Archives par mot-clé : nouveaux indicateurs de richesse

Ce que révèle le discours des acteurs officiels sur un « au-delà du PIB »

beyondGDP-Thiry3Géraldine Thiry, Léa Sébastien, Tom Bauler, Ce que révèle le discours des acteurs officiels sur un « au-delà du PIB », FMSH-WP-2014-78, novembre 2014.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

L’objectif d’un « au-delà du PIB » mobilise de nombreux acteurs, aux statuts, objectifs et visions très différents. La diversité, souvent diffuse, d’échelles institutionnelles, d’approches théoriques et de positionnements normatifs vis-à-vis de l’opportunité et des motifs d’un « au-delà du PIB » rend les débats confus, les positionnements peu clairs, et les rapports de force difficilement identifiables. Mais de quoi les débats actuels sont-ils le signe ? Aller « au-delà du PIB » serait-il un objectif rhétorique par défaut, en l’absence de stratégie crédible de sortie de crise ? Constitue-t-il une fenêtre d’opportunité à la mise en débat de questions de société difficilement abordables par ailleurs, et non une fin en soi ? Ou au contraire cristallise-t-il un volontarisme militant, désireux d’amorcer un véritable changement paradigmatique ? Nous tentons de répondre à cette question par l’analyse de discours d’acteurs officiels (politiques, techniciens et administratifs) impliqués et non-impliqués dans la poursuite d’un « au-delà du PIB ». Il ressort qu’au niveau des sphères officielles, les débats sur « un-delà du PIB », s’ils font entrer en ligne de compte de nouveaux enjeux comme le bien-être ou la soutenabilité, ne participent pas à éroder la centralité de la « croissance du PIB». Les débats s’avèrent dominés par une certaine forme de pragmatisme, les intérêts dominants étant centrés sur des contraintes et objectifs de court-terme, dont la croissance économique semble toujours considérée comme un élément indispensable. L’intérêt des acteurs pour de nouveaux indicateurs relève donc plus d’une volonté et/ou d’une nécessité d’adapter les modalités de gestion publique et/ou les politiques publiques à de nouvelles contraintes que d’une remise en question plus fondamentale du modèle productiviste sur lequel les économies sont bâties depuis plus de soixante ans.

Les auteurs

Géraldine Thiry est chercheure post-doctorale au Collège d’Etudes Mondiales (FMSH-Paris), au sein de la Chaire du Prof. Dominique Méda, «Reconversion écologique, travail, emplois et politiques sociales». Après avoir obtenu un diplôme de deuxième cycle en sciences politiques (relations internationales) et deux masters en économie à l’Université Catholique de Louvain (UCL), elle a réalisé un doctorat en sciences économiques (obtenu en mai 2012, à l’UCL). Entre septembre 2012 et décembre 2013,elle a été chercheuse au sein du projet européen FP7 «BRAINPOoL» (BRinging Alternative INdicators into POLicies) à l’Université Libre de Bruxelles (ULB). Ses principaux domaines de recherche sont les nouveaux indicateurs de richesse, la socio-économie de la quantification, la comptabilité critique et l’économie écologique.

Léa Sébastien est enseignante-chercheure à l’Université Toulouse II, Laboratoire CNRS GEODE depuis 2010. Elle y étudie l’usage politique des indicateurs de développement durable et les conflits environnementaux. Après des études effectuées à l’Université McGill au Canada, elle a terminé une thèse à l’Ecole des Mines en 2006 sur la gouvernance des ressources naturelles, au cours de laquelle elle mit sur pied un modèle d’aide à la négociation environnementale intitulé l’Acteur en 4 Dimensions. Niveau recherche, Léa Sébastien a été chercheure senior à l’Université de Bruxelles de 2008 à 2010 où elle était en charge de projets européens FP7 (POINT ; CEECEC) ; elle a également effectué un post-doctorat en 2007 à l’IFREMER sur les jeux d’acteurs en zones humides. Ses thèmes de recherche touchent particulièrement l’étude des interactions entre rapports sociaux et rapports à la nature, les politiques publiques de l’environnement, les indicateurs de développement durable et la gouvernance territoriale. Auteure de nombreuses publications internationales, elle a notamment réalisé un ouvrage scientifique en 2002 portant sur les potentialités de gestion durable en forêt privée,intitulé : «Forêt cherche propriétaire pour relation durable » (Editions ECOFOR, 2002).

Tom Bauler est professeur à l’Université libre de Bruxelles – ULB (Ingénieur, Institut de Gestion de l’Environnement et d’Aménagement du Territoire – IGEAT). Il est titulaire de la Chaire Economie et environnement. Il est également l’auteur de plusieurs publications et associé à de nombreux projets et réseaux de recherche sur les liens entre politique environnementale et économie. Détails sur http://igeat. ulb.ac.be/fr/equipe/details/person/tom-bauler/

Le texte

Ce texte est issu d’une collaboration entre la Chaire du prof. Dominique Méda, « Reconversion écologique, travail, emploi et politiques sociales », l’Université de Toulouse II (Le Mirail) et l’Université Libre de Bruxelles. Géraldine Thiry a bénéficié d’un soutien financier du septième programme-cadre de l’Union européenne (FP7/2007-2013 – MSCA-COFUND) en vertu de la convention de subvention n°245743 – Programme de bourses post-doctorales Braudel-IFER-FMSH, en collaboration avec la Chaire du Prof. Dominique Méda.

Abstract

The idea of going « beyond GDP » attracts more and more actors, whose status, objectives and visions are very different. The diversity of institutional scales, theoretical approaches, and normative positions regarding the opportunity and motives of going “beyond GDP” makes hard to clearly identify the stances of the actors and the power balances dominating the debates. We therefore ask: What do the current debates mean to their actors? Are they a new rhetoric liable to elude a confrontation with the structural problems resulting from the crisis? Are they an opportunity window for launching again societal debates that are hardly raised elsewhere? Or are they a real trigger toward a paradigmatic change, deeply questioning productivism? We try to answer that question by analysing the discourses of official actors (politics, administration, technicians) involved and not involved in “beyond-GDP” initiatives. We show that, at the official level, beyond GDP debates, while they raise new societal issues, do not contribute to erode the central role of economic growth. The debates are dominated by pragmatism, in that dominant interests are focused on short-term constraints and objectives, where GDP growth remains pivotal. The involvement of actors in beyond-GDP debates reveals more a need and/or the willingness to adapt public management and policies to new constraints rather than a critical reflexion on the productivist model on which our economies have been built for more than sixty years.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Les nouveaux indicateurs de prospérité : pour quoi faire ? Enseignements de six expériences nationales

Stirling Point Signpost, Bluff, New Zealand
Stirling Point Signpost, Bluff, New Zealand

Lucas Chancel, Géraldine Thiry, Damien Demailly, Les nouveaux indicateurs de prospérité : pour quoi faire ? Enseignements de six expériences nationales, FMSH-WP-2014-78, septembre 2014.

Télécharger sur les Archives ouvertes halshs

Résumé

L’élaboration de nouveaux indicateurs de prospérité (NIP) fait l’objet d’un intérêt grandissant auprès de nombreux acteurs et instances (ONGs, académiques, société civile, institutions regionales, nationales et internationales). Cet article traite des conditions d’institutionnalisation, dans les sphères officielles, de tels indicateurs. Pour ce faire, six initiatives nationales et régionales sont étudiées en Australie, au Royaume-Uni, au Pays de Galles, en Belgique, en Wallonie et en Allemagne. Pour chacune d’entre elles, nous questionnons les usages effectifs de nouveaux indicateurs de prospérité ainsi que les rôles – instrumental, politique et symbolique – que ceux-ci sont amenés à jouer. L’analyse de ces experiences nationales et régionales nous conduit à formuler dix leçons pouvant instruire et alimenter les débats sur l’institutionnalisation des NIP, notamment en France. Parmi ces leçons apparaissent, entre autres, la pertinence de proposer des indicateurs complémentaires plutôt que substituables au Produit Intérieur Brut, le rôle de soutien que peuvent jouer les instances exécutives et législatives au plus haut niveau, le rôle stratégique des instituts nationaux de statistiques et l’importance de soumettre l’élaboration et le choix d’indicateurs à une débat démocratique.

Les auteurs

Lucas Chancel est diplômé de Sciences Po, de l’Ecole Polytechnique et de l’Imperial College (Londres). Avant de rejoindre l’Iddri, il a travaillé en tant que consultant pour The Energy and Resources Institute (New Delhi) et a été chercheur invité au programme Habitat des Nations Unies à Nairobi. Il enseigne l’économie des inégalités et du développement durable à l’IEP de Paris.

Géraldine Thiry est chercheure post-doctorale au Collège d’Etudes Mondiales (FMSH-Paris), au sein de la Chaire du Prof. Dominique Méda, «Reconversion écologique, travail, emplois et politiques sociales». Après avoir obtenu un diplôme de deuxième cycle en sciences politiques (relations internationales) et deux masters en économie à l’Université Catholique de Louvain (UCL), elle a réalisé un doctorat en sciences économiques (obtenu en mai 2012, à l’UCL). Entre septembre 2012 et décembre 2013, elle a été chercheuse au sein du projet européen FP7 «BRAINPOoL» (BRinging Alternative INdicators into POLicies) à l’Université Libre de Bruxelles (ULB). Ses principaux domaines de recherche sont les nouveaux indicateurs de richesse, la socio-économie de la quantification, la comptabilité critique et l’économie écologique.

Damien Demailly est diplômé de l’École Polytechnique et docteur en économie. Après une thèse sur l’impact des politiques climatiques sur la compétitivité de l’industrie au CIRED-EHESS, il a travaillé pendant cinq ans dans le milieu de l’écologie associative puis politique, en France et en Europe. En 2012, il rejoint l’Iddri pour y lancer le programme transversal « Nouvelle Prospérité ».

Le texte

Ce texte est issu d’une collaboration entre la Chaire du prof. Dominique Méda, «Reconversion écologique, travail, emploi et politiques sociales» et l’Institut du Développement Durable et des Relations Internationales (IDDRI – SciencePo). Ce texte est également publié comme working paper de l’IDDRI. Ce travail a bénéficié d’une aide de l’État gérée par l’Agence nationale de la recherche au titre du programme « Investissements d’avenir » portant la référence ANR-10-LABX-01. Géraldine Thiry a bénéficié d’un soutien financier du septième programme-cadre de l’Union européenne (FP7/2007-2013 – MSCA-COFUND) en vertu de la convention de subvention n°245743 – Programme de bourses postdoctorales Braudel-IFER-FMSH, en collaboration avec la Chaire du Prof. Dominique Méda.

Remerciements

Nous remercions tout particulièrement Pierre Barthélémy, Romina Boarini, Aurélien Boutaud, Michel Colombier, Lucien Chabason, Delphine Donger, Fabrice Flipo, Jean Gadrey, Florian Guyot, Claude Henry, Florence Jany-Catrice, Dominique Méda, Marco Mira d’Ercole. Les vues exprimées dans cette étude n’engagent que leurs auteurs.

Abstract

The elaboration of new indicators of prosperity (NIP) arouses growing interest among many actors (NGOs, scholars, civil society, regional, national and international institutions). This paper studies the conditions of institutionalization of such indicators within the official decision-making spheres. To this end, six national and regional initiatives are considered in Australia, United Kingdom, Wales, Belgium, Wallonia and Germany. For each of them, we question the effectiveness of the uses of NIP as well as the roles – instrumental, political and symbolic – that such indicators are to play in decision making. Our study of the national and regional experiences leads us to formulate ten lessons that might inform and feed current debates on the institutionalization of the NIP, notably in France. We stress the importance of proposing complementary indicators to Gross Domestic Product rather than substitutes, the supportive role of executive and legislative authorities at the highest level, the strategic role of official institutes of statistics and the importance of submitting the elaboration and choice of NIP to a democratic debate.