Archives par mot-clé : Proche Orient

Proche-Orient et conscience historique. Entretien

SudLibanGeorges Corm, Christiane Veauvy, Proche-Orient et conscience historique. Entretien, FMSH-WP-2015-87, février 2015.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

De l’avis de Georges Corm, il était trop tôt pour pouvoir analyser et comprendre toutes les dimensions des révoltes arabes lors de notre rencontre, inscrite dans le sillage de sa conférence intitulée «L’influence négative de la dichotomie Orient/Occident sur l’évolution des sciences humaines». Cinq axes ont été retenus en direction d’une compréhension de ces mouvements imprévus, plus qu’imprévisibles, dans lesquels les femmes ont tenu pour la première fois une place très importante dans l’espace public. Le parcours de Georges Corm et son contexte (I), ainsi que des temps-forts remarqués dans deux de ses ouvrages (II), ont été privilégiés dans la première partie qui s’est déroulée sous la forme de l’interview classique afin de permettre au lecteur d’entrer dans la démarche scientifique de Georges Corm et l’originalité de son apport, repérable notamment dans deux de ses ouvrages récents (2009 et 2010). De la position de l’histoire et de l’anthropologie face aux Etats-nation actuels en Europe et en Orient (III) découle la notion de «vide historique», sur lequel les grands systèmes médiatiques et nombre d’analyses académiques élaborent les problèmes qu’ils traitent, selon Georges Corm, si bien qu’il n’y a aucune profondeur dans la tentative d’évaluation de la complexité d’une situation ; ce passage bref constitue une sorte de pont entre la première et la seconde partie de notre rencontre – laquelle a revêtu peu à peu la tournure d’un entretien/échange sur deux thématiques successives : Fracture imaginaire entre Orient et Occident, laïcité, Méditerranée (IV), puis Autour du sujet historique (V).

L’auteur

Georges Corm, né à Alexandrie en 1940, libanais, a fait ses études universitaires à Paris. Docteur en droit de la Faculté de droit et des sciences économiques (1969), diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques – section économique et financière (1961), il a enseigné l’histoire économique, la pensée politique arabe contemporaine et la sociologie du développement dans les universités du Liban, en menant une carrière dans le secteur financier public de ce pays et du monde arabe (1969 – 1985). Après son installation à Paris, il a été consultant économique et financier pour diverses institutions multilatérales (dont la Banque mondiale et l’Union Européenne), ainsi que pour des agences spécialisées des Nations unies. Nommé en 1998 ministre des finances du gouvernement de M. Sélim El-Hoss, il est rentré aussitôt à Beyrouth. Fin 2000, il a quitté ses fonctions ministérielles et repris ses activités de consultant et d’enseignant (université Saint-Joseph).
Son œuvre porte sur le Moyen-Orient, la Méditerranée, l’Europe dont il donne à voir la construction de son histoire du point de vue économique, politique et intellectuel, à partir de l’étude de ses rapports avec l’Orient depuis des siècles et de son rôle dans l’émergence du mythe de l’Occident – menée dans une perspective critique.

Le texte

Entretien réalisé par Christiane Veauvy à la suite de la conférence donnée par Georges Corm à l’invitation de l’IISMM (Institut d’Etudes de l’Islam et des Sociétés du Monde musulman/EHESS) et du Séminaire « Genre, politique, sexualité(s). Orient/Occident » (FMSH/Programmes scientifiques), pour une séance « A deux voix du Moyen-Orient » (19/01/2012) dans laquelle la seconde conférence a été donnée par Azadeh Kian, professeure de sociologie à l’Université Paris 7-Diderot.

Abstract

According to Georges Corm, it was too early to be able to analyze and understand all the dimensions of the Arab revolts during our meeting, inscribed in the wake of his conference untitled: “The Negative Influence of the Dichotomy Orient/Occident on the Evolution of the Human Sciences”. Five domains were retained in order to understand these unexpected movements, more than unpredictable, in which women had for the first time a very important place in the public space. The course of G. Corm and its
context (I), as well as the highlights noticed in two of his works (II), were privileged in the first part that unrolled in the form of a classical interview in order to allow the reader to enter the scientific approach G. Corm and the originality of his contribution, noticed specifically in two of his most recent works (2009 et 2010). From the position of History to that of Anthropology facing the present Nation-States in Europe and the Orient (III) comes out the notion of “historical void”, on which the great media systems and a number of academic analysis elaborate the problems they treat, according to G. Corm, so much so that there is no depth in the attempt of evaluation of the complexity of a situation; this brief passage constitute a kind of bridge between the first and second part of our meeting – which slowly took on the turn of an interview/exchange on two successive themes: imaginary fracture between the Orient and the Occident, secularism, Mediterranean (IV ), then around the Historical subject (V ).

Pour télécharger ce document sur HALSHS

“Storytelling” and “History writing” in Seventh-Century Near East

David/Heraclius qui combat le géant Goliath (détail de gravure sur assiette d'argent, VIIe siècle)
David/Heraclius qui combat le géant Goliath (détail de gravure sur assiette d’argent, VIIe siècle)

Maria Conterno, “Storytelling” and “History writing” in Seventh-Century Near East, FMSH-WP-2014-80, september 2014.

Télécharger sur les Archives ouvertes halshs

Abstract

The present paper is a study on the circulation of historiographical material across linguistic, religious and political borders in the seventh-century Near East and Mediterranean. Contrary to other scholars, who have tried to explain the similarities among certain historical texts looking only for shared written sources, the author points out the importance that oral transmission must have had in the circulation of historical information, before and beside written production, and finds evidence for that in eight medieval chronicles written in Greek, Latin, Syriac and Arabic.

The author

Maria Conterno, Department of History, University of Ghent (Belgium), BA and MA, University of Padua; Ph.D., Istituto Italiano di Scienze Umane (Florence), works primarily on the interactions among Greek, Syriac and Christian Arabic cultures in Late Antiquity and Byzantium. Her doctoral dissertation, currently in print, is focused on the Oriental sources of Theophanes Confessor’s Chronographia. After a research stay in the United States (Princeton, Seeger Center for Hellenic Studies), and in Paris (“boursière Fernand Braudel”, Labex RESMED), she now works at the University of Ghent within a project on Late Antique historiography, conducting a research on the reception of Greek ecclesiastical histories in Syriac and Christian Arabic historiography.

The text

This text was written in the frame of a Fernand Braudel IFER Fellow ship, February-October 2013.

Résumé

Cet article présente une étude sur la circulation des matériaux historiographiques à travers les frontières linguistiques, religieuses et politiques au Proche-Orient et à travers la Méditerranée au septième siècle. Les similarités que l’on observe entre certains textes historiques ont toujours été expliquées par l’utilisation de la même source écrite, mais l’auteur fait ici remarquer que la transmission orale devait aussi jouer un rôle très important dans la circulation des informations historiques, avant et à côté de la production écrite. On en trouve notamment des traces dans huit chroniques médiévales écrites en grec, latin, syriaque et arabe.