Archives par mot-clé : guerre

Les forces spéciales américaines : vers une refondation ?

Philippe Rousselot, Les forces spéciales américaines  : vers une refondation  ?, FMSH-WP-2016-108, mars 2016.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Crées en 1952 pour mener une guerre d’un type nouveau, selon l’expression de J. F. Kennedy, les forces d’opérations spéciales américaines (SOF) sont, après l’Afghanistan et l’Irak, au seuil d’une profonde évolution. Le contexte s’y prête : la présidence Obama excluant tout recours à de grandes opérations, l’utilisation de la force leur est confiée préférentiellement. Jouissant d’une protection politique qui leur vaut un budget particulièrement confortable, bénéficiant dans l’opinion populaire comme au sein du Congrès d’un soutien exceptionnel, les SOF ont su se mettre à l’écoute de la stratégie présidentielle. C’est pourquoi elles ont pris un temps d’avance considérable dans la gestion des conflits en mode inter-administration. Elles ont créé un réseau mondial, fondé à la fois sur un redéploiement géographique de leurs forces et sur la mise au point de partenariats avec des unités d’autres pays. La toile de ce réseau global s’étend aujourd’hui sur les deux tiers des Etats du monde. Elle se construit sur un socle classique de formation et de coopération, mais également sur la conviction que les SOF sont un facteur de confiance envers les Etats-Unis. Pour parvenir à ce dernier objectif, elles doivent créer un nouveau type de soldat, à la fois commando, diplomate et coopérant technique. Ce nouveau départ se heurtera sans doute à de grandes difficultés. Cependant, les premières mesures sont prises. Elles annoncent un recours ponctuel à la force par des opérations souvent violentes et toujours politiques, qui relèvent plus de l’action de police que des opérations de guerre. Ces dernières sont laissées aux partenaires et aux alliés, qui doivent désormais compter sur eux-mêmes et sur le seul soutien, sur leurs arrières, des SOF. Au terme de cette logique, les SOF pourraient se spécialiser – innovation majeure – dans l’évitement de la guerre. L’analyse théorique de ces nouvelles pratiques – que l’on ne saurait extraire d’un plan stratégique plus général – se révèle difficile et contrastée d’un auteur à l’autre. Peu d’entre eux ont vu que les SOF annoncent un nouveau mode d’intervention militaire, plus au service de l’ordre et de la paix qu’à celui de la guerre et de son chaos.

L’auteur

Philippe Rousselot, président d’Hestia Expertise, est docteur en histoire. Il anime, en association avec la chaire de Géopolitique appliquée du Collège d’études mondiales, les activités d’Hestia Expertise principalement consacrées, en 2016, au Maghreb et à la guerre spéciale. Il coordonne également les publications du carnet de recherche d’Hestia Expertise (hestia.hypotheses.org). Il est membre du conseil d’administration du Réseau français des Instituts d’études avancées.
Pour en savoir plus : www.fmsh.fr/fr/c/5563

Le texte

Ce texte a été rédigée au cours de l’année 2015 et achevé le 15 janvier 2016. Hestia Expertise, dans le cadre de ses travaux au sein de la FMSH, consacre une part importante de son année 2016 au lancement d’un programme de recherche sur la guerre spéciale. Marqué par un colloque (mars 2016), la création d’une bibliographie raisonnée, des liens avec d’autres centres de recherche et la publication de travaux,ce programme est inauguré par la publication de ce travail dont le but est de présenter à la communauté académique un sujet mal connu en France.
L’auteur remercie le général Dominique Champtiaux, Frédéric Mauro, Vincent Téjedor, Guillaume D., Augustin C. et Arnaud Borremans pour leur relecture de ce document.

Abstract

Created in 1952 to wage « another type of war » (J.F. Kennedy), the US special operations forces (SOF) are, after Afghanistan and Iraq, on the threshold of a profound evolution. The context lends itself: as the Obama presidency avoids large operations, the use of force is preferentially entrusted to them. Enjoying political protection which earned them a particularly comfortable budget, benefiting in the public opinion as within the Congress of a support not far from worship, SOF were able to listen effectively the presidential strategy. That is why they have taken a significant step ahead in managing conflicts in inter-agency mode. They have created a global network, based both on a geographical redeployment of the force and the development of partnerships with other countries units. The canvas of this global network now covers the two thirds of the states of the world. It is built on a foundation of classical training and cooperation, but also on the belief that SOF is a confidence factor to the United States. To achieve the latter objective, they must create a new type of soldier, at the same time commando, diplomat and development expert. This new start will doubtless collide with great difficulties. However, the first measures are taken. They announce a limited appeal to the strength by often violent and always political operations, which are more police actions than war operations. War is left with the partners and with the allies, who now have to rely on themselves and on the support, on their rear, of SOF. Following this logic, SOF could specialize – that is a major innovation – in avoidance of war. The theoretical analysis of those new practices – that can not be extracted from a broader strategic plan – proves to be difficult and contrasted from one author to another. Few of them saw that the SOF announced a new military intervention mode, more in the service of the order and of the peace than in that of the war and its chaos.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Fractures historiques, trauma et résistance dans l’écriture féministe algérienne : Maïssa Bey, Assia Djebar et Leïla Sebbar

Brinda Mehta, Fractures historiques, trauma et résistance dans l’écriture féministe algérienne : Maïssa Bey, Assia Djebar et Leïla Sebbar, FMSH-WP-2014-82, novembre 2014.Mehta Brinda et Evelyne Cairo

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Maïssa Bey, Assia Djebar, et Leïla Sebbar tiennent la chronique de la trajectoire douloureuse et des silences implicites de l’histoire algérienne, de la colonisation (1830) à la guerre d’indépendence (1954-62); elles en offrent une perspective genrée qui féminise et complique l’historicité algérienne et la subjectivité post-coloniale. Leurs écrits ébranlent les représentations monoli-thiques des femmes en victimes passives de l’histoire coloniale ou de l’idéologie nationaliste, et démontrent comment l’ éthique masculine de la guerre a ravagé à la fois le corps féminin et l’histoire des femmes par la violence, la réduction au silence et l’ exclusion. Ils font ressortir la violence du passé et rapportent l’horreur (et les succès) du présent post-colonial, tout en montrant la colère des femmes.

L’auteure

Brinda Mehta occupe la Chaire de Littérature Germaine Thompson de Mills College à Oakland en Californie, où elle enseigne la littérature africaine et antillaise postcoloniale, la culture et la littérature francophones, la théorie féministe transnationale, et la littérature française du vingtième siècle. Elle est également Professeur assistant au Centre d’études du genre et du développement, programmes doctorants, de l’Université des West Indies à la Barbade, et Professeur assistant au Center for Race and Gender de l’Université de Berkeley en Californie. Ses domaines de spécialité sont la francophonie, la théorie et la littérature post-coloniale, le féminisme et le genre, les femmes auteurs indo-caraïbes, les femmes auteurs arabes francophones, la littérature française du dix-neuvième siècle et les auteurs post-coloniaux en France.

Elle est l’auteur de cinq livres: Dissident Writings of Arab Women: Voices Against Violence(Écrits dissidents de femmes arabes: des voix contre la violence) New York and London: Routledge 2014; Notions of Identity,Diaspora and Gender in Caribbean Women’s Writing(Notions d’identité, genre et diaspora dans la littérature féminine antillaise francophone contemporaine) New York: Palgrave Macmillan Press 2009; Rituals of Memory in Contemporary Arab Women’s Writing(Rituels de mémoire dans la littérature féminine arabe contemporaine) Syracuse, New York: Syracuse University Press 2007; Diasporic (Dis)locations: Indo-Caribbean Women Writers Negotiate The Kala Pani (Diasporic (Dis)locations diasporiques: les femmes auteurs indocaraïbes négocient le Kala Pani) Kingston, Jamaica: University Press of the West Indies 2004 – Prix Franz Fanon du meilleur apport à la pensée caraïbe – et Corps infirme, corps infâme: la femme dans le roman balzacien (Birmingham, Alabama: Summa Publications 1992).

Elle a publié en collaboration deux volumes spéciaux sur Les traditions intellectuelles indo-caraïbes et afro-caraïbes et Indianités francophones: les littératures de l’engagisme indien. Elle est également l’auteure d’une cinquantaine d’articles et d’essais sur la littérature post-coloniale, parus entre autres dans South Atlantic Quarterly, Research in African Literature, Le Maghreb littéraire, et L’Esprit Créateur.

Elle a reçu plusieurs distinctions pour ses travaux de recherche et son enseignement, dont le Prix de la Recherche de l’ACLS (American Council for Learned Studies),le Prix Trefethen, le Prix Sarlo de l’Enseignement, le Prix Mary Metz pour l’excellence dans la créativité et l’enseignement. Elle travaille actuellement à ses deux prochains livres, Les femmes sous contrat : une poétique féministe du Kala Pani et Cartographies de guerre dans la littérature francophone , et à un long essai sur Les mères de l’immigration algérienne en France.

Le texte

Ce texte a été rédigé dans le cadre du séminaire « Genre, politique, sexualité(s). Orient/Occident », le 28 mai 2014. Traduit de l’anglais par Alain Calefas. Le texte est suivi d’un commentaire par Evelyne Accad, qui en était la discutante lors du séminaire.

Abstract

Maïssa Bey, Assia Djebar and Leïla Sebbar chronicle the painful trajectory and implicit silences of Algerian history from the French conquest (1830) to the war of Independence (1954-1962). They offer their gendered perspectives that feminize and complicate Algerian historicity and postcolonial subjectivity. Their writings dispel monolithic representations of women as passive victims of colonial history or nationalist ideology, even as they demonstrate how the masculinist ethics of war have ravaged the female body and women’s history through violence, silencing and exclusion. These writings expose the violence of the past and mediate the horror (and successes) of the postcolonial present; they also expose the women’s postcolonial rage. In so doing, these authors reveal their literary commitment to postmodern preoccupations with identity, exile, historical omissions, gender affirmations, de-colonial thought and feminist writing, as they evoke the wounds and unresolved traumas that inhibit successful decolonization.

Pour télécharger ce document sur HALSHS