Archives par mot-clé : computation

Chains of Reference in Computer Simulations

simulinformatiqueWorking paper by Franck Varenne, Chains of Reference in Computer Simulations, FMSH-WP-2013-51, GeWoP-4, octobre 2013.

The author

University of Rouen & GEMASS (CNRS / Paris Sorbonne)

The text

This research was lead in the framework of the ANR Program TRANSMONDYN 2011-2014 (dir. Léna Sanders). To be published in S. Vaienti, P. Livet (eds.), Simulations and Networks, Aix-Marseille, Presses de l’Université d’Aix-Marseille, coll. IMéRA, 2013.

First version: 2011/09/20 – Modified version: 2013/04/06.

This paper is published by the Groupe d’étude des méthodes de l’Analyse sociologique de la Sorbonne (GEMASS – CNRS, Paris Sorbonne, FMSH) in Paris, under the cover of the Fondation Maison des sciences de l’homme’s collection of working papers.

To download this paper on HALSHS

Abstract

This paper proposes an extensionalist analysis of computer simulations (CSs). It puts the emphasis not on languages nor on models, but more precisely on symbols, on their extensions, and on their various ways of referring. It shows that chains of reference of symbols in CSs are multiple and of different kinds. As they are distinct and diverse, these chains enable different kinds of remoteness of reference and different kinds of validation for CSs. Although some methodological papers have already but implicitly taken into account the heterogeneity and variety of the relationships of reference in CSs, hence of cross-validations, this diversity is still overlooked in the epistemological literature on CSs. As a consequence, a particular outcome of this analytical and explicitly extensional view is an ability to classify existing epistemological theses on the epistemic status of CSs according to what their authors choose to select and put at the forefront: either the extensions of symbols, or the symbol-types, or the symbol- tokens, or the internal denotational hierarchies of the CS seen as a whole or the references of these hierarchies to external denotational hierarchies seen as wholes. Through the adoption of this extensionalist view together with its precise conceptual differentiations, it also becomes possible to explain more precisely the reasons why some complete reduction of the epistemic role of CSs to classical epistemic paradigms such as “experience”, “experiment”, or “theoretical argument” remains doubtful. On this last point, in particular, this paper is in agreement with what many epistemologists already have acknowledged. But it proposes new conceptual means – new in this context – to explain the situation further.

Keywords

computer simulation, numerical simulation, agent-based simulation, epistemology, reference, chains of reference, extensionalism, computation, epistemic status of simulations, denotational hierarchy, inscriptionalism

Les chaînes de la référence dans les simulations informatiques

Résumé

Cet article introduit une analyse extensionnaliste des simulations informatiques. À cette fin, il ne se focalise ni sur les langages ni sur les modèles mais, plus finement, sur les symboles, sur leurs extensions et sur leurs différents modes de référence. Il montre que les chaînes de la référence des symboles intervenant dans des simulations informatiques sont multiples et de différents types. Comme ces chaînes sont diverses et distinctes, elles autorisent différents types de distance – ou éloignement, remoteness selon N. Goodman – entre symboles et  référence, et, par là, différents types de validation pour les simulations informatiques. Bien que certains articles méthodologiques aient déjà implicitement pris en compte le rôle de ces relations hétérogènes et variées entre les symboles et leurs références ainsi que le rôle des validations croisées dans les simulations informatiques, cette diversité reste négligée dans la littérature épistémologique. Une des conséquences de l’approche analytique explicitement extensionnaliste que nous proposons d’introduire ici est dans un premier temps le  développement d’une capacité à classer les thèses épistémologiques existantes au sujet du statut épistémique des simulations selon ce que leurs auteurs choisissent de mettre en avant, à savoir notamment : tantôt les extensions des symboles elles-mêmes, tantôt les types de symboles, tantôt les tokens de symboles tantôt les hiérarchies dénotationnelles internes à la simulation prise comme un tout, ou les références de ces hiérarchies à des hiérarchies dénotationnelles externes prises comme des touts. Dans un second temps, en adoptant explicitement une telle conception extensionnaliste ainsi que ses distinctions conceptuelles précises, il devient également possible d’expliquer les raisons pour lesquelles il reste douteux d’espérer que l’on puisse réduire tout uniment le rôle épistémique des simulations informatiques aux paradigmes épistémiques classiques comme « l’expérience », « l’expérimentation » ou encore « l’argument théorique ». Sur ce dernier point, en particulier, cet article est en accord avec ce que maints épistémologues des simulations ont déjà reconnu. Mais il propose des moyens conceptuels nouveaux (nouveaux dans ce contexte) pour expliquer davantage les facteurs qui sont à l’origine de cette situation.

Mots-clefs

simulation informatique, simulation numérique, simulation à base d’agents, épistémologie, référence, chaînes de la référence, extensionnalisme, computation, statut épistémique des simulations, hiérarchie dénotationnelle, inscriptionalisme

To download this paper on HALSHS