Archives par mot-clé : XIXe siècle

Consommation de masse et consommation de classe à Paris des années 1880 aux années 1920 : bilan d’une recherche

 Anaïs Albert, Consommation de masse et consommation de classe à Paris des années 1880 aux années 1920 : bilan d ’une recherche, FMSH-WP-2016-107, janvier 2016.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Cet article a pour but d’exposer les principaux résultats  de notre thèse de doctorat d’histoire contemporaine  consacrée à la consommation des classes populaires  parisiennes des années 1880 aux années 1920.  L’analyse des objets possédés par ce groupe social et des transactions autour des biens permet d’aborder des ques tions restées ouvertes sur la construction d’une classe  sociale et sur son existence au quotidien, appréhendées  par le biais de la vie privée, des échanges économiques  ordinaires et des relations de sociabilité.

L’auteur

Anaïs Albert est docteure en histoire contemporaine (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Sa thèse de doctorat, intitulée « Consommation de masse et consommation de classe. Une histoire sociale et culturelle du cycle de vie des objets dans les classes populaires parisiennes (des années 1880 aux années 1920) » a été récompensée par le prix d’histoire sociale fondation Mattei Dogan & FMSH. Elle est également membre du comité de rédaction de la revue Tracés. L’histoire de la consommation, des transactions économiques, des classes populaires ainsi que les études de genre sont ses principaux domaines de recherche.

Le texte

Ce texte a été rédigé par la lauréate en 2015 du prix d’histoire sociale fondation Mattei Dogan & FMSH.

Abstract

This article aims to present the main results of our PhD in modern history, on the Parisian working class’ consumption from the 1880s to the 1920s. Analysing the goods that this group possessed and the transactions that took place around them address questions remaining open about the construction of a social class and its daily existence, understood through the prism of privacy, common trade relations and sociability.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Un organicisme de la complexité. Notes pour un chapitre sur le socialisme et les sciences naturelles (France, première moitié du XIX e siècle)

Andrea Lanza, Un organicisme de la complexité. Notes pour un chapitre sur le socialisme  et les sciences naturelles  (France, première moitié du XIX e  siècle), FMSH-WP-2015-96, juin 2015.

Pour télécharger ce document sur HALSHS

Dans une perspective d’histoire des idées, ce papier envisage la question des rapports entre la science sociale et les sciences naturelles dans le premier socialisme parisien. Il est tout d’abord question de comprendre l’influence des modèles épistémologiques (approche encyclopédique et approche analogique), pour ensuite interroger les manières de conjuguer compréhension scientifique de la société et action sociale et politique. Le but de ces pages est de mettre en évidence comment , dans les années 1830 et 1840, l’ organicisme dans le champ de l’intelligence de la société est une approche valorisant la complexité.

L’auteur

Docteur en Etudes Politiques de l’EHESS, Paris, historien de la pensée politique, Andrea Lanza a consacré une partie importante de ses recherches à l’interrogation de l’émergence du premier socialisme français et de son enracinement social dans le Paris de la première moitié du XIXe siècle. Intéressé à comprendre de la société démocratique et de son déploiement historique, il a consacré une autre partie de ses travaux aux débats théoriques du XXe siècle et actuels, avec une attention particulière pour la constellation de penseurs du politique liée aux intuitions de Claude Lefort.

Le texte

Ce texte a été écrit à l’occasion d’une Bourse Fernand Braudel IFER, de février à novembre 2013, effectué dans le Département d’histoire de l’Université Paris VIII.

Abstract

In the perspective of the history of ideas, this working paper focuses on the theoretical relationships between the social science and natural science in the context of Parisian early Socialism. This working paper deals with the influence of epistemological models (“encyclopedic” approach and analogical approach) in the first phase of French social science; then, it examines how this context articulate the scientific understanding of society with the social and political action. These pages aim to highlight how the organicistic model, developed in the 1830s and 1840s, assesses the complexity in the field of knowledge of society.

Pour télécharger ce document sur HALSHS