Archives par mot-clé : littérature dystopique

La fiction posthumaniste – Michel Houellebecq –

Mara Magda Maftei, La fiction posthumaniste – Michel Houellebecq –, FMSH-WP-2020-146, septembre 2020.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Ce papier traite de la fiction posthumaniste française, avec comme exemple concret deux romans de Michel Houellebecq, Les Particules élémentaires (1998) et La Possibilité d’une île (2005).

Afin d’expliquer le contexte qui produit la fiction posthumaniste, je commence par présenter la différence entre la fiction posthumanisme et le transhumanisme (un des nombreux courants contemporains du posthumanisme). Le transhumanisme se nourrit de la littérature de science-fiction qui a inventée le bagage conceptuel utilisé aujourd’hui par les transhumanistes (cyborg, cyberespace, hacker, androïde et intelligence artificielle, etc.). La science-fiction précède donc le transhumanisme et c’est ensuite ce dernier qui alimente la fiction posthumaniste.

Le but de mon papier est de démontrer pourquoi la fiction posthumaniste constitue une catégorie à part qui – même si elle se source de la sciencefiction, ainsi que des dystopies – fonctionne avec ses propres codes d’écriture. Les deux romans de Michel Houellebecq offrent un exemple emblématique de telles « fictions critiques spéculatives ».

L’auteure

Mara Magda Maftei est Professeure à l’Université d’Études Économiques de Bucarest et chercheuse associée de l’Observatoire des écritures contemporaines françaises et francophones de l’Université Paris Nanterre. Elle a été chercheuse invitée du Collège d’Études Mondiales, FMSH. Elle a un doctorat en littérature française (2009) et un doctorat en histoire de la pensée économique (2007). Elle est critique littéraire et essayiste et a publié de nombreux livres et articles à l’international, dont deux livres en français : Cioran et le rêve d’une génération perdue, 2013, l’Harmattan, (collection ouverture philosophique) et Un Cioran inédit. Pourquoi intrigue-t-il ?, 2016, Yves Michalon Éditeur, Éditions Fauves. Elle codirige actuellement un projet de recherche intitulé « Transhumanisme et posthumanisme entre réalités et imaginaires » à l’Université Paris-Nanterre.

Abstract

This paper deals with French posthumanist fiction, namely two novels written by Michel Houellebecq, The Elementary Particles (1998) and The Possibility of an Island (2005).

In order to explain the context that produces posthumanist fiction, I begin by presenting the difference between posthumanism and transhumanism (one of the many contemporary currents of posthumanism). Transhumanism feeds on science fiction literature that had invented the concepts used nowadays by transhumanists (cyborg, cyberspace, hacker, android and artificial intelligence, etc.). Science fiction precedes transhumanism and it is then the latter that feeds posthumanist fiction.

The purpose of my paper is to demonstrate that posthumanist literature constitutes a separate category that – even if it feeds on science fiction, as well as on dystopia – has its own writing codes. The two novels of Michel Houellebecq offer an emblematic example of such “speculative critical fictions”.

Download on Open Archives HalSHS