. Ajay K. Mehra was a member of the Expert Group on Diversity Index (2008); constituted by the Ministry of Minority Affairs, Government of India. He was a member of the Task Force on “Criminal justice, national security and Centre-State cooperation” set up by the Commission on Centre-State Relation, Government of India during 2008-09.

As Visiting Professor at the Fondation Maison de Sciences des l’Homme, he has coedited with René Lévy The Police, State and Society: Perspectives from India and France (Pearson Education, 2011) and is preparing, with René Lévy, another volume on Social Violence and Police and an international conference on “The dilemmas of policing in fast-growing democratizing societies”. He is currently engaged with FMSH partnership on an international research project on “Sharing Sovereignty; Identity, Regionalism And Autonomy: A Cross-National Perspective”.

This paper is published in the frame of the Indo-French Programme of the FMSH.

Abstract

Public security discourse changes how public order has been traditionally viewed by states across the world. India, a country that attained independence from British colonialism in 1947 and has been democratising since, has faced the dilemma and challenges of preparing its security agencies, steeped in colonial culture and politicised since independence, to face the challenges of twenty first century. Organisational, criminal justice system and attitudianal issues dog the public security architecture in India. Since the Constitution of India has assigned the responsibility of public order to states, federal frictions to have arisen lately in dealing with security issues in the national domain such as terrorism and Maoism. The police and other public institutions responsible for the task must be braced up to meet the emerging challenges.

Keywords

police, security, India, justice, federalism, State

FMSH-PP-2012-02 Mehra.