Archives par mot-clé : sociologie

Les sciences sociales face aux traces du big data ? Société, opinion et répliques

Dominique Boullier, Les sciences sociales face aux traces du big  data ? Société, opinion et répliques, FMSH-WP-2015-88, avril 2015.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Une troisième génération de sciences sociales doit voir le jour pour assumer la spécificité du monde de don-nées et de traces créées par les réseaux numériques, sans se contenter de prolonger les acquis des sciences de la « société » et de l’« opinion ». Ces entités ont été construites dans une époque précise dont la généa-logie est restituée pour être comparée avec le travail des agences qui exploitent les traces numériques et qui peuvent produire toute la réflexivité nécessaire en devenant prédictives. Il est proposé de penser les traces numériques en tant que « répliques » que les sciences sociales doivent suivre avec des méthodes adaptées car elles constituent désormais un nouveau continent du social.

L’auteur

Dominique Boullier est professeur des universités en sociologie à Sciences Po. Docteur en sociologie de l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS, 1987), diplômé de linguistique (Rennes 2, 1991), HDR en sciences de l’information et de la communication (Bordeaux 3, 1995). Souvent défini comme un « entrepreneur de recherche » en raison de son expérience passée de chef d’entreprise, de créateur de labos, de leader de projets multipartenaires (ANR ou européen) et de partenaire d’entreprises dans ses projets de recherche, il est directeur exécutif du projet Idefi  Forccast (formation par la cartographie des controverses à l’analyse des sciences et des techniques) (2012-2019) et responsable de la pédagogie numérique à Sciences Po (avec Pascale Leclercq).

Parmi ses publications : Evénements et sécurité. Les professionnels des climats urbains, Paris, Les Presses des Mines, 2012 (avec Stéphane Chevrier et Stéphane Juguet) ; Opinion mining et sentiment analysis. Méthodes et outils, Open Press Éditions (collection Sciences Po médialab) (avec Audrey Lohard) ; La ville évènement, Collection «La ville en débat», PUF, 2010 ; La Télévision telle qu’on la parle. Trois études ethnométhodologiques, Paris, L’Harmattan, 2004 ; L’Outre-lecture. Manipuler, (s’)approprier, interpréter le Web, Paris, Bibliothèque Publique d’Information/Centre Pompidou, 2003 (avec Franck Ghitalla et alii).

Le texte

Ce texte sert de sous-bassement à la réflexion collective inscrite dans le séminaire SHS 3G 2015, animé par Dominique Boullier et Françoise Thibault.

Pour en savoir plus : shs3g.hypotheses.org

Abstract

The third generation of Social Sciences currently emerging must assume the specific nature of the world of data created by digital networks, without falling back on the Sciences of «Society» or «opinion.» All of these entities were constructed in specific political, institutional situations and with specific techniques. «Social» Big Data is taken into account by agencies specializing in the processing of this data to produce potentially predictive correlations primarily for the benefit of brands. The risk is that the Social Sciences would be lastingly disqualified from producing reflexivity that has hitherto been their raison d’être. Beyond «society» and «opinion» for which the text lays out a genealogy, appear the «traces» that must be theorized as «vibrations» by the Social Sciences in order to reap the benefits of the uncertain status of entities’ widespread traceability.

Pour télécharger ce document sur HALSHS